Que choisir entre une VMC simple flux et une VMI ?

J'hésite entre une ventilation normale VMC simple flux ou hygro B et une VMI que conseillez-vous ? Merci pour la qualité des informations de votre site. 31200 Toulouse
Publiée le 16/05/2016 par Picbleu
Réponse approuvée par Picbleu

Il existe 2 types de VMC simple flux et 1 VMI

Avec les logements très bien isolés, il faut renouveler l'air nécessaire au bien-être et à la santé des occupants, il faut évacuer la vapeur d’eau excessive. La Ventilation Mécanique Contrôlée permanente est une bonne solution si vous n’êtes pas dans un environnement trop pollué par la circulation automobile, pollens, agriculture productiviste, zone industrielle, etc.

Ventiler correctement et de façon économique passe par un compromis :

L’air extérieur entre par les grilles d’entrée d’air autorégulées situées dans les pièces principales sèches (chambres, salon, etc.), traverse le logement. Il est aspiré par des bouches situées dans les locaux de service (salles de bains, cuisines) grâce à un bloc ventilateur. L'air vicié est rejeté à l’extérieur en passant généralement par les combles.

Il existe deux types de VMC simple flux.

La VMC autoréglable garantit des débits d’air constants quelles que soient les conditions d’humidité extérieure et intérieure.
La VMC hygroréglable « intelligente » adapte automatiquement le débit d’air aux besoins des occupants selon les variations du taux d’humidité.

La ventilation VMI


La ventilation par insufflation est peu connue et peu préconisée. Elle convient parfaitement à une autoconstruction, car sa mise en oeuvre est assez aisée. La ventilation par insufflation est efficace pour ventiler sa maison lorsque celle-ci est située en ville ou dans une région polluée. À la différence de la VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) qui consiste à mettre des entrées d'air au-dessus de chaque fenêtre et des bouches d'aspiration dans la cuisine, salle de bain et WC, le procédé VMI® est un système de ventilation des locaux basé sur le principe de l'insufflation. Un ventilateur aspire l’air extérieur et l’injecte à l’intérieur. Le bâtiment se retrouve alors en surpression. L’air vicié est donc « poussé » à l’extérieur au travers de grilles d’aération situées dans les pièces. Cette technique prélève en un seul point l'air neuf extérieur, le filtre de ses polluants particulaires (particules fines, pollens, etc.. ), puis l'insuffle en un ou plusieurs points à partir desquels l'air balaye les pièces de vie et les pièces humides pour s'en échapper de manière naturelle via les bouches d'aération. La surpression permet d'évacuer les polluants intérieurs : humidité, CO2, COV et s'oppose aux remontées du radon. Le logiciel embarqué mesure et gère les paramètres température et humidité en modulant le débit d'air neuf en conséquence.

Ventilation mécanique contrôlée (VMC VMI VMR) et puits canadien
Est ce que cette réponse vous a été utile ?
Proposer une réponse