Conseils pour l'amélioration de l'isolation thermique des maisons

Dernière modification :

isolation thermique des logements mal isolés - Picbleu -

Le premier conseil : il est inutile et coûteux de chauffer une maison passoire. L’argent le mieux investi pour économiser le chauffage doit être consacré à l’isolation, car un Kilowatt d’énergie coûte trois fois plus cher à produire qu’à économiser. Il faut toutefois considérer l'isolation thermique comme un moyen pris dans l'ensemble des techniques destinées à améliorer les performances globales du logement.

Sommaire

  1. Les priorités pour les améliorations
  2. L'isolation thermique et le chauffage
  3. L'indispensable isolation du bâti
  4. Notions d'isolation thermique
  5. Température réelle et ressentie
  6. L'équilibre thermique du corps 
  7. Les ponts thermiques
  8. Quel est le matériau isolant idéal ?

1. Les priorités pour les améliorations

La prise en compte de la hiérarchie des solutions.

Il est primordial de ne pas privilégier l’isolation comme solution unique, mais de la considérer dans l'ensemble des techniques destinées à améliorer les performances globales du logement. Le discours « tout isolation » prend corps dans de nombreuses prises de position, mais la rénovation et l’entretien des équipements de chauffage et de ventilation dans une logique de complémentarité avec l’isolation des combles offrent une performance immédiate, pour un coût et une rentabilité appréciable dans une période économiquement difficile pour les dépenses des ménages. L’isolation thermique des bâtiments réduit les besoins de chauffage dans la durée, mais d'une part, son coût ainsi que la longueur du temps de retour sur investissement et d’autre part les problèmes sanitaires et d’inconfort soulevés impliquent une cohérence des travaux et leur programmation dans le temps en privilégiant la complémentarité et la hiérarchisation des solutions.

2. L'isolation thermique et le chauffage

L’isolation est le premier poste sur lequel il faut agir surtout lorsque la construction est antérieure à 1975. L'isolation et le chauffage sont essentiels pour assurer confort et bien-être, mais aussi pour assurer des économies d’énergie et le respect de l’environnement. Le chauffage et l’éclairage accessible au plus grand nombre ont rendu la vie plus sereine. Rentrer un soir d’hiver chez soi et retrouver le confort douillet d’un logement est très agréable. Une maison bien conçue devra emmagasiner et retenir un maximum de la chaleur du soleil (maison bio climatique). Le chauffage dans beaucoup de régions est une vraie nécessité. (Températures négatives ou taux d’humidité élevé). Il existe de nombreuses techniques de chauffage et le choix s’avère complexe puisqu’il représente une façon de vivre pour les années à venir, la source énergétique doit toujours être disponible et à des prix abordables, voire la plus économique possible. Aussi, certaines personnes avisées feront le choix de combiner plusieurs systèmes de chauffage ce qui s’avère être fort judicieux.

3. L'indispensable isolation du bâti

L'isolation de la construction est indispensable pour s'affranchir des coûts inhérents à de coûteuses consommations de chauffage, mais aussi pour diminuer les émissions liées à la consommation et à la production de l'énergie utilisée. En général, un mur est constitué d'un matériau lourd dont la densité, forte ou médiocre, est responsable d'une bonne ou mauvaise inertie. N'étant pas isolant en lui-même, il est nécessaire de recourir au couplage avec un matériau léger, isolant grâce à l'air contenu dans ses fibres.

  Charpente traditionnelle en bois et tuiles méridionales - Picbleu -

Un exemple de toiture à proscrire, car 30 % de la chaleur s'échappe par le toit, la partie la plus facile et la plus rentable à isoler thermiquement. Photo Picbleu

4. Notions d'isolation thermique

Un volume chauffé perd sans arrêt une partie de sa chaleur, car le sens de transmission de la chaleur est toujours identique : du chaud vers le froid. Lorsqu’une porte est ouverte, le froid n'entre pas dans la pièce, mais c'est la chaleur qui en sort. La notion du bien-être thermique est plus complexe que celle du confort thermique, car elle fait intervenir celle du plaisir ressenti par une ambiance thermique, comme les sensations éprouvées en hiver par le soleil réchauffant le corps, ou lorsqu’une douce brise rafraîchit l'air en été. Le bien-être thermique s'accompagne d'autres ressentis visuels, auditifs, tactiles, et psychologiques, dont joue l'architecture bioclimatique pour créer un véritable art de vivre avec les éléments naturels.

Les combles doivent bénéficier d'une isolation soignée soit sous rampants, soit déroulé au sol ou soit déroulé entre solives.

5. Température réelle et ressentie

C'est la différence entre la température réelle d'une pièce, celle de ses parois (murs, sol, plafond) et la sensation de chaleur ou de froid que l'on ressent dans la pièce. À une distance d'un mètre d'un mur, la température ressentie est le calcul de la moyenne entre la température de l'air et celle de la surface du mur. Par exemple, pour une température extérieure de 6° C, dans une pièce dont l'air est à 20 °C, dont la température de la face intérieure des murs non isolés est de 13 °C, la température ressentie un individu assis à un mètre du mur sera de 16,5 °C. Si une isolation de ces murs est réalisée et que leur température de surface interne passe à 18,5° C, la température ressentie sera 19,25 °C.

6. L'équilibre thermique du corps

Le corps humain brûle les calories des aliments par un ensemble de mécanismes biologiques et se maintient à une température avoisinant les 37 °C. Un échange permanent de chaleur s'opère avec son environnement immédiat. L'habillement joue également un rôle très important dans la manière dont seront ressentis les effets de ces échanges, qui se font suivant plusieurs mécanismes distincts comme la conduction, la convection, l'évaporation et le rayonnement.

7. Les ponts thermiques

Les ponts thermiques sont les parties de l'enveloppe d'un bâtiment où sa résistance thermique est affaiblie de façon sensible. Il s'agit de zones localisées d'où la chaleur peut s'échapper facilement. Outre les problèmes de tassement des isolants ou de faiblesses dues à une mauvaise pose, on les retrouve généralement à la jonction de différentes parois : entre deux façades, entre mur et dalle, à l'entourage des menuiseries extérieures, au niveau des coffres de volets roulants, etc.

Dans un bâtiment ancien, les ponts thermiques représentent couramment 20 % des déperditions totales et paradoxalement avec l'augmentation des épaisseurs d'isolant, leur influence en pourcentage, n'a cessé de croître. La présence de ponts thermiques n'est pas une fatalité et apparaît notamment sur les points suivants :

• Aux angles des murs de la maison, car la surface du mur extérieur qui rejette la chaleur est plus importante que la surface intérieure qui reçoit la chaleur. Ce phénomène est accentué par la présence d'un poteau en béton armé, nécessaire à cet emplacement dans les constructions en parpaings et briques creuses.

8. Quel est le matériau isolant idéal ?

Le matériau idéal combine la conductivité, de la capacité thermique, de la masse volumique : ces 3 facteurs s'appellent l'effusivité.

L'effusivité thermique indique la vitesse à laquelle la température de superficie d'un matériau varie, exprime aussi la capacité d’un matériau à absorber (ou restituer) de la chaleur. (Elle est égale à la racine carrée du produit de la conductivité thermique, de la chaleur spécifique et de la masse volumique).

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page
Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion