Est il possible de passer une canalisation gaz dans du sable sous une dalle ?

Le sous sol est composé d'un hérisson ventilé, au dessus se trouve un géotextile puis environ 3 cm de sable gris (petit gravier). Une dalle béton de 12 cm sera coulée au dessus. Est il possible de faire passer la canalisation gaz qui alimentera une cuisinière dans l'épaisseur du sable gris. Le maçon ne veut pas qu'elle passe dans la dalle. Merci pour votre réponse.
Publiée le 15/02/2020 par Picbleu

Extrait de la NF DTU 61.1 P2, l'incorporation des tuyauteries après compteur

Voici un extrait de la NF DTU 61.1 P2, l'incorporation des tuyauteries après compteur aux éléments de construction peut être réalisée dans les conditions ci-après :

- le parcours doit être simple. Dans la mesure du possible, il évite les seuils de porte.

- les tuyauteries ne doivent pas être en contact avec une autre tuyauterie ou une canalisation électrique,

- les tuyauteries ne doivent pas passer dans les vides d'éléments creux (blocs creux, briques creuses, hourdis, entrevous, etc.) à moins que ces tuyauteries ne soient placées sous fourreau étanche et continu débouchant librement à l'une au moins des extrémités dans des volumes ventilés ou aérés. Dans le cas du cuivre prégainé, le fourreau n'est pas nécessaire.
Dans les planchers, l'épaisseur minimale de recouvrement des canalisations est de 20 mm. Cette distance peut être ramenée à 10 mm en un point (cas d'un croisement de deux canalisations).
Les tuyauteries incorporées dans le gros œuvre ne doivent comporter aucun joint mécanique. Seuls les assemblages brasés, soudés ou soudobrasés sont admis lorsqu'ils sont destinés aux jonctions obligées des tubes.

Sont interdits :

-les saignées dans les éléments porteurs,

-l’enrobage de canalisations dans l'épaisseur d'une chape flottante,

-l’enrobage d'une canalisation gaz dans une dalle ou une chape chauffante,

-l'enrobage des canalisations dans un mortier de pose des carrelages scellés ou des chapes à base de liants hydrauliques destinées à recevoir un carrelage collé ou un revêtement souple (textile ou plastique),

-le franchissement d'un joint de gros œuvre par les canalisations incorporées. Remarque 1 : Le franchissement d'un joint de dilatation ou d'un joint de rupture des maçonneries nécessitent un parcours apparent.

Dans les planchers, les canalisations peuvent être enrobées ou encastrées.

Dans les éléments de gros œuvre pris en compte dans la stabilité du bâtiment (poteaux, poutres, murs porteurs, éléments précontraints, etc.), les canalisations ne peuvent être qu'encastrées.

Quand les canalisations reposent sur une dalle brute, elles doivent être enrobées, encastrées ou engravées dans un ravoirage ou dans une forme à base de liants hydrauliques.

Remarque 2 : Il est possible de réaliser des saignées en engravement dans des formes ou ravoirages.

Les saignées réalisées dans les éléments non porteurs ne doivent pas compromettre la stabilité de ces derniers. En particulier, il ne doit pas y avoir sectionnement des armatures.

À l'émergence de la face supérieure d'un plancher, les tuyauteries doivent être protégées par des fourreaux non fendus réalisés en matériaux non corrodables par l'eau et les produits de nettoyage domestique.

Le cuivre lors de son parcours devra être protégé par un revêtement ou un gainage contre les attaques chimiques du béton. Il est à noter qu'une tuyauterie en cuivre peut être incorporée à nu à condition que l'adjuvant ne l'attaque pas chimiquement.

Dans votre cas, l’incorporation de la conduite de gaz dans le ravoirage devra respecter l’ensemble des conditions ci-dessus.

Remarque 3: Il convient de se référer aussi aux prescriptions particulières décrites dans la NF DTU 21 Travaux de bâtiment — Exécution des ouvrages en béton (NF P 18-201) et NF DTU 13.3 Dallages — Conception, calcul et exécution (NF P 11-213).

5.3.4 Tuyauteries incorporées aux éléments de construction (murs, cloisons ou planchers)

NOTE 1 Par tuyauteries incorporées, on entend les canalisations enrobées, encastrées ou engravées.

L'incorporation des tuyauteries avant et après compteur aux éléments de construction peut être réalisée dans les conditions ci-après :

- le parcours doit être simple. Dans la mesure du possible, il évite les seuils de porte.

- les tuyauteries ne doivent pas être en contact avec une autre tuyauterie ou une canalisation électrique,

- les tuyauteries ne doivent pas passer dans les vides d'éléments creux (blocs creux, briques creuses, hourdis, entrevous, etc.) à moins que ces tuyauteries ne soient placées sous fourreau étanche et continu débouchant librement à l'une au moins des extrémités dans des volumes ventilés ou aérés. Dans le cas du cuivre prégainé, le fourreau n'est pas nécessaire.

NOTE 2 L'incorporation aux éléments de construction des tuyauteries qui restent sous le contrôle du distributeur doit répondre, en complément, aux spécifications particulières du distributeur.

5.3.4.1.1 Prescriptions générales

Sont interdits :

les saignées dans les éléments porteurs,

l’enrobage de canalisations dans l'épaisseur d'une chape flottante,

l’enrobage d'une canalisation gaz dans une dalle ou une chape chauffante,

-l'enrobage des canalisations dans un mortier de pose des carrelages scellés ou des chapes à base de liants hydrauliques destinées à recevoir un carrelage collé ou un revêtement souple (textile ou plastique),

-le franchissement d'un joint de gros œuvre par les canalisations incorporées.

NOTE 1 Le franchissement d'un joint de dilatation ou d'un joint de rupture des maçonneries nécessitent un parcours apparent.

Dans les planchers, les canalisations peuvent être enrobées ou encastrées.

Dans les éléments de gros œuvre pris en compte dans la stabilité du bâtiment (poteaux, poutres, murs porteurs, éléments précontraints, etc.), les canalisations ne peuvent être qu'encastrées.

NOTE 2 Pour la traversée de ces éléments, se reporter au paragraphe 5.3.3.1.2.5.

Quand les canalisations reposent sur une dalle brute, elles doivent être enrobées, encastrées ou engravées dans un ravoirage ou dans une forme à base de liants hydrauliques.

NOTE 3 Il est possible de réaliser des saignées en engravement dans des formes ou ravoirages.

Les saignées réalisées dans les éléments non porteurs ne doivent pas compromettre la stabilité de ces derniers. En particulier, il ne doit pas y avoir sectionnement des armatures.

Dans les bâtiments existants ou lorsque les pièces sont de surface réduite (par exemple les pièces humides), les canalisations peuvent passer dans une forme réalisée en une seule opération avec le mortier de pose et/ou la chape.

À l'émergence de la face supérieure d'un plancher, les tuyauteries doivent être protégées par des fourreaux non fendus réalisés en matériaux non corrodables par l'eau et les produits de nettoyage domestique.

NOTE 4 Un fourreau en PVC convient par exemple à cet usage.

Les fourreaux doivent dépasser d'au moins 50 mm les faces supérieures des planchers. L'extrémité supérieure de l'espace annulaire compris entre le fourreau et la tuyauterie doit être remplie par un matériau inerte.

5.3.4.1.2 Prescriptions particulières aux tuyauteries acier

L'utilisation d'un fourreau est interdite, sauf à l'émergence de la face supérieure du sol fini, comme prévu au paragraphe 5.3.4.1.1.

5.3.4.1.2.1 Tube acier nu

Les tuyauteries en acier nu peuvent être incorporées dans les bétons ou mortiers.

NOTE Toutefois, dans le cas de bétons et mortiers dont les adjuvants contiennent des chlorures, iodures ou dérivés ammoniacaux, ou en cas de méconnaissance des caractéristiques du béton, l'incorporation directe n'est pas une solution à retenir compte tenu des réactions physico-chimiques imprévisibles. La tuyauterie acier devra alors être protégée avant incorporation par un revêtement ou un gainage.

L'incorporation dans un plancher d'une tuyauterie acier nu reposant directement sur un entrevous est interdite.


5.3.4.1.2.2 Tube acier avec revêtement ou gainage

L'incorporation d'une tuyauterie acier avec revêtement ou gainage est autorisé sous réserve que ce revêtement ou ce gainage soit adhérant et assure une protection électrique et chimique continue.

NOTE Les gainages continus en PVC ou en élastomère ainsi que les bandes adhésives conviennent pour cette protection.

5.3.4.1.3 Prescriptions particulières aux tuyauteries cuivre

Les tuyauteries en cuivre peuvent être incorporées dans les bétons ou mortiers.

NOTE Toutefois, dans le cas de bétons et mortiers dont les adjuvants contiennent des chlorures, iodures ou dérivés ammoniacaux, ou en cas de méconnaissance des caractéristiques du béton, l'incorporation directe n'est pas une solution à retenir compte tenu des réactions physico-chimiques imprévisibles. La tuyauterie cuivre devra alors être protégée avant incorporation par un revêtement ou un gainage.

L'incorporation dans un plancher d'une tuyauterie cuivre reposant directement sur un entrevous est interdite.

Cette information est gratuite
La responsabilité du service est limitée au cadre strict du présent rapport et ne saurait être engagée pour tout préjudice, corporel ou matériel causé par suite d’omission, de négligence, d’erreur, de manquement à une loi ou un règlement ou à l’inobservation des prescriptions éditées par le constructeur. De la même façon, le service ne saurait être tenu pour responsable de tout défaut ou dysfonctionnement inhérent aux matériels et/ou systèmes implantés ainsi qu’à leurs performances économiques et/ou énergétiques.
Est ce que cette réponse vous a été utile ?

Poster une réponse

N'utilisez pas de code HTML car il n'est pas traité. Certains liens autorisés sont convertis automatiquement. Cette foire aux questions autorise l'utilisation de certaines balises Wikipédia.
Vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.
(*) Ces informations sont obligatoires afin que votre demande soit correctement traitée.