Développement des énergies renouvelables ?

Pourquoi les pouvoirs publics n'aident pas plus efficacement le développement des énergies renouvelables ?
Publiée le 30/07/2013 par Picbleu
Réponse approuvée par Picbleu

La réponse est dans le rapport de la cour des comptes sur les énergies renouvelables

Dans un rapport de la Cour des comptes de juillet 2013 qui ne condamne pas les filières renouvelables mais qui propose de « réserver le soutien à celles qui peuvent le mieux contribuer à atteindre les objectifs », la France se serait fixé des objectifs « ambitieux » qui seront « difficiles à atteindre » en matière d'énergies vertes.
http://www.acqualys.fr/sujet/energies-renouvelables-quels-sont-les-5-types-d-enr
Oui aux énergies renouvelables mais à condition qu'elles ne plombent pas « les finances publiques, le pouvoir d'achat et la compétitivité économique », bref l'économie nationale. Toujours d'après le rapport de la cour des comptes, la filière des énergies renouvelables se heurte à « une conjonction de difficultés », « des coûts de production élevés », obligeant les pouvoirs publics à la soutenir par « un système de soutien complexe et d'efficacité variable », qu'il s'agisse d'aides à l'investissement, de garantie d'achat ou d'incitations fiscales. « le coût du soutien aux énergies renouvelables est donc très élevé sans que celui-ci ait apporté, jusqu'à présent, les retombées socio-économiques attendues ».La Cour estime que « le coût croissant du soutien au développement des énergies renouvelables conduit à s'interroger sur sa soutenabilité sur le long terme » .Les filières industrielles des énergies renouvelables seraient « encore fragiles ». La filière photovoltaïque est « en mauvais état », l'éolien en mer est « un pari industriel risqué », les grands projets de cogénération « déséquilibrent les marchés locaux ».
Dans le rapport de la cour des comptes, la création d'emplois y est qualifiée de « modeste », avec un total de 93 000 emplois directs, dont environ 32 000 dans le solaire, 24 000 dans la biomasse, 14 000 dans les pompes à chaleur, 11 000 dans l'hydraulique, 10 000 dans l'éolien et 1 000 dans l’énergie géothermique. Après la clôture du débat national sur la transition énergétique, qui s'est achevé sur un constat de désaccord profond entre les parties prenantes, la France se contenterait-elle du seul bénéfice de son parc de 58 réacteurs électronucléaires qui lui assurent un prix de l’électricité meilleur marché que celle de ses principaux voisins et « réduiraient » ses rejets de gaz à effet de serre ?
http://www.acqualys.fr/sujet/etat-environnemental-de-la-planete
Est ce que cette réponse vous a été utile ?
Proposer une réponse