Chauffage

10 questions utiles avant de faire poser une pompe à chaleur

Vous l'avez certainement entendu : la pompe à chaleur récupère les calories gratuites contenues dans l'air, l'eau ou le sol. De là à la qualifier d'écologique, il y a un pas. Elle reste toutefois un appareil électrique sophistiqué qui n'est pas universel, car il demande d'être installé par un vrai professionnel spécialiste, expérimenté après un examen sérieux (faisabilité, étude thermique certifiée, intérêt financier, etc.) sans se laisser aveugler par les primes mises en avant par les discours des vendeurs qui n'ont d'objectif que de vous faire acheter de l'isolation, de la ventilation, une pompe chaleur, un ballon thermodynamique, un poêle à bois, des panneaux photovoltaïques, etc. Un discours de bonimenteurs à éviter.

  1.  Critères pour installer une PAC
  2. Une zone climatique adaptée
  3. Où installer la pompe à chaleur
  4. Quels sont les émetteurs adaptés
  5. Quelle puissance kW nécessaire
  6. L'entretien d'une pompe à chaleur
  7. Qui fait la pose et l'entretien
  8. Campagnes "coup de pouce"
  9. Aides attirant les opportunistes

Quel type de pompe à chaleur

Une pompe à chaleur offre 3 usages :

  • Le chauffage (elle capte les calories dans l'air généralement, mais comme elle utilise de l'électricité, il faut un bâtiment très bien isolé).
  • La production d'eau chaude
  • La climatisation

 

Le choix est possible entre 3 types de pompes à chaleur

  • Pompes à chaleur air-air : pulse un flux d'air chaud ou froid qui n'est pas agréable et qui brasse les poussières et polluants en suspension.
  • Pompes à chaleur air/eau : la plus proposée, car elle fonctionne généralement avec un vecteur eau chaude (radiateurs, plancher chauffant déjà en place..
  • Pompes à chaleur géothermique : plus rare en raison d'un investissement élevé. 

Les modèles de PAC existants

  1. Standard : cette technologie n'est pas adaptée aux régions froides. La température d'arrêt théorique* à laquelle le fonctionnement de la pompe à chaleur est interrompu est de -5°C. En deçà de -5°C, c'est l'appoint électrique qui fournit au circuit la chaleur nécessaire.
  2. Inverter : la vitesse du compresseur est variable afin d'adapter la puissance aux besoins. La température théorique* d'arrêt de la PAC est de -15°C extérieur (avec perte de puissance) toujours avec des résistances électriques qui prennent le relais.
  3. Power Inverter : système qui permet d’optimiser l’énergie échangée à l’évaporateur. Cela permet un gain de puissance, mais ne permet pas de fonctionner à des températures plus basses que l'Inverter.
  4. EVI : cette technologie permet de maintenir la puissance jusqu’à une température extérieure de -15°C, sans appoint extérieur. La température théorique* d'arrêt de la PAC s'effectue à -25°C extérieur, toujours avec le relais de résistances électriques.

*Point de vigilance : En cas d’arrêt prolongé de la PAC, il existe un risque de gel du bloc extérieur.

Critères pour installer une PAC 

Le choix doit être fait en fonction de la zone climatique, de la situation du logement (ville ou campagne), de l'altitude, de la place dont on dispose, du type de logement, de sa superficie, de son isolation, du type de système de chauffage.

Une zone climatique adaptée 

Certaines régions en France ont des températures basses en période hivernale. Une pompe à chaleur possède un COP calculé à + 7 degrés dans des conditions de laboratoire de façon à pouvoir comparer tous les modèles de tous les fabricants. Lorsque la température extérieure est froide, il est obligatoire d'y associer une chaudière en relève qui pourra fonctionner par température inférieure à +7°. Donc lorsqu'une chaudière est déjà en place, il est préférable de la garder surtout si elle est récente.

Lorsque la température extérieure ne permet pas à la pompe à chaleur de fournir l'ensemble des besoins, un appoint est un dispositif fournissant un complément de chaleur. Celui-ci pouvant être externe ou interne à la PAC (appoint électrique intégré).
Cet appoint améliore le fonctionnement de la PAC, en évitant les pics de forte sollicitation lors des vagues de froid. Lorsque la température d'arrêt de la pompe à chaleur est égale ou supérieure à la température de base, la puissance de l'appoint doit être dimensionnée pour fournir l'ensemble des besoins du logement. Elle doit être équivalente à celle de la PAC.
Une chaudière en relève prend le relais lorsque la pompe à chaleur ne parvient plus à assurer la température de consigne.

Anecdote : L'un de nos lecteurs a acheté pour 500 euros une chaudière gaz murale neuve qui venait d'être posée. Le nouveau propriétaire avait acheté une maison ancienne en Moselle équipée de cette chaudière à condensation et l'a fait enlever pour la remplacer par une pompe à chaleur persuadé de faire une économie. On devine la suite.

Où installer la pompe à chaleur 

Il faut la placer dans l'espace climatique isolé et éviter de la placer dans un garage ou pire dans une réserve contiguë au bâtiment comme c'est souvent le cas avec les chaudières fioul polluantes et odorantes. Attention aux conflits de voisinage ! une unité extérieure qui est un gros ventilateur émet un bruit continuel qui devient de plus en plus audible au fur et à mesure que l'équipement vieillit.

Attention au milieu marin

La présence de vent salin combiné à l'humidité en bord de côte corrode rapidement les groupes extérieurs.

Quels sont les émetteurs adaptés 

Pour diffuser la chaleur, les logements sont équipés de radiateurs ou d'un plancher chauffant à basse température.
Lorsque les radiateurs sont anciens, la température atteint parfois 80°. Une pompe à chaleur standard fournit de l'eau à 60° : résultat les radiateurs restent tièdes. Les radiateurs doivent être surdimensionnés ou être à basse température pour convenir. Soit il faut rajouter d'autres radiateurs ou les surdimensionner sachant qu'il faut garder des radiateurs de même matière pour éviter la corrosion due au phénomène d'électrolyse des métaux différents. L'autre option est soit de placer une pompe à chaleur à haute température soit d'installer une chaudière hybride (associant une PAC à une chaudière). Le PCTBT (plancher chauffant à très basse température) associé à un bâtiment très bien isolé est l'idéal en faisant abstraction du prix.

Quelle puissance kW nécessaire 

Les pompes à chaleur (PAC) individuelles géothermiques et air/eau sont de puissance inférieure à 50 kW, les air-air sont de puissance de moins de 17,5 kW. Plus le logement est isolé et plus la puissance de l'appareil est faible et donc la consommation est plus mesurée.

Puissance du compteur électrique 

Une pompe à chaleur demande de la puissance et le compteur doit être adapté. Les puissances disponibles pour les particuliers exprimées en kVa sont de 3, 6, 9, 12, 15. Une pompe à chaleur air-air prélève 65% des calories dans l'air le reste étant fourni par l'électricité. Pour une pompe à chaleur air-eau il faut donc 12 kVa et étudier le prix de l'abonnement plus cher tout en sachant que le tarif heures creuses/heures pleines est de moins en moins intéressant.

Combien de kVa ?

  • Appartement 60 m2 Chauffage gaz ou électrique 6 kVA
  • Maison 100 m2 Chauffage gaz 6 kVA
  • Maison 100 m2 Chauffage et chauffe-eau électrique 9 kVA
  • Maison 100 m2 Chauffage pompe à chaleur air/eau 12 kVA

L'entretien d'une pompe à chaleur 

Longtemps passée sous silence et sans obligation d'entretien, la visite de contrôle tous les 2 ans est devenue obligatoire.

Les pompes à chaleur et les climatiseurs n’étaient soumis à aucune obligation d’entretien contrairement aux chaudières gaz ou fioul. Un arrêté publié au Journal officiel publié en plein coeur des vacances le 31 juillet 2020 a mis fin à cette anomalie et complète le décret du 28 juillet 2020.

L’obligation concerne la totalité des usagers équipés d’une pompe à chaleur ou d’un système de climatisation. Tous les systèmes existants à partir d’une puissance de 4 kW devront être contrôlés avant le 1er juillet 2022. Étonnamment, les chauffe-eau thermodynamiques ne sont pas concernés.

Qui fait la pose et l'entretien 

Pour les raisons évoquées, il faut donc éliminer toutes les entreprises faisant du démarchage sur internet qui couvrent le territoire français qui généralement font appel à des sous-traitants ou des filiales qui n'ont pas le sens du service après-vente offert par un artisan local agréé Qualipac, mais seulement des commerciaux vendeurs de rêve et parfois voyous. Il ne faut pas signer avec le premier venu surtout s'il passe plusieurs heures à vous convaincre et demander 3 devis à des entreprises différentes. Cela vous permet de comparer les prix des équipements souvent surfacturés au départ pour vous proposer une remise si vous signez immédiatement. Le fait de demander de déduire immédiatement les primes des devis réduit le risque de tomber sur un vendeur qui promet oralement un montant de prime qui ne sera jamais versé.

Campagnes "coup de pouce" 

Grâce à maprimrenov et au coup de pouce chauffage, instauré en 2019, les ventes de pompes à chaleur air/eau se sont :

  • multipliées par 2 entre 2019 et 2020. Ventes annuelles de pompes à chaleur (PAC) individuelles : 990 000 appareils, 812 000 air-air (+ 12 % sur un an), 175 000 air/eau (- 1 % sur un an) et 2 500 géothermiques Source : SDES, d’après PAC & Clim'Info
  • multipliées par 2 en 2021.

Aides attirant les opportunistes 

Depuis 2020, la pose de pompes à chaleur chez les ménages très modestes s'est fortement développée. Ces utilisateurs à faibles revenus ont fait installer des appareils électriques dont le coût d'exploitation n'est évidemment pas proportionnel à leurs revenus. Pour eux généralement, c'est le bois bûche qui prédomine ainsi que leurs logements qui sont souvent de véritables passoires thermiques.

Les aides financières mauvaises conseillères

Les modes se succèdent, mais ce sont toujours les mêmes motivations qui dirigent les ménages : les incitations financières, ce qui n'est pas forcément la meilleure raison, car on ne se chauffe pas avec une prime. Ces primes que font miroiter les écodélinquants qui sévissent dans les foires ou salons et sur internet pour ce qui est le plus facile à vendre la pompe à chaleur, le ballon thermodynamique ou les appareils à bois notamment à pellet. Certains sites ont été qualifiés de parasitisme par le médiateur de l'énergie.

Après le crédit d'impôt aujourd'hui disparu qui favorisait les ménages aisés, ce sont les primes versées par les énergéticiens ou entreprises appelées obligés (CEE) ainsi que les aides versées par l'ANAH qui incitent à la dépense. Le pire a été atteint avec les pompes à chaleur à 1 euro qui étaient le résultat d'un savant mélange entre la récupération des différentes primes liées à l'isolation en trichant sur les superficies (la surface était exagérée d'autant plus qu'aucun contrôle n'était fait). Les pouvoirs publics y ont mis fin en limitant le montant des primes rendant impossible l'isolation à 1 euro ou la PAC à 1 euro.

On peut regretter actuellement que les solutions pour économiser l'énergie soient seulement tournées vers l'énergie. On pourrait penser qu'isoler les logements pour les rendre peu dépendants d'un énergéticien serait une bien meilleure opération que changer de système de chauffage.

Mauvais emploi des aides

Pousser les ménages à s'équiper de pompes à chaleur ne règle pas le problème de la pointe électrique hivernale. Elle pousse à la consommation de gaz, russe ou venant de nombreux autres pays, ainsi qu’au fioul et au charbon, car en hiver les centrales ne suffisent pas pour fournir l'électricité : il leur faut des centrales thermiques. Les seules productions intéressantes sont celles venant des barrages hydrauliques qu'étonnamment l'Europe force EDF à vendre au privé.

Une pompe à chaleur ne fonctionnera de façon optimale que lorsqu'elle produit une eau à 45 °C maximum.

Que choisir
Que choisir
Profitez des conseils utiles d'un expert au téléphone !
Je m'informe
Sans Engagement

Information 05 64 11 52 84

Vous avez un projet de chauffage ? Vous voulez vous renseigner ?
Contactez-nous : nous nous ferons un plaisir de vous éclairer !

Donnez-nous votre avis
Cet article a été commenté 2 fois.
Une batterie de panneaux photovoltaïques ne pourra jamais alimenter une pompe à chaleur
Malheureusement une batterie de panneaux photovoltaïques ne pourra jamais alimenter une pompe à chaleur. La puissance annoncée de 9kWc correspond à la puissance maximale obtenue au meilleur moment, lorsque l'irradiation est optimale, donc 9000 watts. La puissance d'une pompe à chaleur air eau varie entre 12000 à 50000 kW. La nuit le soleil ne luit pas donc plus de production d'électricité et c'est justement en hiver que les besoins de chauffage se font sentir. En conclusion fuyez les commerciaux qui se rendent chez vous pour vous vendre une pompe à chaleur, isolation, ballon thermodynamique, poêle à granulé ou chaudière biomasse en vous précisant que les prix sont en hausse et qu'il faut signer tout de suite et que de toute façon le devis ne dure que 15 jours !
panneaux photovoltaiques pour alimenter une pompe a chaleur
Bonjour j'ai demandé des devis pour installer des panneaux photovoltaiques d une puissance de 9 kw en autoconsommation et une partie en revente sur le réseau edf et pour une pompe a chaleur alimentés par ces panneaux et j'aurais besoin d'aide