3 règles pour économiser l'énergie en gaz propane en citerne

Dernière modification :

Les travaux d'amélioration thermique et énergétique générent des économies et un temps de retour sur investissement pour le coûteux gaz propane en citerne. 3 règles permettent d'économiser l'énergie gaz propane en citerne coûteuse surtout pour les logements construits avant le 1er janvier 2013.

 

Sommaire

 

 Antargaz-Butagaz-Finagaz-Primagaz-Sogasud-Vitogaz

 

 

Améliorer le logement

Même si le montant des frais à engager est parfois élevé pour générer des économies grâce à des travaux d'isolation, ces opérations sont toujours rentables.

Le coût de ces solutions techniques dans la première phase de leur développement fait qu’elles répondent souvent mal aux préoccupations de certains ménages exposés à un pouvoir d'achat réduit ou à la précarité énergétique. Il est toutefois inutile de s’en priver systématiquement, car les économies obtenues par des travaux d'amélioration thermiques et énergétiques peuvent générer un temps de retour sur investissement raisonnable. 

 

1. Economie de propane

Ne pas se limiter au coût de l'énergie utilisée : gaz propane et éventuellement un appareil à bois.

Règle N°1 : ne pas se limiter au coût de l'énergie. Ne vous limitez pas à la seule prise en compte du coût de l'énergie en Cts/kWh. Vous devez intégrer dans votre calcul financier d'autres coûts tels que l'investissement, l'amortissement, les abonnements, le rendement de l'appareil de chauffage, les frais de maintenance, le coût de l'entretien, le confort (automatisme, maintenance, bruit, odeurs, etc.) et l'impact sur l'environnement (consommation et pollution de l'eau, du sol, de l'air, rejet de particules, production de déchets, rejets acides, etc.). 

Il ne faut donc pas se limiter à la seule prise en compte du coût d'utilisation en centimes/kWh pour bien choisir votre énergie.

Un exemple facile à comprendre est celui du kWh électrique dont les taxes représentent le tiers de la facture : l'électricité : l'énergie la plus taxée pour un ménage.

L'efficacité des appareils et l'efficience thermique (l'isolation) et énergétique (systèmes efficaces de production de chauffage) sont les seules solutions, la raréfaction et l'augmentation des énergies à venir, les prochaines règlementations RT 2020 puis RT 2025 vont obliger les intervenants à apporter un maximum de soin à l'enveloppe du bâti et à son efficience. Les maisons devront devenir vertueuses et peu consommatrices. Actuellement, grâce à la transition énergétique, les particuliers et professionnels vont pouvoir bénéficier de nombreuses aides des pouvoirs publics.

Prenez en compte le prix de l'énergie qui n'est pas une donnée constante. Vous constaterez dans le graphique Picbleu des prix de l'énergie qu'ils ne sont pas une donnée constante : même le bois de chauffage subit les variations du cours du pétrole, car son prix de revient tient compte du prix du carburant, de l'huile pour les tronçonneuses, du coût du transport, etc.  Il est donc impératif de bien réfléchir pour vos projets de constructions ou de rénovations afin de les envisager sur le long terme. Une chaudière à granulés de bois remplacera avantageusement une chaudière à gaz propane en citerne ou une chaudière à fioul domestique. Dans les zones desservies par le gaz naturel, il est toujours préférable de conserver cette énergie en la complétant avec une énergie renouvelable comme le solaire thermique (production d'eau chaude) ou le solaire photovoltaïque (production d'électricité).

 

Modes de chauffage dans l’habitat individuel Source ADEME

 

 

2. Isolez, isolez, isolez

Règle N° 2 : isolez, isolez, isolez. Votre logement doit consommer le moins d'énergie possible : c'est la clé de votre dépendance énergétique.

Il est en effet préférable d'investir dans l'isolation de votre logement lors de vos travaux plutôt que de payer des factures d'énergie élevées chaque année ou de consommer beaucoup de bûches de bois même si le mètre cube apparent de bois (appelé anciennement stère) est relativement abordable, car dans ce cas, c'est le niveau de pollution atmosphérique (notamment l'émission de particules fines) qui n'est pas acceptable.

Le chauffage ne doit pas compenser toutes les erreurs de construction et notamment un manque d'isolation.
Les travaux d'isolation coûtent 3 fois moins cher en termes financiers et environnementaux que les futures dépenses en énergie.

 

3. L'efficience du bâti

Règle N°3 : Améliorez l'efficience du bâti. Prenez conscience que l'efficience énergétique du logement est primordiale.

Avant de penser énergie, des améliorations de l'efficience thermique doivent porter sur tous les postes comme la suppression des ponts thermiques, l'isolation des combles et des murs, le remplacement des portes et fenêtres, la ventilation, les appareils de production de chauffage et d'eau chaude.

Les industriels et l’ensemble des professionnels du bâtiment développent de manière continue de nouvelles technologies pour l’amélioration des performances thermiques des logements.

 

4. Obligation de qualité

La mise en oeuvre des solutions d'amélioration thermique et énergétique doit être parfaitement maîtrisée avec des vrais professionnels et non pas des commerciaux aux connaissances limitées.

Lorsque ces solutions peuvent être financées par un tiers dans une proportion proche de la totalité du coût, l'intérêt est accru.

En raison de la technicité de certains travaux, leur mise en oeuvre doit être parfaitement maîtrisée pour des professionnels qualifiés RGE c'est le principe même de l'écoconditionnalité.

 

Trouver les bons conseils pour baisser vos factures de gaz en citerne

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page

Tous les articles

Textes décalés

Actualités

Dossiers

Conseils

Trucs et Astuces