Actualités sur EDF

Dernière modification :

Chaque ménage français va voir sa facture moyenne d'électricité s'alourdir de 50 % d'ici à 2020. En cause, les investissements élevés du renouvelable et ceux indispensables du nucléaire en constante augmentation (Rapport de sénateurs 18 juillet 2012). 400 milliards d'euros à horizon de vingt ans. (Source : rapporteur écologiste de cette commission, Jean Dessessard. Cette augmentation sera de 433 euros sur la facture (qui est hors TVA),dont 28 % viendront de la taxe dite CSPE (contribution au services public de l'électricité, qui inclut notamment les tarifs d'achats subventionnés des énergies renouvelables), 37 % des réseaux électriques et 35 % de la production d'électricité directe.

  • L'électricien français EDF prépare l'opinion à une hausse. 

    La hausse de l'électricité démentie.

    Le patron d'EDF remercié en fin d'année 2009.

    La centrale nucléaire du Blayais (33) : plan d'urgence.

    La commission de régulation (CRE) avait vivement réagi aux propos de Pierre Gadonneix.

    L'aide ACQUALYS.  

    Il est toujours intéressant de relire l'historique des différentes déclarations qui émanent des uns et des autres notamment lorsque le sujet est sensible : les hausses des tarifs.

    Suite à l'accident nucléaire majeur de Fukushima, la commission évalue les travaux de maintenance à 54,2 euros par mégawattheure. Valeur supérieure à l'évalution du rapport de référence publié par la Cour des comptes au début de l'année 2012 (49,5 euros) et plus que le prix de l'accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh), c'est-à-dire le prix officiel du courant nucléaire, qui est de 42 euros depuis janvier 2012. D'autres coûts (coût liés aux démantèlements, coûts d'assurances pour un accident nucléaire ou frais de recherche) porteraient cette valeur à 75 euros le mégawattheure.
     

      L'électricien français EDF prépare l'opinion à une hausse de ses tarifs.

    Le groupe EDF a réaffirmé sa position lors du colloque de l'Union française de l'électricité qui s'est tenu à Paris le 22 juin 2010. 
    Pierre Lederer, directeur exécutif du groupe d'électricité chargé du commerce au cours d'un colloque de l'Union française de l'électricité a déclaré qu'une hausse des prix de l'électricité en France était « inéluctable » pour financer les investissements d'EDF.D'après ses déclarations « La France se situe entre 34 % et 38 % en dessous des prix moyens de l’électricité en Europe pour des clients comparables ».

    Une hausse est inéluctable pour permettre de « financer les investissements qui sont nécessaires dans la maintenance des moyens de production et de financer aussi à terme les efforts qui seront menés pour prolonger la durée de vie des réacteurs ». « Il faut par ailleurs financer la mise à niveau des réseaux (électriques). Et puis il faut financer le développement des énergies renouvelables ».
    EDF va investir plus de 2 milliards d'euros par an dans le nucléaire dans les années à venir (hors prolongation de la durée de vie des réacteurs), contre 500 millions d'euros par an dans les années passées. Source Reuters

     

    Le 26 mai 2010, e ministère de l'Énergie avait démenti « catégoriquement les rumeurs relatives aux tarifs de l'électricité ». « Le gouvernement est responsable de la détermination des tarifs réglementés et nul autre n'a autorité aujourd’hui pour établir des orientations à ce sujet ».
    De son côté le groupe d'électricité EDF avait affirmé « Aucun élément dans les propositions d’EDF sur la loi Nome n’entraînerait les hausses de tarifs évoquées par la CRE». (Source AFP) lire la suite...

      Le patron d'EDF Pierre Gadonneix remercié en 2009.

    En juillet 2009, l’ancien patron d'EDF Pierre Gadonneix avait réclamé une hausse de prix de 20 % sur 3 ans, ce qui lui avait coûté son poste. Avant de quitter ses fonctions il avait déclaré « Cette question va se reposer », une prédiction d'actualité aujourd'hui. Les dernières projections établies par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) le gendarme du secteur, se basant sur les demandes formulées par EDF dans le cadre de la réforme du marché de l’électricité montrent que la loi réformant le marché de l'électricité conduira à une forte augmentation des tarifs. Source Agence France Presse (AFP).

      La centrale nucléaire du Blayais (Gironde)  : plan d'urgence.

     

    Le 9 février 2009. L’énergéticien EDF a déclenché son plan d'urgence interne (PUI) à la centrale nucléaire du Blayais en Gironde le 9 février 2009 à 20 h 05. La vitesse des vents étaient supérieurs aux critères de déclenchement du plan.
    EDF a informé l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) qui a mis en place son centre d'urgence à Paris. L'IRSN, appui technique de l'ASN, a également mobilisé son centre d'urgence.
    Le plan d'urgence interne permet à EDF de mettre en place de manière préventive les dispositions nécessaires pour faire face à une éventuelle inondation des sous-sols de la centrale nucléaire à cause des vents. Ces dispositions étaient en cours de mise en œuvre le 9 février 2009. La dernière tempête de 1999 avait dangereusement menacé la centrale, car l’eau avait inondé les zones sensibles.
    EDF a levé, avec l'accord de l'ASN, son plan d'urgence interne (PUI) à la centrale nucléaire du Blayais le 10 février 2009 à 5 h 10. EDF à précisé que les 4 réacteurs du site du Blayais sont en fonctionnement normal.
    L’ASN à indiqué qu’au vu de la diminution de la vitesse des vents, en dessous des critères du déclenchement du plan d'urgence interne (PUI) le dispositif pouvait être levé.

     

       La commission de régulation de l'énergie avait vivement réagi aux propos de Pierre Gadonneix

    Le 24 janvier 2009. La Commission de régulation de l’énergie (CRE) avait réagi vivement le 24 janvier 2009 aux interventions publiques de Pierre Gadonneix Président d'EDF sur les investissements nécessaires au réseau. La CRE y voyait une « confusion des genres ». La Commission de régulation de l'énergie avait reproché lundi au président-directeur général d'Electricité de France de s'être exprimé sur des questions relevant de la responsabilité des gestionnaires des réseaux de transport et de distribution d'électricité du groupe.

    La Commission avait déclaré dans un communiqué que EDF, RTE et ERDF étaient des entités différentes qui ont chacune des responsabilités bien distinctes : respectivement la production d'électricité et la gestion des réseaux de transport et de distribution d'électricité. RTE et ERDF sont officiellement gérés de manière indépendante, et les interventions publiques du patron d'EDF « constituent manifestement une atteinte au principe d'indépendance des gestionnaires de réseaux », .

     
     
    EDF produit l'électricité, RTE est chargé du transport de l'électricité et ErDF distribue l'électricité dans les villes et communes.


      Les interventions préjudiciables

    « De telles interventions entretiennent une confusion préjudiciable entre le fournisseur EDF relevant du secteur concurrentiel d’une part, et les gestionnaires de réseau RTE et ERDF relevant du secteur régulé d’autre part » , accuse la CRE. Elle reprochait notamment à Pierre Gadonneix de s'être notamment prononcé sur les investissements à réaliser sur le réseau français.

      Les rappels de la CRE

    La Commission de Régulation de l'énergie rappelle que « ce principe s’impose, en vertu du droit communautaire et national, au sein d’une entreprise intégrée telle qu’EDF », et qu'il constitue »  une garantie essentielle du droit d’accès aux réseaux et du bon exercice par les gestionnaires de réseaux de leurs missions de service public.»
    C'est ce que rappelle lundi la Commission de régulation de l'énergie (CRE) qui « s'élève avec la plus grande fermeté contre les récentes interventions publiques du président du groupe EDF sur des questions relevant de la responsabilité de RTE et d'ERDF ».

      Les déclarations de Pierre Gadonneix

    Après les désastres de la tempête qui a sévi sur le Sud-Ouest le 23 janvier 2009*, Pierre Gadonneix le PDG d'EDF, avait également promis que le courant serait rétabli en une semaine dans neuf foyers sur dix privés d'électricité dans le Sud-ouest.

    * Suite aux aléas climatiques, des vents violents ont abattu une partie de l'une des plus grandes forêt d'Europe, le nombre d'arbres représente un tas de bois de 10 mètres de haut sur une superficie de 40 hectares.
Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page

Tous les articles

Actualités

Dossiers

Conseils