Energie

Le biogaz vert comparé au gaz naturel Avis prix et conseils

Date de mise à jour : 04/05/2021
Temps de lecture : 4 minutes

Le biogaz vert est le remplaçant "écologique" du gaz naturel. Cet article permet de définir les différentes catégories de gaz « verts » et de comparer le Biogaz vert au gaz naturel. Le biogaz s'obtient à partir de la transformation de matières organiques sous l’action de bactéries, en absence d’oxygène. Avis prix et conseils.

Bienvenue chez Picbleu
Conseils pratiques et engagés pour l'Habitat Durable Informez-vous efficacement
L'info utile
Sans Engagement

  1. Le méthane qu'est-ce que c'est ?
  2. La méthanisation qu'est-ce que c'est ?
  3. Le gaz naturel qu'est-ce que c'est ?
  4. Le gaz vert, qu'est-ce que c'est ?
  5. Émissions de gaz à effet de serre
  6. Quel est le rôle de GRDF ?
  7. Qui sont les fournisseurs de gaz vert ?
  8. Les avantages du biogaz vert
  9. Inconvénients du biogaz vert

Le biogaz ou gaz vert

Le terme « gaz vert »  est une dénomination générale regroupant plusieurs catégories de gaz. Sur le marché national, des multinationales vendent de l'électricité, du granulé de bois, du gaz propane, du biopropane, du biométhane ou gaz vert et du gaz naturel. Différents types de gaz appelés « verts » sont commercialisés : du biopropane, du biobutane et du biométhane.

Le biopropane

Fabriqué à partir d'huile de palme ou d'autres produits comme l'huile de vidange recyclée, le terme « bio » n'est pas employé à bon escient. Il s'agit plus de répondre pour ces multinationales à un souci de communication. 

Le biométhane

Le biométhane est véritablement un gaz vert renouvelable qui permet de recycler les déchets de cultures agricoles, d’industrie agroalimentaire, de restauration collective, de boues de stations d’épuration et de déchets ménagers organiques.

Station de pompage de gaz naturel

Station de pompage de gaz naturel Portail habitat Picbleu

Le méthane qu'est-ce que c'est ? 

Le méthane (CH4) ou hydrure de méthane est appelé commercialement « gaz naturel ». Ce gaz est issu de la décomposition de matières organiques dans des lieux faibles en oxygène.

La méthanisation qu'est-ce que c'est ? 

Il s'agit d'un phénomène biologique de fermentation naturelle des matières organiques ordures ménagères, déchets alimentaires (fruits et légumes), résidus agricoles (lisiers, fumiers) déchets agricoles ou industriels (poussières de céréales). 

Les sites de méthanisation assurent la production de 2 composants : le digestat et le biogaz. Le digestat est utilisé comme fertilisant. Le biogaz une fois purifié appelé biométhane offre des caractéristiques identiques au gaz naturel et peut être stocké et acheminé par les mêmes réseaux.

La méthanisation permet de produire du biogaz, 50 à 70 % de méthane (CH4) et de 20 à 50 % de gaz carbonique (CO2), 

Le gaz naturel qu'est-ce que c'est ? 

  • Le gaz de champ est composé d’hydrocarbures : principalement du méthane (CH4) mais aussi du propane (C3H8), du butane (C4H10), de l’éthane (C2H6) et du pentane (C5H12).
  • Le gaz combustible fossile désoufré est utilisé sous forme gazeuse comme source d’énergie.
  • Le gaz naturel est une énergie fossile qui s'est constituée pendant des milliers d’années.
  • Il est importé, car les gisements sont situés en Europe et en Russie.
  • C’est une ressource limitée qui s’épuise qu'il faut donc économiser.

Le gaz vert, qu'est-ce que c'est ? 

  • Il s'agit d'une énergie 100 % renouvelable produite localement à partir de déchets organiques issus des territoires, des résidus agricoles ou d'effluents d'élevage.
  • Le gaz vert a les mêmes propriétés que le gaz naturel.
  • Il est donc possible par les mêmes canalisations de chauffer, cuisiner, et même de l'utiliser comme carburant automobile. 

Émissions de gaz à effet de serre 

Valeurs exprimées en g eqCO2/kWh PCI

gaz-a-effet-de-serre-energie-renouvelables-ademe-picbleu.png

Quel est le rôle de GRDF ? 

  • GRDF a une mission de service public.
  • Il est le principal opérateur du réseau de distribution de gaz en France, quel que soit le fournisseur. GRDF fournit les réseaux canalisés dans lesquels le gaz circule jusqu'à chaque compteur.

Qui sont les fournisseurs de gaz vert ? 

Beaucoup de distributeurs proposent du gaz de différentes natures parfois appelés abusivement bio. Ci-dessous, quelques exemples dans une liste non exhaustive : les fournisseurs de gaz vert canalisé sont uniquement au nombre de 4 :

Les avantages du biogaz vert 

  • La méthanisation permet la valorisation des déchets organiques en les transformant en biogaz vert.
  • Le réseau canalisé existant long d'environ 197 928 kilomètres est utilisable pour injecter ce gaz vert.
  • Pour les petits agriculteurs aux bonnes pratiques respectueuses, elle pourrait constituer une source de revenus. Il faut simplement souhaiter que ce ne soient pas les industriels de l'agriculture qui en profitent principalement.
  • Les émissions de Gaz à Effet de Serre sont limitées à 16.4 g eqCO2/kWh PCI.
  • Dans les centres urbains, la conversion au gaz vert est plus rapide et moins coûteuse que des réseaux de chaleur à développer.

Inconvénients du biogaz vert 

  • Le digestat produit humide, riche en matière organique, issu de la méthanisation utilisé comme fertilisant pour les sols « s’infiltre facilement et va polluer les eaux souterraines et contaminer nos captages d’eau potable, déjà régulièrement souillés par les effluents de l’agriculture intensive »(1).
  • Le gaz méthane demande beaucoup de rigueur dans l'étanchéité des équipements, car il possède un potentiel de réchauffement 28 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone (2).
  • L’Union européenne, classe et oriente les investissements par ordre d'intérêt pour la planète. Ce qui est nommé « taxinomie ». Le risque est d'oublier la logique et le bon sens. Toute action doit être étudiée afin d'avoir une mesure précise de l’impact sur l’environnement qui doit rester le plus faible possible. 
  • Il faut veiller à ce que les agriculteurs restent des producteurs de nourriture et non pas des producteurs d’énergie fonctionnant uniquement à coût de subventions. Les dérives peuvent être nombreuses notamment l'utilisation de biomasse ou de ressources alimentaires pour faire du gaz ou de l'électricité.

 

(1) https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/01/29/dans-le-lot-les-craintes-d-une-catastrophe-ecologique-liee-a-l-epandage-de-digestat_5416322_3244.html
(2) Le taux de fuite potentiel se situe entre 0 et 10  % (Source GIEC)

Donnez-nous votre avis
Cet article a été commenté 2 fois.
il est préférable de limiter fortement les besoins
Votre commentaire est judicieux, avant de brûler un combustible, il est préférable de limiter fortement les besoins énergétiques avec des maisons passives ou positives. Sur le plan du virus, Mère Nature nous démontre effectivement qu'elle est la plus forte dans beaucoup de domaines aux effets dramatiques pour l'environnement notamment en clouant les avions au sol ! www.picbleu.fr/page/fin-confinement-reprise-des-moteurs-petrole-polluants
« L’important est ce qui brûle » la biomasse n'est pas la solution
La biomasse forestière serait une énergie renouvelable et neutre en carbone... Même si des arbres sont replantés, le CO2 ne sera absorbé que des dizaines d'années plus tard, une fois que les arbres auront repoussé. Même à l'échelle humaine (50 ans calculés par L'ADEME) cette latence est trop importante pour éviter l’aggravation de la déstabilisation du climat. Limiter le réchauffement de la planète est urgentissime. La neutralité carbone à l’horizon 2050 à laquelle l'Union Européenne s’est engagée, en décembre 2020 (réduction des émissions de gaz à effet de serre de 55 % d’ici à 2030) n'est pas efficace. La nature avec le COVID montre l'exemple afin que chaque individu reste enfin à a place sans coûteux déplacement.