Eco-rénovation

Chauffer moins cher grâce aux économies d'énergie

Date de mise à jour : 26/05/2022

Quelle est la meilleure solution pour vous chauffer moins cher ? Installer une pompe à chaleur ? Un poêle à granulés ? Un insert à bois ? Pas de réponse sérieuse possible avant un diagnostic. Objectif : avoir une idée précise de la consommation énergétique de votre logement, et notamment des postes les plus gourmands.

  1. Hausse permanente des énergies
  2. L'isolation : une priorité absolue

Le greenwashing bla bla politique et entrepreneurial

« Nous mettons tout en œuvre pour lutter contre le changement climatique ».

Beaucoup de fausses associations partant du principe suivant « L’énergie la plus propre est celle que l’on ne consomme pas » sont en fait des groupements d'industriels qui font plus appel au marketing qu'à une volonté réelle d'éviter le réchauffement climatique. L'énergie la plus propre est celle que l'on ne fabrique pas comme le solaire.

Souvent, les produits proposés ne sont pas du tout adaptés et particulièrement polluants. Pour lire la suite voir article sur le greenwashing

Le bon investissement

Les travaux susceptibles de vous offrir un retour sur investissement rapide et durable. Pour ce faire, il est primordial de procéder par étapes composées de 3 principales phases :

  1. Faites un diagnostic thermique (mais pas avec un commercial qui agitera sa caméra thermique pour vous impressionner sans fournir de résultats concrets).
  2. Investissez dans une isolation performante
  3. Optez pour la bonne énergie pour le rendre votre logement plus économe.

Hausse permanente des énergies 

À court terme, le coût des énergies traditionnelles ira croissant et consommer moins d'énergie pour le chauffage soulagera votre porte-monnaie, pas immédiatement, car la rénovation d'un bâtiment de type T5 pour répondre aux attentes du Grenelle de l'environnement coûtera de 20000 à 30000 euros. Mais cette facture pourra être allégée par un certain nombre d'aides.

Les solutions technologiques

La meilleure solution pour chauffer moins cher n'est pas de choisir une solution technologique comme l'installation d'une pompe à chaleur, d'une chaudière à pellets ou d'un poêle à granulés de bois, mais de réfléchir en amont au bâtiment qui doit être chauffé. La première étude sérieuse doit porter sur l'enveloppe de la maison et son environnement.

Dans les constructions neuves

les normes RT 2012 permettaient d'optimiser cette première partie, pour les maisons RE 2020, les besoins en chauffage sont très faibles.

Dans les logements anciens

Le problème est plus complexe, car il va falloir améliorer l'isolation des combles, des planchers et des murs. Puis changer les huisseries, puis optimiser la VMC (Ventilation Mécanique Contrôlée) et en dernier calculer le type de chauffage et d'énergie qui se prêtera à la maison et s'adaptera à votre mode de vie.

Mettre une pompe à chaleur dans une maison très mal isolée est un non-sens, de même, mettre un insert ou appareil à bois pour un couple qui travaille et rentre tard le soir et qui passe des weekends à l'extérieur n'est pas une solution rationnelle.

Les appareils de chauffage doivent être de plus en plus performants avec les normes Ecodesign 2022.

etiquette_energie_appareil_chauffage_bois_ecodesign_2022.png

Les bâtiments construits avant 1974 

Le pire : votre logement a été construit avant 1974, c'est-à-dire avant la première réglementation thermique imposant l'isolation, il s'agit d'une maison énergivore qui souffre souvent d'une déperdition d'énergie coûteuse. En optimisant l'isolation de votre logis, vous pouvez réduire fortement vos besoins.

La consommation énergétique de votre logement

Les solutions possibles pour avoir une idée précise de la consommation énergétique de votre logement, et notamment des postes les plus gourmands sont au nombre de 4 :

  1. Réaliser soi-même une évaluation.
  2. Faire venir un professionnel du bâtiment.
  3. Faire effectuer un diagnostic de performance énergétique.
  4. Faire appel à un bureau d'étude thermique.


1. Réaliser une évaluation gratuite grâce à des simulateurs en ligne est devenu peu judicieux. Vous trouvez des logiciels sur des sites de professionnels de l'isolation ou du chauffage dont le but est uniquement de revendre vos coordonnées et au passage récupérer les CEE dont vous pouvez bénéficier.

2. Vous faites venir un professionnel RGE du bâtiment. Le risque est qu'il soit à la fois juge et partie. Il y a en effet peu de chances qu'un professionnel spécialiste des pompes à chaleur vous conseille le chauffage au bois s'il est lui-même incapable d'installer une chaudière ou une installation solaire. Préférez les professionnels faisant payer ce service : c'est un gage d'impartialité. NB : Pour vous aider à identifier les professionnels « objectifs », la CAPEB consciente de ce problème a lancé la marque « Eco artisans des artisans de qualité». Une entreprise affichant cette marque s'engage à proposer des solutions techniques cohérentes, intégrant l'ensemble des postes de travaux nécessaires et non pas uniquement ceux touchant directement son secteur d'activité.

3. Un professionnel certifié viendra chez vous le réaliser un véritable diagnostic de performance énergétique, ou DPE (obligatoire pour la mise en vente ou en location d'un bien).

L'intérêt de cette étude ? Au-delà de vous fournir une estimation de la consommation d'énergie et des émissions de gaz à effet de serre, elle aboutit à des recommandations sur les travaux les plus efficaces. Du moins en théorie.

La nouveauté de ce diagnostic récent et le manque de pratique de certains professionnels habilités à le mettre en œuvre imposent une certaine prudence. Pourquoi ?

1ère réserve : La méthode de calcul utilisée ne tient pas compte des habitudes de consommation de l'occupant, elle entraîne de facto quelques imperfections. Si le logement est déjà occupé il suffit de Comparer les résultats obtenus lors du DPE à la consommation réelle mentionnée sur les factures énergétiques.

2ème réserve : Elle concerne les recommandations. Une liste de travaux envisagés séparément les uns des autres est élaborée en précisant, pour chacun, le taux spécifique du crédit d'impôt applicable.

Résultat : le risque consiste au fait que vous aurez tendance à opter pour les solutions offrant la meilleure incitation fiscale, sans aucune vision d'ensemble.

Notre conseil : Il faut demander au diagnostiqueur de surpasser le DPE habituel en vous soumettant une solution plus globale, sous la forme d'un « bouquet » de travaux hiérarchisés en fonction de leur priorité.

4. En faisant appel à un bureau d'études thermiques, vous disposerez d'un conseil sur mesure plus affiné. Certains bureaux d’études réalisent, en effet, des audits chez les particuliers. Différentes solutions en termes d'isolation et de chauffage seront alors envisagées avec, pour chacune d'entre elles, le budget et les prévisions de retour sur investissement.

À partir d'un questionnaire rapide portant sur le bâti et les équipements de votre logement, ils donneront une note à votre habitation. Celle-ci ira de « A », pour les moins « énergivores », à « G », pour ceux dont la consommation dépasse 450 kWh par mètre carré et par an.

Qui n'a pas entendu parler du Grenelle environnement ?

L'objectif du Grenelle environnement, est d'améliorer d'ici à 2020, les bâtiments existants qui devront s'adapter pour réduire de 38 % leur consommation. N'avez-vous pas intérêt à contribuer à cet objectif ? À moyen terme, cela ne fait aucun doute. Reste à savoir quels travaux engager et quand. Les réponses à apporter diffèrent non seulement selon l'état de votre logement et de ses équipements, mais aussi selon vos projets concernant votre habitation. 2 cas peuvent de présenter :

Vous venez d'emménager dans un logement et vous comptez y rester sur place longtemps.
Si votre logement nécessite des travaux de rénovation, n'hésitez pas à investir intelligemment.
Vous envisagez de déménager dans quelques années.

Vous ne profiterez pas du retour sur investissement d'une rénovation lourde. Cependant, si votre logement se révèle très « énergivore », vous avez tout intérêt à effectuer des travaux pour améliorer les performances énergétiques de votre logement, car en cas de revente, la classe énergétique d'un logement figurant sur le diagnostic de performance énergétique est de plus en plus examinée par les acquéreurs. De fait, une mauvaise note entraînera à coup sûr une décote sérieuse de votre bien et le bilan financier global (investissement, coût d'exploitation pendant plusieurs années et revente) sera médiocre.

L'isolation : une priorité absolue 

avant d'investir dans un nouveau chauffage.
Bien isoler son logement, c'est réduire sa facture énergétique et c'est une priorité avant d'investir dans un nouveau chauffage. ACQUALYS fait le point sur la vraie rentabilité de tous les équipements. Mais il faut également penser à tous les autres aspects (orientation, type de matériau). 

Donnez-nous votre avis
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.