Comparatif prix énergies kwh avoine charbon gaz électricité bois fioul granulés

Dernière modification :

Après examen de chaque énergie de chauffage, vous serez amenés à en supprimer certaines et à vous intéresser de plus près à d'autres, vous pourrez choisir la solution technique et le matériel adapté, en toute connaissance de cause. Gardez toujours à l'esprit qu'il n'existe pas d'énergie vertueuse ou à zéro impact sur l'environnement.

La meilleure énergie est bien sûr celle que l'on ne consomme pas : il faut toujours se rappeler cet adage plein de bon sens et investir dans l'isolation du bâti, sans doute le meilleur investissement pour l'avenir tout en tenant compte de tous les autres paramètres indissociables (bio-exposition, ventilation, vecteur eau chaude, etc).

 

Les enjeux

La France importe une part très importante de ses ressources énergétiques, la maîtrise des consommations d’énergie est devenue indispensable, car l'enjeu économique se superpose à un autre enjeu celui de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Deux postes coûtent cher à la Nation : le transport 32 % et le chauffage des bâtiments qui représente à lui seul 43 % de l’énergie finale consommée dans le pays. La réduction de ces postes est une nécessité à l'heure actuelle et la transition énergétique permettra de limiter la dépendance énergétique. Les consommations de chauffage ont diminué depuis la prise de conscience du premier choc pétrolier de 1973 conjugué à l’effet des règlementations et des modifications des comportements. Le choix d’un mode de chauffage performant aux plans technique,économique et environnemental est crucial pour réduire les consommations énergétiques, en particulier dans l’habitat existant où ces consommations restent élevées.

 

Les modes de chauffage dans l'habitat individuel

Cet article détaille les prix, les performances énergétiques, environnementales et économiques de tous les différents systèmes de chauffage existants pour les maisons individuelles et logements collectifs chauffés individuellement (habitat individuel), neufs ou existants.

La prise de décision individuelle concernant le chauffage central collectif est généralement limitée, de plus, relevant de systèmes techniques très différents des maisons individuelles, ce sujet n’est pas traité dans cet article.

Il faut noter que le chauffage n'est pas la seule source de consommation : L’isolation, la ventilation et le chauffage sont étroitement liés pour permettre à la fois un réel confort, des économies importantes et une atmosphère intérieure saine. Les performances de l’ensemble de ces 3 éléments dépendent du maillon le plus faible.

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) donne une indication sur la performance énergétique d'un logement ou d'un bâtiment (voir plus bas).

Comparez le prix des énergies de chauffage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Demander l'aide de Picbleu

Il est possible de demander un conseil ou de consulter les différentes énergies grâce aux dossiers comparatifs Picbleu

 

Besoin d'aide Picbleu formulaire de demande de devis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dossier complet sur les différentes énergies.
Dossier complet sur les différentes énergies.

Ce qu'il faut absolument savoir sur chaque énergie. Picbleu ne pratique pas la revente de vos coordonnées à des sociétés de démarchage qui vous solliciteront à longueur de temps

14.99 € TTC

Plus d'infos

 

  • Prix des énergies historique septembre 2016

    Fiche technique renseignements : PRIX DES ENERGIES N° 102

    Septembre 2016

    (remplace le PRIX DES ENERGIES N° 101 du 1er août 2016)

    Prix des énergies en France par ordre alphabétique

    Tableau comparatif du prix des combustibles, du coût réel moyen et du rendement de toutes les énergies disponibles en France. Péréquation entre le prix des différentes sources d’énergie ramenées au kWh et le rendement du dispositif de chauffage. Les différents frais annexes* qui figurent sur la dernière colonne de droite n’ont pas été intégrés dans ces coûts moyens réels. *Frais fixes : abonnements location, ou transport et éventuellement les frais d’entretien ou de maintenance. La future taxe carbone n'est pour l'instant pas appliquée sur ces barèmes.

    Prix base

    Quantité par an ou

    pouvoir calorifique

    Rendement global
    ( moyen)

    Coût moyen réel centime€ par 100 kWh PCI

    Observation

    sur le type d’énergie

    80 €/tonne jachère

    Teneur énergétique 4 à 4.2 KWh par Kg

    2.5 tonnes d'avoine fournissent 10000 Kwh

    0.60

    2,1 €

    Filière peu développée, la question à se poser est relative au fait de brûler des aliments même déclassés (0) (avoine, blé, colza, maïs, orge, seigle, tournesol, triticale, etc.) dans un but strictement énergétique.

    108 €/tonne jachère

     -

    0.60

    2,5 €

    Filière peu développée, la question à se poser est relative au fait de brûler des aliments même déclassés (0) (avoine, blé, colza, maïs, orge, seigle, tournesol, triticale, etc.) dans un but strictement énergétique.

    36 à 60 €/ stère feuillus en bûche de 50cm (1)

    Moyen 1600 kWh par stère

    0.6

          2,9 €

       à 3,4 € 

    Énergie polluante atmosphérique en logements groupés   

    247 € la tonne

    1000 l de FOD = 2 et 2.2 t

                 0.71

    5,38 €

    100 kwh pci

    Énergie intéressante (autonomie, propreté combustion, coût) peu polluant lorsqu’elle est associée à un appareil normes haut rendement (EPA). Dans le cas d'un appareil individuel (poêle) doit être considéré comme un chauffage d'appoint et non pas comme un chauffage destiné à chauffer une habitation (ponts thermiques et pièces attenantes non chauffées créant un certain inconfort). Brassage d'air pulsé favorisant transfert de poussières et de polluants.          

    Crédit d'impôt et aides des travaux d'économie énergie

     

    270 € à

    420 € la tonne

     

     

     

     

    Pouvoir calorifique 4600 kWh par tonne

           0.71

     

     

       5,85 € 100 kwh pci

     

     

     

     

    Énergie intéressante (autonomie, propreté combustion, coût) peu polluant lorsqu’elle est associée à un appareil normes haut rendement (EPA). Dans le cas d'un appareil individuel (poêle) doit être considéré comme un chauffage d'appoint et non pas comme un chauffage destiné à chauffer une habitation (ponts thermiques et pièces attenantes non chauffées créant un certain inconfort). Brassage d'air pulsé favorisant transfert de poussières et de polluants

     

     

    Crédit d'impôt et aides des travaux d'économie énergie

     

     

     

    247 € la tonne(3)

    Pouvoir calorifique 4600 kWh par tonne

    0.89 - 0.95                (Chaudière)

       5.38 €

     Énergie intéressante (autonomie, propreté, coût) non polluante lorsqu’elle est associée à un appareil normes haut rendement EPA

    0.027 € par kWh65 € à 90 € /T

    Pouvoir calorifique 3500 kWh par tonne

                0.71

        3.6 €

    Énergie intéressante non polluante lorsqu’elle est associée à un appareil à gazéification aux normes haut rendement.

    (2)

     

    Pouvoir calorifique 3500 kWh

    par tonne

     

     

    0.71

     

     

    3.6 €

     

     

     

     

     

     

    Énergie très intéressante peu polluante lorsqu’elle est associée à un appareil normes haut rendement. Bénéficie d'un crédit d'impôt intéressant (installation neuve) ou (remplacement d'un appareil ancien) suivant des règles précises.

    Crédit d'impôt et aides des travaux d'économie énergie

     

    36 à 50 €/ stère feuillus en bûche de 50 cm

    Moyen 1600 kWh par stère

    0.15

    4.30 €

    Énergie polluante atmosphérique système de cheminée ouverte à déconseiller rendement extrêmement faible, voir article

     

     

    Bois de chauffage : pouvoir calorifique PCI PCS, séchage, stockage

    Prix base

    Quantité par an ou

    pouvoir calorifique

    Rendement global
    ( moyen)

    Coût moyen réel € par 100 kWh PCI 

    Observation

    sur le type d’énergie

    36 à 55 €/ stère feuillus en bûche de 50 cm

    Moyen 1600 kWh par stère

    0.25

    4.30 €

    Énergie polluante atmosphérique système de cheminée ouverte à déconseiller rendement extrêmement faible, voir

    (combustion du bois).

    0.58 €/kg

    Pouvoir calorifique 8.44 kWh

    0.15

    6.96 €

    Énergie polluante 360 g/co2/kWh système à déconseiller.

    Double tarif 0.09 €/kWh

    9 KVA

    12000 kWh, dont 5000 en heures creuses

    0.89

    12.82 €

    Pas de basse consommation. Il faut utiliser 2.58 kWh de combustible (uranium, charbon, gaz principalement) pour obtenir 1 kWh restitué chez l'usager. Ce système à effet joule est défavorable pour l'environnement. Problème relatif au rayonnement électromagnétique basse fréquence 50 hertz suspecté d'avoir un impact sur la santé (Système coûteux déconseillé).

    Champs magnétiques protection pathologie électro sensibilité

    Simple tarif 0.13 €/KWh

    12KVA

    0.89

    12.82 €

    Pas de basse consommation. Il faut utiliser 2.58 kWh de combustible (uranium, charbon, gaz principalement) pour obtenir 1 kWh restitué chez l'usager. Ce système à effet joule est défavorable pour l'environnement. Problème relatif au rayonnement électromagnétique basse fréquence 50 hertz suspecté d'avoir un impact sur la santé (Système coûteux déconseillé).

    Champs magnétiques protection pathologie électro sensibilité

    Double tarif 0.09 €/KWh

    12000 kWh, dont 5000 en heures creuses

    0.91

    12.82 €

    Il faut utiliser 2.58 kWh ep de combustible (uranium, charbon, gaz principalement) pour obtenir 1 kWh restitué chez l'usager. Ce système à effet joule est défavorable pour l'environnement. Problème relatif au rayonnement électromagnétique basse fréquence 50 hertz suspecté d'avoir un impact sur la santé (déconseillé).

    Champs magnétiques protection pathologie électrosensibilité

    Double tarif

    Electricité, production, comparatif fournisseurs énergie

     

    12000 kWh, dont 5000 en heures creuses

    0.91

     

    12.82 €

     

    Il faut utiliser 2.58 kWh ep de combustible (uranium, charbon, gaz principalement) pour obtenir 1 kWh restitué chez l'usager. Ce système à effet joule est défavorable pour l'environnement. Problème relatif au rayonnement électromagnétique basse fréquence 50 hertz suspecté d'avoir un impact sur la santé (déconseillé).

    Champs magnétiques protection pathologie électrosensibilité

    Simple tarif 0.11 €/KWh

     -

    Coefficient de performances COP (théorique) = 2.19

    12.82 €

    Chauffage par soufflerie source d'inconfort et inefficace par temps froid (en dessous + 7°). Plus de crédit d'impôt. Il faut utiliser 2.58 kWh ep de combustible (uranium, charbon, gaz principalement) pour obtenir 1 kWh restitué chez l'usager.

    Simple tarif 0.13 €/KWh

     -

    Coefficient de performances COP (théorique) = 2.23

    12.82 €

    Intéressante couplée à une installation photovoltaïque, mais gaz frig polluants au niveau Gaz à effet de serre qui absorbent une partie des rayons solaires. Il faut utiliser 2.58 kWh ep de combustible (uranium, charbon, gaz principalement) pour obtenir 1 kWh restitué chez l'usager.

    12 kVA double tarif.

    Electricité, production, comparatif fournisseurs énergie

    (HP)   0,1312 € TTC/kWh

    (HC)   0,0895 € TTC/kWh

    Coefficient de performances COP (théorique)  = 4

    12.82 €

    Système intéressant offrant le meilleur rendement (pour des habitations neuves) couplé à une installation photovoltaïque et solaire thermique, mais coûteux en investissement/ amortissement et particulièrement polluant au niveau des Gaz à effet de serre qui absorbent une partie des rayons solaires (énergie primaire). Nécessite une résistance électrique (2 et 4 kWh) dans le cas d'appoint et eau chaude sanitaire. Bénéficie d'un crédit d'impôt.

    Prix base

    Quantité par an ou

    pouvoir calorifique

    Rendement global
    ( moyen)

    Coût moyen réel € par kWh

    Observation

    sur le type d’énergie

    0.7788 € TTC le litre Source

    DIREM 22/02/2008

    0.6086 € TTC le litre source

    DIREM 16/06/2009 

    0.6529 € TTC le litre source

    DIREM 12/02/2010 

    0.8800 € TTC le litre source

    DIREM 02/09/2011

    0.9390 € TTC le litre source

    DIREM 22/09/2012

    0.5850 € TTC le litre source

    DIREM 01/08/2016

         

    Livraison de 2000 à 2999 litres 3 qualités différentes de fioul.

    Exemple d'une maison mal isolée consommant 3000 litres de fioul par an pour le chauffage et la production d'eau chaude sanitaire environ 30000 KWh soit 6.3 tonnes de pellets ou 7.5 tonnes d'avoine.

    Pouvoir calorifique moyenne 9.91 kWh/ litre

    Rendement

    0,90

    7.85

    février 2008

    6.93

    16 janvier 2009

    6.52

    12 février 2010

    7.46

    Mai 2010

    7.31

    juin 2010

    9.31

    juin 2010

      0.0872

    sept 2011

     9.79 €

    avril 2013

     

     

    Énergie fossile fortement polluante malgré les progrès des chaudières à condensation. Le fioul combustible commence à être interdit en Europe. La chute du baril en 2009 a fait baisser le prix au litre puis les prix du pétrole ont sensiblement remonté depuis janvier 2010 et ont atteint des niveaux records en janvier 2011 suite aux évènements du printemps Arabe et de la crise financière de 2011. A l’automne 2014 les prix se sont à nouveau effondrés : jusqu’à quand ? Les bons rendements des nouvelles chaudières fioul ne compensent pas la hausse ininterrompue du pétrole qui était facile d'accès mais qui devient rare. Les techniques pour puiser le pétrole deviennent coûteuses et risquées pour l'environnement (forages profonds, offshore, etc.). De plus, les risques liés au terrorisme rendent les forages risqués et coûteux en termes de couverture assurance. Risque de vol.

    0.04916 €/kW

    Gaz naturel en compteur, gaz de ville, gaz canalisé

    Pour une consommation de 12000 kWh/an

    Pouvoir calorifique (4)

    0.81

    Moyenne

    5.89 €

    Énergie fossile intéressante en termes de coût à l'usage pour des locaux bien isolés et en complément d’installation solaire. Permet 3 usages : cuisine, eau chaude sanitaire et chauffage.

    0.04916 €/kW

    Gaz naturel en compteur, gaz de ville, gaz canalisé

    Pour une consommation de 12000 kWh/an

    Pouvoir calorifique (4)

    0.95

    Moyenne

    7.28 €

    Énergie fossile intéressante en termes de coût à l'usage pour des locaux bien isolés et en complément d’installation solaire. Permet 3 usages : cuisine, eau chaude sanitaire et chauffage.

    Variable suivant marque

    Propane en citerne gaz GPL ou compteur de gaz liquéfié(6)

    Ex. : 12000 kWh/an

    Pouvoir calorifique

    PCS 13835 kWh

    PCI 12780  kWh

    0.81

    10.99 à

    8.47 €

    (7)

    Énergie fossile pour les inconditionnels du gaz dans les zones non desservies en gaz naturel. Solution possible comme énergie dans des locaux très bien isolés

     Construction neuve RT 2012 basse consommation en complément de solaire. Permet 3 usages : cuisine, eau chaude sanitaire et chauffage.

    Variable suivant marque

    Propane en citerne gaz GPL ou compteur de gaz liquéfié(6)

    Ex. : 12000 kWh/an

    Pouvoir calorifique

    PCS 13835 kWh

    PCI 12780 kWh

    0.95

    12.71 à 18.07 €

    (7)

    Énergie fossile pour les inconditionnels du gaz dans les zones non desservies en gaz naturel. Solution possible comme énergie dans des locaux très bien isolés Construction neuve RT 2012 basse consommation en complément de solaire. Permet 3 usages : cuisine, eau chaude sanitaire et chauffage.

    1.27 € le litre 1.622 € le plus cher et 0.90 € le litre le moins cher en bidon de 20 litres

    Kerdane Éthanol Kérosène

     

    0.70

     

    12 € 100 kwh pci

     

    Combustion libérant des gaz susceptibles d’altérer la santé et la qualité de l’air (9)

    0€

    Nécessite une énergie d’appoint pour les jours sans soleil (rayonnement) (10)

    1

    0 €

    Véritable énergie que l'on pourrait qualifier d'« écologique » (11) naturelle gratuite et disponible. Facilité de pose.  Nombreux fabricants et marques connues et fiabilité du matériel. Réseau d'installateurs formés et qualifiés 

    Les qualifications des installateurs de chauffage et d'énergies

     

    (0) Céréales déclassées : règlementation sur les micro toxines qui peut écarter certaines années plusieurs lots de céréales impropres à l'alimentation animale ou humaine.

    (1) Équivalence des énergies bois (valeurs moyennes 2013) base : puissance calorifique équivalente d’une tonne de fioul domestique Français.4 tonnes de bûches de bois (7 stères) soit 315 € TTC.

    (2) Équivalence 3 tonnes de plaquettes de bois (11 m3) Soit 209 € TTC.

    (3) Équivalence 2 tonnes de granulés de bois (3 m3) Soit 400 € TTC.

    (4) La composition chimique du gaz naturel varie selon les gisements : 
    — Gaz naturel de type B, son pouvoir calorifique supérieur (PCS) est compris entre 9,5 et 10,5 kWh/m3 gaz de Groningue, distribué dans la région Nord-Pas-de-Calais.
    — Gaz naturel de type H, son pouvoir calorifique supérieur (PCS) est compris entre 10,7 et 12,8 kWh/m3 gaz provenant d'Algérie, de mer du Nord et de Russie.
    Après épuration, ils contiennent une majorité de méthane (81 à 97 %) et de très faibles quantités d'éthane (< 10 %), de butane (< 5 %), de propane (< 2 %), d'azote (< 5 %) et de dioxyde de carbone (< 3 %).

    (5) Cliquer sur le lien pour afficher le barème des tarifs règlementés Gaz de France Dolce Vita.

    (6) Cliquer sur le lien pour afficher le tableau des prix des différentes marques de gaz propane en France.

    (7) Prix final variant suivant les différentes marques de distribution du gaz propane. Le calcul est effectué avec le prix de la tonne de gaz propane la plus chère  du marché et le prix de la tonne de gaz la moins chère.

    (8) Le rendement est augmenté de 11 % lorsqu'une chaudière à condensation alimente un réseau basse température (plancher chauffant ou radiateurs à basse température).

    (9) Il est indispensable de ventiler particulièrement les pièces, car ce moyen de chauffage crée des condensations et une pollution de l'air dans les locaux habitables.

    (10) Exemple d’appoint avec une chaudière à gaz naturel : multiplier par 0,2 le coût de l'énergie gaz si le solaire couvre 80 % des besoins ( il faut diminuer le coût de l'énergie d'appoint par le pourcentage économisé par le solaire). Ensoleillement variable suivant les régions.

    (11) Même en prenant en compte l’empreinte écologique liée au CO2 libéré lors de la fabrication des panneaux égale (entre 2 et 7 ans). Le verre de plus, se recycle facilement.

    Prix TTC, hors amortissement de l’installation. Source ADEME et divers (actualisé en août 2016).

    Ce tableau, malgré la précision de sa méthode, ne vous donne qu’une synthèse de tarifs relevés sur le terrain. Liste et détails non exhaustifs. IMPORTANT : Ce tableau est établi suivant des relevés fixés à un moment donné. Il a pour but de permettre des comparatifs entre les tarifs de vente des énergies en France. Il ne constitue donc en aucune manière, ni directement, ni indirectement un document contractuel engageant soit le conseil, le chauffagiste-conseil, le ou les fabricants ou les intermédiaires intervenants.

    Picbleu. Solutions durables pour l’habitat & énergies d’avenir

  • Le futur bâtiment passif

    Le prochain type de bâtiment devra normalement produire davantage d’énergie qu’il n’en consommera, ce sera un bâtiment passif, c'est-à-dire un bâtiment à très faible consommation avec une production locale d’électricité photovoltaïque en auto-consommation. Il devra présenter une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep/m²/an (contre 50 kWhep/m²/an en moyenne actuellement, ainsi qu’une consommation totale d’énergie primaire limitée (tous usages confondus, soit les 5 usages de la réglementation actuelle : le chauffage, la production d'ECS (Eau Chaude Sanitaire), le refroidissement, l'éclairage, les appareils électriques auxiliaires (pompes, ventilateurs, etc.), auxquels s’ajouteront les équipements mobiliers et certains équipements immobiliers (par exemple les ascenseurs ou l'alimentation des voitures électriques qui vont fort heureusement se systématiser et éliminer progessivement nos polluants moteurs diesel). La question se posant sera liée à la prise en compte ou non de l’énergie grise, la RT 2020 fixera ce niveau comme seuil réglementaire. Il est souhaitable que la santé (exemple l'absence d'émission de polluants intérieurs) et le bien-être des occupants (exemple acoustique) soient également pris en compte par ces nouvelles dispositions.

    Les systèmes de chauffage appelés « centralisés » à vecteur eau chaude

    Environ 57 % des maisons individuelles en résidence principale en France sont équipées de systèmes centralisés fonctionnant au gaz naturel, gaz propane ou au fioul domestique. Les systèmes de chauffage central appelés « centralisés » sont constitués de 3 composants :

    -Un générateur (type chaudière) qui produit la chaleur à partir d’énergie fossile, d’énergie renouvelable ou d’électricité. La majorité des générateurs ont une fonction double service, car ils assurent généralement la production d’eau chaude sanitaire (chaudières, poêles hydrauliques, pompes à chaleur, etc.). La production d’eau chaude sanitaire (cuisine, bains, etc.) peut être réalisée indépendamment du générateur de chauffage par un ballon à accumulation (type cumulus électrique : une marque déposée du groupe français Atlantic ou Styx). Ces générateurs de chaleur sont pilotés par un ou plusieurs appareils de régulation (pièce par pièce), ou de programmation permettant de régler la température de la pièce à une valeur désirée (température de consigne) en tenant compte de la température extérieure (sonde extérieure).

    -Un système de distribution qui transporte les calories issues de l'énergie depuis le générateur de chaleur jusqu’à son lieu d’utilisation grâce à de l’eau ou de l’air (réseau de tuyaux, de gaines aérauliques, etc.)

    -Un ou plusieurs émetteurs chargés de restituer la chaleur produite aux utilisateurs grâce à des radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs.

    Les systèmes de chauffage appelés « décentralisés »

    Avec les systèmes « décentralisés », la chaleur est directement générée et émise sur place la diffusion de la chaleur est moins bien répartie qu'avec des émetteurs de chaleur.Le système décentralisé le plus connu et le plus répandu en France (42 % des maisons individuelles en résidence principale) est le chauffage électrique par effet Joule, les fameux « grilles pains » fixés au mur à l'odeur caractéristique de la poussière qui se carbonise sur les résistances dès le premier allumage hivernal. Tous les appareils indépendants fonctionnant au bois énergie (bois bûche, granulés de bois, bois reconstitué) sont également des systèmes décentralisés.

    Avant de penser énergie, des améliorations de l'efficience thermique doivent porter sur tous les postes comme la suppression des ponts thermiques, l'isolation des combles et des murs, le remplacement des portes et fenêtres, la ventilation, les appareils de production de chauffage et d'eau chaude. Les industriels et l’ensemble des professionnels du bâtiment développent de manière continue de nouvelles technologies pour l’amélioration des performances thermiques des logements. Le coût parfois élevé de ces solutions techniques dans la première phase de leur développement, fait qu’elles répondent souvent mal aux préoccupations de certains ménages exposés à un pouvoir d'achat réduit ou à la précarité énergétique. Il est toutefois inutile de s’en priver systématiquement, car les économies générées par des travaux d'amélioration thermiques peuvent générer un temps de retour sur investissement raisonnable. Lorsque ces solutions peuvent être financées par un tiers dans une proportion proche de la totalité du coût, l'intérêt est accru. En raison de la technicité de certains travaux, leur mise en oeuvre doit être parfaitement maîtrisée pour des professionnels qualifiés RGE c'est le principe même de l'éco-conditionnalité.

    Le prix de l'énergie en centimes/kWk n'est pas une donnée suffisante

    Paradoxalement lorsque les besoins de chauffage sont peu élevés (maisons neuves ou très bien isolées), le chauffage électrique, les chaudières à condensation gaz naturel, au gaz propane ou au fioul domestique apparaissent aujourd’hui comme étant les modes de chauffage les plus intéressants économiquement. La raison tient au fait que les systèmes de chauffage sont avantagés par un coût d’investissement limité, même s'ils génèrent une facture énergétique annuelle plus élevée que les autres systèmes : le coût de l’énergie représente environ 80 % du coût global sur un amortissement de 15 ans. Le chauffage électrique peu coûteux à l’installation et à la maintenance est l’un des plus coûteux à l’usage, il va augmenter fortement ces prochaines années, en raison des investissements nécessaires dans la modernisation du parc de production et des réseaux électriques. Le gaz naturel a vu son prix augmenter de près de 40 % en 10 ans. Il reste une énergie relativement attractive comparée au prix de l’électricité. Le fioul domestique est une énergie polluante, les prochaines dispositions fiscales le rendront de moins en moins intéressant. Son prix est comparable à une balle de tennis qui rebondit dans un ascenseur en montée.

    Tableau des différentes énergies de chauffage en centimes/kWh 

    Vous constaterez dans le graphique Acqualys ci-dessous que le prix de l'énergie n'est pas une donnée constante : même le bois de chauffage subit les variations du cours du pétrole, car son prix de revient tient compte du prix du carburant, de l'huile pour les tronçonneuses, du coût du transport, etc. . Il est donc impératif de bien réfléchir pour vos projets de constructions ou de rénovations afin de les envisager sur le long terme. Votre logement doit consommer le moins d'énergie possible : c'est la clé de votre dépendance énergétique. Il est en effet préférable d'investir dans l'isolation de votre logement lors de vos travaux plutôt que de payer des factures d'énergie élevées chaque année ou de consommer beaucoup de bûches de bois même si le mètre cube apparent de bois (appelé anciennement stère) est relativement abordable car dans ce cas, c'est le niveau de pollution atmosphérique (notamment l'émission de particules fines) qui n'est pas acceptable. Les travaux d'isolation coûtent 3 fois moins cher en termes financiers et environnementaux que les futures dépenses en énergie.

    Tableau des différents prix en cts/kWh comparés de toutes les principales énergies de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire en France. Les prix les plus récents figurant sur le tableau ci-dessous sont ceux relevés au cours du mois précédent. La meilleure énergie est celle que l'on ne produit pas et l'on ne consomme pas : il faut toujours se rappeler cet adage plein de bon sens et investir dans l'isolation du bâti, sans doute le meilleur investissement pour l'avenir.

    Quel impact aura la TICGN (Taxe consommation produit énergétiques polluants sur la facture d'énergie)

    La nouvelle taxe sur la consommation de produits énergétiques polluants (TICGN) est entrée en vigueur le 1er avril 2014. En effet, le gouvernement a décidé de mettre fin à une exception qui existait depuis 1986 d'exempter les ménages de la taxe collectée auprès des professionnels par les fournisseurs d'énergie avant de la reverser à l'État. Mécaniquement, la facture de gaz des ménages français va augmenter. La CCE (contribution climat énergie) devrait rapporter à l'État 340 millions d'euros en 2014, 2,5 milliards d'euros en 2015 puis 4 milliards en 2016. La TICGN est pour le gaz naturel des taxes intérieures de consommation perçues sur les carburants, le fioul domestique ou le charbon.La contribution climat énergie (CCE), appelée également « taxe carbone » a pour objectif de combiner les taxes sur les énergies polluantes avec leurs rejets de gaz carbonique.  Le montant de la taxe a été fixé initialement à 1,41 euro par mégawattheure, elle sera relevée à 2,93 euros en 2015 puis à 4,45 euros en 2016.Source : ministère de l'Écologie et de l'Énergie. Concernant le gaz naturel, la taxe carbone doit faire augmenter la facture des consommateurs du résidentiel de 7,5 % sur une période de 3 ans. Pour information, le tarif de base (B1) pour un ménage se chauffant au gaz pouvait atteindre jusqu'à 60,20 euros TTC du mégawattheure suivant les zones géographiques. Les coûts du gaz naturel, du charbon ou encore du fioul lourd ont augmenté en 2014 par l'instauration de la CCE (Contribution Climat Énergie), les carburants et le fioul domestique augmenteront également en 2015 et 2016. Seule exception : le gaz utilisé afin de produire de l'électricité. Poussières particules fines diesel/bois = pollution de l'air

    Diagnostic et conseil question demande Portail habitat Picbleu

    Le comparateur et le prix des principales énergies en France

    (électricité, gaz propane, fioul, gaz naturel, granulés de bois). Il faut noter que la notion de rendement doit intervenir dans un calcul thermique (exemple pour le gaz ou le fioul : rendement d'une chaudière à condensation lors de la combustion et rendement d'exploitation). Ce graphique offre l'avantage de pouvoir créer une hiérarchie dans la tarification de l'énergie.

    Toutes les énergies existantes. Encyclopédie ACQUALYS. jpeg

    Ci-dessus : les différentes énergies présentées par ordre alphabétique : agrocombustible, bois, biomasse, charbon, électricité, éolien, fioul, gaz naturel, gaz propane, géothermie, microcogénération, pile à combustible, pompe à chaleur électrique, pompe à chaleur à gaz, chaudière hybride, solaire thermique, solaire photovoltaïque.

    Commentaires sur les différents tarifs de l'énergie

    Malgré des variations ponctuelles, l'écart de prix entre les énergies demeure dans le temps sensiblement identique. Cette stabilité est un encouragement à réfléchir sur le choix des équipements énergétiques à faire installer ou à substituer. L'énergie la moins chère est celle que l'on ne produit pas et que l'on ne consomme pas. La sobriété énergétique est la première mesure à adopter pour pouvoir devenir plus indépendant. Le centime kilowatt/heure ne suffit pas pour faire un choix, d'autres critères doivent être pris en compte : par exemple l'impact environnemental, l'amortissement, le coût de la maintenance, la dépréciation, la fiabilité, le confort, etc. 

    Cliquez pour connaître les avantages inconvénients de chaque énergie

    Le comparatif du coût annuel des énergies les plus courantes pour une maison RT 2012

    Les seuls chiffres du coût de l'énergie ne suffisent pas pour comparer les énergies, d'autres paramètres doivent être retenus : le type de logement, l'investissement, l'amortissement, les abonnements, la consommation et les frais d'entretien. Ci-dessous, calcul comparatif pour un Bâtiment Basse Consommation RT 2012 de 90 m2. 4 personnes. Consommation d'énergie primaire de 50 kWhep/m².an. Besoins thermiques chauffage 4500 kWh/an dont appoint solaire pour l'eau chaude sanitaire 2047.5 kWh/an. La puissance électrique souscrite est de 12 KVA pour les pompes à chaleur et 6 KVA pour les autres énergies. Le COP retenu pour la pompe à chaleur air/air est de 2.19 et 3.3 pour la pompe à chaleur air/eau. Le rendement pour le gaz est de 0.98 et 0.9 pour le fioul. Le prix du gaz propane retenu est celui du fournisseur le moins cher sur le marché. Le prix du fioul domestique a été fixé à 0.900 €/litre

    Comparatif du coût énergie chauffage annuel pour maison neuve

    Le lien ci-dessus offre un calcul qui démontre que pour une maison basse consommation RT 2012 différents critères influent significativement. 5 systèmes les plus courants dans l'habitat ont été analysés, il existe bien sûr d'autres types de chauffages pour les logements neufs, mais qui n’offrent pas un confort suffisant (poêle centralisé, cheminée, etc.) ou dont le coût d'investissement et donc l'amortissement est trop long pour les rendre attractifs : chaudière à granulés, chaudière à bois déchiqueté, pompe à chaleur thermodynamique (appelée improprement géothermie), chauffage solaire par panneaux thermiques, etc.

    Historique : relevés tarifs du fioul domestique

    (voir notice d'information de la fédération des combustibles).

    Les 3 éléments de confort

    Il faut noter que le chauffage n'est pas la seule source de consommation : L’isolation, la ventilation et le chauffage sont étroitement liés pour permettre à la fois un réel confort, des économies importantes et une atmosphère intérieure saine. Les performances de l’ensemble de ces 3 éléments dépendent du maillon le plus faible.

    Guide habitat isolation thermique sol murs combles toit

    Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE)

    Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) donne une indication sur la performance énergétique d'un logement ou d'un bâtiment, en évaluant sa consommation d'énergie et son impact en termes d'émission de gaz à effet de serre. Il s'inscrit dans le cadre de la politique énergétique définie au niveau européen afin de réduire la consommation d'énergie des bâtiments et de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Un diagnostic de performance énergétique doit être établi lors de la vente d’un logement existant. Ce diagnostic est un document qui indiquant la quantité d’énergie effectivement consommée ou estimée pour une utilisation standardisée du logement. L’objectif du diagnostic de performance énergétique (DPE) est de contribuer aux économies d’énergie et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

    Le contenu et les modalités d'application du DPE sont réglementés

    Le contenu et les modalités d'établissement du DPE sont réglementés (Décrets et arrêtés sont téléchargeables sur le site gouvernemental). Le diagnostic de performance énergétique (DPE) décrit le bâtiment ou le logement (surface, orientation, murs, fenêtres, matériaux, etc.), ainsi que ses équipements de chauffage, de production d'eau chaude sanitaire, de refroidissement et de ventilation. Le diagnostic de performance énergétique (DPE) indique suivant les cas, soit la quantité d'énergie effectivement consommée (sur la base de factures), soit la consommation d'énergie estimée pour une utilisation standardisée du bâtiment ou du logement.

    Les maisons neuves RT 2012 : idéales pour économiser l'énergie

    De tous les secteurs économiques, celui du bâtiment est le plus gros consommateur d’énergie en France (42,5 % de l’énergie finale totale), en effet, il génère 23 % des émissions de gaz à effet de serre (GES). La facture annuelle de chauffage représente 900 € en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 € pour une maison « basse consommation RT 2012 » à plus de 1 800 € pour une maison mal isolée).Ces dépenses tendent à augmenter avec la hausse du prix des énergies et pèsent de plus en plus sur le pouvoir d’achat des ménages. Pour baisser la consommation énergétique des constructions neuves, le Grenelle Environnement (articles 3 à 6 de la loi « Grenelle 1 » du 3 août 2009) a instauré des normes RT 2012 avec un plafond de 50 kWhep/(m².an), valeur moyenne inspirée du label « bâtiments basse consommation » dans la construction neuve. Un saut qualitatif qui permettra de s'orienter vers les bâtiments à énergie positive à l'horizon 2020.

    Réglementation thermique RT 2012 énergie bâtiment neuf

    Accédez à la partie encyclopédie

    Les autres pages sur le site Picbleu

    Quel est le meilleur chauffage et le plus confortable ?

    Quelle énergie mettre chez moi ?

    Que choisir comme chauffage et quelle énergie éco-nomique-logique

    Que choisir comme chauffage couplé à quelle énergie ?

    Crédit d'impôt et aides des travaux d'économie énergie

    Ce qu'il faut absolument savoir sur le fioul domestique chauffage

    Etes-vous certains d'avoir choisi la bonne énergie de chauffage ?

    Par respect pour l'environnement, merci de n'imprimer cette page qu'en cas de nécessité. Pourquoi ?
Commentaires
Cet article a été commenté 1 fois.
Pourquoi le bois en bûches ne figure-t-il pas dans le tableau comparatif Picbleu des différentes énergies ?
GRANULES / BUCHES ET PLAQUETTES – 3 combustibles 100 % BOIS, mais à taux d’humidité pouvant défavoriser les bûches et les plaquettes… Pour chacun de ces 2 combustibles BOIS, exiger un POUVOIR CALORIFIQUE comparable à celui des GRANULES est pourtant désormais possible. A défaut il peut s’auto obtenir tout en prenant évidemment le risque toujours complaisamment décrit de pollution de l’environnement pour cause de consommation insuffisamment sec alors que ces deux combustibles BOIS sont nettement plus économiques que le granulé pour le consommateur qui dispose des conditions adéquates de stockage... Au contraire de ce qui est arbitrairement et curieusement annoncé par la majorité des médias, à tonnage égal leur valeur calorifique respective est NATURELLEMENT très proche l’un de l’autre puisque chacun d’eux n’est constitué…que de bois ! Savez-vous que quelque soit son essence A TONNAGE EGAL le pouvoir calorifique du BOIS est identique à quelques 3 % près à condition d’un TAUX D’HUMIDITE IDENTQUE ? En 2014 ce n’est plus aux consommateurs de corriger le défaut principal des bûches et des plaquettes : une humidité supérieure à 20% . De plus en plus de fournisseurs sont engagés dans une offre adéquate et conforme à leurs bonnes règles d’emploi. Il suffirait de créer un organisme fédérateur de type PROPELLETS appelés par exemple PROBUCHES et PROPLAQUETTES pour booster l’évolution en cours citée ci-dessus tout en moralisant leurs filières à une souhaitable marche forcée ! L’entreprise POUJOULAT en est le spectaculaire exemple : 2012 et 2013 plus de 200 000 stères de bois bûches proposés garantis sec à 20 % maxi et 400 000 fin 2015 avec une forte perspective de développement en interne qui provoque déjà un fort impact qualité sur l’ensemble de la filière « bûches». On peut citer ONF bois énergie à un niveau plus modeste, les entreprises d’exploitations forestières PIKORSKI / VOGEL / BARRAQUAND / BLANC … . La décision d’être plus présentes dans les médias par l’ensemble des professionnels des deux filières bûches et plaquettes se traduirait par une meilleure gestion de l’ensemble de la ressource française en BOIS ENERGIE. qui ne sera pas inépuisables comme on le laisse croire… comme toutes ressources. Il faut savoir que consommer du BOIS ENERGIE insuffisamment sec équivaut à gaspiller cette précieuse ressource heureusement nationale. Les médias continuent d’ignorer les réalités DE NOTRE TEMPS en ce qui concerne LES BUCHES et LES PLAQUETTES consommables par les PARTICULIERS et se bornent à énumérer les défauts de pratiques de consommations qu’il convient en effet de dénoncer et à glorifier des réalisations industrielles pas toujours logiques! Pourquoi maintenir les consommateurs dans l’ignorance de leurs possibilités techniques actuelles alors que beaucoup de PARTICULIERS sont en condition d’adopter, à leur avantage entre autres financier, le combustible BOIS BUCHES ou celui de type multi combustible appelé PLAQUETTES ?! Pour parfaire l’information de vos internautes, je leur propose de consulter le forum de GRINDESEL spécialisé sur les BOIS ENERGIE en général. Ce site est soucieux de rétablir « des vérités et compétences » sur les trois combustibles BOIS GRANULES, BUCHES et PLAQUETTES. Les habitations ne sont pas encore toutes à la norme RT 2012 ! www.grindesel.forumactif.fr le 2 août 2014
Commenter cette page
Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion

Tous les articles

Actualités

Dossiers

Conseils

Trucs et Astuces

Normes