Habitat durable

Construire autrement son habitat avec des matériaux sains

L'habitat sain : une prévention prudente.

La mise en application des conseils qui sont développés dans ce site est un choix personnel de prévention prudente, suivez les conseils et soyez vigilants. Des avis de professionnels reconnus confortent la légitimité d'une démarche visant à privilégier l'habitat sain. Jusqu'à une période encore récente, la majorité des Occidentaux habitaient en milieu rural, dans des maisons construites selon des traditions régionales et fabriquées artisanalement avec des matériaux traditionnels trouvés sur place. Le travail était rural et toutes les activités se pratiquaient essentiellement à l’extérieur, en plein air. À l’heure actuelle, la majorité des personnes habitent en ville ou en périphérie, utilisent un moyen de transport, voiture, autobus, tramway, métro, train de banlieue pour se rendre travailler dans un centre urbain, dans des espaces clos, éclairés artificiellement, parfois climatisés où elles restent enfermées de longues périodes. Les heures passées à l'air libre sont devenues rares, et sont réservées uniquement au week-end.

    1. • L’habitat sain : une prévention prudente.
    2. • L’habitat protection.
    3. • Les nouveaux matériaux : une grande inconnue.
    4. • Les normes techniques et leurs limites.
    5. • Au delà des matériaux.
    6. • Choix des matériaux de construction suivant des critères écologiques.
    7. • Choix des techniques de construction suivant des critères écologiques.
    8. • Les critères de choix pour construire autrement.

    Postulat de base

    Notre environnement est menacé. Environnement
    Les interventions humaines ne sont pas en harmonie avec la nature. État environnemental de la Terre : ses ressources
    L'habitat dont les locaux sont pollués, joue un rôle négatif sur la santé.  Les polluants atmosphériques extérieurs et intérieurs
    Des risques nocifs chimiques, électriques ou plus subtils encore nous menacent. Quels sont les principaux polluants de l'air de votre maison ?
    Il est difficile de choisir des matériaux de construction sainsHabitat écoconstruction, géobiologie et matériaux sains

     

     Bâtiment bio climatique

     La première qualité de l'habitat, c'est la préservation de la santé de ses habitants.

     L’habitat protection.

    L’habitat est votre premier environnement :

    Par sa proximité.

    Par le temps passé (90 % du temps à l’intérieur d’un bâtiment pour un citadin)

    L’habitat doit être une protection :

    Contre les éléments naturels (le froid, la pluie, la chaleur, le vent, etc.).

    Contre les agressions extérieures (le bruit).

    L’habitat doit être un espace de vie :

    Activités humaines domestiques.

    Activités humaines récréatives.

    Le repos, la vie familiale.

    L’habitat doit être sûr, il ne doit pas être la source de nuisances intérieures et ne doit pas avoir d’influence sur votre santé :

    Lors de la mise en œuvre de personnes chargées de la construction ou de la réhabilitation.

    Lors de l’occupation des locaux par ceux qui y vivent ou y travaillent.

    En matière de construction neuve ou de rénovation de logements existants, la majorité des matériaux artificiels que proposent les commerces spécialisés n'existaient pas il y a un siècle.

    Avec notre ère moderne et la course à l’innovation, un pétrole abondant et bon marché de nouveaux matériaux ont remplacé les matériaux traditionnels qui se trouvaient sur place en grandes quantités.

     Le savoir-faire ancestral pour mettre en œuvre ces derniers matériaux s'est dilué dans le temps et s’est presque perdu.
    Quel est le professionnel de votre région, qui maîtrise encore la technique de la chaux, vive ou éteinte, construire un mur en torchis ? Quel est le compagnon qui peut sélectionner et couper le bois idéalement ?

    Construire autrement  Les nouveaux matériaux de construction et d'isolation : une grande inconnue

    Chacun est libre de choisir l'endroit où construire sa maison, de choisir les matériaux à mettre en œuvre et d'adopter un comportement spécifique face aux diverses pollutions. Il est possible d’éviter les inconvénients du modernisme sans se priver de ses avantages. La première qualité de l'habitat, c'est la préservation de la santé de ses habitants. Vous gagnerez ainsi un confort de santé pour toute votre famille.

    Les besoins actuels pour la construction sont basés sur la recherche de la rapidité de mise en œuvre, mais quelle est la part réservée à la santé dans le bilan final ?

    De plus en plus de personnes réfléchissent aujourd'hui à la qualité de vie dans les constructions contemporaines. Les matériaux de construction et d'isolation que propose l’industrie sont-ils vraiment compatibles avec une bonne santé ? Les méthodes et les procédés de construction tiennent-ils compte des règles élémentaires de prise en compte de l’environnement, les matériaux utilisés libèrent-ils lors de leur vie des substances nocives ? Les murs des bâtiments transformés en boite à oeuf respirent-ils encore ? Dans leur louable effort pour limiter au maximum leur dépense énergétique annuelle, les candidats à la construction risquent de se trouver enfermés dans une sorte de maison-thermos qui ne ressemble plus vraiment à une maison où il fait bon vivre.

    Pour conserver une bonne hygiène de vie, afin d'être plus efficient dans sa vie privée et professionnelle et préserver son capital santé et celui de la planète, il est fondamental de chercher à créer autour de soi un environnement sain et confortable. Certains facteurs contemporains peuvent être identifiés tels l'alimentation, l'effet de serre ou encore le stress, mais il est nécessaire de suspecter les lieux où nous séjournons le plus. Votre santé dépend aussi de l'endroit où vous vivez. Des insomnies peuvent être causées par un radioréveil, des maux de tête provoqués par les émanations d'un meuble, des crises d'asthme provoquées par de la laine de verre ou de la laine de roche, des allergies à des peintures ou revêtements muraux, une baisse de tonus provoquée par les rayonnements d'une eau souterraine. Si un élément vous y est défavorable, une exposition prolongée et répétée amplifiera votre vulnérabilité.

    Les locaux pour correspondre à ces critères doivent tenir compte de toute une série de paramètres visant à reproduire à l'intérieur des logements les mêmes conditions que lors d’une situation extérieure idéale : une qualité de l'air ambiant, une luminosité équivalente à celles d'une belle journée tranquille dans un lieu sain, abrité et ombragé.

    Différents critères de confort sont à rechercher :

    L'absence d'ondes électromagnétiquesChamps magnétiques protection pathologie électrosensibilité

    L’absence de radioactivité provenant de certains matériaux de construction. Les polluants atmosphériques extérieurs et intérieurs

    La chaleur rayonnante émise ou réfléchie par les parois d'une pièce.

    La teneur de l'air en COV (composés organiques volatils : gaz divers)

    .Quels sont les principaux polluants de l'air de votre maison ?

    L’absence de particules en suspension dans l’air.

    la température de l'air.

    l'humidité relative de l'air.

    la « température subjective » d'un objet ou d'une paroi (c'est-à-dire le sentiment de chaleur ou de froid).

    la vitesse de déplacement de l'air dans les logements.

    la luminosité et notamment l’apport de la lumière naturelle.

    Le rapport hauteur/largeur et le dimensionnement des pièces.

    L’isolation phonique et les transmissions sonores.

    Les normes techniques du bâtiment et leurs limites

    Les professionnels du bâtiment architectes, maîtres d'ouvrage, fabricants de matériaux, grossistes, distributeurs, entrepreneurs, artisans pensent que les matériaux qu’ils préconisent, distribuent et emploient sont bons dès l'instant où toutes les normes et directives sont respectées et où les matériaux choisis ont passé l'épreuve des avis techniques. Des agences publiques, des centres techniques, des laboratoires officiels sont chargés en permanence de la vérification de l’application et du respect des normes : tous les matériaux de construction mis sur le marché doivent répondre à des critères techniques précis. Les directives de mise en œuvre sont devenues sévères : il n’est plus possible d’utiliser certains matériaux ou certaines matières et certains procédés de mise en œuvre sont proscrits. La qualité des produits se mesure habituellement par leur durabilité, leur sécurité, leur mise en œuvre, leur utilisation, leur entretien, mais trop peu souvent sur leur impact sur la santé. Stress, allergies, fatigue chronique, maux de tête, pertes de concentration, insomnies, déprimes, difficultés respiratoires sont autant de symptômes, aux apparitions apparemment inopinées, qui frappent de plus en plus de personnes.

    Les organismes certificateurs mesurent :

    La résistance des matériaux à la pression, à la traction, déformations au cisaillement, à l'allongement ainsi qu'à l'incendie. 

    L'isolation phonique des locaux ou les qualités absorbantes des matériaux.

    L’isolation thermique. (Économie d'énergie par une meilleure isolation thermique ou une plus grande inertie. 

    Les seuils de toxicité : (concentration de gaz divers ou d'aérosols).

    les normes pour l'insonorisation

    Les organismes ne donnent pas de normes sur :

    La « température subjective » des matériaux.

    Les champs électromagnétiques 

    Le microclimat intérieur des pièces

    La teneur en humidité de l'air

    La radioactivité

    La distribution de la lumière naturelle dans l'habitat

    La composition de l'air à l'intérieur des locaux. Polluants de l'air risques et menaces dans les logements

    Ces derniers critères importants pour la santé humaine devraient recevoir des avis techniques ou des recommandations précises, bien sûr, une norme imposant par exemple, un chauffage par le sol à basse température serait contraignant pour les budgets serrés et les libertés seraient cadenassées par un décret indiquant à juste titre que nous bénéficions d’une qualité de vie environnementale élevée dans une pièce chauffée de cette façon.

    Mais s'il est démontré que ce type d’émetteur à eau chaude à chaleur rayonnante est plus agréable, plus sain, plus économe en ressources et évolutif, pourquoi s'en priver quand on construit sa maison ?

    Pour les matériaux, la même question se pose. Certaines matières libèrent des substances toxiques ou peuvent en libérer en cas d'erreur de mise en œuvre. S'ils ne sont pas encore répertoriés dans les textes officiels, ou si la concentration de toxiques dégagés est inférieure au seuil de tolérance, est-il raisonnable de les utiliser ? Par le passé, l'amiante nous a démontré que la maladie n'attend jamais la reconnaissance officielle pour se déclarer, alors, utilisons à bon escient le principe de précaution, car, en matière de santé, la prévention individuelle est un principe de sagesse.

    Au delà des matériaux de construction et d'isolation .

    La localisation d'un projet dans l'environnement local et régional joue un très grand rôle. Deux exemples : la construction d’une habitation sur une ancienne décharge remblayée dont tout le monde a oublié l'existence, peut entraîner des émanations néfastes à la santé malgré le choix et la mise en place des meilleurs matériaux du monde, Une construction édifiée dans une région particulièrement exposée aux pluies acides et aux détériorations des sols qui en résultent, devrait éviter d'utiliser des matériaux ou des liants à base de chaux.

    Construire autrement Choix des matériaux de construction selon des critères écologiques :

    Matière assurant des propriétés bénéfiques pour la santé.

    Prise en compte de la phase concernant la fabrication (empreinte écologique).

    Prise de conscience de la pollution engendrée : rester conscient du fait que les procédés de fabrication des matériaux et des adjuvants éventuels ont des conséquences souvent néfastes pour l'environnement.

    Phase de mise en œuvre (absence d’incidence sur la santé des travailleurs).

    Absence de toxicité. (Étiquette mentionnant la composition chimique).

    Vérification de l’étiquetage et mention des caractéristiques physiques. 

    Privilégier l’utilisation des ressources locales.

    intégration dans le calcul énergétique de l'énergie nécessaire à la fabrication et à l'acheminement des matériaux (énergie grise).

    Choix des techniques de construction selon des critères écologiques :

    Gestion des déchets de chantier en les triant à la source, par catégories.

    Choix de matériaux en respectant les filières d'élimination organisées par les communes recyclables, réutilisables ou, a minima, pouvant s’éliminer sans danger, de manière à polluer le moins possible.

    En cas de démolition, choix de procédures évitant de polluer son futur cadre de vie et dépôt dans des déchetteries. (Pas d’incinération sauvage).

    Les critères de choix pour construire autrement

    Le choix d'un site sans nuisances pour obtenir une interaction optimale avec l'environnement 

    La géobiologie aide, révèle et utilise les potentiels énergétiques du lieu. 

    L'implantation harmonise la maison avec son milieu et l'orientation est définie en fonction du soleil. 

    L'architecture unit les formes, les matériaux et les fonctions. Elle est tournée vers le bien-être et l'habitant. 

    La lumière est naturelle et maîtrisée. 

    Les énergies renouvelables, dans un système de chauffage par rayonnement, réduiront la pollution. 

    La ventilation naturelle et l'ionisation équilibrée favorisent la qualité de l'air. 

    L'installation électrique est réalisée en minimisant les champs électromagnétiques. 

    Les produits, les appareils et l'ameublement respectent les ressources terrestres et la santé.

     Respectez la nature  Afin de contribuer au respect de l'environnement, merci de n'imprimer cette page qu'en cas de nécessité. Pourquoi ?       

     

Donnez-nous votre avis
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.