Courbe d'évolution des prix des énergies de 1999 à aujourd'hui

Dernière modification :

Courbe du prix des énergies de chauffage

Courbe d'évolution des prix des énergies de 1999 à aujourd'hui. Les énergies entraînent des enjeux considérables, car la France importe une part très importante de ses ressources énergétiques. La maîtrise des consommations d’énergie est devenue indispensable, l'enjeu économique se superpose à un autre enjeu, celui de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. 

Sommaire

 

Cet article décrit les performances énergétiques, environnementales et économiques de tous les différents systèmes de chauffage existants pour les maisons individuelles et logements collectifs chauffés individuellement (habitat individuel), neufs ou existants. La prise de décision individuelle concernant le chauffage central collectif est généralement limitée, de plus, relevant de systèmes techniques très différents des maisons individuelles, ce sujet n’est pas traité dans cet article. 

Deux postes coûtent très cher à la Nation : le transport routier 32 % ainsi que le chauffage des bâtiments qui représente à lui seul 43 % de l’énergie finale consommée dans le pays. Le transport aérien est un fléau pour l'environnement.

1. Réduction poste énergie 

La réduction de ces postes est une nécessité à l'heure actuelle. Les consommations de chauffage ont diminué depuis la prise de conscience du premier choc pétrolier de 1973 conjugué à l’effet des règlementations et des modifications des comportements. Le choix d’un mode de chauffage performant aux plans technique, économique et environnemental est crucial pour réduire les consommations énergétiques, en particulier dans l’habitat existant où ces consommations restent élevées. La transition énergétique permettra de limiter la dépendance énergétique.

2. L'isolation du bâtiment 

Ces types de travaux d'isolation sont une nécessité.

Les travaux d'isolation coûtent 3 fois moins cher en termes financiers et environnementaux que les futures dépenses en énergie. Il est donc impératif de bien réfléchir pour vos projets de constructions ou de rénovations afin de les envisager sur le long terme. Votre logement doit consommer le moins d'énergie possible : c'est la clé de votre dépendance énergétique. Il est en effet préférable d'investir dans l'isolation de votre logement lors de vos travaux plutôt que de payer des factures d'énergie élevées chaque année.

3. Equipements efficients 

Dans les bâtiments neufs soumis à la RT 2012, il faut développer des systèmes de petite puissance, multi-usages et multi énergies. Dans les bâtiments existants, il faut privilégier les équipements performants, modulables et multi énergies.

Vous constaterez dans le graphique Picbleu ci-dessous que le prix de l'énergie n'est pas une donnée constante : même le bois de chauffage subit les variations du cours du pétrole, car son prix de revient tient compte du prix du carburant, de l'huile pour les tronçonneuses, du coût du transport, etc.

Il faut également éviter de compenser une absence ou une mauvaise isolation par une consommation de bûches de bois, même si le mètre cube apparent de bois (appelé anciennement stère) est relativement abordable. Dans ce cas, c'est le niveau de pollution atmosphérique (notamment l'émission de particules fines) qui n'est pas acceptable.

4. Impact de la TICGN 

L'impact de la TICGN (Taxe Intérieure de Consommation sur le Gaz Naturel, produits énergétiques polluants sur la facture d'énergie) est sensible sur certains produits d'origine fossile : gaz naturel, charbon, fioul domestique ou encore fioul lourd.

La nouvelle taxe sur la consommation de produits énergétiques polluants (TICGN) est entrée en vigueur le 1er avril 2014. En effet, le gouvernement a décidé de mettre fin à une exception qui existait depuis 1986, d'exempter les ménages de la taxe collectée auprès des professionnels par les fournisseurs d'énergie avant de la reverser à l'État. Mécaniquement, la facture de gaz des ménages français va augmenter. La CCE (contribution climat énergie) a rapporté à l'État 340 millions d'euros en 2014, 2,5 milliards d'euros en 2015 puis 4 milliards en 2016. La TICGN est pour le gaz naturel des taxes intérieures de consommation perçues sur les carburants, le fioul domestique ou le charbon.

La contribution climat énergie (CCE), appelée également « taxe carbone » a pour objectif de combiner les taxes sur les énergies polluantes avec leurs rejets de gaz carbonique.  Le montant de la taxe a été fixé initialement à 1,41 euro par mégawattheure, 2,93 euros en 2015 puis à 4,45 euros en 2016.

Source : ministère de l'Écologie et de l'Énergie. Concernant le gaz naturel, la taxe carbone doit faire augmenter la facture des consommateurs du résidentiel de 7,5 % sur une période de 3 ans.

Pour information, le tarif de base (B1) pour un ménage se chauffant au gaz pouvait atteindre jusqu'à 60,20 euros TTC du mégawattheure suivant les zones géographiques. Les coûts du gaz naturel, du charbon ou encore du fioul lourd ont augmenté en 2014 par l'instauration de la CCE (Contribution Climat Énergie), les carburants et le fioul domestique ont augmenté également en 2015 et 2016.

Seule exception : le gaz utilisé afin de produire de l'électricité. Poussières particules fines diesel/bois = pollution de l'air

5. Energies de chauffage 

Vous constaterez dans le graphique Picbleu ci-dessous que le prix de l'énergie n'est pas une donnée constante : même le bois de chauffage subit les variations du cours du pétrole, car son prix de revient tient compte du prix du carburant, de l'huile pour les tronçonneuses, du coût du transport, etc.

Il est donc impératif de bien réfléchir pour vos projets de constructions ou de rénovations afin de les envisager sur le long terme. Votre logement doit consommer le moins d'énergie possible : c'est la clé de votre dépendance énergétique. Il est en effet préférable d'investir dans l'isolation de votre logement lors de vos travaux plutôt que de payer des factures d'énergie élevées chaque année.

Il faut également éviter de consommer beaucoup de bûches de bois même si le mètre cube apparent de bois (appelé anciennement stère) est relativement abordable, car dans ce cas, c'est le niveau de pollution atmosphérique (notamment l'émission de particules fines) qui n'est pas acceptable. Les travaux d'isolation coûtent 3 fois moins cher en termes financiers et environnementaux que les futures dépenses en énergie.

Tableau des différents prix en cts/kWh comparés de toutes les principales énergies de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire en France. Les prix les plus récents figurant sur le tableau ci-dessous sont ceux relevés au cours du mois précédent. La meilleure énergie est celle que l'on ne produit pas et l'on ne consomme pas : il faut toujours se rappeler cet adage plein de bon sens et investir dans l'isolation du bâti, sans doute le meilleur investissement pour l'avenir.

Comparatif du prix de toutes les énergies de chauffage

6. Prix cts/kWh énergies 

Raisonner uniquement en centimes kWh pour comparer les énergies entre elles n'est pas suffisant. Paradoxalement lorsque les besoins de chauffage sont peu élevés (maisons neuves ou très bien isolées), le chauffage électrique, les chaudières à condensation au gaz naturel, au gaz propane apparaissent aujourd’hui comme étant les modes de chauffage les plus intéressants économiquement.

La raison tient au fait que les systèmes de chauffage sont avantagés par un coût d’investissement limité, même s'ils génèrent une facture énergétique annuelle plus élevée que les autres systèmes : le coût de l’énergie représente environ 80 % du coût global sur un amortissement de 15 ans.

Le chauffage électrique peu coûteux à l’installation et à la maintenance est l’un des plus coûteux à l’usage, il va augmenter fortement ces prochaines années, en raison des investissements nécessaires dans la modernisation du parc de production et des réseaux électriques.

Même si le gaz naturel a vu son prix augmenter de près de 40 % en 10 ans, il reste une énergie relativement attractive comparée au prix de l’électricité.

Le fioul domestique est par contre une énergie polluante, les prochaines dispositions fiscales le rendront de moins en moins intéressant. Son prix est comparable à une balle de tennis qui rebondit dans un ascenseur en montée constante.

7. Prix santé et écologie 

L’approche de Picbleu sur le problème énergétique se veut large et accessible, sans pour autant être de la « vulgarisation ». Les prix, la santé, l'environnement sont pris également en compte, car ils sont indissociables.

Les prix les plus récents figurant sur le lien ci-dessus sont ceux relevés au cours du mois précédent. La meilleure énergie est celle que l'on ne produit pas et l'on ne consomme pas : il faut toujours se rappeler cet adage plein de bon sens et investir dans l'isolation du bâti, sans doute le meilleur investissement pour l'avenir.

L’aspect santé et environnement fait également partie des critères retenus. Parmi les solutions disponibles, nous pouvons distinguer de nombreuses énergies.

Dossier complet sur les différentes énergies.
Dossier complet sur les différentes énergies.

Cette étude constituée de 31 pages descriptives actualisée en mai 2017 compare les différents prix des énergies. Courbe de l'évolution des tarifs.

9.90 € TTC

Plus d'infos

  • Modes de chauffage

    Les systèmes de chauffage

    Les chauffages appelés « centralisés » à vecteur eau chaude dans l'habitat individuel

    Environ 57 % des maisons individuelles en résidence principale en France sont équipées de systèmes centralisés fonctionnant au gaz naturel, gaz propane ou au fioul domestique. Les systèmes de chauffage central appelés « centralisés » sont constitués de 3 composants :

    -Un générateur (type chaudière) qui produit la chaleur à partir d’énergie fossile, d’énergie renouvelable ou d’électricité. La majorité des générateurs ont une fonction double service, car ils assurent généralement la production d’eau chaude sanitaire (chaudières, poêles hydrauliques, pompes à chaleur, etc.).

    La production d’eau chaude sanitaire (cuisine, bains, etc.) peut être réalisée indépendamment du générateur de chauffage par un ballon à accumulation (type cumulus électrique : une marque déposée du groupe français Atlantic) ou Styx. Ces générateurs de chaleur sont pilotés par un ou plusieurs appareils de régulation (pièce par pièce), ou de programmation permettant de régler la température de la pièce à une valeur désirée (température de consigne) en tenant compte de la température extérieure (sonde extérieure).

    -Un système de distribution qui transporte les calories issues de l'énergie depuis le générateur de chaleur jusqu’à son lieu d’utilisation grâce à de l’eau ou de l’air (réseau de tuyaux, de gaines aérauliques, etc.)

    -Un ou plusieurs émetteurs chargés de restituer la chaleur produite aux utilisateurs grâce à des radiateurs, plancher chauffant ou ventilo-convecteurs.

    Les systèmes « décentralisés »

    Avec les systèmes « décentralisés », la chaleur est directement générée et émise sur place la diffusion de la chaleur est moins bien répartie qu'avec des émetteurs de chaleur.Le système décentralisé le plus connu et le plus répandu en France (42 % des maisons individuelles en résidence principale) est le chauffage électrique par effet Joule, les fameux « grilles pains » fixés au mur à l'odeur caractéristique de la poussière qui se carbonise sur les résistances dès le premier allumage hivernal. Tous les appareils indépendants fonctionnant au bois énergie (bois bûche, granulés de bois, bois reconstitué) sont également des systèmes décentralisés.

    Avant de penser énergie, des améliorations de l'efficience thermique doivent porter sur tous les postes comme la suppression des ponts thermiques, l'isolation des combles et des murs, le remplacement des portes et fenêtres, la ventilation, les appareils de production de chauffage et d'eau chaude. Les industriels et l’ensemble des professionnels du bâtiment développent de manière continue de nouvelles technologies pour l’amélioration des performances thermiques des logements.

    Le coût parfois élevé de ces solutions techniques dans la première phase de leur développement, fait qu’elles répondent souvent mal aux préoccupations de certains ménages exposés à un pouvoir d'achat réduit ou à la précarité énergétique. Il est toutefois inutile de s’en priver systématiquement, car les économies générées par des travaux d'amélioration thermiques peuvent générer un temps de retour sur investissement raisonnable.

    Lorsque ces solutions peuvent être financées par un tiers dans une proportion proche de la totalité du coût, l'intérêt est accru. En raison de la technicité de certains travaux, leur mise en oeuvre doit être parfaitement maîtrisée pour des professionnels qualifiés RGE c'est le principe même de l'éco-conditionnalité.

  • Le bâtiment passif

    Le futur bâtiment passif

    Le prochain type de bâtiment devra normalement produire davantage d’énergie qu’il n’en consommera, ce sera un bâtiment passif, c'est-à-dire un bâtiment à très faible consommation avec une production locale d’électricité photovoltaïque en auto-consommation.

    Il devra présenter une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep/m²/an (contre 50 kWhep/m²/an en moyenne actuellement, ainsi qu’une consommation totale d’énergie primaire limitée (tous usages confondus, soit les 5 usages de la réglementation actuelle : le chauffage, la production d'ECS (Eau Chaude Sanitaire), le refroidissement, l'éclairage, les appareils électriques auxiliaires (pompes, ventilateurs, etc.), auxquels s’ajouteront les équipements mobiliers et certains équipements immobiliers (par exemple les ascenseurs ou l'alimentation des voitures électriques qui vont fort heureusement se systématiser et éliminer progressivement nos polluants moteurs diesel).

    La question se posant sera liée à la prise en compte ou non de l’énergie grise, la RT 2020 fixera ce niveau comme seuil réglementaire. Il est souhaitable que la santé (exemple l'absence d'émission de polluants intérieurs) et le bien-être des occupants (exemple acoustique) soient également pris en compte par ces nouvelles dispositions.

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page
Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion