Environnement

Eviter fongicides et pesticides en revitalisant le sol

Claude Bourguignon est parmi les premiers, dans les années 1970, à avoir alerté sur la dégradation rapide de la biomasse et de la richesse du sol en micro-organismes (bactéries et champignons microscopiques).
Il a également mis l'accent sur la perte d'humus et de capacité de productivité des sols agricoles européens. L'écosystème est très complexe et fragile. Par ses relevés d’activité biologique, il a démontré que les sols cultivés en labour avec des apports d'engrais chimiques et de pesticides perdaient leurs populations microbiennes et fongiques.

1. L'activité microbiologique

D'année en année, les sols fertiles perdent leurs nutriments et s'érodent de manière accélérée. Il a constaté qu'en Europe, 90 % de l'activité microbiologique des sols a été détruite. Après avoir mis au point dans les années 1980 une méthode de mesure de l'activité microbiologique des sols, il a contribué à développer des techniques alternatives qui se sont avérées très efficaces, mais qui demandent une bonne technicité et connaissance du fonctionnement écologique des sols.

2. Qui est Claude Bourguignon ?

Claude Bourguignon est un ingénieur agronome français formé à l'Institut national agronomique Paris-Grignon (INA P-G). Il est le fils du psychiatre André Bourguignon et le frère de l'actrice Anémone, de son vrai nom Anne Bourguignon. Il est né en 1951 et a vu comme les personnes de cette génération l'évolution profonde de nos sociétés et notamment de l'agriculture. Après avoir travaillé à l'INRA où ses travaux et méthodes de mesure de l’activité biologique des sols n'ont suscité que peu d'intérêt. Il est devenu l'un des promoteurs, développeurs, spécialistes des techniques de restauration et préservation des sols agricoles. Les techniques qu'il préconise sont respectueuses de la vie du sol et de son fonctionnement.

Claude Bourguignon a fondé en 1989 avec sa femme Lydia Gabucci-Bourguignon, maître es sciences, le LAMS (Laboratoire d’analyse microbiologique des sols) qui analyse sur le plan physique, chimique et biologique tous types de sols (agricoles, viticoles) afin d’aider les agriculteurs, les viticulteurs avisés ou leurs gestionnaires à obtenir de meilleurs rendements, par une meilleure connaissance et prise en compte du fonctionnement des sols.

Claude Bourguignon est conférencier et formateur, membre de la Société d’écologie, de la Société américaine de microbiologie, enseignant à l'ancienne école d'agrobiologie de Beaujeu. Le secteur microbiologie des sols de l’Institut Pasteur ayant été fermé, l'absence de chaire officielle de microbiologie des sols en France s'est traduite par le manque de formation en microbiologie chez les agronomes.

Les solutions sont toujours simples, issues du bon sens et de l'abandon de la cupidité humaine.

3. Respecter la terre

« Nous ne faisons plus de culture en Europe : nous gérons de la pathologie végétale, nous essayons de maintenir vivantes des plantes qui ne demandent qu'à mourir tellement elles sont malades. Le rôle de l'agriculture c'est de cultiver des plantes saines. On ne mettait pas un traitement fongique sur les blés en 1950 ».

Le but est de prendre conscience de la nécessité de respecter la terre. Nous devrions manger bio sans le savoir et sans pesticides.

4. Une vidéo utile

Une vidéo pour agir pour la protection du plus grand nombre.

Sur cette vidéo, en 4 minutes, Claude Bourguignon indique avec simplicité et clarté que la terre se meurt, que la voie choisie pour l'agriculture depuis 60 ans est délétère. Il y va de notre survie de voir, d'écouter et d'agir pour changer de cap.

Comme pour le milieu financier, l'agriculture doit être reprise par le système politique qui a abandonné la finance et l'agriculture au profit de quelques multinationales. À nous d'exiger que le politique reprenne ce pouvoir, agisse et légifère pour la protection du plus grand nombre.

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page