Gaz de schiste extraction sans eau ni produits chimiques

Dernière modification :

Une fracturation toxique pour l'environnement et pour le gouvernement :

 

Arnaud Montebourg, ancien Ministre de l'Économie, du Redressement productif et du Numérique avait conclu à la faisabilité de l'exploitation du gaz de schiste sans recourir à la fracturation hydraulique polluante et interdite en France depuis la loi Jacob de 2011. Un rapport valide la technologie de stimulation au fluoropropane préconise une première phase d'expérimentation, par micro-forages en Ile-de-France et dans le Sud-Est. Le document indique comment la France pourrait en tirer parti en termes de croissance, d'emplois, de compétitivité industrielle et d'indépendance énergétique. François Hollande prenant acte des demandes des écologistes avait promis en juillet 2013 qu'il n'y aurait ni exploration ni exploitation du gaz de schiste en France sous sa présidence, il a tenu ses engagements en mettant fin à cette possibilité. (Sources Figaro, AFP, 7 avril 2015)

 

La fracturation hydraulique est une méthode d'extraction des gaz de schiste particulièrement controversée en raison de l'énorme quantité d'eau qui est nécessaire pour fracturer la roche ainsi que tous les produits polluants additivés dont certains sont radioactifs. Une polémique continue de faire rage en France opposant les sociétés pétrolières dont le profit est l'argument mis en avant et les populations qui ont été sensibilisées par des reportages sur des sites américains et canadiens pollués par l'extraction du gaz de schiste.

Une méthode d'extraction des gaz de schiste sans eau ni produits chimiques

 

Un groupe américain, la société eCORP a créé la filiale ecorpStim (eCORP Stimulation Technologies)a développé et mis en œuvre des techniques d'extraction des ressources de gaz conventionnel et non-conventionnel à base de propane. Cette stimulation propane permettrait d'économiser des milliers de m3 d'eau nécessaires en utilisant la fracturation hydraulique classique.

 

Du gaz propane utilisé en gel ou pur pour fracturer la roche

 

Deux technologies permettent d'utiliser la fracturation au gaz de pétrole liquéfié (GPL) pour extraire les hydrocarbures non conventionnels sans utiliser d'eau. La compagnie canadienne « GasFrac » utilise du gaz de pétrole liquéfié en gel pour fracturer la roche. Grâce à cette technique, l'eau n'est plus polluée et les additifs chimiques ne sont plus utilisés dans le processus. Depuis 2012, une technologie alternative à la fracturation hydraulique, la stimulation au propane pur utiliserait du propane liquide en lieu et place du gel de propane. En effet, la société ecorpStim filiale filiale d'eCORP International utilise une forme fluorée de propane comme fluide de fracturation, une technique qui supprimerait le risque lié à l'inflammabilité du GPL, garantissant la sécurité du processus industriel de stimulation propane. Cette technique a été testée dans l'Eagle Ford Shale, au Texas.

  • Une méthode d'expérimentation testée depuis les années 1980

    Dans les années 1980, cette société a innové en utilisant le propane dans des opérations de récupération de pétrole dans les puits (enhanced oil recovery). Forte de son expérience et de son savoir-faire dans ce domaine, elle a développé une technologie d’extraction de gaz de schiste qui ne demande ni eau, ni produits chimiques.

    Cette technologie de pointe serait la première véritable alternative moins agressive pour l'environnement permettant d'extraire du gaz de schiste sans eau ni produits chimiques en employant un gaz réutilisable : le Propane en citerne gaz GPL ou compteur de gaz liquéfié

    Triangle Portail habitat Picbleu La société a déclaré avoir « réduit drastiquement les volumes de propane utilisés afin de respecter les normes les plus exigeantes en matière de sécurité » avec un minimum de gaz propane stocké en surface.

    Triangle Portail habitat Picbleu Cette technique afficherait selon elle de « très hauts niveaux standards de qualité afin de satisfaire aux exigences de sécurité les plus strictes ».

  • Le gaz propane utilisé pour stimuler les puits d'extraction du gaz de schiste

    La technique mise en pratique pour libérer le gaz ou l'huile emprisonnés dans les couches de schiste consiste à « stimuler » le puits sans utiliser d'eau comme fluide de fracturation. L'originalité de la technique de la société ecorpStim est d'utiliser un composant du gaz méthane (Gaz naturel en compteur, gaz de ville, gaz canalisé GRDF), le propane.

    La technique employée est la même, la différence est l'utilisation du propane liquéfié qui est injecté avec du proppant un agent de soutènement (du sable ou des Billes millimétriques en céramique dans une suspension généralement aqueuse qui contribue à empêcher une faille créée par fracturation hydraulique de se refermer) 

  • Le gaz propane : un produit réutilisable

    Le gaz est injecté à haute pression pendant une période s'étalant de quelques jours à quelques semaines. L'utilisation du propane liquide permettrait de réduire le temps de stimulation (entre 1/3 et 1/10ème) tout en améliorant le taux de récupération du gaz grâce à une meilleure pénétration du fluide dans les interstices crées.

    Le sable ou des billes de céramique bloquent les failles (dans la roche fracturée) en laissant le gaz s'échapper. D'après la société, la presque-totalité du propane injecté remonterait en phase gazeuse, le propane récupéré (entre 95 et 100 %) pourrait être réutilisé pratiquement à l'infini pour d'autres opérations de stimulation, ou injecté dans les gazoducs avec la totalité du gaz extrait.

  • Une technique prometteuse ?

    D'après les déclarations de cette société, l'utilisation d'un produit réutilisable (le propane) sans avoir recours à des produits chimiques polluants et dangereux serait une avancée technologique intéressante dans la course à l'énergie.

    Reste à connaître les inconvénients de cette extraction d'hydrocarbures non conventionnels comme le pétrole et les gaz de schiste, en effet, la mise en oeuvre et le développement de cette technique montrera tôt ou tard la face cachée. Aucun procédé industriel n'offre de garantie quant à l'absence de pollution et d'empreinte écologique.

    Gaz de schiste : enjeux, définition, techniques de production, défis

  • Les autres pages sur le gaz et l'énergie

  • Acqualys : une plateforme pour tout connaître sur l'habitat et ses occupants

    La nécessité d'étudier un lieu dans son ensemble (humain et habitat) est essentielle pour Acqualys : Connaître la transition énergétique pour décider pour agir.

    Tous les savants, scientifiques, sociologues, ingénieurs sont confrontés à la même problématique : celle d’étudier un élément aux propriétés observables définies et donc limitées. La loupe et le microscope font donc perdre de vue qu'un objet s'insère dans un ensemble de relations et de processus.

     

    Afin de pouvoir saisir le réel, il est indispensable de sortir de tous les cadres, il faut étudier des savoirs portant sur des objets très éloignés du sujet traité et explorer ce qui se cache derrière les formes observables du monde. En faisant référence au célèbre aphorisme d'Abraham Maslow « Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou » (The Psychology of Science, 1966).

    L'hyper spécialisation dans le fonctionnement de la société humaine occidentale ne donne qu’une vue partielle de la complexité du Monde et de sa beauté.

     Aphorisme d'Abraham Maslow


    Le généticien pensera que la génétique sauvera l’humanité, l'architecte s’imaginera que ses réalisations ne sont pas simplement des moyens physiques, mais qu’ils possèdent une portée philosophique supérieure. L’humain, qu’il soit scientifique, religieux ou créateur est un animal social qui partage ses idées, ses conceptions de la vérité, ses valeurs nobles ou celles qu'il attribue à la beauté si bien que par la loi universelle de la convergence, les individus finissent par suivre les mêmes voies. Les informations sont dispersées et semblent sans relations dans le mode dans lequel nous vivons.

     

    Dans certains cas, il y a des interdépendances, mais qu’on ne doit pas confondre avec l’interdépendance quantique qui repose sur des superpositions d’états, des complexités extrêmes, des apories à large échelle et nul doute, des processus de calcul quantique. Des intrications incluant des informations en relation avec un ensemble de « constituants quantiques ».

     

    Nos convictions et nos certitudes sont parfois trompeuses : « Ce qui nous paraît être de la matière solide n'est constitué en réalité que de particules vibratoires tournoyant dans un grand vide à une telle vitesse qu'elle nous donne une impression de solidité.

     

    Si le mouvement de ces particules cessait tout à coup comme un ventilateur qui s'arrête, il n'y aurait plus que du vide. Nous sommes en réalité de l'énergie informatisée en action ».

     

    Source CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire Genève), Travaux sur les anneaux d'accélération des particules.

     

    Afin de contribuer au respect de l'environnement, merci de n'imprimer cette page qu'en cas de nécessité. Pourquoi éviter d'utiliser du papier et de l'encre ?

     

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page
Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion