Habitat durable

Habitat sain, construction durable ou éco construction

La notion d'habitat durable ou éco construction est utilisée pour toute réalisation qui tout en assurant confort et santé des occupants limite au mieux ces impacts sur l’environnement, en cherchant à s'intégrer le plus respectueusement possible dans un milieu et en utilisant au maximum les ressources naturelles et locales. La construction durable rend les bâtiments plus écologiques, moins énergivores, plus confortables grâce à des solutions techniques innovantes.

  1. Construire durable. Que veut dire durable ?
  2. Des enjeux qui ne sont pas un effet de mode
  3. Bâtiments et transports : 2 espaces de vies
  4. Les produits de consommation bio sourcés
  5. Le chauffage et les consommations d'énergie
  6. La maison positive : le stade ultime ?
  7. Construire durable Une maison saine

Construire durable. Que veut dire durable ? 

L’éco-construction ou construction durable permet de construire ou de rénover un bâtiment en respectant la nature en appliquant un ensemble de techniques simples.
Le but étant d'utiliser des matériaux sains afin de créer un espace le moins polluant possible.

  • Le qualificatif « durable » n'a pas de définition précise dans le bâtiment.
  • Il peut s'appliquer à tous les niveaux, choix du lieu de vie, la construction, l'assainissement, les matériaux sains, l'isolation, le chauffage durable, puis la VMC ventilation mécanique contrôlée, etc.
  • Construire c'est appréhender une démarche énergétique globale incluant jusqu'à la fabrication des matériaux, leur transport et à l'énergie qu'il a fallu déployer pour leur mise en œuvre.

 

Sur le schéma ci-dessous, la maison bio climatique est conçue pour minimiser ses besoins en énergie en aménageant des éléments de l’édifice qui permettront soit de récupérer la chaleur solaire en hiver (véranda orientée au sud) ou au contraire de minimiser les apports solaires en créant de l’ombre (Arbres à feuilles caduques empêchant le rayonnement en été, avancée de toit protégeant les baies vitrées en été, etc.).

Schéma d'une habitation respectant les normes bioclimatiques. Picbleu

Schema-habitation-respectant-les-normes-bioclimatiques.png

Des enjeux qui ne sont pas un effet de mode 

Les populations ont de plus en plus conscience de leur environnement et de sa nécessaire préservation, il est donc impératif que l'habitat prenne en compte ces dimensions. Les enjeux sont considérables et ne sont pas un effet de mode. Réaliser et promouvoir un habitat différent, économe et respectueux de l'environnement est une préoccupation majeure que les entreprises du bâtiment intègrent de plus en plus dans leur pratique.

Bâtiments et transports : 2 espaces de vies 

  • Les bâtiments et les transports sont les deux espaces de vie dans lesquels nous passons plus de 90 % de notre temps.
  • Les bâtiments et les transports sont responsables de 70 % des consommations énergétiques et de 50 % des émissions de CO2. 

Pourquoi lier les bâtiments et les transports ?

Tout simplement parce que ces 2 postes sont extrêmement gourmands en énergie et donc polluants et parce que pour toutes les maisons individuelles, tous les bâtiments, les immeubles collectifs, les lieux d'activités les centres commerciaux, les centres de loisirs, doivent intégrer des places pour garer des véhicules automobiles qui passent en moyenne plus de 95 % de leur temps à l’arrêt. Décodez vos ambitions pour construire vos projets avec la réalité économique du marché.

N’oubliez jamais que si votre projet est bien à vous, l’air, les matières premières, le paysage appartiennent à tous. 

Les produits de consommation bio sourcés 

Produits de construction et matériaux bio-sourcés, les matériaux biosourcés sont des matériaux issus de la biomasse d’origine végétale ou animale. Ils couvrent une large gamme de produits et trouvent de multiples applications dans le domaine du bâtiment et de la construction :

  • isolants (laines de fibres végétales ou animales, de textile recyclé, ouate de cellulose, chènevotte, anas, bottes de paille, etc.).
  • mortiers et bétons (béton de chanvre, de bois, de lin, etc.).
  • panneaux (particules ou fibres végétales, paille compressée, etc.). 

Le bâtiment consomme beaucoup de produits polluants

  • matériaux composites plastiques (matrices, renforts, charges).
  • chimie du bâtiment (colles, adjuvants, peintures, etc.).

 

Le chauffage et les consommations d'énergie 

À titre d'exemple, prenons le chauffage et les consommations d'énergie :

  • une habitation à basse consommation correspond à des labels français comme Haute performance énergétique (HPE). Cet habitat consomme moins de 100 kWh/m2 par an, dont 60 kWh/m2 de chauffage — soit trois fois moins que la moyenne des logements français actuels (env. 330 kWh/m2 par an).
  • En optimisant isolation et ventilation, le chauffage devient presque inutile et des gains supplémentaires peuvent être réalisés en recourant à des équipements à basse consommation ou capables d'extraire de l'énergie du milieu (exemple du chauffe-eau solaire).
  • La limite de la « maison passive », inspirée des labels allemands PASSIVHAUS et Suisses Minergie est atteinte (Effinergie est l'équivalent français). La consommation est inférieure à 50kWh/m2/an, dont 15 kWh/m2/an au maximum de chauffage. 

 

La maison positive : le stade ultime ? 

Quel sera le stade ultime ? : la maison peut devenir à énergie positive dans le cas où la production annuelle d'énergie excède la dépense. (Il suffira de sur dimensionner les équipements de récupération d'énergie, tels les panneaux solaires photovoltaïques par exemple). 

Construire durable Une maison saine 

  • Elle sera orientée vers la réduction des impacts environnementaux (perturbation du milieu, consommation d’énergie pour sa construction, déchets engendrés, emprise de l’espace, etc.
  • Elle devra être sobre, utilisatrice d’énergies renouvelables (capteurs solaires thermiques et photovoltaïques et éoliennes) et performante dans la gestion des ressources (récupération des eaux pluviales et des déchets).

Construire une maison bio climatique

Les critères qui sont à prendre en compte pour construire une maison bio climatique

Le choix de l'orientation

Éviter l’orientation des bureaux à l’ouest et réserver les fenêtres des pièces orientées au nord aux ateliers de peintres qui diffusent une lumière idéale pour le respect des couleurs, mais qui au niveau thermique ne sont pas efficaces.

La prise en compte des éléments architecturaux

  • Un balcon, une forme saillante architecturale ou un acrotère agiront comme le radiateur d’une automobile en jouant le rôle d’une ailette de refroidissement pesant sur la consommation énergétique du logement.

La présence des végétaux

La présence de végétation à feuilles caduques permettra de limiter le rayonnement solaire sur la maison aux heures les plus chaudes grâce à l'ombre portée. Au contraire en hiver, les feuilles étant tombées le soleil réchauffera les murs. Il s’agit d’orienter la maison de façon à avoir les chambres éclairées le matin par le soleil, d’avoir les pièces principales exposées à plus ou moins 25 degrés au sud sans obstacle au rayonnement solaire en hiver, mais des éléments (avant-toit, végétation, arbres à feuilles caduques qui bloquent l’ensoleillement en été).

Les matériaux sains

Il faut utiliser des matériaux sains, chaux naturelle, bois traité avec produits bio, chanvre, terre crue, paille, briques. Le bon sens doit l’emporter, la construction doit rimer avec santé, car dans les constructions neuves l’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur (émanations toxiques des revêtements, peintures, des colles, des enduits, tapisseries, etc.). 

Les huisseries 

Des volets pleins et des portes isolantes assurent un confort d’été et d’hiver. Un vent soufflant de 50 à 70 km/heure peut engendrer une consommation double surtout si des turbulences se forment.

Les vitrages isolants

Les vitrages à faible émissivité sont à préconiser, car ils permettent d’importants gains énergétiques qui compensent largement leur surcoût égal à 10 à 20 % par rapport à un vitrage classique. 

Une maison naturelle et saine

  • Une maison naturelle, lumineuse, confortable, saine respectueuse de l’environnement et qui préserverait ses habitants de toute source de contaminations.
  • Elle permet d'éviter l'émission de poussières et de gaz polluants dans l'atmosphère.
  • L’utilisation d'un chauffe-eau solaire pendant une année peut éviter l'émission de la quantité de dioxyde de carbone produite par une voiture de moyenne cylindrée ayant effectué 8.000 kilomètres.
  • Une maison saine est pensée en portant une attention particulière à tout ce qui peut amener une pollution du milieu ambiant et avec des matériaux non toxique.

 

L'apport gratuit des calories solaires

Le soleil est présent depuis 4.5 milliards d’années et offre 1367 watts d’énergie au mètre carré, construisons les maisons en tenant compte de ces apports solaires non négligeables. Beaucoup de logements ont été rangés le long de voies publiques ou en lotissement en faisant abstraction de cet aspect primordial soit par méconnaissance soit par ignorance ou par désinvolture.

  • Un bâtiment doit capter la chaleur du rayonnement solaire grâce à la chaleur récupérée par les murs et les baies sans aucun autre fluide que l’air, en profitant de à cette ressource naturelle et gratuite.
  • Les masques solaires : L’implantation d’éléments d’architecture et d’arbres
  • Une casquette ou un avant-toit peut empêcher le rayonnement solaire en été lorsque le soleil est haut (solstice d’été) et favoriser la pénétration des calories en hiver lorsqu’il est bas sur l’horizon (solstice d’hiver).
  • Des arbres à feuilles caduques agiront de la même manière en laissant passer la lumière en hiver et formant une ombre en été.

 

L'économie d'énergie

La maison doit minimiser les pertes thermiques en choisissant l’emplacement, l’orientation, déterminer les meilleurs volumes selon la destination des pièces et maximiser le bien-être se ses occupants. 

Quoi de plus naturel que de vouloir vivre dans une maison saine ?

  • Nous passons plus de la moitié du temps (60 % en moyenne) dans nos habitations et pratiquement le reste du temps dans des espaces clos (bureaux, magasins, administration, lieux publics, etc.) .
  • Il est donc nécessaire de se préoccuper de la qualité sanitaire des bâtiments en veillant à utiliser des matériaux renouvelables, non polluants, exempts de toute toxicité, fabriqués localement (pour limiter les rejets dus aux transports), recyclables afin de limiter l’impact sur l’environnement.

 

Sources :
Jean Pierre Traisnel (CNRS-LTMU, institut français d’urbanisme)

ADEME

Par respect pour l'environnement, merci de n'imprimer cette page qu'en cas de nécessité. Pourquoi ?

Besoin d'aide ?
Besoin d'aide ?
Je profite de conseils simples et pratiques de Picbleu pour faire le meilleur choix
Je m'informe
Sans Engagement

Donnez-nous votre avis
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.