Eco-rénovation

Isoler son logement : avis, conseils, prix, matériaux, primes

Isoler son logement : avis, conseils, prix, matériaux, primes. Que choisir et où acheter l'isolation thermique ou phonique ? Faire la pose vous-même ou par un professionnel RGE ? L'isolation d'une maison est primordiale pour assurer le confort d'hiver et d'été. Par où commencer l'isolation si le budget est limité ? Quel est le poste le plus important ?

  1. Choisir un bon isolant sain
  2. Le type de construction
  3. La construction existante
  4. La construction neuve
  5. Quel isolant choisir ?
  6. Quelle épaisseur choisir ?
  7. Quelle technique utiliser ?
  8. Gérer le confort d'été
  9. Quelles aides et primes ?

Que faut-il isoler en priorité ?

Les déperditions thermiques d'un bâtiment mal isolé s'échappent par le haut. La chaleur monte et 30 % des pertes sortent par les combles perdus lorsque le plancher ne peut pas supporter un aménagement en pièce à vivre ou s'ils sont trop exigus pour avoir une hauteur suffisante. 

  • Où acheter les matériaux d'isolation thermique ou phonique ?
  • Quelle entreprise réalise l'isolation des combles d’une maison.
  • Avez-vous intérêt à faire vous-mêmes la pose de l'isolation ou la confier à un professionnel RGE ? 
  • Où devez-vous déclarer les travaux d'isolation ? Quelles sont les aides et primes ?
  • Quelles conditions pour bénéficier des aides et crédit d'impôt ?

 

Choisir un bon isolant sain 

Les conseils pour l'isolation thermique ou l'isolation phonique concernent les qualités du matériau isolant.

Le choix doit se porter sur un isolant naturel et sain qui ne craint pas l'eau, qui ne pique pas, qui résiste à la chaleur, qui respire, qui ne craint pas l'humidité permet de vivre dans son logement avec un maximum de confort et sans risque pour sa santé.

Il faut distinguer l'isolation de la toiture, du plafond, du sol, du garage, l'isolation des murs intérieurs et extérieurs, des combles aménagés ou des combles perdus.

Que ce soit pour la construction d'une maison passive ou d'une maison RT 2012 en ossature bois, en parpaings, en Siporex ou en briques monomur ou pour une rénovation constituée de mur en pierre, la qualité des matières calfeutrantes et son absence d'interaction avec notre santé est essentielle.

Schéma déperditions et amélioration isolation thermique bâtiment - Picbleu - 

2. Le type de construction 

Les maisons construites après guerre de 1945 à 1973

Ces bâtiments datant de la période précédant le 1er choc pétrolier sont les pires. Souvent réalisées en béton avec une contre cloison en briques, elles ont de très mauvaises performances thermiques et phoniques. Dans l'échelle DPE elles sont classées entre E et G. Une isolation de plus de 15 ans est insuffisante, les matériaux utilisés sont mauvais et se sont affaissés avec le temps.

Les maisons construites après 1973

L'isolation thermique fait son apparition avec de mauvaises solutions : les laines minérales et le chauffage électrique à effet joule (convecteurs, radiateurs à accumulation, ballons électriques). Le double vitrage devient la norme.

Les maisons construites entre 1986 et 1997

L'isolation acoustique est utilisée, mais des matériaux comme l'amiante sont utilisés.

Les maisons construites à partir de 2000

La règlementation évolue et des normes sont édictées RT 2000, RT 2005.

Les maisons construites à partir de 2013

La RT 2012 était une révolution, car les normes sont devenues plus contraignantes pour la construction.

Les maisons construites à partir de juin 2021

La RE 2020 intêgre l'aspect environnemental ce qui est un pas décisif.

3. La construction existante 

La rénovation

Généralement la charpente est traditionnelle et le niveau permet d'y stationner debout. Le sol peut supporter un isolant qui assurera une isolation performante évitant le refroidissement en hiver et le réchauffement en été.

Photo grenier combles perdus charpente bois et tuiles apparentes - Picbleu -

4. La construction neuve 

Que ce soit pour des constructions en ossature bois ou des bâtiments neufs, les combles sont souvent perdus, le soufflage de matériaux en vrac est possible, car il s'adapte aux différentes saillies (cheminée, sorties de câbles électriques, gaines de ventilation, passage de luminaires ou dispositifs d'éclairage, etc.

Photo charpente maison neuve à ossature bois - Picbleu -

5. Quel isolant choisir ? 

Uniquement les isolants naturels.

  • Pour votre santé vous savez que vous devez évitez le gras, le salé, le sucré.
  • Pour votre logement évitez les matériaux issus de la pétrochimie ou énergivores.

 

Un frein-vapeur et non pas un pare vapeur est indispensable pour éviter la dégradation de l'isolant.

6. Quelle épaisseur choisir ? 

Préconisations : quel R pour la toiture, les sols...

Pour un plancher de combles perdus (sous le toit)

Une résistance thermique R de 8 m2.K/W est obtenue avec :

  •  35 cm de chanvre en vrac
  •  35 cm de textiles recyclés (après tassement)
  •  30 à 34 cm de ouate de cellulose en vrac (suivant les fabricants)
  •  30 cm de laine de mouton
  •  36 cm de paille en botte (à plat)

 

Pour des combles chauds (Pièces habitées sous toit)

Pour une bonne isolation, la résistance thermique (R) de référence est :

  • Toitures : R de 4,5 m2.K/W (minimum)
  • Idéalement, il faudrait obtenir un R égal à 8 m2.K/W 

 

Pour des murs extérieurs

  •  Murs extérieurs : R de 2,5 à 4 m2.K/W 

 

Pour le sol

Il n'est pas sûr dans certaines régions chaudes où l'ensoleillement est important de se couper de l'inertie du sol. Les anciens utilisaient l'inertie des caves ou des vides sanitaires pour conserver la fraicheur en période estivale.

  •  Sol sur terre plein : R de 1,5 à 3 m2.K/W 
  •  Sol sur local non chauffé : R de 3,5 à 6 m2.K/W 

 

7. Quelle technique utiliser ? 

Pour les combles perdus

Il est inutile de faire petit à petit car, par exemple, mettre une épaisseur d'isolant une année pour en rajouter plus tard n'est pas rentable économiquement. Le coût de la main-d'oeuvre est identique, que l'on pose 20 cm ou 40 cm d'isolant.

  • Le plus efficace et le plus rentable est d'isoler en premier le plafond.  
  • La technique de l'insufflation est particulièrement bien adaptée aux charpentes irrégulières.
  • Lorsqu'il s'agit d'un grenier, la pose de rouleaux ou de panneaux rigides ou semi-rigides est possible.

 

Pour les combles chauds

Lorsqu'il s'agit de pièces habitables directement sous le toit ce sont des combles chauds. Le plus délicat à isoler en raison de la faible épaisseur des chevrons.

  • La 1ère technique efficace s'appelle le sarking. Elle consiste à enlever la couverture (tuiles ou ardoises), rehausser la charpente, placer des caisons d'isolant. C'est une opération coûteuse mais qui s'avère rentable.
  • La 2ème technique est l'utilisation de sacs gonflables que l'on glisse entre les chevrons en ayant enlevé quelques tuiles ou ardoises. Les sacs résistants aux oiseaux et rongeurs sont remplis sous pression avec un isolant type ouate de cellulose. Aucun risque de tassement ni de dispersion des fibres, le sac est étanche.

 

8. Gérer le confort d'été 

Isoler du froid c'est très bien, mais isoler du chaud c'est plus profitable surtout dans les régions où le soleil frappe fort. Ce sera de plus en plus le cas partout en France avec des épisodes de canicule.

  • L'efficacité croit avec la densité du matériau. Plus l'inertie est importante et moins la chaleur sera perçue.
  • Le déphasage thermique permet d'amortir et de décaler la pénétration de la chaleur dans le logement en période nocturne.
  • Lorsqu'une toiture est refaite, le fait de laisser un espace de 5 à 10 cm sous les tuiles ou les ardoises permet de ventiler le toit et d'assurer une dissipation de la chaleur.
  • Poser des grilles en bas du toit, mettre des chatières et créer des ventilations sur le faîtage permet d'améliorer l'isolation. 

 

9. Quelles aides et primes ? 

Les travaux de rénovation qui représentent parfois un certain budget vous apportent un meilleur confort et des économies notables sur votre facture énergétique. Ils sont donc très économiques pour le futur. Si vous empruntez auprès de votre banque pour un écoprêt à taux zéro, il faudrait que le budget mensuel soit au plus équivalent à la facture d'énergie avant travaux.

De nombreuses aides permettent de compenser les montants des travaux :

  1.  La TVA réduite s'applique à la main d'oeuvre et aux matériaux pour l'isolation thermique pour les équipements (chauffage, etc.).
  2.  L'éco-prêt à taux zéro.
  3.  L'éco-PTZ pour l'achat d'un bien est cumulable avec l'écoprêt à taux zéro qui permet de faire des travaux d'amélioration thermique et énergétique.
  4.  Le crédit d'impôt pour la transition énergétique a été remplacé par des primes Primes économies d'énergie et isolation
  5.  Les CEE (Certificats d'Économie d'énergie) sont versés par les énergéticiens qui doivent racheter vos économies d'énergie.
  6.  Les aides de l'ANAH sont versées suivant votre situation fiscale.
  7.  L'isolation des combles pour 1 euro est liée à des revenus limités.
  8.  Le tiers-financement. Les particuliers peuvent faire financer leurs travaux par une société publique de crédit. Le but est de réduire la facture énergétique et d'inciter à la rénovation les ensembles de copropriété.

 

Besoin d'aide ?
Besoin d'aide ?
J'évite les frais cachés et je profite des conseils efficaces de Picbleu pour réduire mes factures
Je m'informe
Sans Engagement

Donnez-nous votre avis
Cet article a été commenté 1 fois.
Pare vapeur ou frein vapeur avant de venir fixer le placo ?
Bonjour, Je rénove une maison de 1972. Celle-ci possède des combles perdus qui ont été isolés récemment par 2 couches de laine de bois de 12 cm chacune. La laine de bois est maintenue par des liteaux vissés sur les pannes de la charpente. Aujourd'hui je souhaite aménager ces combles pour créer 2 chambres et une salle de bain. Cependant je ne sais pas si je dois mettre en place un pare vapeur ou un frein vapeur avant de venir fixer le placo ? Que me conseillez-vous ? D'avance merci,