Jeu de famille énergies renouvelables, je demande la mère

Dernière modification :

Les-5-energies-renouvelables-eau-soleil-bois-geothermie-vent-portail-picbleu.jpg
Quelles sources d’énergie et quelles technologies renouvelables sont surtout appliquées aujourd’hui et quels mécanismes peuvent l’expliquer ? Il existe 5 grands types d'énergies vertueuses renouvelables, l'énergie biomasse, éolienne, géothermie, hydraulique, solaire thermique, photovoltaïque.

Sommaire

  1. Qu'appelle-t-on énergies renouvelables ?
  2. Quelles sont les vraies énergies renouvelables ?
  3. Pourquoi choisir les énergies renouvelables ?
  4. Il faut distinguer le nombre d'installations et leur puissance
  5. L'éolien, le solaire et l'hydraulique n'émettent pas de gaz à effet de serre
  6. Les énergies renouvelables sont des énergies très faiblement émettrices de GES
  7. Les vraies énergies renouvelables passent par la maîtrise de l'énergie
  8. Pourquoi payer de l'électricité alors que le soleil offre une énergie gratuite ?
  9. Le crédit d'impôt trop incitatif parfois
  10. Les aides et crédits d'impôt

1. Qu'appelle-t-on énergies renouvelables ?

Les énergies renouvelables sont fournies par le vent, le soleil, la chaleur de la terre, les marées, les chutes d'eau, ou encore la croissance des végétaux.

Par définition, elles se renouvellent naturellement après avoir été consommées et sont donc inépuisables.

2. Quelles sont les vraies énergies renouvelables ?

Les vraies énergies renouvelables sont toutes les énergies issues de sources non fossiles* renouvelables :

  •  énergie éolienne
  •  énergie solaire
  •  énergie géothermique profonde
  •  énergie marémotrice
  •  énergie hydroélectrique
  •  bioénergies

Toutes ces énergies renouvelables servent à produire de la chaleur, de l'électricité ou des carburants. Les techniques de micro cogénération et de cogénération permettent de produire à la fois chaleur et électricité.

* Energies fossiles : pétrole, gaz, bois, charbon, uranium...

Ces énergies sont théoriquement inépuisables puisque renouvelables. Toutefois, elles présentent des potentiels variables selon la localisation géographique et les facteurs climatiques. Elles ont peu d'impacts négatifs sur l'environnement ou plutôt limités. En particulier, leur exploitation ne donne pas lieu à de grandes émissions de gaz à effet de serre (empreinte grise).

Elles sont donc l'un des facteurs de lutte contre le changement climatique.

Notre unique planète
Notre unique planète

3. Pourquoi choisir les énergies renouvelables ?

Sur notre terre, les ressources et les énergies fossiles ne sont pas inépuisables, il faut les préserver, car certaines sont irremplaçables.

Les énergies renouvelables, elles, sont inépuisables. Elles respectent l'environnement si l'on fait abstraction de l'énergie grise employée pour leur mise en œuvre :
leur avantage principal est qu'elles permettent de limiter la production des gaz à effet de serre.

4. Il faut distinguer le nombre d’installations et leur puissance

Certaines sources d’énergie renouvelables possèdent une puissance relativement grande, ce qui permet de produire une grande quantité de courant vert avec peu d’installations. (Centrales biomasse).
Les statistiques en matière d’électricité verte montrent que la bioénergie produit jusqu’à 80 % de l’électricité verte au moyen de diverses technologies.

Une énergie est appelée renouvelable lorsqu'elle provient de sources que la nature renouvelle en permanence, par opposition à une énergie non renouvelable.

La planète ne peut plus absorber toutes les émissions de gaz à effet de serre (GES). Les changements climatiques en cours le prouvent, il faut donc recourir à des énergies qui n'émettent pas ou très peu de GES comme les énergies renouvelables.

5. L’éolien, le solaire et l'hydraulique n'émettent pas de gaz à effet de serre

En théorie, le bois énergie émet peu de GES de 30 à 40 g de CO² par kWh. Mais pendant sa croissance, l'arbre en consomme tout autant, le bilan final serait donc neutre si la déforestation n'était pas la plaie planétaire.

Les centrales géothermiques émettent en moyenne 55 g de CO² par kWh.

6. Les énergies renouvelables sont des énergies très faiblement émettrices de GES

Les énergies renouvelables sont inépuisables, ne produisent que très peu de déchets et le risque de catastrophe n'est pas comparable au nucléaire qui met en danger l'environnement et la santé humaine. Lorsqu'une catastrophe se produit, les conséquences sont effroyables.

Il existe de nombreuses petites installations qui produisent de l’électricité verte, par exemple les panneaux photovoltaïques.

Avec 1 m2 de panneaux photovoltaïques, il est possible de produire chaque année 110 kWh d’électricité solaire utile. Et ce potentiel est beaucoup plus grand encore parce qu’une énorme superficie de toitures reste disponible dans notre pays. Ainsi, une maison à deux façades avec une superficie de toiture de 40 m2 pourrait produire plus de 4.000 kWh par an, ce qui excède généralement la consommation d’électricité propre d’un ménage. La norme en France est la pose d'environ 23 à 24 m2 de panneaux solaires photovoltaïques (énergie), limités à 3000 watts crête. Par ailleurs, de grandes surfaces sont disponibles sur les bâtiments industriels. Il existe des km2 de toiture d’entreprise sur lesquels le simple montage de panneaux photovoltaïques pourrait engendrer une forte capacité.

La seconde place est occupée par l’énergie éolienne, dont la capacité a fortement augmenté ces dernières années.

L’énergie éolienne présente encore un énorme potentiel car nous nous trouvons sur le second meilleur site éolien d’Europe, avec la Belgique, les côtes des Pays-Bas, du Danemark et de l’Angleterre.
Les petites centrales hydrauliques, dont le potentiel est relativement limité parce que de nombreux sites sont déjà utilisés. Les écluses de canaux offrent un potentiel supplémentaire, susceptible d’être activé par des travaux d’infrastructure comme la modernisation d’une écluse.

7. Les vraies énergies renouvelables passent par la maîtrise de l'énergie

La maîtrise de l'énergie est aujourd'hui plus que jamais d'actualité et les objectifs sont clairs :

  •  Stabiliser les émissions de gaz à effet de serre (depuis 2010).
  •  Diviser les gaz à effet de serre par 4 d'ici 2050.

C'est dans ce contexte que les sources d'énergies renouvelables que sont le soleil, le vent, la terre et l'eau s'inscrivent comme des solutions alternatives ou complémentaires aux combustibles fossiles : pétroles, gaz naturel, charbon et à l'uranium (l'électricité d'origine nucléaire). Depuis quelques années les réductions d'impôt accordées aux particuliers s'équipant principalement en énergie bois, solaire, électrique (pompe à chaleur) suscitent un grand nombre de vocations commerciales. Les prix proposés sont parfois exorbitants, raison pour laquelle il ne faut pas se laisser aveugler par les incitations fiscales.

Le crédit d'impôt ne doit pas être le seul guide

Il ne faut pas acheter n'importe quoi à n'importe quel prix à n'importe qui uniquement parce que l'on bénéficie d'un crédit d'impôt de 30 %.

Les vendeurs de crédit d'impôt sont passés à l'action depuis ces dernières années et l'on a vu fleurir sur les façades des bâtiments un grand nombre d'unités extérieures de pompes à chaleur.

Les chauffe-eau thermodynamiques ont remplacé dans les devis les panneaux solaires, ce qui est une erreur manifeste.

8. Pourquoi payer de l'électricité alors que le soleil offre une énergie gratuite ?

Souvent dépourvus de réelles compétences techniques, des vendeurs sont passés maîtres dans l'art de vendre à des ménages des matériels inadaptés.

Le photovoltaïque très à la mode et en pleine effervescence avant le moratoire se vendait comme un placement financier et les particuliers, peu informés, étaient convaincus de faire une excellente affaire. Mais ils ne savaient pas que la rentabilité se calcule à long terme dans le meilleur cas, 9 ans et dans des conditions défavorables plus de 25 ans.

Le crédit d'impôt poussait les contribuables à s'engager parfois sans avoir vraiment eu une étude de rentabilité sérieuse.

9. Le crédit d'impôt trop incitatif parfois

Le crédit d'impôt de 50 % jusqu'en 2008 supprimé en 2009 pour les PC air/air, abaissé à 40 % puis à 30 % pour les PAC eau/air, eau/eau et géothermiques devra encore être abaissé.

Ce crédit d'impôt avait été même étendu initialement aux pompes à chaleur air/air sous la pression et le lobbying des industriels de la climatisation et des énergéticiens.

Bruit, inconfort, panne, impossibilité d'atteindre la température de confort obligeant à remettre en route la chaudière (lorsque celle-ci n'a pas été enlevée).

Une flambée des prix a accompagné cet essor, certaines installations se sont vendues au prix d'une chaudière à granulés de bois.

Heureusement, actuellement seuls les appareils efficaces énergétiquement peuvent bénéficier d'avantages fiscaux.

10. Les aides et crédits d'impôt

Crédit d'impôt et aides des travaux d'économie énergie

Crédit d'impôt pour la transition énergétique

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page