L'assainissement écologique

Dernière modification :
  • • Editorial sur l'assainissement individuel.

    • Le problème de l'impact sur l'environnement.

    • Principes d'assainissement écologique constituant « une bonne solution ».

    • La technique d'assainissement naturel par les plantes.

    • L’étanchéité des bassins.

    • Les avantages de l'assainissement écologique.

    • Les coûts de l'assainissement écologique.


     

    L'assainissement écologique  Editorial sur l'assainissement individuel
     

    En matière d'assainissement individuel, la question ne se limite pas la recherche et à la mise en place du système le plus performant mais bien à une réflexion sur notre mode de vie et son impact sur l'environnement. Nous avons tous une responsabilité de consommateur lors du rejet de produits polluants, aussi 

    Il faut quotidiennement se poser la question de l'impact sur la nature des produits que nous consommons. Leur fabrication, leur utilisation et leur élimination. Les eaux grises qui sortent de l'usine de fabrication, de la cuisine, de la salle de bain ou des WC, contiennent toutes les substances utilisées en amont. Il est utile d’en  prendre conscience pour ensuite modifier notre comportement de consommateur.

    Le premier assainissement ce sont les produits que l’on ne met pas dans les tuyauteries, c’est le premier pas positif vers la réduction de notre impact sur l'environnement. Car consommer sans ne se soucier de rien, en introduisant dans l'environnement différentes substances toxiques, parce que l'on pense disposer d'un système d'assainissement performant, ne constitue pas une bonne méthode.

    Par le passé, pour les latrines collectives, il fallait périodiquement vidanger la fosse ou la combler pour recreuser une autre fosse plus loin.

    À l'heure actuelle, en Europe, l'évacuation à distance des excréta consiste à relier un WC soit à un réseau d'égout chargé d'évacuer à la fois des déchets solides et liquides, soit à une fosse septique individuelle qui est chargée de retenir les solides et d'évacuer les matières liquides résultantes.

    Les eaux usées des habitations nécessitent d’être évacuées puis restituées dans le milieu naturel tout en préservant la santé publique et l’environnement. Ces deux systèmes ont en commun la particularité de consommer de grandes quantités d'eau propre pour fonctionner (plus de 25 litres par jour et par personne).

    L'assainissement d'une manière générale comprend l'évacuation, le traitement des eaux et des matières solides usagées. Ces matières évacuées incluent les eaux de pluie, de drainage, de lavage, les eaux usées provenant de toilettes, les excréments, et les déchets solides.

    Les différents usages domestiques, agricoles, industriels, médicaux donnent des matières plus ou moins polluées. Le traitement des polluants véhiculés par nos eaux usées qui sont chargées essentiellement de matière organique, d'azote et de phosphore) sont obligatoires afin de limiter leur impact sur les milieux aquatiques.

    L’assainissement non collectif (ANC), aussi appelé assainissement autonome ou individuel, constitue la solution technique et économique la plus utilisée en milieu rural. Ce type d’assainissement concerne les maisons d’habitations individuelles non raccordées à un réseau public de collecte des eaux usées, soit environ 10 % de la population française. L’assainissement non collectif est une alternative au réseau public de collecte, avec un impact environnemental des rejets moindre en zone rurale.

    Les toilettes sèches sont une autre solution écologique, permettant de réutiliser le compost, mais les sociétés modernes n'ont pas cette culture, il est si facile d'appuyer sur une chasse d'eau pour évacuer la saleté. L'évacuation des excréments est probablement l'aspect le plus tabou dans nos sociétés modernes.

    L'assainissement écologique  Le problème de l'impact sur l'environnement.

    L'évacuation de toutes les eaux grises par la voie aquatique, traditionnelle constitue la voie la plus rapide pour éliminer virtuellement nos déchets.

    Cette voie induit des effets néfastes sur le milieu aquatique et ne permet pas de fermer, en le valorisant, le cycle des différents éléments chimiques qui les composent. Aucun système utilisant la voie aquatique n'épure les rejets à 100 %, les systèmes les plus performants n'épurent qu’une partie de nos pollution.

    Plus le système est performant, plus il est coûteux pour l'environnement, en termes de fabrication et de maintenance. Il devient impératif de choisir la voie du moindre impact sur l'environnement à travers notre mode de vie et nos gestes du quotidien, plutôt qu'à travers la voie de la performance technique épuratoire.

    L'assainissement écologique  Principes d'assainissement écologique constituant « une bonne solution » :
     

    — Revaloriser le rejet des eaux usées épurées ou choisir l'infiltration dans le sol sauf cas exceptionnel : massif karstique.(1).

    — Réduire au maximum les pollutions à la source.

    — Revaloriser au maximum la matière organique.

    — Choisir les techniques les plus simples et consommant le minimum d'énergie tout en assurant une protection de l'environnement. 

    — Se montrer rigoureux dans la mise en place et le suivi dans le temps.

    (1) Qu'est-ce qu'un massif karstique ?

    Il s'agit d'un massif montagneux calcaire constitué sur sa surface de points d'absorption des eaux pluviales.

    Les eaux pénètrent dans le sol par les fissures de la roche superficielle puis, avec le temps, les élargissent pour aboutir à la formation de puits et de galeries faisant le bonheur des spéléologues et de pollueurs potentiels qui y voient un tout à l'égout gratuit.

    L'assainissement écologique  La technique d'assainissement naturel par les plantes :
     

    Le principe de fonctionnement d'assainissement naturel par les plantes appelé « filtres plantés » est de travailler à la fois en milieu aérobie (en présence d'oxygène) et en milieu anaérobie (en absence d'oxygène).

    L'épuration se fait par des bactéries propres aux différentes étapes des cycles des matières à épurer. Le rôle des plantes est d'assurer un rôle d'anti colmatage du système. Ce principe d'assainissement écologique permet de préserver l'environnement.

    Différents choix techniques de filtres sont possibles, des filtres verticaux, transversaux, horizontaux.

     Schéma assainissement écologique Encyclopédie ACQUALYS.jpeg

    Ci-dessus, la coupe schématique d'un assainisssement par filtre planté constitué de 3 niveaux.

     Arrivée d'eau grise (uniquement)

      1er bassin de traitement vertical.

      2ème bassin de traitement vertical.

     3ème bassin de traitement horizontal.

     Bassin terminal laissé en eau libre.

    L'assainissement écologique  L'étanchéité des bassins :
     

    Il est préférable de choisir des matériaux durables dans le temps (caoutchouc et différents bétons) et à l'empreinte écologique la plus faible possible. Les matériaux plastiques et liners sensibles aux rayons ultraviolets seront donc proscrits.

    Les différents types de substrat, Le substrat sera choisi en fonction de critères précis comme son emplacement au sein des filtres ou en fonction de l'emplacement géographique de la zone d'habitation.

    Les choix possibles sont la pouzzolane, le sable, le gravier, la terre, la paille et le compost. Toutefois, il faudra porter une attention au coût environnemental dû à l'extraction, la transformation, au transport.

    Les matériaux artificiels, produits dans des usines lointaines, seront donc également proscrits. L'alimentation des bacs : Elle se fera soit en continu, soit par alternance, soit par bâché, c'est à dire un bassin de stockage retiendra l'eau jusqu'à son remplissage total et ensuite la relâchera en une seule fois.

    Le bâché permet une bonne répartition de l'effluent sur toute la surface du filtre. Les différents types de sorties des eaux épurées seront soit unitaires (sortie en un seul point), soit épars (sorties en différents points).

    L'assainissement écologique  Les avantages de l'assainsissement écologique :
     

    Les avantages de cette technique, qui demande une réalisation correcte, sont notamment :

    — La récupération de l'eau pour valorisation. — Une bonne dégradation des matières organiques dissoutes et non dissoutes. — Le rejet d'une eau accessible et donc analysable permettant de contrôler les paramètres demandés par la loi (la demande chimique et biologique en oxygène et les matières en suspension). — Une bonne valorisation paysagère.

     
    L'assainissement écologique  Les coûts de l'assainissement écologique :

    La mise en place d'un système de filtre planté est adaptable pour les particuliers possédant une maison individuelle comme pour les systèmes collectifs, la surface d'emprise au sol et son coût vont dépendre de son mode de vie, facteur qui aura la plus forte influence sur la surface et le coût de l'installation.

    Il faut compter entre 4 à 5 m2 de filtre pour un coût d'environ 2 700 à 3 700 euros avec une partie des travaux réalisés en auto construction pour une famille de quatre personnes ayant un mode de vie écologique.

    Réglementation :

    Le but des directives actuelles sur l'assainissement est bien de « protéger l'environnement contre une détérioration due aux rejets des eaux résiduaires » (2). 

    Rappelons une nouvelle fois que ce résultat sera d'autant plus facile à atteindre que nous aurons choisi la voie du moindre impact sur l'environnement à travers notre mode de vie et nos gestes du quotidien.

    (2) Extrait de l'article 1er de la directive du conseil européen Nº 91/271 du 21 mai 1991.

     
Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page