L'assainissement individuel évacuation eaux usées

Dernière modification :

Chaque jour, un logement utilise de l’eau pour la vaisselle, la douche, le bain, le nettoyage des locaux, la lessive, les w.c., etc. Ces « eaux usées domestiques »  ou « eaux grises polluées » doivent être épurées avant d’être rejetées dans le milieu naturel. C’est le rôle de la fosse septique et de la fosse toutes eaux.

Sommaire

  1. L'installation d'un assainissement individuel
  2. Principe d'assainissement
  3. La technique d'assainissement naturel par les plantes
  4. Les étapes du fonctionnement d'un assainissement
  5. Les avantages de l'assainissement écologique
  6. La taille de la fosse
  7. Les caractéristiques et les contraintes du terrain
  8. L'entretien et les conseils pour les assainissements individuels
  9. Le lien d'une association : eau vivante

1. L'installation d'un assainissement individuel

Lorsqu'une habitation ne peut pas être raccordée à l’égout parce que le tout-à-l'égout n’existe pas dans la rue ou parce qu'il s'agit d'une maison isolée, l'installation d'une fosse septique ou fosse toutes eaux est requise.
La fosse septique ne reçoit que les eaux-vannes (toilettes) alors que la fosse toutes eaux reçoit en plus les eaux ménagères (éviers). Il faut noter que si un logement est desservi par un réseau d’égouts, il y a obligation de s'y raccorder. Dans tous les cas d'assainissement individuels, le principe reste le même : les eaux usées doivent être traitées avant d’atteindre le milieu naturel (sol, ruisseau, fossé).

2. Principe d'assainissement

Un assainissement classique non collectif doit respecter l’environnement et la salubrité publique. Son coût s’élève à environ 3500 € à 6500 € (pose comprise), il est garanti un an (en cas de fuite, par exemple). Sa durée de vie est d’une vingtaine d’années.

Le fonctionnement et la durée de vie d’un système d’assainissement non collectif dépendent du soin apporté à sa réalisation et à son entretien. Ce système d'assainissement classique, pour les solutions les plus simples, comprend une fosse toutes eaux, c’est-à-dire une cuve en béton ou en plastique qui accumule et liquéfie les eaux des toilettes, lavabos, éviers, douches et baignoires, ainsi qu’un épandage, posé en sortie de la fosse toutes eaux.

Il assure la dispersion des eaux usées par un réseau constitué de tuyaux en plastique, percés en partie inférieure et enterrés à faible profondeur. Le traitement étant assuré par les bactéries contenues dans le sol superficiel.

Assainissement actuel : une fosse toutes eaux en béton. Photo Picbleu

3. La technique d'assainissement naturel par les plantes

Le principe de fonctionnement d'assainissement naturel par les plantes appelé « filtres plantés » est de travailler à la fois en milieu aérobie (en présence d'oxygène) et en milieu anaérobie (en absence d'oxygène).

L'épuration se fait par des bactéries propres aux différentes étapes des cycles des matières à épurer. Le rôle des plantes est d'assurer un rôle d'anti colmatage du système. Ce principe d'assainissement écologique permet de préserver l'environnement.

Différents choix techniques de filtres sont possibles, des filtres verticaux, transversaux, horizontaux.

L'assainissement individuel : La micro station écologique

 

Accéder page schéma assainissement écologique

Ci-dessus, la coupe schématique d'un assainissement par filtre planté constitué de 3 niveaux.

4. Les étapes du fonctionnement d'un assainissement

coupe_maison_assainissement_complet_2.gif

(1) ventilation, (2) fosse toutes eaux , (3) répartiteur, (4) épandage, (5) tuyaux d'épandages, (6) distances minimales vers un puits : 35 mètres, (7) distances minimales vers végétation : 3 mètres, (8) distance minimale de limite de propriété : 3 mètres.

S’intégrant dans un terrain, les fosses septiques ou fosses toutes eaux offrent un confort identique à celui de l’assainissement collectif ainsi qu’une bonne élimination de la pollution à un coût acceptable, mais ne garantissent pas une technique d'épuration efficace contribuant à protéger les cours d’eau et les nappes phréatiques. Une installation doit être bien conçue et correctement réalisée pour un traitement efficace.

Les étapes de l’assainissement classique non collectif sont la collecte, le prétraitement et le traitement. En ce qui concerne la première étape, il faut d’abord collecter les eaux usées produites dans la maison (eaux des w.c., eaux de cuisine, eaux de salle de bains, eaux de machines à laver) afin de les diriger vers la fosse septique (notez que ne sont pas considérées comme des eaux usées : les eaux de pluie, eaux de toiture et eaux de terrasse ; par exemple, celles-ci doivent être rejetées dans un réseau de canalisations séparées.)
Dans le cadre de l’étape du prétraitement, il faut savoir que les eaux usées collectées contiennent des particules solides et des graisses qu’il faut éliminer afin de ne pas perturber le traitement ultérieur, c'est pourquoi le passage en fosse septique ou fosse toutes eaux est indispensable.

En sortie de la fosse, les eaux sont débarrassées des particules indésirables et peuvent ainsi être traitées par le sol. Enfin, concernant le traitement, des micro-organismes assurent la dépollution des eaux usées avant dispersion par écoulement dans le sous-sol par un dispositif de tuyaux puis de drains permettant de mettre en contact les eaux prétraitées avec les bactéries naturellement présentes dans le sol ou dans un massif de sable.

5. Les avantages de l'assainissement écologique

Les avantages de cette technique, qui demande une réalisation correcte, sont notamment :

  • la récupération de l'eau pour valorisation.
  • une bonne dégradation des matières organiques dissoutes et non dissoutes.
  • le rejet d'une eau accessible et donc analysable permettant de contrôler les paramètres demandés par la loi (la demande chimique et biologique en oxygène et les matières en suspension).
  • une bonne valorisation paysagère.

6. La taille de la fosse

Pour une installation classique, la taille de la fosse variera selon la taille de l’habitation et le nombre de ses occupants. Par exemple :

Pour une habitation de 1 à 4 pièces (pièces = Nombre de chambres + 2), la fosse devra offrir une capacité de 3 m3.
Pour une habitation de 5 pièces (pièces = Nombre de chambres + 2), la fosse devra offrir une capacité de 3 m3.
Pour une habitation de 6 pièces (pièces = Nombre de chambres + 2), la fosse devra offrir une capacité de 4 m3.
Pour une habitation de 7 pièces (pièces = Nombre de chambres + 2), la fosse devra offrir une capacité de 5 m3.

Si vous prévoyez une extension de votre maison, votre fosse et votre surface de traitement seront dimensionnées en fonction du nombre de pièces principales, elles devront anticiper cet agrandissement. Notez que la capacité d’une fosse septique peut atteindre les 55m3 (55.000 Litres).

Fosse en plastique pour l'assainissement individuel. Doc Picbleu

7. Les caractéristiques et les contraintes du terrain

Une installation doit tenir compte des caractéristiques et contraintes de votre terrain de façon à permettre un fonctionnement durable :

Caractéristiques du terrain :

  •  pente du terrain,
  •  surface disponible (limite de propriété),
  •  accès (route accès à un garage…),
  •  encombrement de la parcelle (présence d’un potager, piscine, plantations...),
  •  existence d’un puits à proximité, etc.

Caractéristiques du sous-sol :

La possibilité de rejet de l’eau traitée, la présence d’eau : niveau de la nappe d’eau souterraine (nappe phréatique). La perméabilité, l’épaisseur des couches du sol : les sols argileux très imperméables doivent recevoir de préférence un lit de sable pour permettre l’évacuation des eaux usées à l’inverse, les terrains poreux se prêtent bien à la filtration.

8. L'entretien et les conseils pour les assainissements individuels

Pour un bon fonctionnement, il est conseillé de vérifier, tous les 6 mois, le non-colmatage du bac à graisse. Tous les 4 ans, il est également recommandé de retirer le matériau filtrant du pré filtre (dans la fosse ou après la fosse), de le laver et de faire effectuer une vidange de la fosse par une société agréée (entreprise spécialisée dans l’assainissement). Une petite fraction des boues, ainsi que l’eau interstitielle (chargée de bactéries) doit être laissée en place après la vidange pour faciliter un redémarrage rapide des bactéries. À noter également que le Service public d'assainissement non collectif (SPANC) est habilité à assurer la vérification du bon entretien de l'installation.

Pour un fonctionnement optimal et durable d’une fosse septique ou toutes eaux, il est recommandé d’éviter de jeter toute substances polluantes telles que acides, liquides corrosifs, eau de javel, huiles de fritures, huiles de vidange, produits d’entretien w.c., produits désinfectants, parfums de synthèse à accrocher dans les cuvettes, peintures, médicaments ainsi que tous les objets susceptibles de boucher les canalisations (tampons d'hygiène, cotons-tiges, etc.).

Sur le terrain situé au-dessus du lit filtrant, il faut éviter d’imperméabiliser la surface (par exemple des massifs avec des films plastiques, des terrasses bétonnées ou asphaltées, etc.), d'y stocker des charges lourdes ou d'y faire passer des véhicules.

Le réseau d’assainissement doit être positionné à plus de 3 m des arbres ou plantations, à une distance minimale (en respectant un écart minimum d’environ 3 mètres) de la sortie des eaux de cuisine. Cette précaution étant établie pour limiter les risques de colmatage de la conduite d’amenée de l’habitation à la fosse.

L’assainissement individuel et son équipement nécessite une bonne ventilation, car les matières organiques contenues dans la fosse septique dégagent en pourrissant des gaz tels que le CH4 (méthane) et  l’Hydrogène Sulfuré (H2S). Ce gaz, lorsqu’il est présent à de fortes concentrations, paralyse les nerfs olfactifs, ce qui le rend indétectable et d’autant plus dangereux. L’H2S peut ainsi être à l’origine de graves troubles oculaires, respiratoires, voire cérébraux. Une exposition de courte durée à de fortes concentrations d’H2S (de l’ordre de 500 à 1000 ppm) entraîne rapidement une paralysie respiratoire pouvant conduire à la mort. Une fosse mal ventilée génère des gaz corrosifs (odeurs typiques soufrées) qui nuisent à la longévité des matériaux.

9. Le lien d'une association : eau vivante

L'une des vocations de l’association eau vivante est de promouvoir des techniques de gestion écologique de l’eau simples et efficaces permettant de s’approcher de l’autonomie et de vivre d’une manière soutenable pour l’environnement. Les principaux moyens sont : les toilettes sèches, le compostage, le traitement des eaux grises par bassins filtres plantés, la récupération des eaux de pluie.

Ces méthodes s’adressent majoritairement aux particuliers et aux petits collectifs, écohameaux, gîtes. L’association eau vivante propose une diffusion de son savoir, met en place un réseau de personnes ayant opté pour ce mode de vie et s’occupe de réaliser un suivi des résultats d’analyses.

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page
Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion