Accession propriété

L'avis de Vauban Il faut s'adresser à des professionnels sérieux

Cette lettre célèbre adressée au Marquis de Louvois (François Michel le Tellier) secrétaire d'État à la Guerre (1662-1691) sous Louis XIV, montre que l'histoire ne se répète pas, mais qu'elle bégaye. En effet, si l'on veut de « la bonne ouvrage » il faut toujours s'adresser à des professionnels sérieux et savoir s'acquitter du juste prix. En voilà assez, Monseigneur, pour vous faire voir l'imperfection de cette conduite : quittez-la donc et au nom de Dieu, rétablissez la bonne foi, donnez les prix et les ouvrages et ne refusez pas un honnête salaire à un entrepreneur qui s'acquitte de son devoir, ce sera toujours le meilleur marché. »

  1. Le marquis de Vauban
  2. La lettre à Louvois
  3. Annuaire des professionnels

1. Le marquis de Vauban

L'avis d'un célèbre personnage : Le Maréchal de Vauban.

  • Sébastien Le Prestre, marquis de Vauban (15 mai 1633 - 30 mars 1707) a été un homme à multiples facettes : ingénieur, architecte militaire, urbaniste, ingénieur hydraulicien, expert en poliorcétique et essayiste français.
  • Nommé maréchal de France par le roi Louis XIV à la fin d'une carrière très riche, il fut un précurseur du siècle des Lumières.
  • À la fin de sa vie, le Maréchal de Vauban proposa un audacieux programme de réforme fiscale (Dîme royale) malgré l'interdiction de le diffuser pour tenter de résoudre les injustices sociales.

Le Maréchal de Vauban (Sébastien Le Prestre de Vauban 1633–1707). Source : Archives nationales de Paris

vauban.jpg

2. La lettre à Louvois

Lettre à Louvois, ministre d'État sous Louis XIV

Belle-Isle en Mer, le 17 juillet 1683.

« Monseigneur, il y a quelques queues d'ouvrage des années dernières qui ne sont point finies et qui ne finiront point, et tout cela, Monseigneur, par la confusion que causent les fréquents rabais qui se font dans vos ouvrages, car il est certain que toutes ces ruptures de marché, manquements de parole et renouvellement d'adjudications ne servent qu'à vous attirer comme Entrepreneurs tous les misérables qui ne savent où donner de la tête : les fripons et les ignorants, et à faire fuir tous ceux qui ont de quoi et qui sont capables de conduire une Entreprise.

Je dis plus, qu'elles retardent et renchérissent considérablement les ouvrages qui n'en sont que plus mauvais, car ces Rabais et Bons Marchés tant recherchés sont imaginaires, d'autant qu'il est d'un Entrepreneur qui perd comme d'un homme qui se noie, qui se prend à tout ce qu'il peut, or, se prendre à tout ce qu'on peut en matière d'Entrepreneur, c'est ne pas payer ses marchands chez qui il prend les matériaux, friponner ce qu'il peut, mal payer les ouvriers qu'il emploie, n'avoir que les plus mauvais parce qu'ils se donnent à meilleur marché que les autres, n'employer que les plus méchants matériaux, chicaner sur toutes choses et toujours crier miséricorde contre celui-ci et celui-là...

En voilà assez, Monseigneur, pour vous faire voir l'imperfection de cette conduite : quittez-la donc et au nom de Dieu, rétablissez la bonne foi, donnez les prix et les ouvrages et ne refusez pas un honnête salaire à un entrepreneur qui s'acquitte de son devoir, ce sera toujours le meilleur marché. »

Le Maréchal de Vauban.

Source : Archives nationales de Paris

Fiez-vous à une entreprise RGE

3. Annuaire des professionnels

Les labels, les marquages et les engagements communiqués par les entreprises sont sous leur seule responsabilité.

Annuaire des professionnels du bâtiment

Besoin d'aide ?
Besoin d'aide ?
Je profite de conseils simples et pratiques de Picbleu pour faire le meilleur choix
Je m'informe
Sans Engagement

Donnez-nous votre avis
Cet article a été commenté 2 fois.
Lettre de Vauban à Louvois
Je n'ai pas réussi à trouver la lettre de Vauban à Louvois du 17 juillet 1683 dans les Archives Nationales de Paris. D'ailleurs cette lettre set publiée sous diverses dates : 17 juillet 1685, 20 janvier 1673. Que faut-il en conclure ?
il est plus facile de faire un copier-coller qu'ouvrir un livre
Il faut en conclure que les milliers d'articles de Picbleu dans tous les domaines de l'habitat souvent précurseurs inspirent et essaiment. Cet article date de la création du 1er site qui s'appelait à l'époque Acqualys et qui est toujours le nom de la société. Il est tiré d'un ouvrage papier dont je dispose. En tapant sur les moteurs de réponse, je constate une fois de plus qu'il est plus facile de faire un copier-coller qu'acheter et ouvrir un livre.