Construction

L'étanchéité à l'air des maisons et la qualité de l'air intérieur

Les maisons neuves sont soumises à des règles précises d'étanchéité à l'air définies dans la RT 2012 qui sera remplacée en juin 2021 par la RE 2020 qui prendra encore plus en compte l'impact environnemental et la santé des occupants. L'étanchéité des maisons permet de limiter les déperditions.

  1. Pourquoi optimiser l'étanchéité à l'air ?
  2. Effets de l'air en période de chauffage
  3. Limiter les flux d'air incontrôlés
  4. Test de perméabilité étanchéité à l'air
  5. Qualification des opérateurs d'infiltrométrie
  6. L'air pollué des logements
  7. Qualifications labels et normes du bâtiment

Pourquoi optimiser l'étanchéité à l'air ? 

Les critères sont multiples, complexes et répondent à plusieurs objectifs, les principaux enjeux liés à l'étanchéité à l'air sont :

  • L'hygiène et la santé, la qualité de l'air intérieur.
  • La qualité de l'air entrant lorsque le logement est à moins de 50 mètres d'une route fréquentée par des véhicules à moteur à explosion.
  • Le confort thermique et acoustique des occupants
  • La facture énergétique
  • La santé des occupants des logements.
  • La conservation du bâti.
  • La sécurité des personnes à proximité de sites industriels Seveso.

 

Effets de l'air en période de chauffage 

Quels sont les effets de l'air sur un bâtiment en période de chauffage ?

En période de chauffage, l'air exfiltré de façon indésirable vers l'extérieur se refroidit, en particulier dans l'isolant, et son humidité relative augmente.

  • Si, tout au long de ce parcours, le point de rosée est atteint, il se forme de la condensation.
  • L'isolant sera moins performant surtout s'il s'agit de matériaux sensibles à l'humidité (laine de verre, laine de roche) ou imperméables (polystyrène, polyuréthane),
  • Cette humidité peut engendrer des phénomènes de corrosion et de moisissure des matériaux.

 

Les murs en pierre des anciennes bâtisses sont respirants : ils laissent passer la vapeur d'eau. Photo ACQUALYS Picbleu®

chateau-ancien-murs-de-pierre.png

Limiter les flux d'air incontrôlés 

Assurer un bon niveau d'étanchéité à l'air, c'est être capable de limiter les flux incontrôlés, sources de pathologies, d'inconfort et de gaspillage d'énergie.

  • Il ne s'agit en aucun cas de confiner les occupants dans une boîte hermétique, mais, au contraire, de leur procurer de l'air de qualité, en quantité suffisante et sans excès.
  • Important : le gain réalisé ne présente pas de surcoût pour le maître d'ouvrage.

 

Test de perméabilité étanchéité à l'air 

L'infiltrométrie : le test de perméabilité et d'étanchéité à l'air qui est le contrôle du renouvellement de l'air permet de quantifier la perméabilité de l'enveloppe du bâtiment et de valider la valeur atteinte. Relativement nouvelle en France depuis 2013, cette démarche contribue à renforcer la performance énergétique du bâti, cette méthode était déjà utilisée depuis de nombreuses années en Allemagne, Autriche, Belgique, Suisse et au Canada. Cette mesure de la perméabilité permet d'atteindre les objectifs ambitieux du Grenelle Environnement pour les bâtiments RT 2012 et RE 2020. 

Quels sont les métiers du bâtiment concernés par l'infiltrométrie ?

La perméabilité est l'affaire des différents corps d'état, plombiers, plaquistes, menuisiers et électriciens, une information et une prise de conscience sont nécessaires pour atteindre un niveau performant de perméabilité. En effet, chaque corps de métiers doit prendre conscience de son rôle et de l'incidence de ses actions.
Les conditions requises pour pouvoir réaliser une prestation de mesure de la perméabilité :
Pour réaliser une prestation de mesure de la perméabilité à l'air d'un logement dans le cadre du référentiel BBC-Effinergie, les organismes ayant des agents expérimentés ainsi que les entreprises spécialisées peuvent de manière transitoire réaliser des essais pour le référentiel RT 2012.

Les entreprises spécialisées dans le contrôle

Ces organismes ayant des agents expérimentés ainsi que les entreprises spécialisées s'engagent sur l'honneur à :

 

  • Déposer une candidature à l'autorisation de prestation de mesure de la perméabilité, dans un délai maximal de six mois à la suite de leur premier essai, sur un bâtiment candidat à la maison RT 2012.
  • Inclure dans leur dossier de candidature à autorisation cinq rapports d'essai de moins de six mois avant la réalisation de leur premier essai sur un bâtiment candidat à la prestation de mesure de la perméabilité.
  • Inclure dans leur dossier de candidature à autorisation l'ensemble des rapports des essais qu'ils ont réalisés.
  • Informer par courrier électronique le secrétaire provisoire de la commission d'examen des autorisations, la DGALN, Promotelec et Effinergie, des essais qu'ils réaliseront pendant cette période transitoire sur des bâtiments candidats.
  • Cette information doit notamment comporter la date prévisionnelle de réalisation du premier essai prévu.

 

Qualification des opérateurs d'infiltrométrie 

L'autorisation de procéder à ce contrôle (test de perméabilité à l'air) est accordée aux organismes ou entreprises candidates pour la réalisation d'essais par des opérateurs qualifiés et identifiés nominativement dans la demande d'autorisation. Un opérateur est habilité s'il est à la fois qualifié et formellement identifié par son organisme comme personne pouvant réaliser des essais de perméabilité à l'air.

Prérequis

La qualification d'un opérateur est examinée si l'une des 3 conditions suivantes est remplie :

  1. Dans le cas d'opérateurs déjà expérimentés, avec la justification de plus de dix essais par an et la transmission de cinq rapports de moins de six mois. Tous ces rapports devront être validés par la DGALN pour prononcer la qualification de l'opérateur.
  2. Ces opérateurs devront de façon transitoire et expérimentale, assister à une journée de formation dans un délai de six mois après le dépôt du dossier, avec un CETE (Centre d'études techniques du ministère de l'Équipement, service du ministère en région) compétent en perméabilité à l'air afin que leur organisme ou leur entreprise soit autorisé ou/et que leur qualification soit effective de façon définitive.
  3. Dans le cas où l'organisme est déjà autorisé, la fourniture du justificatif du suivi d'une formation interne, sous réserve d'une validation des compétences dans un délai fixé à six mois. La fourniture d'un justificatif de suivi d'une formation externe reconnue par la DGALN, et la transmission à cette dernière de cinq rapports d'essais dans un délai de six mois suivants la formation.

 

L'air pollué des logements 

Quels sont les principaux polluants de l'air de votre maison ?

L'air qui transite dans les parois avant de pénétrer dans le logement peut se charger en polluants (poussières, moisissures, germes pathogènes, composés organiques volatils, fibres...), puis les transférer à l'intérieur de l'habitat. À mesure qu'ils s'encrassent, tous les circuits aérauliques par lesquels l'air peut s'écouler peuvent dégrader à plus ou moins long terme la qualité de l'air intérieur. 

 

En France, dans les constructions courantes, entre 25 et 33 % de l'air neuf provient des défauts d'étanchéité de l'enveloppe isolante.
La réglementation thermique (RT 2005) pour les bâtiments neufs prenait en compte une valeur de perméabilité par défaut (c'est-à-dire lorsqu'aucune mesure n'était effectuée) de

  • 1,3 m3/h/m2 pour les maisons individuelles et de 1,7 m3/h/m2 pour les logements collectifs. Cette valeur était pénalisante par rapport au bâtiment de référence de la RT 2005, qui est de 0,8 m3/h/m2 pour les maisons individuelles et de 1,2 m3/h/m2 pour les logements collectifs.

 

Qualifications labels et normes du bâtiment 

Qualibat a intégré une nouvelle qualification de mesurage de perméabilité à l’air de l’enveloppe des bâtiments, au terme d’une convention signée avec le ministère de l’Écologie.
Cette nouvelle qualification de mesurage de perméabilité à l’air (qualification 8711) est rendue obligatoire pour tous les mesureurs. Elle s’applique à l’ensemble des entités qui, pour le compte d’un tiers, assurent l’instauration d’un système de mesures et réalisent des mesures de perméabilité à l’air de l’enveloppe d’un bâtiment.

Intégrée dans l’activité 87 de la nomenclature de QUALIBAT, sous le numéro 8711, cette qualification est attribuée après différentes vérifications portant sur la formation des personnes chargées des contrôles, l’étalonnage régulier des appareils de mesure et la traçabilité de l’ensemble des opérations de mesure. Le dispositif d’évaluation prévoit également un audit documentaire des rapports de mesures et du registre des opérations de chaque opérateur.

Qualibat est un organisme de droit privé, il a été créé en 1949, à l’initiative du ministre de la Construction et d’organisations professionnelles d’entrepreneurs, d’architectes et de maîtres d’ouvrage.

logo-qualibat.png

Les organismes de contrôle, les sociétés d’ingénierie ou encore les diagnostiqueurs immobiliers devront également obtenir cette qualification au même titre que les entreprises de construction.
Qualibat précise que les exigences particulières d’attribution et de suivi ont été adaptées au contexte particulier de l’activité de mesure de perméabilité à l’air, notamment pour les « matériels spécifiques à ces mesures et des obligations d’étalonnage et de maintenance, mais également pour des registres d’opérations de mesures ou des opérations de mesure de référence qui se substituent à la liste des chantiers et aux chantiers de référence ».

Tous les opérateurs de mesure auront à justifier d’une formation aux opérations de mesures obligatoirement dispensée par un organisme reconnu par le ministère en charge de la construction. Les mesures de perméabilité devront être effectuées par un opérateur autorisé exerçant dans une entreprise titulaire de la qualification 8711. (29 janvier 2011). 

Donnez-nous votre avis
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.