Environnement

La maison écologique, critères, notions et aspect symbolique

Une maison écologique doit rester en harmonie avec l'environnement dans lequel elle est implantée. Un habitat écologique doit utiliser des matériaux non polluants pour l'environnement à tous les stades de leur vie (extraction, fabrication, transport, mise en œuvre, démolition).

Maison-ancienne-écologique-pierre-ardoises-Pyrénées-Picbleu.jpg

1. Critères de la maison écologique

Les critères sont multiples, complexes et répondent à plusieurs objectifs :

  •  La protection de l'environnement.
  •  La santé des professionnels de la construction.
  •  La santé des riverains.
  •  La santé des occupants des logements.

 

La nature recèle des merveilles de perfection très proches de nous. Il est toujours intéressant de s'en inspirer. La simplicité rend les choses belles. Photo de cristaux de glace Picbleu ®

Cristaux-de-glace-au-soleil-levant-Picbleu.jpg

2. Les règles de construction (RT 2012) 

Les normes concernant les maisons neuves ont été améliorées : la réglementation Thermique 2012 oblige les contructeurs de bâtiments à respecter un cahier des charges limitant la consommation d'énergie.

La forme de la construction

Une structure compacte exposera moins de façades donc d’échanges thermiques, le nombre d’ouvertures et leur disposition pourront faire varier la consommation d’énergie ou le confort d’été (fenêtre de toits refroidissant ou réchauffant le logement par exemple). Des formes arrondies et lisses offrent moins de résistance à la pression de l’air et diminuent les déperditions, les déperditions d’une habitation peuvent ainsi être maîtrisées facilement.

3. L'éco rénovation ou écoconstruction 

Les termes éco-contruire ou écorénover encadrés par des normes

  • Les termes « Écoconstruire » ou « écorénover » indiquent que l'on cherche à atteindre une haute performance sur plusieurs cibles touchant à l’environnement, au confort et la santé des occupants d’un bâtiment.
  • La préservation des ressources énergétiques (matières premières, eau), la lutte contre le changement climatique, la réduction des déchets et de la pollution, la qualité de l’air intérieur, le confort des occupants (acoustique, visuel), la qualité environnementale et sanitaire des produits de construction sont la préoccupation première.
  • Pour pouvoir être guidés dans cette démarche et de les aider dans leurs projets, les acteurs de la construction disposent de référentiels, de normes et de certifications afin de garantir l’atteinte de ces performances.

 

4. La démarche conservatrice 

La démarche conservatrice écologique est de remettre les valeurs ancestrales au goût du jour en refusant les matériaux transportés sur de longues distances (matériaux industriels, bois exotiques, etc.) trop coûteux en termes d’environnement. Dans le passé, les demeures traditionnelles en France étaient bâties suivant des règles d’implantation : toit protégeant des intempéries, peu d’ouvertures à l’ouest, etc., et avec les ressources naturelles récupérées sur place : pierre, bois, terre ou briques fruits d’un savoir-faire ancestral en voie de disparition.

Les règles d'urbanisme pour éviter les constructions anarchiques
Récemment, le Code de l’urbanisme avait mis un frein à l’anarchie, mais des constructions sans âme type boîte à chaussures se réalisent sous les pistes de décollage des aéroports, dans des hameaux avec parfois des maisons de tous styles (colonial, île de France, mas provençal) dans toutes les régions et dans toutes les latitudes, des maisons dont même les couleurs ne s’intègrent pas dans les paysages, qui ne respectent pas les traditions et qui dénaturent l’environnement.

Une maison durable doit rester en harmonie avec l'environnement dans lequel elle est implantée. Photo Picbleu ®

Maison écologique en pierre

5. La notion de confort thermique 

  • Le degré d'hygrométrie. L'humidité relative doit être comprise entre 45 et 65 %,
  • La température doit rester stable (aucune variation, ni importante, ni rapide comme avec un chauffage électrique),
  • Le niveau de température doit être adapté aux besoins de notre organisme et de notre âge avec un maximum 28 à 30° en France,
  • Comme pour la climatisation (qui est un désastre écologique) la différence de la température ressentie avec l'opposition entre la température intérieure et celle de l’extérieur est physiologique.
  • L’espace, la luminosité (espaces extérieurs, patio, puits de lumière, jardin intégré ou extérieur modifient la sensation d’espace et de volumes).
  • Le voisinage.
  • Le confort thermique d'été assuré par une orientation cardinale du bâtiment.
  • Un bon équilibre entre perte et gain de chaleur par rayonnement, des murs et des équipements qui sont à des niveaux de température très proches, de l’air stabilisé (c’est-à-dire sans de convection),
  • Le confort thermique d'hiver.
  • Le type de chauffage. 

 

6. Le chauffage de l'habitat 

  • L’isolation, l’inertie de la maison, associés au système de chauffage, sa rapidité de chauffe et sa facilité d’usage sont essentielles.
  • L’utilisation de matériels de chauffage les plus faiblement polluants pour l'environnement à tous les stades de leur vie (extraction, fabrication, transport, mise en œuvre, usage, démolition). 

7. L'aspect symbolique

Le système de chauffage reste fortement lié à l'aspect symbolique du mode de chauffage. Dans un logement, une cheminée à bois est associée à deux sortes d'ima­ges.

La première image est celle de la convivialité. La cheminée est ressen­tie comme un point central symbolique chaleureux. Les craquements et le crépitement du feu apportent une sensation agréable près du foyer, rapproche la famille tout en favorisant une ambiance propice aux échanges.

La seconde image, plus pragmatique, est celle des contraintes dues au stockage du bois, au risque de faire venir des insectes xylophages, la manutention, les odeurs de fumée, le nettoyage de l’âtre ou des parois vitrées de l’insert, à l'entretien et aux nuisances occasionnées par les poussières.

Un même élément peut donc susciter deux réactions diamétralement opposées.

Souvent, les différentes énergies sont associées à des images :

  • Feu égale incendie.
  • Gaz égale explosion.
  • Électricité égale coût élevé.
  • Fioul égale pollution.

Exemple de physiologie humaine 

Un bâtiment est chauffé à 19 degrés, la température de confort est atteinte (ratio température/hygrométrie correct) l’un des occupants va toucher un radiateur à eau chaude de chauffage central qui n’est plus alimenté en eau chaude, car la température de consigne 19° est atteinte : cette personne va avoir une sensation de froid et l'impression que la pièce n’est pas chauffée uniquement parce que le métal de l'émetteur est froid lors du toucher.

Besoin d'aide ?
Besoin d'aide ?
J'évite les frais cachés et je profite des conseils efficaces de Picbleu pour réduire mes factures
Je m'informe
Sans Engagement

Donnez-nous votre avis
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.