L'économiste

Dernière modification :
  •  

    • L’économiste son rôle.

    • L'économiste sa licence professionnelle.

    • Les compétences de l'économiste.

    • Les qualités de l'économiste.

    • Métiers actuels et futurs.

    • Les honoraires de l'économiste et son coût.

    • Les domaines d’activité de l'économiste.

     
      L’économiste : son rôle.
    L’économiste estime l’enveloppe globale d’un projet avant sa réalisation, son rôle n'est pas de remplacer ou d'effectuer le travail de l'architecte, il ne doit pas se substituer à l'architecte maître d'œuvre, car il s'agit bien de deux compétences différentes. Il intervient généralement en phase d’APD (avant projet). Il assiste le particulier (ou une entreprise) dans son projet et va quantifier puis chiffrer au mieux les travaux. Il ne se contente pas de cette mission puisqu'il doit conseiller son client sur la faisabilité du projet, sur son optimisation. Son indépendance est une garantie auprès des maîtres d'ouvrage. 

    L'économiste de la construction intervient dans toutes les phases liées à la construction :

    Depuis l'intention du maître d'ouvrage, la conception, les études, la planification de chantier, l’expertise, le management de projet de construction, la programmation, la gestion du bâtiment et la réalisation du projet. Une fois le quantitatif et l’estimatif terminé, l’économiste renvoie son travail à l’architecte qui va rendre le projet au maître d’ouvrage (client) accompagné des plans et de l’estimation chiffrée.
      L'écnomiste : sa licence professionnelle.

    La licence professionnelle est accessible avec un niveau III (Bac + 2). Les titulaires de bac + 2 souhaitant se spécialiser en économie du bâtiment. Les formations initiales DUT, BTS, DPCT peuvent être complétées par une connaissance du bâtiment et une expérience de chantier et permettent l'accès à la licence professionnelle.
    Elle est ouverte aux personnes qui justifient d'une expérience professionnelle ou personnelle dans le domaine visé et qui répondent aux conditions fixées par les dispositions de la loi du 17 janvier 2002 relatives à la validation des acquis de l'expérience (VAE). Des formations peuvent compléter les spécialisations et ont pour objectif l'acquisition de connaissances, capacités et compétences nécessaires à l'exercice du métier d'économiste de la construction (formation académique spécialisée).
     Ces formations intègrent une pratique professionnelle par un stage obligatoire, elles permettent l'adaptation aux futures évolutions du secteur du Bâtiment et Travaux Publics (BTP) par le biais d’une formation académique générale.

      Les compétences de l'économiste.
    L’économiste de la construction, par les différentes évolutions de la commande publique, les modifications de la réglementation, la complexification des techniques, la « judiciarisation » des dossiers, intervient dans un panel de missions qui dépassent largement le seul cadre de la quantification où du chiffrage.
    L'économiste de la construction, est un professionnel libéral et indépendant et travaille en collaboration avec un architecte, il offre un service de conseil au particulier qui veut entreprendre des travaux. Il s'agit encore le plus souvent d'une mission ponctuelle, mais permettant d'éviter bien des déconvenues.

    L'économiste de la construction est l'élément indispensable qui doit allier des compétences techniques et un savoir-faire :

    — En procédant à l'élaboration technique du projet d'ouvrage ou d'installation.
    — En déterminant les procédés techniques, les méthodes d'organisation et leurs différents 
      coûts afin de constituer un avant-projet de l'opération de construction.
    — En effectuant l'étude d'exécution.
    — En dialoguant avec tous les partenaires techniques, financiers et juridiques participants
       à l’opération de construction.
    En assurant selon son expertise un encadrement.
    — En réexaminant méthodiquement les calculs et les procédés.
    — En fixant les conditions de réalisation. 
      Les qualités de l'économiste.
    L'économiste de la construction doit être une personne polyvalente avec une excellente connaissance de tous les corps de métiers. Il doit posséder une vision globale du projet, il doit rester en étroite relation avec tous les professionnels de la construction et doit participer à toutes les phases du projet.
    • Il doit posséder de bonnes connaissances en matière de législation du bâtiment et réglementation de la construction.
    • Il doit maîtriser et utiliser l'outil informatique.
    • Il doit connaître et pratiquer une langue étrangère (technique).
    • Il doit effectuer une analyse économique pertinente de projets spécifiques, en accord avec les évolutions technologiques et la réglementation, et doit accompagner le maître d’ouvrage et lui permettre de réaliser des travaux spécifiques et nécessaires, en toute sécurité, dans le respect des délais, des coûts et de la réglementation en vigueur.
      Métiers actuels et futurs visés : l'économiste
    Il y a environ 2.500 économistes de la construction en France dont 850 cabinets, présent sur tout le territoire et les DOM-TOM, regroupés au sein du Syndicat national des économistes (UNTEC).

    Métiers actuels et futurs visés (Niveau II) en regard de la nomenclature. INSEE 

    Le métier d'économiste en construction évolue en permanence. L’exigence est l’adaptation aux évolutions du secteur, à l'apparition des nouvelles technologies du bâtiment. Il travaille généralement en équipe avec un architecte afin de lui communiquer les prix des matériaux et des complexités de mise en œuvre qui peuvent engendrer des tarifications plus élevées. Il travaille avec les plans de l’architecte en réalisant les nomenclatures de tous les matériaux employés afin de déterminer la distribution des lots de travaux, c’est à l’ économiste que revient la responsabilité d’intégrer dans chaque lot tels ou tels travaux.
      Les honoraires et le coût d'un économi
    Lorsqu'il intervient en collaboration avec un architecte, les deux professionnels se répartissent les honoraires. Un bon économiste professionnel de la réhabilitation sait tenir compte des économies d'énergie et des matériaux durables et peut faire économiser un pourcentage non négligeable des travaux initialement chiffrés.
    Coûts d’interventions d’un économiste :
    - Tarif horaire se situant entre 75 et 90 euros en prestation de conseil.

    - Forfait 450 euros pour une réception de travaux.

    - L’économiste œuvrant seul sera rémunéré entre 6 et 8 % du montant des travaux.
    - S’il a officié en équipe avec un architecte, les coûts comprenant en plus la conception varient entre 8 et 12 % et sont partagés.
     Les domaines d'activité d'un économiste 
    Le champ de compétence de l'économiste est extrêmement large. L’économiste peut fournir études et conseils pour gagner de l’espace dans un logement, aménager des surfaces habitables, ajouter une extension ou un garage. Il est garant de la faisabilité des travaux, en termes de budget, mais aussi de construction et de durabilité.

    Il est capable de chiffrer des maisons individuelles allant de petits modèles de base jusqu'a la maison haut de gamme avec des contraintes techniques importantes (exemple de calcul de fondations sur des terrains instables, grandes portées de poutres ou de matériaux particuliers), des bâtiments publics comme un groupe scolaire, dans ce cas les délais doivent être respectés impérativement, car l'ouverture des classes est un facteur essentiel, cela nécessite un sens de l'organisation pour par exemple renforcer des équipes d'entreprises quand cela est nécessaire. Le chiffrage des lots par corps d'état aussi bien en fourniture et pose qu'en séparant ces postes fait partie également des compétences d’un économiste ainsi que la réalisation des CCAP et des CCTP pour les marchés publics, l'étude et la coordination s'inscrivent également dans ses attributions, la réalisation de bâtiments industriels, la restructuration d'un site avec la construction de bâtiments, des laboratoires d'analyse laitière, la réhabilitation de bâtiments recevant du public et leur agrandissement, la restauration de château implanté sur un site classé et transformé en logement collectif.

     

     

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page