Chauffage

Les règles d'implantation des conduits pour l'évacuation des gaz brûlés

L’arrêté du 22 octobre 1969 relatif aux conduits de fumée donne les indications pour tous les combustibles à tirage naturel. AG.8, 241 et AG 11,35. 1. Pour une toiture dont la pente est au moins égale à 15 °, la hauteur du débouché doit dépasser le faitage de 40 cm (au-dessus de toute construction distante de moins de 8 mètres).

 

 

1. Les dévoiements

Dans une habitation, un conduit d'évacuation des fumées peut-il admettre des dévoiements ?

Ci-dessous, schéma d'installation d'un tuyau d'évacuation de gaz brulés pour une chaudière à gaz classique. Doc Picbleu

 

 

2. Norme NF DTU 24.1

Quelles sont les normes en vigueur pour les tuyaux d'évacuation de fumées ?

 Concernant les installations de gaz, la NF DTU 24.1* précise qu’un conduit de fumée individuel peut admettre des dévoiements, et ce, sous certaines conditions :

  •  Ne pas comporter plus de deux dévoiements (c’est-à-dire plus d’une partie non verticale).
  •  L’angle de ces dévoiements ne doit pas excéder 45 ° avec la verticale.
  •  Les reprises de descente de charge doivent être prévues en fonction des matériaux.
  •  La hauteur entre les deux dévoiements est limitée à 5 mètres.
  •  La section des conduits doit être constante et sans discontinuité au droit des dévoiements.
  •  Le conduit doit être parfaitement étanche afin que les fumées et les gaz ne puissent pas pénétrer à l'intérieur des locaux à usage d'habitation.
  •  Il est absolument interdit de raccorder deux appareils à combustion sur le même conduit.

Définition : un dévoiement est une déviation ou une portion oblique d’un conduit de fumée. Le conduit qui évacue les fumées et les gaz vers l’extérieur doit être le plus droit possible. Généralement, il ne doit pas dépasser 20° par rapport à la verticale pour les conduits traditionnels, mais concernant les conduits métalliques isolés à paroi intérieure lisse (type marque Poujoulat) ces tuyaux d'évacuations de gaz brulés peuvent accepter un dévoiement à 45 ° sur 5 mètres.

*Extrait de la NF DTU 24.1 P1

5.4 Prescriptions générales

5.4.1 Géométrie des conduits de fumée

5.4.1.2 Tracé

5.4.1.2.1 Généralités

Les conduits de fumée doivent être d’allure verticale. Toutefois, des dévoiements peuvent être admis dans les conditions ci-après.

5.4.1.2.2 Conduits individuels

Pour les conduits de fumée individuels, les dévoiements ne sont autorisés que dans les conditions suivantes :

— Un conduit de fumée ne doit pas comporter plus de deux dévoiements (c’est-à-dire plus d’une partie non verticale), l’angle de ces dévoiements ne doit pas excéder 45°avec la verticale.

NOTE : La limite de 45° est fixée pour résoudre les points suivants :

  •  reprise de charge.
  •  possibilité de ramonage.
  •  réalisation des joints.
  •  pertes de charge aérauliques.
  •  les reprises de descente de charge doivent être prévues en fonction des matériaux.
  •  la hauteur entre les deux dévoiements est limitée à 5 mètres.
  •  la section des conduits doit être constante et sans discontinuité au droit des dévoiements.

 

 

Un débouché de conduit de fumées doit dépasser le faîtage de 40 centimètres

Cheminée de bois avec fumée sur toit de maison

 

3. Ecart à respecter

Quel est l'écart à respecter entre le conduit de gaz brûlés et les matériaux à proximité ?

Il faut respecter un écart appelé « écart de feu » entre les conduits et les matériaux à proximité qui sont de :

  •  16 cm pour le bois de charpente.
  •  5 cm pour certains conduits isolés.
  •  7 cm pour les bois de menuiserie.

Rappelons également à toutes fins utiles qu'un ramonage manuel est obligatoire deux fois par an, dont une fois en période d'utilisation pour le bois et 1 fois par an pour les autres combustibles (fioul, gaz, etc.).

 

4. Règles de conception

Quelles sont les règles dans un immeuble équipé d'appareils à gaz et de ventilation mécanique contrôlée ?

Cas des conduits individuels avec des appareils à gaz autres que ceux mentionnés au b).

NOTE : le paragraphe 9,412 du cahier des charges de la norme NF P 45-204 (Référence DTU 61.1) s'applique :

a) Lorsqu'un immeuble est équipé d'une installation de ventilation mécanique non prévue pour l'extraction mécanique des produits de la combustion des générateurs à gaz, le raccordement de ceux-ci sur l'installation est interdit.

b) Lorsqu'un immeuble est équipé d'une VMC - Gaz (qui assure simultanément l'extraction mécanique des produits de la combustion des générateurs à gaz, et la ventilation mécanique des logements), les appareils à gaz raccordés placés à l'intérieur des logements sont normalement raccordés à cette installation.

c) Pour les autres cas, on doit s'assurer que la dépression créée dans le logement par l'évacuation mécanique de l'air ne puisse entraîner le refoulement des produits de combustion.

Les configurations admises sont les suivantes :

  •  Les appareils étanches à gaz peuvent coexister avec une installation de ventilation mécanique contrôlée (VMC).
  •  Les appareils non étanches à gaz raccordés à un conduit de fumée à tirage naturel peuvent coexister avec une installation de ventilation mécanique contrôlée (VMC) si l'appareil est situé dans un local séparé par une porte non perméable des locaux ventilés par VMC et muni d'une entrée d'air.

 

L'aide de Picbleu

Besoin d'aide ?
Besoin d'aide ?
J'évite les frais cachés et je profite des conseils efficaces de Picbleu pour réduire mes factures
Je m'informe
Sans Engagement

 

La responsabilité de Picbleu est limitée au cadre strict du présent rapport et ne saurait être engagée pour tout préjudice, corporel ou matériel causé par  suite d’omission, de négligence, d’erreur, de manquement à une loi ou un règlement ou à l’inobservation des prescriptions éditées par le constructeur. De la même façon, Picbleu ne saurait être tenu pour responsable de tout défaut ou dysfonctionnement inhérent aux matériels et/ou systèmes implantés ainsi qu’à leurs performances économiques et/ou énergétiques.

Commentaires
Cet article a été commenté 4 fois.
Pose d'un système Aspiromatic sur une cheminée pour chaudière gaz
Bonjour, Je voudrais connaitre la réglementation concernant les chaudières gaz, à savoir est-il possible de mettre en place un système Aspiromatic sur une cheminée pour chaudière gaz. Est-ce conforme ? Je n'arrive pas à trouver d'information à ce sujet. Merci d'avance pour votre réponse Bien Cordialement
L’arrêté du 22 octobre 1969 définit les conditions de débouché en toiture d’un conduit de fumées
L’arrêté du 22 octobre 1969 définit les conditions de débouché en toiture d’un conduit de fumées à tirage naturel raccordé à une chaudière gaz. La température des fumées sont suffisantes pour que les gaz d'échappement s'échappent correctement. Le dispositif dont vous donnez les références est du domaine du bricolage pour le gaz. Il est préférable de faire passer un contrôleur Qualigaz qui terminera la ou les cause(s) du mauvais tirage dont les origines peuvent être multiples (mauvais tracé, diamètre inapproprié, absence de ventilation, mauvais débouché en toiture, etc.)
Circulaire du 28 juin 2008 relative à l’application de l’arrêté du 31 octobre 2005
Madame, Monsieur, Je me permets de venir vers vous car je suis face à un problème pour lequel je n’arrive pas à trouver de solution, et pour lequel j’ai un délai court devant moi. Je vous l’explique. J’ai signé une promesse d’achat d’une maison se situant sur Vertou le 30 août 2018, Signature définitive prévue le 7 décembre 2018. Cette maison a été construite en 2010, et doit donc répondre à la norme de la réglementation thermique 2005. L’agent immobilier qui nous a vendu cette maison, nous a envoyé une fiche descriptive où il est noté une cuisine de marque Cuisinella et des plaques à induction. Or je me suis aperçue que cette cuisine est de marque Hygena, et que les plaques sont vitrocéramiques. De plus, la maison n’est équipée que d’un chauffage électrique. Je souhaite donc installer un poêle à granulés mais la notice descriptive de la maison indique la pose d’une souche de cheminée équipée d’un conduit mais que ce conduit sera en attente en sortie de toit d’un gainage en inox pour être relié aux parties habitées de la maison. C’est-à-dire que de la pièce de vie jusqu’à la souche (maison R+1) il n’y a aucun tuyau. Or, dans la circulaire du 28 juin 2008 relative à l’application de l’arrêté du 31 octobre 2005 il est précisé : « Pour les maisons individuelles entrant dans son champ d’application, l’arrêté du 31 octobre 2005 impose que la maison soit, lors de sa construction, équipée d’un système d’évacuation des fumées. Ce système doit comporter : – une souche en toiture ; – un conduit d’évacuation vertical partant de la souche en toiture et débouchant dans les locaux du niveau chauffé le plus bas. Ce conduit doit donc notamment traverser tous les planchers hauts (cf. note 1) et intermédiaires entre la souche en toiture et le niveau chauffé le plus bas. » Lors de la signature de la promesse d’achat nous n’avons pas eu connaissance de cette notice descriptive de la maison, et à ce jour le coût pour mettre ces tuyaux manquants s’élèvent à minimum 1500€. Sans la mise en place de ce conduit, la maison ne répond donc plus aux exigences de la RT 2005. Ainsi, nous estimons qu’il n’est pas de responsabilité de prendre en charge ces frais supplémentaires. Le constructeur face à mes affirmations me répond : « Suite à votre demande et après consultation du dossier avec le responsable de notre service après-vente, effectivement il est bien indiqué que la mise en œuvre d'un gainage inox sera à la charge des clients et à faire par un installateur agréé et non à celle du constructeur. Les anciens propriétaires ont été informés et ont signé la notice descriptive. » Il considère donc que le fait d’avoir stipulé cette non mise en place dans la notice descriptive le décharge de sa responsabilité de l’installer. En réponse à ce problème, l’agent immobilier me conseille de conclure l’achat pour ensuite intenter un procès au constructeur. Un conseil qui me parait peu judicieux. Je me tourne donc vers vous dans l’espoir de trouver une aide ou un conseil afin de régler cette situation, sûr que votre expérience et votre réseau pourront nous éclairer. Je vous remercie par avance de votre réponse, et reste à votre entière disposition. Bien cordialement
Il existe une solution toute simple : le poêle à granulé étanche
Lorsque l’on gravit les marches d’un tribunal, l’issue est toujours incertaine. Le conseil donné n’est donc effectivement pas judicieux. Notons que les normes de la réglementation thermique 2005 n’étaient pas aussi exigeantes concernant l’étanchéité à l’air que la RT 2012. Il existe une solution toute simple : le poêle à granulé étanche c’est-à-dire qu’il suffit de pratiquer un trou dans la paroi verticale (le mur) et y installer une ventouse qui aspirera le dioxygène nécessaire à la combustion du granulé et évacuera les gaz de combustion par le même conduit et dont les fumées à la différence du bois bûche sont pratiquement invisibles en raison d’une combustion supérieure à 80%. Vous vous affranchissez ainsi des problèmes de sortie en toiture coûteuse. Vous trouverez ci-joint 2 modèles étanches avec leurs prix respectifs qui seront compatibles avec votre VMC (ventilation Mécanique Contrôlée). Un poêle classique à évacuation naturelle ne fonctionnera pas correctement, il est donc à proscrire. Voici les coordonnées du technicien France de la marque réputée Laminox qui pourrait répondre à vos attentes. (Un fichier vous a été envoyé avec le catalogue de 2 produits étanches avec les prix) Une étude thermique réalisée par un thermicien permettra de vérifier la faisabilité. Un chauffagiste de votre secteur fera par la suite un devis chiffré Vous pouvez appeler le technicien national Christophe Baud 06 81 92 10 42 Le mieux est toutefois de lui envoyer vous-même un message : Christophe.laminox@gmail.com
Commenter cette page