Construction

La maison passive ou positive Les bases à connaître

Depuis quelques années, une prise conscience nécessaire à la protection de l’environnement a permis de mettre la maison passive au centre des préoccupations environnementales.
L’intérêt croissant pour l’environnement, la prise en compte du confort, de la santé dans les habitations sont des sujets d’une particulière actualité. La maison passive synthétise deux tendances : confort et efficacité énergétique. En France la maison BBC (bâtiment basse consommation) va devenir la norme pour toutes les constructions neuves. 

  1. Les maisons « écologiques »
  2. Consommation : contexte général
  3. Les bâtiments à énergie positive
  4. Définition de la maison passive
  5. L'association « la maison passive »
  6. Restrictions sur la maison passive
  7. Ne pas encourager le gaspillage

Différence maison passive et positive

Une maison passive offre une déperdition d'énergie faible 15 kWh/m²/an pour le chauffage qui n'est utile qu'à de ponctuelles périodes de courte durée. Une maison positive possède une consommation d'énergie non renouvelable inférieure à la production d'énergies renouvelables.

La maison passive

L’isolation thermique est renforcée grâce à la suppression des points thermiques. Les isolants positionnés à l’extérieur des murs empêchent l’air froid de pénétrer. La déperdition de chaleur est limitée grâce à une étanchéité à l'air poussée. Un système de ventilation mécanique contrôlée assure un renouvellement d’air constant tout en maintenant la température de consigne. Résultat  aucun besoin de système de chauffage : la chaleur radiative du soleil réchauffe le bâtiment notamment par les parois vitrées. La chaleur dégagée par les appareils électriques et la chaleur corporelle des occupants suffit pour obtenir le confort d'hiver.

La maison positive

La maison positive intègre une ventilation mécanique double flux permettant de se passer d'un système de chauffage traditionnel. Les zones vitrées laissent passer la lumière naturelle économisant l'éclairage électrique. Des capteurs solaires thermiques produisent de l'eau chaude gratuitement et des panneaux solaires photovoltaïques utilisent les photons du soleil pour produire de l'électricité verte.

graphique label-energie-passive-picbleu.jpg

Les maisons « écologiques » 

Ce concept de maison passive a dépassé à l’heure actuelle le stade de l’expérimentation de techniques timides et empiriques datant d’une trentaine d’années. Ce concept de maison passive est maintenant accessible et applicable. Fort heureusement, le grand public commence à être informé à travers quelques articles de presse et de médias.

Certaines revues de qualité comme « la maison écologique » consacrent des reportages et pages à ce type de maisons individuelles. 

  • La maison bioclimatique : maison conçue pour recevoir au maximum l'énergie solaire et minimiser les déperditions.
  • La maison passive : maison pratiquement autonome en besoin de chauffage. La chaleur dégagée par l'intérieur de la maison (êtres vivants, appareils) et celle apportée par l'extérieur (apports solaires) suffisent à la chauffer.
  • La maison à énergie positive : Au delà de la maison passive l'ajout de dispositifs de captage d'énergies renouvelables (solaire, éolien) permet de générer un bilan énergétique annuel nul ou de produire plus d'énergie qu'elle n'en consomme. (ex-photovoltaïque).

Mais il faut rappeler qu'une maison passive n'est pas forcément écologique. Il faut, pour qu'elle soit respectueuse de l'environnement et de la qualité de l'air intérieur, n'utiliser que des matériaux sains et naturels. 

Consommation : contexte général 

La consommation mondiale d’énergie est restée longtemps stable, car l’énergie était essentiellement d’origine solaire (biomasse) aérienne (vent), hydraulique et animale.

  • Explosion de la consommation énergétique.

 À partir de 1850, la révolution industrielle a provoqué une brutale et désastreuse augmentation des besoins en énergie fossile. Ces besoins ont commencé à augmenter de façon exponentielle à cause de deux effets simultanés : l’augmentation de la population planétaire et l’augmentation de la consommation de biens et d’équipements inconsidérés.

  • Énergie et pollution.

La production de quantités excessives de sous-produits et de déchets est à l’origine de tous les problèmes environnementaux que nous connaissons et que nous subirons de plus en plus.
Le dérèglement climatique, le dérèglement climatique, les gaz à effet de serre sont des réalités. Selon les experts du GIEC entre autres (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’évolution du climat) Appellation anglaise (Intergovernemental Panel On Climate Change).

  • Ressources limitées.

Tout débat finissait par le passé par mettre en exergue le fait que les ressources énergétiques étaient limitées et qu’un jour ces énergies seraient épuisées. Aujourd’hui, nous nous heurtons aux conséquences d’une mondialisation toujours plus folle, aux conséquences de la production et de l’utilisation irresponsable de ce que la nature a donné.

Les bâtiments à énergie positive 

Un bâtiment « basse énergie » selon les normes effinergie, se situe entre les bâtiments conformes aux exigences réglementaires actuelles ou programmées et les constructions expérimentales type « maisons à énergie positive » qui atteignent des performances extrêmement élevées, mais à des coûts et à des conditions qui ne sont pas encore adaptées au marché français courant.

bâtiment-energie-positive-picbleu.jpg

Définition de la maison passive 

La définition simple d'un bâtiment appelé « maison passive » 

C'est un bâtiment qui assure un climat et une ambiance confortable en hiver comme en été sans avoir recours à un système conventionnel de chauffage, de refroidissement ou de climatisation.

L'association « la maison passive » 

En 2007, en France, sous l'impulsion de la CIPRA (Commission Internationale pour la Protection des Alpes), les premières Assises nationales de la construction passive ont eu lieu à Grenoble. Le but de l'association « La Maison Passive » était de promouvoir le concept de construction selon la définition européenne du standard de maison passive et d'encourager le développement d'une filière de construction de ces maisons en France de manière indépendante. Pour être conformes au standard, les besoins en chauffage devaient être inférieurs à 15 kWh par an et par m2. (Équivalent à 1,5 l de fioul au m2). En 2007, il y avait 7 000 maisons passives en Allemagne et 10 000 en Europe. Leur nombre double tous les ans. En France, il existait peu de réalisations fort heureusement, les normes RT 2012 et l'obligation depuis le 1er janvier 2013 ont imposé des maisons BBC plus vertueuses en termes de coûts liés à l'énergie.

Restrictions sur la maison passive 

  • L'encouragement à utiliser les énergies renouvelables doit s'accompagner de restrictions
  • Une maison ou un bureau doivent être sobres même équipés de capteurs photovoltaïques
  • Chaque équipement de production en énergie renouvelable installé en public ou en privé, doit entraîner une diminution du double ou du triple de cette capacité en nucléaire, car « le progrès technologique » permet d'être chaque jour plus efficace.
  • Chaque 300 Mégawatts de renouvelables installés devraient permettre la fermeture d’un réacteur de 900 MW.

Ne pas encourager le gaspillage 

  • Il ne faut pas encourager le gaspillage, c’est le risque lorsque les usagers ont la sensation de gratuité sinon leur consommation d'énergie ne cessera de croître,
  • Avec la consommation, la production de déchets, les déplacements futiles, la quantité de biens superflus, etc. seront augmentés,
  • sans que le reste du monde n'y ait autant accès et sans que pour autant la planète ne soit capable d'en digérer les rebuts.

Picbleu vous aide
Je profite de conseils simples et pratiques de l'expert Picbleu pour faire le meilleur choix TEL 05 64 11 52 84
Contact
Sans Engagement

Donnez-nous votre avis
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.