Mesures pour stabiliser et augmenter le prix du pétrole

Dernière modification :

L'Arabie Saoudite, le Qatar, le Vénézuéla, les trois plus importants membres de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) se sont joints à la Russie -qui n'en fait pas partie- pour signer un accord gelant la production de pétrole brut.

Leur objectif est de stabiliser le prix du baril de pétrole qui a fortement chuté de près de 70 % en quelques mois depuis l'automne 2014.

 

Parallèlement les taxes et fiscalité des produits énergétiques pétroliers sont alourdis en France, lorsque inévitablement le cours des prix du pétrole remontera, les taxes resteront.

 

Les freins qui peuvent empêcher l'augmentation du pétrole

 

Les freins qui peuvent empêcher l'augmentation du pétrole :

 

1) Les intérêts divergents des différents pays 

 

L'Iran soutient cette volonté de stabiliser les prix, mais veut accroitre sa propre production de pétrole avant la fin 2016 en injectant 1 million de barils par jour. Profitant de la fin de l'embargo sur ses exportations qui était due à son programme de nucléaire destiné à produire des armes et des applications miliaires l'Iran a besoin de trésorerie. Comme l'Arabie Saoudite, l'Iran possède des gisements abondants de pétrole de bonne qualité situés en surface rendant l'extraction facile avec de faibles coûts.

Son objectif est de regagner des parts de marchés même si cette volonté contrecarre les autres pays mis en difficulté dont le prix bas rend l'extraction non rentable. Les États-Unis sont visés, les entreprises pétrolières arrêtent leurs puits non rentables.

Après la chute des prix du pétrole qui a débuté fin 2014, les producteurs américains ont commencé à fermer les plates-formes à un rythme sans précédent (75 % des plateformes d'extraction).

Le nombre de puits de forage actifs se rapproche du niveau le plus bas depuis Baker Hughes (chiffres et données de forage datant de 1940). Malgré la baisse du nombre de plates-formes pétrolières du au fait d'une rentabilité de moins en moins pertinente, les États-Unis continuent malgré tout à extraire du pétrole à un volume historiquement élevé.

Le Nigéria et le Vénézuéla réclament à cor et à cri une réduction conjointe de la production de l'OPEP, mais se heurtent au fait que le royaume wahhabite bénéficie de coûts d'extraction les plus faibles au monde et des réserves financières accumulées qui lui permettent de patienter. En effet, pour  l'Arabie Saoudite, la simple stabilisation des prix lui permet de conserver ses parts de marché et de maintenir la stabilité de la rentabilité de ses forages.

Pour la Russie, les installations polaires en Sibérie sont peu flexibles, car la production pétrolière est en partie privée et Moscou déclare n'avoir aucun contrôle sur ces entreprises. (Source Bloomberg)

 

2) Les stocks accumulés sont très importants

L'AIE (l'agence Internationale de l'Énergie) a publié un rapport le 22 février 2016 indiquant que la production de pétrole brut devrait ralentir dès 2017, mais que les stocks accumulés sont très importants.

À court terme, les prix pour les consommateurs ne vont pas évoluer, mais il faut profiter de cette accalmie pour penser aux énergies renouvelables.

 

Produire sobrement pour consommer plus sobrement 

 

 

Peut-être qu'au lieu de subventionner la voiture électrique branchée sur le réseau EDF, commencer à penser à des petits véhicules très légers

 

Prenons le cas du photovoltaïque : contrairement à ce que certains lobbyings ont fait habilement passer dans les médias, les panneaux photovoltaïques utilisent des matériaux très communs comme le silicium et l'aluminium que l'on peut recycler facilement à la différence de votre ordinateur qui contient des dizaines de métaux différents cuivre, or, palladium, lithium, étain, cobalt, tantale, indium, etc.

 

Pourquoi produire et consommer plus sobrement ?

Station de pompage de pétrole Photo Picbleu

 

 

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page

Tous les articles

Actualités

Dossiers

Conseils

Trucs et Astuces

Normes