Pompes à chaleur électriques : les prix et les coûts

Dernière modification :

Comparatif des prix des différents modèles de pompes à chaleur Tout savoir sur la pompe à chaleur, comment ça marche ?  combien ça coûte ? Est-ce un mode de chauffage écologique ? Ce site est une source d'informations sur les pompes à chaleur. Une habitation chauffée par des convecteurs électriques consomme 60 kWh/m2 par aérothermie 51 kWh/m2, par système thermodynamique (géothermie) 35 kWh/m2

Sommaire

Les critères qui font varier le prix
Les prix des pompes à chaleur
Crédit d'impôt et TVA des pompes à chaleur

 

Les critères qui font varier le prix

La zone géographique : le climat de votre région, l'altitude
La surface à chauffer et le nombre de pièces de l'habitation (vous devez ajuster la puissance de la pompe à vos besoins).
Le nombre d'occupants (besoins en eau chaude sanitaire
La présence d'un chauffage existant (chaudière, radiateurs, etc.) 

 

Les prix des pompes à chaleur

S'il est difficile de fournir des coûts indicatifs précis des pompes à chaleur (PAC) en raison d'un nombre important de configurations possibles, il est possible, à titre d’exemple, pour une maison individuelle de 110 m², de fournir un prix situé autour de 11 000 € HT pour une pompe à chaleur aérothermique dédiée au chauffage avec la pose comprise. Lorsque le choix se porte sur une pompe à chaleur géothermique à capteurs verticaux, un investissement supplémentaire de l'ordre de 2 500 et 4 000 euros HT en plus de la PAC est à prévoir (en raison du coût des capteurs et du forage). Pour une installation à capteurs horizontaux le montant de l'investissement supplémentaire se situera entre 1 800 et 3 000 euros HT. En fonctionnement, une pompe à chaleur coûte entre 3 et 7 €/m² par an d'électricité pour le chauffage et l'eau chaude sanitaire hors abonnement électrique. Exemple de prix d'une pompe à chaleur avant crédit d'impôt pour une maison de 110 m2 (chauffage à 19 °).

 

Crédit d'impôt et TVA des pompes à chaleur

La TVA sur les pompes à chaleur était passée de 5.5 % à 19.6 % depuis le 01 janvier 2010 et 20 % au 1er janvier 2014. Pour les constructions de plus de 2 ans seule la main d'oeuvre supporte la TVA réduite. Les pompes à chaleur aérothermiques (air/air) ne sont plus éligibles au crédit d'impôt. Les pompes à chaleur (air/eau) restent éligibles pour l'instant à l'éco-prêt à taux zéro dès lors qu'elles sont intégrées à un « bouquet travaux ».

Le président du groupe CIAT (fabricant de pompes à chaleur) avait lancé en 2009 un appel suite à la baisse des crédits d'impôt qui étaient passé à 20 % en 2010 et 0 % en 2011, ce qui annoncait la fin du développement des pompes à chaleur en France.

Les pompes à chaleur les moins chères


Air air ou air eau : 6500 -9000€ TTC,
Sol sol ou sol eau : 7000 -10000€ TTC.
Des options supplémentaires : rafraîchissement (10 à 20 % plus cher) ou production eau sanitaire.

Les pompes à chaleur les plus chères


Eau eau : 8000 -13 000€ TTC pour une maison de 100m2,
Eau glycolée à capteurs horizontaux : 8000 -14 000€ TTC,
Eau glycolée à capteurs verticaux : 15000 -22 000€ TTC (forage compris).

Comparatif des prix des pompes à chaleur


Les coûts d'investissement et de fonctionnement, sur le taleau de synthèse ci-dessous sont rapportés au mètre carré chauffé. Ils sont tirés de la documentation de l'ADEME. Le prix des machines seules est une péréquation extraite d'une moyenne des tarifs sur les catalogues de fabricants de pompes à chaleur.(Les usagers chauffent leurs logements plutôt à 20 ° qu'à 19 °)

Une PAC air/air et air/eau : coûte entre 60 et 90 euros TTC par m² chauffé
Une PAC sol/sol et sol/eau : coûte entre 70 et 100 euros TTC par m² chauffé
Une PAC eau glycolée/eau et eau/eau : coûte entre 80 et 185 euros TTC par m² chauffé

  • Tableau comparatif Pompes à chaleur

    Tableau comparatif des différentes familles de Pompes à Chaleur
    Domaines
    PAC sol / sol ou sol / eau
    PAC eau / eau ou eau glycolée/ eau
    PAC air extérieur air/air  air/eau

    COP sur radiateurs*

    sol/sol

    sol/eau

    eau/eau

    eau glycol. / eau

    2

    X

    3

    3.5 à 4

    eau glycolée/eau

    3

    COP sur plancher chauffant*

    4

    4

    5 à 5.5

    3.5 à 4.5

    2.5 à 3

    Investissements

     

    De 70 à 100 € TTC par m' chauffé, (hors eau chaude sanitaire et rafraîchissement).

     

    • Pour PAC seule :

    — 8 200 € TTC (sol/sol)

    — 9 400 € TTC (sol/eau)

     
     

    • Sur capteurs verticaux, 145 à 185 € TTC par m² chauffé.

    • Sur capteurs horizontaux, 85 € TTC par m² (option chauffage) et 135 € TTC par m2 chauffé (option chauffage + rafraîchissement)

    • Sur eau de nappe 80 à 130 € TTC par m2 chauffé

    • PAC seule 9000 € TTC

     
     

    • 60 à 90 € TTC par m² pour le chauffage et le rafraichissement

    • PAC seule 8 200 € TTC

     
     

    Coût (théorique) de fonctionnement au m²

                     

     • 3 à 7 € TTC/m2 par an.

                    

        •  3 à 3,7 € TTC/m2 par an.

                         

       • 2,5 à 3,5 € TTC/m2 par an.

     

    Eau chaude sanitaire

    Production possible.

    Production possible.

     

                              

    Préchauffage ou production possibles.

     

    Appoint

    Pas utile en règle générale.

    Pas utile en règle générale.

     

    Toujours intégré au système, car nécessaire.

    Moins sollicité dans les systèmes les plus onéreux.

     

    Rafraîchissement (freecooling)

    Impossible avec Pac sol/eau.

    Possible avec Pac sol/sol.

    Possible avec étude sérieuse

    sauf si les émetteurs sont des radiateurs.

     

    Possible avec étude sérieuse

    sauf si les émetteurs sont des radiateurs.

     

    Avantages

                       

    • Système simple, coût limité pour du géothermique

    • Adaptée aux climats rigoureux ;

    • Existence obligatoire d'un avis technique du CSTB (pompe sol/sol).

    • Peut être raccordé avec des panneaux photovoltaïques.

                      

    • Adaptée aux climats rigoureux ;

    • Peu de fluide frigorigène, confiné dans la PAC

    • Adaptation possible à un réseau de chauffage central existant.

    • Peut être raccordé avec des panneaux photovoltaïques.

                               

    • Système simple, coût limité

    • Utilisable en chauffage individuel en appartement

    • Peu de fluide frigorigène, confiné dans la PAC

    • Adaptation possible à un réseau de chauffage central existant.

    • Peut être raccordé avec des panneaux photovoltaïques.

    Inconvénients

     

    Systèmes à capteurs horizontaux uniquement

    Perte de rendement dû au type de sol (systèmes à capteurs horizontaux uniquement)

    • Quantité importante de fluide frigorigène

    (surtout pour la pompe sol/sol) à puissant effet de serre.

    • Exige une solide expérience de l'installateur

    • Pour la PAC sol/sol, technologie de plancher spécifique.

    • Utilise le réseau électrique national.

    Nuisances sonores dues au groupe extérieur.

    Entretien annuel**.

     

    • Système plus onéreux qu'une PAC sol/sol ou sol/eau.

    • Pour les PAC à capteurs verticaux ou sur eau de nappe

    exige compétences

    et expérience de l'installateur et du foreur

    • Démarches et autorisations obligatoires

    • Coût élevé des forages.

    • Pollution des nappes phréatiques

    • Utilise le réseau électrique national.

    • Utilise des gaz réfrigérants à puissant effet de serre.

    Entretien annuel**.

     
     

                                             

    • Rendement faible (donc aides financières supprimées pour ces appareils peu satisfaisants en terme d'efficacité énergétique)

    • Perte d'efficacité en dessous de + 7°

    • Plus favorable en zones climatiques très douces (Sud est)

    • Exige des modèles très performants dans les climats rigoureux

    • Niveau sonore développé par la PAC (gêne pour voisinage).

    • Utilise le réseau électrique national

    • Utilise des gaz réfrigérants à puissant effet de serre.

    Entretien annuel**.
      

    *Les COP moyens théoriques des unités de PAC proviennent de l'ouvrage de Bruno Béranger « Les pompes à chaleur ». Attention, ces niveaux de  performances ne sont réalisables qu'avec des pompes à chaleur certifiées, mises en place par des installateurs qualifiés et de qualité et dans des conditions optimales de fonctionnement.

    **Prix de la maintenance annuelle :  150 € à 290 € TTC/an.

  • Consommation d'une pompe à chaleur

    Combien consomme une pompe à chaleur aérothermique et géothermique ?

    Une habitation chauffée par des convecteurs électriques consomme 60 kWh/m2 d'énergie finale et une habitation chauffée par aérothermie consomme 51 kWh/m2, celle équipée par système thermodynamique (géothermie) 35 kWh/m2 d'énergie finale. Notons qu'il faut multiplier par 2.58 ce chiffre pour avoir l'énergie primaire réelle consommée.

    Ces chiffres indiquent que le chauffage électrique plombe le bilan thermique dans le neuf, dans l'ancien les chiffres sont médiocres. Les études montrent les limites de la pompe à chaleur qui était généralement présentée comme la solution idéale pour l'habitat et l'environnement. Mais il est utile de se demander pourquoi faut-il limiter le chauffage électrique ?

    Les groupes électriques, éléments extérieurs de la pompe à chaleur. Photo Picbleu ®

    Pompes à chaleur

  • Le marché du neuf

    Le marché du neuf : des pompes à chaleur aux performances médiocres

    Le CEREN (Centre d'études et de recherches économique sur l'énergie) avait étudié les performances énergétiques de 300 maisons neuves équipées de pompes à chaleur construites entre 1997 et 2005.

    Les résultats publiés dans la lettre du CEREN de mai 2010 démontraient l'inefficacité thermique de certains de ces systèmes aérothermiques lancés à grand renfort d'aides, de subventions et de publicité coûteuse pour la collectivité. 

    Fort heureusement, les pompes à chaleur aérothermiques ne bénéficient plus du crédit d'impôt.

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page