Pompes à chaleur : les dérives, erreurs de dimensionnement, promesses non tenues

Dernière modification :
  •  Pompes à chaleur : attention aux dérives

    Le marché de la pompe à chaleur s'est développé de façon spectaculaire en France, deuxième marché après la Suède, mais après une croissance de 20 % le marché décrié a vu sa progression stoppée en 2008 à la fois pour les suppressions des avantages fiscaux et pour des erreurs fatales de la filière qui a délaissé la notion de qualité de service.

    Dès 2005, la promotion de cette source d'énergie mise en valeur par les pouvoirs publics avait suscité un engouement pour la géothermie ou plutôt la thermodynamique.

    En 2006, ce développement était même accompagné par une aide fiscale visant les systèmes de pompes à chaleur aérothermiques d'un fonctionnement insuffisant en termes de rendement. L'argumentaire technique employé par des vendeurs peu scrupuleux pour installer des pompes à chaleur en relève d'installations existantes fonctionnant en haute température était l'aspect crédit d'impôt. Le résultat financier concernant le coût d'exploitation accentuait l'insatisfaction des usagers à qui des gains mirifiques avaient été promis.

    Depuis 2008, la crise économique (et ses conséquences) a régulièrement raboté les crédits d'impôt, à juste titre pourrait-on dire car il est anormal que l'ensemble de la collectivité finance les intérêts de certains usagers. Un système doit être suffisamment efficient par lui-même sans être soutenu par une mesure fiscale. Mais malheureusement ces mesures incitatives en baisse  impactent principalement les classes moyennes qui représentent une importante population. 

    En 2013, les taux restent inchangés par rapport à 2012 rendant les améliorations de l'habitat peu incitatives. Les banques se montrent également frileuses pour les prêts concernant les bouquets de travaux. Un paradoxe étant donné que justement ces types de travaux augmentent le pouvoir d'achat en limitant les dépenses énergétiques importantes surtout dans l'ancien.

    En 2014, les taux étaient de 15% et de 25% liés à un bouquet de travaux, mais fort heureusement depuis 2015, le bouquet de travaux n'est plus obligatoire. Il est donc possible de faire un seul type de travaux tout en bénéficiant d'un taux unique de 30 % pour le crédit d'impôt.

     Les marches des tribunaux que l'on gravit

     Des promesses non tenues

    Les clients abusés par des promesses pourtant peu crédibles ont constaté à leurs dépens que les PAC (pompes à chaleur électriques) possèdent un mode de fonctionnement et une garantie de résultats complètement différents suivant la source de captage.

     Des gaz à effet de serre

    De plus, il est difficile de présenter les avantages d'une « climatisation réversible » sans entendre dans ce terme le mot « climatisation ». Il faut savoir que toutes les pompes à chaleur utilisent des gaz dont l'action néfaste sur la couche d'ozone est avérée (ce que les fabricants nient). La climatisation qui rajoute un usage en été est une grande dévoreuse d'énergie. Une maison bien isolée ne nécessite pas de réfrigération qui oblige les centrales électriques à fonctionner en période chaude pendant laquelle les cours d'eau sont au plus bas.

      Des erreurs de dimensionnement des pompes à chaleur

    Plus graves, les erreurs de dimensionnement des pompes à chaleur sont la cause de dysfonctionnement et de litiges. Les erreurs de dimensionnement des pompes à chaleur ont une influence sur la pérennité de la machine. Les pompes à chaleur trop souvent surdimensionnées occasionnent trop fréquemment des usures prématurées et une surconsommation préjudiciable au portefeuille et à la planète.

    Pour donner une idée de surdimensionnement, il suffit de comparer 2 appareils de conception identique : le réfrigérateur et la pompe à chaleur. Un réfrigérateur trop grand non adapté aux besoins d'une famille fonctionnera trop souvent et donc consommera plus. Il chauffera plus, car il n'arrivera pas à évacuer la chaleur qu'il retire des denrées entreposées dans son volume intérieur.

      Des redressements fiscaux

    La précision des textes relatifs aux pompes à chaleur en application de la loi de finances a fait grincer bien des dents. De nombreux contribuables se sont vus redressés, car dans leur déclaration ils avaient présenté la facture de la totalité de l'ensemble du matériel alors que seule une partie pouvait bénéficier d'une aide fiscale. Certaines entreprises avaient même facturé leurs prestations de main-d'oeuvre 1 euro de façon à faire bénéficier leurs clients des largesses de l'administration fiscale. Cette dernière ne l'ayant pas envisagé sous cet angle a opéré des redressements vigoureux auprès des contribuables indélicats.

     Un exemple d'usager déçu par les promesses d'un vendeur

     

    Les 2 factures ci-dessus proviennent d'un usager qui a été convaincu lors de la visite d'un salon de l'utilité d'installer une pompe à chaleur sur un plancher chauffant basse température (maison de 132 m2). Le vendeur lui avait initialement fait miroiter un prix de fonctionnement annuel très bas de quelques centaines d'euros. Le bilan est éloquent : les factures EDF d'électricité mensuelles s'élèvent à 342 €. Les raisons de ce résultat désastreux sont à chercher probablement vers un mauvais calcul de déperditions et d'un type de matériel non adapté. Ce cas démontre qu'il faut toujours rester vigilant et ne pas se focaliser sur les promesses de gains parfois exagérées. L'investissement et l'amortissement sont des facteurs dont il faut tenir compte principalement tout en tenant compte des besoins (eau chaude sanitaire, chauffage, cuisine, etc.), des caractéristiques du logement (isolation, orientation, etc.) du nombre d'occupants, etc. 

     Les idées courantes :

    « Une pompe à chaleur fonctionne comme un frigo inversé » ... oui, sa durée de vie est également celle d'un frigo (élément électroménager dont la durée de vie baisse régulièrement -7 ans à l'heure actuelle -)

    « Une pompe à chaleur fournit plus d'énergie qu'elle n'en consomme » ... oui, si l'on se base sur le rendement (COP). Un calcul financier précis intégrant tous les facteurs (investissement, amortissement, entretien, coût d'exploitation, etc) doit permettre d'apprécier l'intérêt d'une pompe à chaleur comparée à un autre système.

    Répétons-le : la vraie solution ne réside pas uniquement dans une solution technologique mais dans une approche globale, dans la prévention (l'isolation du bâti, l'exposition, etc.). Les vraies réponses seront trouvées dans l'étude des différents paramètres qui sont l'influence du facteur bio climatique, l'isolation, la ventilation, les besoins, l'électroménager, les usages, le choix d'un système, etc.  Des éléments indissociables qui permettront d'assurer une consommation d'énergie raisonnable pour l'usager et la planète.

     Besoin d'aide  un conseiller vous appelle
Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page