Chauffage

Quel bon chauffage économique poser dans sa maison ancienne

Faut-il suivre les recommandations des jolis sites qui vous invitent à installer un chauffage plus "écologique" et économique, en vous vantant les qualités d'une pompe à chaleur air-eau ou une chaudière à granulés pour vous gratifier d'une récompense sous forme de diverses aides financières à la transition énergétique.

  1. Les chaudières à gaz
  2. Les convecteurs électriques
  3. Les pompes à chaleur
  4. Les chaudières à granulés
  5. Les poêles à bois bûche
  6. Les poêles à granulés de bois
  7. Les capteurs solaires thermiques
  8. Les panneaux photovoltaïques

La question est de quoi mettre à la place ?

Si votre maison ancienne est équipée d'une chaudière fioul, se pose le problème de savoir par quelle énergie la remplacer.

La question à se poser avant de penser à chauffer une maison ancienne, avant même de choisir entre un chauffage électrique, une pompe à chaleur, un chauffage gaz et le chauffage au bois ou à granulés est de savoir si le logement est correctement isolé. Cela tombe sous le sens. La logique implique prioritairement des travaux d'isolation des combles perdus, des combles chauds, des murs, des planchers bas, ou le remplacement des fenêtres par du double vitrage.

Les autres énergies ne font pas mieux ! mis à part le solaire thermique et le solaire photovoltaïque 

Les chaudières à gaz 

  • Les chaudières gaz n’émettent pas de particules fines, contrairement au chauffage à bois polluant, rejetant des gaz toxiques et de l'acide chlorhydrique qui augmenteront le niveau de pollution de l'air surtout en ville.
  • La chaudière gaz à condensation (générateur à très haute performance) est de loin l’option la plus économique en raison d'un prix raisonnable (3000 euros TTC posé pour une chaudière murale).
  • Les chaudières gaz à condensation ont un rendement supérieur à 100 %.
  • La fiabilité est leur point fort : une chaudière murale dure en moyenne 23 ans. 

Le gaz naturel

  • C'est le réseau canalisé de 200 715 kilomètres géré par GRDF qui alimente de nombreuses communes françaises en gaz naturel.
  • Ces tuyaux qui transportent du gaz naturel combustible représentent une longueur équivalente à 5 fois le tour de la Terre.
  • Un compteur permet d'alimenter un logement en gaz pour le chauffage, la production d'eau chaude et la cuisine.
  • Plusieurs distributeurs louent le réseau à GRDF et proposent un contrat de livraison de gaz.
  • Il faut étudier les offres de ces distributeurs  

Le gaz en citerne

  • Lorsque le secteur n'est pas desservi par le gaz naturel (gaz de ville), une citerne permet de stocker du gaz,
  • La réserve de gaz liquide possède une puissance énergétique concentrée de 13 800 kWh
  • Un réservoir de gaz alimente en gaz les 3 usages pour chauffage, production d'eau chaude et cuisine.
  • Il existe plusieurs fournisseurs qui proposent des citernes aériennes ou enterrées.
  • C'est une solution possible à condition de choisir un fournisseur qui offre des prix corrects.
  • La première économie est de changer de fournisseur : une opération qui généralement ne coûte rien 

Les convecteurs électriques 

  •  Ils sont interdits dans le neuf, mais très présents dans les maisons anciennes
  •  Les modèles bas de gamme sont inconfortables en raison du dessèchement de l'air et des trains de chaleur peu appréciés,
  •  Les modèles à inertie appelés chaleur douce sont vendus comme économiques, car un thermostat coupe le plus rapidement possible le fonctionnement.
  •  L'électricité est l'énergie la plus chère et va continuer à augmenter fortement dans les années à venir
  •  Tous les convecteurs et radiateurs électriques à effet joule sont coûteux à l'usage surtout dans l'ancien,
  •  Ils sont également dépendants de l'atome.
  •  Certains vendeurs peu scrupuleux vendent des panneaux solaires photovoltaïques en laissant croire qu'ils pourront alimenter les radiateurs électriques. 

Il faut éviter les clim air/air peu coûteuses à l'achat, mais brassant l'air et les polluants et devenant inefficaces dès que la température baisse.

 installateur-pompe-a-chaleur-air-air.png

 Les pompes à chaleur 

Oui, mais

  • Une pompe à chaleur peut s'envisager dans un logement très bien isolé idéalement avec un plancher chauffant.
  • Elle est beaucoup plus chère qu'une chaudière gaz qui vaut 3000 euros TTC posée (entre 10000 à 15000 euros)
  • Elle possède un coefficient de performance qui ne comble pas le différentiel de prix entre kWh électrique et kWh gaz.
  • Elle n'est pas universelle et ne remplace pas une chaudière à gaz dans un logement ancien dans une zone froide ou en altitude.
  • Attention en milieu côtier, les unités extérieures se corrodent rapidement avec l'air marin.
  • La fiabilité n'est pas leur point fort
  • Ne pas enlever une chaudière gaz même si vous résiliez le contrat gaz. Il est préférable de mettre la pompe à chaleur en relève,
  • En cas de dysfonctionnement ou en cas de manque de puissance par temps froid, il suffira de remettre la chaudière gaz en service.
  • L'électricité va augmenter de façon très importante et pas pour les raisons auxquelles on pense.
  • Contrairement à ce qui est annoncé, le nucléaire à besoin du gaz, fioul et charbon en périodes de pointe en hiver. 

 Les chaudières à granulés 

Le bois est qualifié "d'écologique" malheureusement ce terme ne s'applique pas à l'énergie d'autant plus que beaucoup de pétrole est utilisé pour l'abattage, le débardage, le transport par camion diesel vers le centre de traitement puis la livraison à domicile...

  • Beaucoup de marques notamment autrichiennes sont vendues à des tarifs élevés (une installation peut atteindre rapidement 20000 à 25000 euros).
  • Il faut peser la rentabilité pour des maisons de taille moyenne et se rappeler qu'il ne faut pas compenser le manque d'isolation par un appareil à bois qui pour l'instant n'est pas cher
  • Un trafic de troncs d'arbres de toutes essences met la forêt privée en danger, l'exportation de grumes a dangereusement explosé vers la Chine qui importe massivement nos arbres !
  • L'isolation d'un logement est donc essentielle. 

 Les poêles à bois bûche 

  • C'est une solution possible en appoint en intersaison
  • Le bois nécessite l'emploi d'appareils efficaces normés Ecodesign 2022 dont la combustion a été améliorée
  • Pour ce choix, le fait d'avoir un combustible relativement pas cher ne doit pas être une raison pour le gaspiller.
  • L'isolation est la base avant tout autres travaux. 

Les poêles à granulés de bois 

  • C'est également une solution possible en appoint en intersaison
  • Le granulés est préférable au bois bûche en raison de la combustion bien meilleure du pellet.
  • Dans les maisons RE 2020, un poêle peut suffire.
  • Il existe des poêles étanches sans électricité qui permettent de fonctionner en autonomie. 

Les capteurs solaires thermiques 

Les capteurs exploitent la chaleur thermique émise par le soleil. C'est l'énergie idéale à privilégier pour éviter de consommer d'autres énergies.

  • Energie gratuite, le soleil est l'énergie vertueuse par excellence,
  • Des capteurs thermiques utilisent la chaleur radiative du soleil,
  • La production de chauffage (35%) est possible, mais l'investissement coûteux bénéficie d'aides financières
  • Pour l'eau chaude sanitaire l'installation de 2 capteurs sur le toit est une opération courante qui bénéficie également d'aides. 

Les panneaux photovoltaïques 

Les panneaux transforment les photons de la lumière en courant continu qui est convertit en courant alternatif grâce à un onduleur.

  • Une autre façon d'exploiter le soleil, mais avec les photons grâce à des panneaux photovoltaïques de plusieurs puissances 3, 6 ou 9 kWc
  • Les panneaux produisent de l'électricité qui peut être consommée en partie avec vente du surplus ou vendue en totalité, la version la plus rentable.