Energie

Quel est le pouvoir calorique du bois par rapport au fioul ?

Date de mise à jour : 13/10/2020
Temps de lecture : 2 minutes

Le bois de chauffage par rapport au fioul domestique (mazout) est variable. Le granulés de bois est plus intéressant en termes économiques et environnementaux

  1. PCI des essences bois
  2. Equivalence bois/fioul

Le pouvoir calorique

Le pouvoir calorifique (PCI PCS ) du bois de chauffage par rapport au fioul domestique (mazout) est variable. 

Le couplage d'une chaudière à bois avec une chaudière à fioul domestique peut sembler intéressant, mais ne l'est absolument pas. Investir dans une chaudière fioul ou une chaudière bois en relève expose l'utilisateur à des conflits avec son voisinage pour les nuisances (odeurs, émanations toxiques, particules fines et fumées).


Même si l'argument avancé sur les modifications qui ne sont réalisées que dans la chaufferie sans intervention à l'intérieur de l'habitation, il est plus judicieux de changer de mode de chauffage et d'énergie. 
Le chauffage à granulés de bois est plus intéressant en termes économiques et environnementaux

PCI des essences bois 

Le pouvoir calorifique du bois énergie de chauffage dépend de l'essence de l’arbre ainsi que de son taux d'humidité. 

La nécessité d'utiliser du bois de qualité

Le pouvoir calorifique du bois dépend de son taux d’humidité et de son état de maturité, un bois vert et humide aura beaucoup moins de rendement qu’un bois sec et mature.

  •  Le pouvoir calorifique de 100 litres de mazout est de 1000 kWh d'énergie.
  •  Le pouvoir calorifique PCI d'un stère de bois de chêne sec est de 1957 kWh
  •  Le pouvoir calorifique PCI d'un stère de bois de hêtre sec est de 2172 kWh
  •  Le pouvoir calorifique PCI d'un stère de bois de frêne sec est de 1834 kWh
  •  Le pouvoir calorifique PCI d'un stère de bois de frêne sec est de 1834 kWh
  •  Le pouvoir calorifique PCI d'un stère de bois de sapin sec est de 1212 kWh
  •  Le pouvoir calorifique PCI d'un stère de bois de chataigner sec est de 1600 kWh
  •  Le pouvoir calorifique PCI d'un stère de bois de sapin sec est de 1212 kWh
  •  Le pouvoir calorifique du fioul domestique (mazout) est de 36 millijoules par litre consommé.
  •  Le pouvoir calorifique du bois de chauffage est en moyenne de 18 millijoules par kilo.

Equivalence bois/fioul 

 

  •  Un stère de bois de chauffage de chêne (humidité moyenne) équivaut à 160 litres de fioul domestique (mazout)
  •  Un stère de bois de chauffage de chêne vert à 55 % d'humidité équivaut à 90 litres de fioul domestique
  •  Un stère de bois de chauffage de chêne sec à 25 % d'humidité équivaut à 190 litres de fioul domestique.
Donnez-nous votre avis
Cet article a été commenté 2 fois.
Le bois : d'énormes économies
Bonjour, merci pour votre article très intéressant. Je vis à la campagne; j'ai une chaudière bois (bûches) couplée à une chaudière fuel. Avec vos données, je réalise une économie de 2.470 € par an. En effet, je consomme 28 stères par an (bûches de chêne) . Je paye le bois 45 €/ stère et en ce moment, le cours du fuel est très bas à 0,68 € le litre. Un stère de bois brûlé correspond d'après vos chiffres à 196 L de fuel soit 133,28 €. Je fais donc une économie de 133,28 - 45 = 88,28 € par stère . Et 88,28 x 28 stères de consommation = 2.470 € d'économie. De plus, c'est du bois local séché trois ans et pas d'empreinte carbone comme pour le gaz qui est importé. Une bonne odeur de fumée de bois comme autrefois..et en plus on fait de l'exercice à couper le bois et à le transporter. Que du bonheur !!
Il faudrait étudier sérieusement l'isolation du logement
Votre descriptif est très positif voire idyllique : il faut des personnes enthousiastes cela fait plaisir. Étant né dans les Pyrénées et ayant vécu en altitude avec une cheminée ouverte comme unique chauffage pour la ferme, avec en hiver les bûches parfois recouvertes de neige qui séchaient au-dessus de l'âtre, le bois a des avantages financiers, mais également des inconvénients qui ne sont pas seulement le mal de dos dû à l'âge. La consommation de 28 stères de bois paraît énorme : il faudrait étudier sérieusement l'isolation du logement pour diminuer votre dépendance à l'énergie. La véritable économie est ici. Une maison neuve RT 2012 consomme 2 à 4 stères par an de bois bûche. Tous les végétaux fixent le dioxyde de carbone et lorsque le bois reste en fibres (planches, poutres de charpente, isolant végétal, etc.), c'est là où il est le plus vertueux. www.picbleu.fr/page/gramitherm-l-isolant-ecologique-a-base-d-herbes-pour-murs-et-toit Les ingénieurs de l'ADEME ont calculé que le bois fixe le CO2 dans ses fibres lors de sa croissance et en ont déduit que le rapport absorption CO2 et relargage était favorable lors de sa combustion. Le qualifier d'écologique n'est pas adapté : il existe peu d'énergies "écologiques" mis à part le solaire facilement adaptable à un logement. Les résultats s'obtiennent en calculant que la croissance d'un arbre était à l'échelle humaine soit 50 ans. Remarquons que la théorie mathématique est une chose et que la réalité en est une autre, car qu'il faudrait replanter une forêt primaire qui met des siècles à se développer pour que ce ratio soit positif donc satisfaisant. Malheureusement ce sont 15 millions d'hectares de forêt qui disparaissent chaque année en partie par la cupidité humaine (Voir Google earth). Lors de la combustion des bûches, des goudrons se forment et libèrent des HAP dans la fumée bleutée. Il faut éviter d'inhaler ces fumées toxiques qui contiennent des particules fines. www.picbleu.fr/page/taux-de-pollution-de-particules-fines-du-chauffage-bois