Robinet d'arrêt pour un appareil de cuisson Gaz naturel

Dernière modification :

Pendant des décennies, dans les cuisines alimentées par le gaz naturel ou du gaz de pétrole liquéfié distribué par réseau, un robinet à extrémité soudée (about soudé et annelé) ou tétine, était installé à l'arrivée du gaz. Un tuyau (tube) souple en caoutchouc s’emboîtait dessus, sa durée de vie était de 5 ans.

L’arrêté du 25 avril 2012 interdit les raccordements de gaz dangereux. Il est interdit d'utiliser des robinets à about soudé et des tubes souples à base de caoutchouc. Cet article concerne uniquement la sécurisation des installations intérieures de gaz alimentées en gaz naturel et en gaz de pétrole liquéfié distribués par réseaux (GPL) et uniquement le raccordement en gaz des appareils de cuisson. Les chaudières, chauffe-eau et autres équipements de chauffage ne sont donc pas concernés.

 

 

 

 

 

 

 

Seules les bouteilles de gaz peuvent être raccordées par des tuyaux souples emmanchés sur une tétine.

 

Pour les bouteilles de gaz butane et propane

Depuis le 1er juillet 2015, la commercialisation d’abouts porte-caoutchouc destinés à raccorder un tube souple n’est autorisée que si ceux-ci sont commercialisés conjointement à un détendeur à usage domestique pour gaz butane distribué à partir de bouteilles.

About annelé tétine gaz GPL butane propane. Doc Picbleu

 

 

 

 

 

Les tubes souples de 6 mm de diamètre intérieur destinés à relier les appareils ménagers à des récipients de gaz butane ou de gaz propane sont autorisés.

 

 

 

 

Pour le gaz naturel et gaz de pétrole liquéfié distribués par réseaux :

Le tuyau souple de 15 mm de diamètre intérieur en élastomère qui se raccorde directement sur des abouts annelés (appelés « tétines ») à chaque extrémité est interdit. Il répondait à la norme NF D 36-102. Il avait une durée de vie maximale de 5 ans et ne pouvait être monté directement sur le pas de vis d’un robinet normalisé.

Au plus tard le 1er juillet 2019, tous les tubes souples à base de caoutchouc de 15 mm de diamètre intérieur devront être remplacés par des tuyaux flexibles à embouts mécaniques vissables.
Pour les habitations alimentées en gaz naturel et en gaz de pétrole liquéfié distribués par réseaux, les robinets comportant une extrémité non démontable sur laquelle est enfilé un tube (tuyau) souple à base de caoutchouc doivent être remplacés par des robinets à obturation automatique intégrée (date limite 1er juillet 2019).

La liaison entre la tuyauterie fixe et les appareils à alimenter en gaz (plaque de cuisson, gazinière, etc.) est composée de deux éléments : un robinet d’arrivée et un tuyau de raccordement à votre appareil de cuisson.

 

Les deux types de raccordements utilisés sur les installations de gaz naturel et gaz de pétrole liquéfié distribués par réseaux :

- Soit un raccordement rigide en tube de cuivre


- Soit un tuyau flexible en élastomère armé ou non ou en acier inoxydable onduleux, avec des extrémités vissables. Il est directement vissé sur un robinet normalisé. Si le tuyau non métallique est armé, sa durée de vie maximale est de 10 ans, sinon de 5 ans. Le tuyau métallique n’a pas de date limite d’utilisation. C’est le dispositif le plus fiable et le plus sûr, mais qui n'exclut pas un contrôle régulier surtout lorsqu'il est soumis à des contraintes (utilisation de type professionnelle, chaleur, etc.).


Le robinet d’arrivée de gaz

Toute tuyauterie rigide est obligatoirement équipée d’un robinet afin de pouvoir couper l’alimentation en gaz d’un appareil si ce dernier y est relié par un tuyau flexible. Ce robinet doit être aisément visitable, accessible et manœuvrable. S’il n’est pas raccordé à un appareil, le robinet de gaz en attente doit également être équipé d’un bouchon métallique vissé.

L’absence de robinet ROAI rend l’installation potentiellement dangereuse en raison du risque de déboîtement ou d’arrachage du tuyau de gaz flexible.

 

Deux types de robinets peuvent être présents sur les installations :

Les robinets non normalisés comprenant un embout porte-caoutchouc soudé sans pas de vis dont l'extrémité n’est pas démontable sont interdits. Les logements datant d’avant 1974 sont particulièrement concernés surtout lorsqu'ils n'ont pas fait de rénovation.

Les robinets normalisés avec un pas de vis sur lesquels on peut visser un tuyau flexible sont obligatoires depuis 1997 sur toutes les installations de gaz naturel et de gaz de pétrole liquéfié distribués par réseaux neuves ou modifiées. Ces robinets doivent être à obturation automatique intégrée « ROAI » qui coupent automatiquement le gaz si le tuyau se sectionne, se fend ou se déboîte. Il existe des ensembles indissociables (ROAI + tuyau flexible métallique à visser sur le côté d’une cuisinière) qui sont parfaitement conformes à la réglementation.

Robinet ROAI gaz naturel Doc Picbleu

 

 

Pour des raisons de sécurité, tous les anciens robinets doivent désormais être remplacé par un robinet à obturation automatique intégrée (ROAI) comme le modèle en photo. Il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel RGE (Reconnu Garant Environnement) agréé Qualigaz (organisme de contrôle des installations de gaz) qui attestera de la mise aux normes et de la conformité de votre logement.

Fiez-vous à une entreprise RGE

 

 

 

 

  • Comment reconnaître un robinet non conforme ?

    Le robinet est non conforme si son extrémité, l’about, est soudé, autrement dit s’il est impossible de le démonter.

    Le robinet est conforme s’il est muni d’un about vissé qui peut être enlevé. 

    Robinet gaz ROAI doc www.Picbleu.fr

     

     

     

    Photo d'une installation GPL par compteur en cuivre rigide dont le robinet est conforme car muni d’un about vissé. Le tuyau souple n'étant pas installé, un bouchon métallique a été vissé en attente. S’il n’est pas raccordé à un appareil, le robinet de gaz en attente doit être équipé d’un bouchon métallique vissé.

  • Comment changer le robinet de gaz ?

    Même si la réglementation n’impose pas pour changer le robinet d’arrivée de gaz de la cuisine de faire appel à un professionnel du type plombier ou chauffagiste, il est préférable de faire appel à un professionnel agréé Qualigaz pour des raisons évidentes de sécurité.

     

    Le professionnel s'assurera de la conformité des normes (implantation, ventilation, etc.).

    Vous cherchez un professionnel sur l'annuaire

  • A qui incombent les frais de remplacement du robinet de gaz lorsque l'on est locataire ?

    Chauffage, électricité et gros œuvre : Existe-t-il une liste des travaux payés par le propriétaire et de ceux payés par le locataire ?

    Qui doit payer les travaux : le locataire ou le propriétaire ?

    La loi rappelle les devoirs de chacun pour éviter tout litige. Le propriétaire a l’obligation de fournir un logement décent et en bon état. L’entretien, les grosses réparations et les remises à neuf sont à sa charge. Les frais d’entretien courant sont à la charge du locataire.

    Lorsqu'un locataire aménage dans le logement qu'il a loué, le propriétaire a l’obligation de s’assurer que le bien loué est décent et en bon « état d’usage » (Article 6 de la loi nº 89-462 du 6 juillet 1989, J.O. du 7). Cela ne signifie pas pour autant que le logement soit remis totalement à neuf, mais précise que tous les équipements doivent fonctionner et ne présentent aucun risque pour la santé et la sécurité du locataire.

    Quelques exemples dont la remise en état incombe au propriétaire :

    Les systèmes de chauffage et de ventilation doivent être en état de bon fonctionnement
    Les réseaux et les branchements d’électricité et de gaz, les équipements de chauffage et de production d’eau chaude, leur conformité aux normes de sécurité en vigueur est obligatoire. (Les frais de remplacement du robinet de gaz sont à la charge du propriétaire ou du bailleur).
    Le gros œuvre, la toiture, les portes et les fenêtres doivent protéger des intempéries et des infiltrations d’eau.
    Les rampes, les balcons et les escaliers doivent être suffisamment solides.
    Les revêtements de mur et de sol ne doivent comporter aucun danger (pas de peinture au plomb, pas d'amiante, etc.).

    Les travaux à la charge du locataire :

    Le locataire doit effectuer, pendant la durée du contrat de location, les menues réparations courantes nécessaires à l'entretien du logement.

    Le décret du 26 août 1987 fixe la liste, non exhaustive, des réparations locatives :

    Le remplacement périodique des tuyaux de raccordement de gaz est à la charge du locataire

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page