Shell valide la vente de Butagaz au groupe DCC Energy

Dernière modification :

La vente de Butagaz au groupe irlandais DCC Energy est avérée. La Commission européenne a autorisé le 2 septembre 2015 le rachat de Butagaz, la filiale française de gaz de pétrole liquéfié (GPL) du groupe néerlando-britannique Shell.  Dès 2009, le groupe Shell (Royal Dutch Shell) dans un cadre de recentrage sur les activités les plus lucratives appelé « Downstream (1) » avait vendu trois raffineries pétrolières, au groupe chimique néerlandais LyondellBasell et au Suisse Petroplus.

Shell société pétrolière logo

Sommaire

  1. DCC Energy propriétaire 
  2. Un cours de pétrole bas
  3. Qui est Butagaz ?
  4. Le rachat de Butagaz
  5. Un montant raisonnable 
  6. Les déclarations du PDG 
  7. Qui est DCC Energy ?

 

1. DCC Energy propriétaire

Le nouveau patron de Butagaz : la société irlandaise DCC Energy

En France, la société irlandaise DCC Energy qui n'a qu'une faible présence sur le marché de vente en vrac de GPL est désormais un nouvel acteur sur le marché de détail des carburants. La Commission européenne à estimé que cette acquisition ne soulevait pas de problèmes en matière de concurrence, car les activités des deux sociétés ne se recoupent que marginalement dans la vente de gros de GPL en vrac.
Les consultations obligatoires des représentants du personnel étant effectuées, la transaction est effective depuis le mois de novembre 2015 (après modification des infrastructures informatiques de Butagaz notamment SAP qui sont séparées de celles du groupe Shell).

Le géant anglo-néerlandais avait aussi fermé son centre de recherche de Petit-Couronne en Seine-Maritime, jugé d'une taille critique insuffisante et transféré cette activité en Inde et aux Pays-Bas.

Shell France avait cédé 240 stations-service du réseau routier secondaire, privilégiant les grands axes et autoroutes.

Dans un communiqué, le groupe Shell a indiqué qu’il poursuivrait l’ensemble de ses autres activités en France notamment Shell Aviation ainsi qu'Avitair et les stations-services à la célèbre coquille Shell situées sur les grands axes et le réseau autoroutier français.

2. Un cours de pétrole bas

Un cours de pétrole bas, mais des dividendes hauts

Avec la baisse du baril de pétrole de 2014 à 2016, les résultats des majors pétrolières ont chuté. Les superprofits des pétroliers c'était avant, désormais la situation est critique. La rémunération de leurs actionnaires érigée en principe absolu pour BP, Chevron, Exxon Mobil, Shell et Total a entrainé une spirale négative.

Des valeurs recherchées

Considérées comme des valeurs de rendement par la bourse, toutes les compagnies pétrolières sont recherchées pour leur capacité à maintenir leurs dividendes contre vents et marées, même lorsque l'activité est déficitaire. Ainsi, en 2014, les cinq plus grandes compagnies pétrolières ont contracté 20 milliards de dettes et cédé 30 milliards de dollars d'actifs pour contenter les actionnaires qui ont perçu 70 milliards.

Des pertes colossales

L'anglonéerlandais Royal Dutch Shell pour le troisième trimestre de 2015 affichait un déficit spectaculaire de 7.4 milliards de dollars. Une énorme perte trimestrielle, la plus spectaculaire depuis 10 ans.
Ces mauvais résultats impactent malheureusement les salariés de Shell dont 1000 suppressions d'emploi supplémentaires sont venues se rajouter aux 6500 licenciements de 2015.

Les dividendes des actionnaires : contre vents et marées

Le patron de la compagnie pétrolière norvégienne Statoil a déclaré au sujet des actionnaires : « le dividende est un élément qui ne doit pas fluctuer avec les prix du pétrole ».

(Sources Bloomberg, sociétés 1/11/2015)

Le groupe Shell a vendu toutes ses filiales de distribution de GPL dans le monde (Shell gas). Butagaz France est administrée par un nouvel actionnariat du groupe DCC. Pour l'activité en France, la nouvelle direction conserve le système de distribution actuel jusqu'en 2016.

Qui est Butagaz ?

Créée en 1931, la société Butagaz était l'un des fleurons français de la distribution de GPL butane et propane est implantée à Levallois-Perret en banlieue parisienne. 

Connue pour sa célèbre mascotte Bob l'ours bleu, la société Butagaz appréciée du public ainsi que des consommateurs, son nom est devenu générique

Butagaz est l'un des 5 distributeurs français de la distribution de GPL (butane et propane), avec 25 % de parts de marché.

Implantée à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), la société emploie environ 550 salariés et fournit chaque année plus de 400.000 tonnes de gaz butane et propane GPL à plus de 4,2 millions de clients, particuliers et professionnels. 

Le rachat de Butagaz

La société irlandaise DCC Energy s'est portée acquéreur de Butagaz après avoir raté le rachat de Totalgaz quelques années auparavant.

Le 19 mai 2015, le groupe Shell était entré en négociation exclusive avec la société irlandaise DCC Energy. Butagaz France était la seule filiale restante destinée à la vente, cette cession étant conforme à la stratégie de concentrer toutes ses activés « aval » sur un nombre réduits d’actifs et de marchés là où il peut être le plus compétitif, tout en se désengageant du marche mondial du gaz GPL.

Ce projet de cession soumis à l’accord des autorités de régulation, puis à une consultation engagée auprès des personnels de Butagaz a obtenu toutes les autorisations administratives et réglementaires.  

La finalisation de cette offre est effective depuis fin 2015.

DCC Doc Acqualys

DCC Energy a déboursé 464 millions d’euros pour le rachat de Butagaz.

Un montant raisonnable

Un montant jugé « raisonnable » par les spécialistes. Ce chiffre de 464 millions d’euros est à rapprocher des 463 millions versés par le concurrent américain le groupe UGI pour le rachat en 2015 de Totalgaz (2). Ce chiffre est estimé raisonnable pour les analystes par rapport au milliard d'euros que demandait le groupe Shell il y a quelques années.

Le montant de cette somme qualifiée de correcte par les spécialistes ne pèsera pas lourdement dans les amortissements et permettra au nouveau groupe de continuer sur la stratégie de long terme de Butagaz.

Le président de Shell France, Patrick Romeo avait déclaré « Je salue cette offre, qui reflète la haute valeur que DCC Energy place en Butagaz et en ses salariés, et démontre le potentiel de la société à l'avenir ».
Le directeur général de DCC Energy, Tommy Breen, a déclaré dans un autre communiqué que « l’acquisition de Butagaz représente une étape majeure au regard des ambitions de DCC visant à être présent, de manière très significative, sur le marché mondial du GPL. En sa qualité de marque leader en France, ayant un héritage et une réputation forte pour son service client, Butagaz est un ajout stratégique d'importance pour les activités gaz GPL de DCC Energy ».

Les déclarations du PDG 

En 2014, Emmanuel Trivin le PDG de Butagaz avait déclaré souhaiter « doubler sa part de marché domestique en dix ans dans le vrac » (livraison de gaz en citerne).

S’agissait-il de doubler la part du vrac domestique dans les ventes de GPL de la seule société Butagaz, ou de doubler les parts de marché de Butagaz dans le marché vrac domestique au niveau national ?

Il avait précisé à l’AFP « Si dans les dix ans, nous arrivons à doubler notre part de clients domestiques, nous serons très satisfaits. C’est une ambition, plus qu’un objectif » (actuellement le parc est constitué de 170.000 citernes domestiques, 80.000 citernes industrielles, avec des volumes de vente comparable sur les deux segments).

Selon Butagaz, le gaz de pétrole liquéfié (GPL) reste une énergie d’avenir sachant qu’elle pollue moins que le fioul domestique chauffage et que 27000 communes rurales françaises ne sont pas desservies par le réseau de gaz naturel

Ce marché représente environ 16 millions de consommateurs potentiels.

(1) concentration de son empreinte dans l'aval : downstream

(2) Ce montant valorisait la société Totalgaz (nouvellement Finagaz) à environ 4 fois son résultat brut d’exploitation (Ebitda*) qui a atteint 90 millions d’euros en 2013 (pour une marge brute de 300 millions d’euros et un chiffre d’affaires de près d'un milliard d’euros). Il faut noter toutefois que l’activité du gaz GPL est très dépendante des conditions météo, les négociations avaient tenu compte d’un Ebitda stable de 70 millions d’euros sur les prochaines années.


*L'EBITDA (Acronyme anglais pour Earnings Before Interest, Taxes, Depreciation, and Amortization) désigne les revenus d'une entreprise avant soustraction des intérêts, impôts, dotations aux amortissements et provisions sur immobilisations.

Cet indicateur des résultats économiques d'une entreprise a été créée aux États-Unis, l'EBITDA est également connu en France sous le sigle BAIIA (Bénéfices Avant Intérêts, Impôts et Amortissements) il se rapproche sensiblement de l'excédent brut d'exploitation (EBE). Il représente le profit généré par l'activité d'une entreprise et permet de dégager la création de richesse des entreprises.

Le but de l'EBITDA est de pouvoir les comparer entre elles sans avoir à tenir compte des différences de traitement comptables.


Il existe deux méthodes de calcul de l'EBITDA :
EBITDA = Chiffre d'affaires - Achats - Charges externes - Charges de personnel
EBITDA = Résultat net + Charges d'intérêts + Charges d'impôts + Amortissements et provisions 

QUI EST DCC ? 

DCC (Développement Capital Corporation)

DCC Energy, est la plus importante division de DCC, un groupe irlandais coté à Londres qui emploie 10.200 personnes dans 14 pays. Environ 72 % du chiffre d'affaires est réalisé par DCC Energy soit 10,6 milliards de livres (14,7 milliards d'euros), en recul de 4 % en 2014.

DCC Energy groupe

 

Les 4 divisions de DCC


Le groupe Irlandais DCC (Développement Capital Corporation) est organisé et géré au travers de quatre divisions :

- Énergie (DCC Energy)
- Technologie (DCC Technology)
- Soins de Santé (DCC Healthcare)
- Écologique (DCC environnement)

DCC Energy : Vente, marketing, distribution de pétrole et de gaz de pétrole liquéfié.
DCC Technology: vente, marketing et distribution de produits technologiques. (informatique, communications, produits de divertissement à domicile en Europe, fournisseur de services de gestion de la chaîne d'approvisionnement et de fourniture externalisés.
DCC Healthcare : Vente, marketing, distribution de produits pharmaceutiques et de dispositifs médicaux ainsi que des services externalisés pour les propriétaires de marques dans le secteur de la santé et de la beauté.
DCC environnement : Fourniture d'une vaste gamme de services de recyclage, gestion des déchets et de récupération des ressources.

Dans le secteur pétrolier, DCC Energy est le leader du marché en Grande-Bretagne et la Suède et l'une des principales entreprises de distribution en Autriche, au Danemark et en Irlande. En GPL, DCC Energy est leader du marché en Norvège et en Suède, co-leader aux Pays-Bas, en Grande-Bretagne et en Irlande.

 

DCC Energy a racheté à de grandes compagnies pétrolières leurs activités GPL en Norvège et Suède sous la marque Flogas ou encore aux Pays-Bas sous la marque Benegas. La stratégie du groupe DCC Energy est de poursuivre la croissance de son activité GPL vers de nouvelles zones géographiques. Le rachat du réseau français d'Esso — filiale française du géant pétrolier américain ExxonMobil — pour un montant de l'ordre de 130 millions d'euros est finalisé (274 stations automatiques Esso Express et 48 concessions de stations autoroutières). Pour le GPL, DCC Energy va conserver la marque Butagaz en France, le nouvel actionnariat ne modifiera pas la structure actuelle de la société qui emploie près de 550 salariés et fournit chaque année plus de 400.000 tonnes de butane et de propane à plus de 4,2 millions de clients, particuliers et professionnels. La distribution s'opère par un réseau de mandataires qui agissent pour ordre et pour compte de la société mère Butagaz.

Pour le personnel Butagaz, le rachat par un groupe industriel est un soulagement, car les récentes acquisitions des sociétés GPL ont été faites par des « fonds de pension (3) » américains comme le groupe UGI qui a racheté Antargaz et Totalgaz rebaptisé Finagaz. L’autorité de la concurrence a autorisé l’opération de la fusion de Finagaz ex Totalgaz et d’Antargaz, moyennant quelques concessions sur des dépôts.

Désormais, le marché Francais va se trouver dominé par un acteur de poids qui représentera la moitié du marché du GPL.

Concernant DCC, le fait qu'une entreprise industrielle reprenne une société comme Butagaz est très positif pour assurer un équilibre nécessaire et un développement futur sain.

(3) caisses de retraite

What we do (ce que nous faisons)

Ci-dessous organigramme de l'activité de DCC Energy : What we do (ce que nous faisons)

DCC Energy activité groupe Doc Acqualys

 

 

Comparatif de tous les fournisseurs de gaz propane en citerne Portail habitat Picbleu.jpg

 

 

Vous-avez-une-question-réponse-Picbleu-devis-simple-facile

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page

Tous les articles

Textes décalés

Actualités

Dossiers

Conseils

Trucs et Astuces