Système solaire : le soleil source naturelle d'énergie

Dernière modification :

Le Soleil est âgé de 4,5682 milliards d'années. Le soleil est une étoile située à 1UA (unité astronomique) de la terre soit 149597870 kilomètres.

La distance idéale pour apporter la chaleur suffisante à la Terre avec une précision d'une perfection absolue.

Depuis sa naissance, il a consommé à peu près la moitié de son hydrogène en le transformant en hélium par réaction de fusion nucléaire. Sa masse est égale à 2 milliards de milliards de milliards de tonnes. Son énergie rayonnée chaque seconde est équivalente à une masse de 4 millions de tonnes.

Le soleil brille parce qu'il est chaud, sa température de surface de 5500 à 6000° lui donne une belle couleur jaune soleil.

 

Sa pression de 340 milliards de fois celle de la pression terrestre au niveau de la mer est tellement intense que des réactions nucléaires ont lieu, ces réactions provoquent la fusion de 4 protons (noyaux d’hydrogène) et forment une particule Alpha (noyau d’Hélium). Compte tenu de la distance de la terre au soleil, le soleil rayonne 3,83 x 1026 W, la même puissance que trois cents millions de milliards de centrales nucléaires de 1 300 MW soit cent milliards de milliards de kilowattheures par seconde.

 

Un million de degrés périphériques et 15 millions de degrés dans son coeur

La température de l'atmosphère du Soleil atteint un million de degrés, mais celle de la surface de cette étoile est d'environ 6000 °C. La température du Soleil atteint environ 15 millions de degrés en son cœur et décroit progressivement à 6000 degrés à sa « surface ». Cette température devrait logiquement continuer à décroitre dans l'atmosphère, mais paradoxalement elle atteint plus d'un million de degrés dans la couronne et environ 10 000 degrés dans la chromosphère.

L'un des grands problèmes de l'astrophysique depuis environ un siècle est de déterminer la source d'énergie capable de fournir et de maintenir l'atmosphère à de telles températures. Une question importante, car elle est associée à la source du vent solaire qui parvient jusqu'à la Terre.

Des chercheurs du centre de physique théorique (CNRS/École polytechnique) et du laboratoire Astrophysique, instrumentation-modélisation (CNRS/CEA/Université Paris Diderot) ont étudié les mécanismes en simulant l'évolution d'une partie de l'intérieur et de l'extérieur du Soleil. Ce rapport parait dans la revue Nature du 11 juin 2015.Des modèles numériques performants et les calculateurs du Centre de physique théorique (CNRS/École polytechnique) et de l'Idris du CNRS ont permis d'effectuer une simulation pendant quelques heures à partir d'un modèle constitué de plusieurs couches, l'une interne et les autres atmosphériques.

  • Pourquoi le soleil est-il chaud ?

    Le soleil est chaud parce qu'il convertit une fraction de sa masse en énergie, et il effectue cette conversion grâce à la fusion en hélium de l'hydrogène dont il est constitué.

    Cette fusion est possible parce que le poids des couches externes du Soleil comprime et chauffe les couches internes. En termes plus scientifiques, le Soleil brille parce qu'il est un réacteur thermonucléaire à confinement gravitationnel.


    LE SOLEIL
     
    Diamètre 1.392 millions de kilomètres (109 fois celui de la terre) 
    Température au centre 15 millions de degrés. Le Soleil convertit en hélium six cents millions de tonnes d'hydrogène par seconde, et quatre millions de ces tonnes disparaissent ainsi en lumière.
    Température en surface 5500 degrés
    Assimilable à un radiateur intégral (corps noir) à 5 504°C dont le rayonnement est égal à 1 367 W/m depuis l'espace. 92,1 % des atomes du Soleil sont des atomes d'hydrogène, et 7,8 % des atomes d'hélium, soit 99,9 % du total. Les moins rares de ces éléments sont l'oxygène (avec 0,061 %), le carbone (avec 0,03 %) et l'azote (avec 0,0084 %).
  • Le soleil délivre une énergie phénoménale

    Chaque seconde 700 tonnes d’hydrogène sont transformées en hélium libérant une quantité colossale de chaleur, il va brûler le reste de son hydrogène pendant encore au moins 5 milliards d'années, mais il finira sa vie par manque d'hydrogène et son noyau finalement constitué uniquement d'hélium se contractera en cédant à la force de gravité.

    Les terriens disposent d’une gigantesque centrale thermonucléaire d’une puissance phénoménale de 110 trillions de kW/h fournissant en 1 seconde la totalité de l’énergie qui serait nécessaire pour assurer tous les besoins actuels de l’humanité pendant 14 mois. (source pour ce dernier chiffre auteur M. Brian HUEBNER).

    Sa surface, la photosphère est soumise à des éruptions gigantesques qui émettent des rayons X et UV. Des particules de plasma sont éjectées à des vitesses vertigineuses variant entre 100 et 3000 kilomètres par seconde, ainsi des miliards de tonnes de matière sont propulsées dans le cosmos. Ces éjections de masse coronale atteignent la Terre en 3 jours et sont déviées par le champ magnétique terrestre qui donne ces magnifiques aurores boréales au-dessus des zones polaires.

    Cette violence inouie est parfois si puissante qu'elle ébranle la magnétosphère située au delà de 1000 kilomètres d'altitude une zone dans laquelle s'exerce le champ magnétique terrestre. Ces orages géomagnétiques appelées tempêtes solaires bombarde littéralement l'espace de flots d'énergie équivalents à 100 bombes H ou une bombe atomique d’un milliard de mégatonnes. La bombe H également appelée bombe à hydrogène, bombe à fusion ou bombe thermonucléaire est une bombe nucléaire inventée par le génie destructeur de l'homme dont l'énergie principale provient de la fusion de noyaux légers. 
    Ces éruptions ionisent les couches supérieures de l’atmosphère, provoquant d’importantes perturbations des communications radio. Ces tempêtes solaires peuvent désactiver satellites, GPS et installations électriques terrestres.

    La tempête solaire la plus importante a été observée à la fin de l'été, le 1er septembre 1859. Un astronome anglais Richard Carrington avait noté cette intense activité solaire observable à l'oeil nu. 

    Ces éjections de matière coronale ont eu lieu le :

    13 mars 1989 (62 % de la population Québécoise a été privée d'électricité pendant 9 heures, le coût des réparations s'est élevé à 2 milliards de dollars)

    2 fortes éruptions ont eu lieu en août 89 et en avril 2001

    28 octobre 2003 

  • La loi de conservation de l'énergie.

    En 1850, les physiciens allemands Hermann von Helmholtz et Robert von Mater énoncent la première loi de la thermodynamique :

    L'énergie peut changer de forme , une énergie mécanique peut se transformer en énergie thermique et vice versa mais la quantité totale d'énergie ne varie jamais.

  • Historique de la découverte de la carte d'identité du soleil.


    La loi de la conservation de l'énergie doit être étendue pour inclure la masse parmi toutes les formes possibles de l'énergie, aux côtés de l'énergie thermique, de l'énergie chimique, de l'énergie cinétique (l’énergie due au mouvement), ou de l'énergie gravitationnelle. La masse du Soleil lui permettrait — en principe – de rayonner des milliards d'années pratiquement sans entamer cette réserve.

    L'atome d'hydrogène est formé d'un électron solitaire orbitant autour d'un noyau formé d'un nucléon solitaire, qui est un proton. L'atome d'hélium possède deux électrons orbitant autour d'un noyau formé de quatre nucléons (deux protons et deux neutrons).

    Le Soleil est opaque, la lumière que la terre reçoit est émise par une pellicule très superficielle, et les scientifiques ne disposent que de peu d'éléments pour connaître cette fantastique étoile : sa masse (deux milliards de milliards de milliards de tonnes, nous l'avons vu), son rayon (696000 km) et sa luminosité.

    1896, le Français Henri Becquerel découvre la radioactivité de l'uranium.
    La Terre reçoit une très petite fraction de l'énergie rayonnée chaque seconde par le Soleil : environ 1,4 kW par mètre carré de surface au sol (le Soleil chauffe autant qu'une ampoule de deux cents watts placée à une dizaine de centimètres). Cette petite fraction est responsable de la quasi-totalité de la vie sur Terre, des comportements humains (guerres, révolutions) ainsi que quelques-uns des phénomènes météorologiques et géologiques.
    1814, le physicien allemand Joseph von Fraunhofer remarque en observant le spectre solaire, la présence de centaines de raies noires étroites.
    1859, un autre physicien allemand, Gustav Kirchhoff découvre qu'à chaque atome correspond une série précise de raies.
    1862, le Suédois Anders Ângstrôm identifie par spectroscopie les raies de l'hydrogène dans le spectre du Soleil et prouvant que le soleil est constitué des mêmes éléments que la Terre.
    1868, le tandem franco-britannique des astronomes Jules Janssen et Norman Lockyer découvrent dans le Soleil un élément qu’ils pensent inconnu sur Terre et le baptisent « hélium », du mot grec hélios, soleil.
    1893, le chimiste britannique William Ramsay identifie l’hélium dans des minerais terrestres radioactifs.

    1903, Pierre et Marie Curie, démontrent que la matière peut stocker beaucoup d'énergie, sous une forme qui n'était ni chimique ni gravitationnelle en étudiant la chaleur dégagée continuellement par quelques milligrammes de radium.
    Les Britanniques George Darwin (le fils de Charles Darwin) et Ernest Rutherford physiciens de renom essayent de trouver une application et une explication possible de la source d'énergie du Soleil.
    Les progrès de l'astronomie de l’époque montraient que le Soleil n'est pas formé de radium ni d'uranium, mais presque exclusivement d'hydrogène et d'hélium. La radioactivité n'était donc pas à l'origine de l'énergie du Soleil.

    1905, une théorie fût trouvée : le radium tire son énergie de la conversion d'une petite fraction de sa masse en énergie pure : il s'allège en rayonnant. Ce processus est un cas particulier de l'équivalence entre masse et énergie se trouvant au cœur de la théorie de la relativité restreinte d'Albert Einstein et l’équation la plus connue de la physique : E = mc2. Cette équation exprime l'équivalence entre la masse, m, et l'énergie, E, et le facteur de proportionnalité est le carré de la vitesse de la lumière, c. La vitesse de la lumière est très élevée par rapport à nos normes habituelles, elle est de 300 000 km/s. Cela signifie qu'un gramme de matière recèle l'énergie considérable de vingt-cinq millions de kilowattheures. Toute masse est une énergie, et toute énergie est une masse. La masse est de l'énergie très concentrée.

    1920, le Britannique Francis Aston démontre que l'hélium est effectivement 0,7 % plus léger que quatre protons. Son compatriote l'astrophysicien Arthur Eddington indiqua que la fusion de l'hydrogène du Soleil en hélium lui fournissait toute l’énergie.
    1938-1939 : l'astrophysicien allemand Cari von Weizsàcker et le physicien américain Hans Bethe démontrent le mécanisme exact de la fusion. Tout l'hydrogène ne peut pas être converti en hélium, car les réactions de fusion ne se produisent qu'à des températures de plusieurs millions de degrés, et celles-ci ne sont atteintes qu'au cœur même du Soleil. Seulement 10 % de l'hydrogène est converti en énergie.

  • Les questions sans réponses sur le soleil.

    Les scientifiques ont construit une théorie du Soleil qui intègre toutes les lois connues de la physique en accord avec toutes les observations existantes, mais n’ont pas de certitude absolue sur la véracité de ces éléments, car beaucoup de questions ne sont pas clairement expliquées :

    - Pourquoi le Soleil ne brûle-t-il pas tout son hydrogène en quelques secondes ?
    - Pourquoi la fusion exige-t-elle un four à 100 millions de degrés ?
    - Pourquoi la température du Soleil ne dépasse-t-elle pas 5 500 °C à sa surface ?
    - Comment le Soleil a-t-il évolué, pendant les siècles passés
    - Pourquoi le soleil est-il froid ?

  • Le principe de fonctionnement du soleil.

    Un noyau est formé de nucléons, c'est-à-dire de protons et de neutrons, attirés et collés ensemble par la force nucléaire. Pour briser cette association et écarter les nucléons les uns des autres, il faut apporter de l'énergie au noyau.

    Inversement, le processus symétrique de formation d'un noyau à partir de ses constituants libère autant d'énergie qu'il en faudrait pour le briser. C'est pour cela que le noyau résultant est plus léger que la somme des masses de ses constituants : il lui manque l'énergie libérée dans la fusion. La fusion de l'hydrogène en hélium libère une énergie égale à 0,7 % de la masse initiale. Un kilogramme d'hydrogène en hélium libère l'équivalent en énergie de sept grammes de matière, soit 180 millions de kilowattheures, soit cinq jours de production d'une centrale nucléaire.

    Les noyaux atomiques fusionnent (le noyau de l'hydrogène est un proton solitaire). Deux protons fusionnent pour former un noyau de deutérium, constitué d'un proton et d'un neutron (un des protons a dû se transformer en neutron).

    Ce deutérium fusionne à son tour avec un autre proton pour former un noyau d'hélium 3 (deux protons et un neutron). Puis, deux noyaux d'hélium 3 fusionnent pour former un noyau d'hélium 4 (deux protons et deux neutrons), en libérant deux protons. Le bilan net de cette chaîne de réactions (dite chaîne proton-proton) est donc la conversion de quatre protons en un noyau d'hélium.

    Le Soleil contenant un peu de carbone, un second mécanisme de fusion (appelé cycle CNO) contribue à 2 % de l'énergie produite par le Soleil.  Ce carbone est utilisé comme catalyseur pour transformer l'hydrogène en hélium.

    Le noyau de carbone fusionne successivement avec quatre noyaux d'hydrogène, mais comme le noyau final est instable il se dissocie en un noyau de carbone et un noyau d'hélium. Le carbone initial étant recréé à l'identique et tous les composés intermédiaires ayant disparu, le bilan net du cycle CNO est donc d'avoir transformé quatre protons en un noyau d'hélium.

     

  • Peut-on recréer le soleil sur terre * ?

    Les hommes ont compris que la source d'énergie apparemment inépuisable du Soleil était la fusion en hélium d'un élément chimique appelé hydrogène que l'on trouve en quantité sur la planète Terre. Certains rêvent de reproduire sur Terre ce qui se passe au cœur du Soleil.

    Les centrales nucléaires actuelles ne correspondent pas à ce principe car la fission, qui est libérée dans la désintégration radioactive d'un noyau très lourd comme celui de l'uranium pose un problème de ressources : l'uranium est très rare, et donc cher, les enjeux politiques et économiques qui y sont attachés sont cruciaux.

    De plus, le développement anarchique de nouvelles centrales nucléaires ( implantation et localisation dans des pays peu stables et à la démocratie douteuse) se disséminant sur la surface du globe va accélérer le processus et l’envolée de cet élément métallique radioactif (+300 %) démontre les limites de cette énergie.

    Un autre souci lié étant la prolifération des déchets radioactifs, les rejets radioactifs liquides, solides, gazeux, la consommation d’eau nécessaire et l’impact sur la biomasse.

  • La fusion chaude et la fusion froide

    L'utilisation pratique de la fusion se heurte à l'exigence préalable de chauffer l'hydrogène à une centaine de millions de degrés, de stabiliser la réaction de fusion et de contenir le plasma dans un récipient approprié le temps obligatoire pour en récupérer l'énergie.

    L’un des problèmes cruciaux qui se posent est qu’il n’existe pas sur terre de récipient pouvant supporter de telles températures. Le Soleil, lui, utilise sa masse à la fois pour chauffer le gaz, pour le maintenir en place et pour réguler la fusion, mais les terriens ne possèdent pas cette ressource.

    Des programmes internationaux de recherche fondamentale de très grande ampleur (ITER) et très coûteux essaient de parvenir au même résultat, mais en miniature et sans application pratique.

    D’autres idées sont explorées (Tokamak), le chauffage par des lasers de très forte puissance de petites billes d'hydrogène et le confinement du plasma par des champs magnétiques se refermant sur eux-mêmes pour former des sortes de bouteilles magnétiques sans paroi.

    La recherche continue et les intérêts priment, actuellement l'énergie nécessaire à l'allumage et au confinement du plasma est supérieure à celle que libère la fusion. Le but ultime étant de centraliser l’énergie. Il est également possible d’utiliser une bombe à uranium pour l'allumage, laisser la fusion s'emballer, ne pas se préoccuper du confinement, le tout constituant une bombe à hydrogène tout à fait opérationnelle.

    Combien de panneaux solaires pourrait-on placer sur chaque toit avec les budgets colossaux ainsi dépensés ?

  • La fusion froide : une solution au problème ?

    Une solution se profilerait pourtant avec la fusion froide selon les défenseurs des ENR (Énergies renouvelables). 

    Le terme « fusion froide » est utilisé pour désigner une production de chaleur causée par un processus inconnu, se déroulant selon des techniques dérivées d'une expérience réalisée par Martin Fleischmann et Stanley Pons en mars 1989 à l’échelle atomique et ne s’accompagnant pas de radiations ionisantes (c'est-à-dire de rayons UV, de rayons X ou de rayons gamma).

    La « réaction nucléaire dans la matière condensée », « réactions nucléaires à basse température », « réactions nucléaires chimiquement assistées », « réaction nucléaire à basse énergie » ou LENR, pour « Low-Energy Nuclear Reactions », sont des termes choisis de façon à contourner la mauvaise réputation associée aux mots « fusion froide » qui ont fait l'objet d'une grande polémique dans le monde scientifique qui ne peut pas expliquer l’origine de cette énergie.

    Les résultats des chercheurs ne semblent jusqu'ici pas avoir pu être reproduits indiscutablement par la communauté scientifique.

    Une chose est certaine : si cette source d'énergie s'avérait efficiente, le fonctionnement de la planète serait bouleversé, toutes les compagnies de production d'énergie, les entreprises liées à la production de chaleur, le circuit commercial deviendraient obsolète : le gaz, pétrole, bois, charbon retourneraient pour les siècles des siècles à leur état fossile.

    Sources :

    Jean Paul Bibérian Ingénieur en physique nucléaire et électronique, docteur-ingénieur et docteur ès sciences

    Sur le site Wikipédia fusion froide vous pouvez trouver des liens dont certains se sont étonnamment éteints.

     

     

  • Les sources :

    Sources :

    Jean Paul Bibérian Ingénieur en physique nucléaire et électronique, docteur-ingénieur et docteur ès science

    Sur le site Wikipédia fusion froide vous pouvez trouver des liens dont certains se sont étonnament éteints.

    Pierre Lantos, Le Soleil, PUF, coll. « Que-sais-je ? », 1994.
    Le soleil Brian Huebner
    Williams fondevilla. Système solaire.
    Jean-Claude Pecker, Sous l'étoile Soleil, Fayard, coll. « Le temps des sciences », 1984, et L'Avenir du Soleil, Hachette-Littératures, coll. « Questions de science », 1990.
    Sylvie Vauclair, La Chanson du Soleil : l'intimité de notre étoile dévoilée par ses vibrations, Albin-Michel, coll. « Sciences d'aujourd'hui », 2002.

    Un site intéressant sur le soleil et la santé : http://www.soleil.info

  • Les éléments à retenir : le projet ITER :


    * Ne pourrait-on pas utiliser directement le soleil pour produire notre énergie ? :

    L'uranium est un minerai qui devient rare et les nucléophiles ont eu l'idée de faire fusionner les atomes d'un élément très abondant et léger : l'hydrogène. Le soleil existe depuis 4.5 milliards d'années et il brillera encore environ 5 milliards d'années. Nous éviterions de prendre des risques supplémentaires avec le deutérium et le tritium, éléments extrêmement dangereux dont l'usage créera de nouvelles nuisances et des conséquences inconnues à ce jour.

    Le projet ITER à Cadarache dans les Bouches-du-Rhône (qui est passé d'un budget de 5 à 16 milliards d'euros) est destiné à recréer le soleil sur terre ! L'Union européenne est chargée de régler 45 % de ce projet international malgré les déclarations de physiciens, dont le prix Nobel Georges Charpak.

    Un projet mégalomane qui devrait tenter de maitriser la fusion nucléaire. Il faudrait atteindre 100 millions de degrés pour faire fusionner les atomes d'hydrogène et inventer un réceptacle constitué d’un matériau qui pourrait supporter l’irradiation autant dire une prouesse technologique qui risque de n’être jamais atteinte.

    Avec les dépenses colossales employées, il y aurait des possibilités énormes pour favoriser les énergies renouvelables comme le…soleil et permettre aux usagers d’isoler correctement leurs logements. À la différence de tous les systèmes et autres énergies présentes sur terre, il n’y aura jamais ni d'enjeu économique, ni d'enjeu politique ni d’embargo sur le soleil.

  • Les trois types d'utilisation du solaire :

  • L'aide essentielle de Picbleu : une plateforme pour tout connaître sur l'habitat et ses occupants

    La nécessité d'étudier un lieu dans son ensemble (humain et habitat) est essentielle pour Acqualys : Connaître la transition énergétique pour décider pour agir.

    Tous les savants, scientifiques, sociologues, ingénieurs sont confrontés à la même problématique : celle d’étudier un élément aux propriétés observables définies et donc limitées. La loupe et le microscope font donc perdre de vue qu'un objet s'insère dans un ensemble de relations et de processus.

     

    Afin de pouvoir saisir le réel, il est indispensable de sortir de tous les cadres, il faut étudier des savoirs portant sur des objets très éloignés du sujet traité et explorer ce qui se cache derrière les formes observables du monde. En faisant référence au célèbre aphorisme d'Abraham Maslow « Si le seul outil que vous avez est un martea

    Depuis la création du site en 2007, des millions d'internautes ont formulé de très nombreuses questions inhérentes à tous les sujets traités dans ses pages. À l'expérience et avec le recul des années, nous nous sommes rendu compte de la nécessité de complémenter les informations officielles (ψ Physique) avec une partie liée au subconscient, l'épigénétique et au quantique(∞ Métaphysique). Cela peut surprendre lorsque l'on traite des sujets de l'habitat et de ses occupants mais t out est dans tout.

    Afin d'illustrer ce propos, donnons comme exemple une personne qui rechercherait des informations sur la construction d'une maison et ne penserait pas obligatoirement à l'environnement dans lequel ce lieu de vie va être construit. 

    L'orientation vers laquelle on pense immédiatement est la présence d'école, d'infrastructures, de commerces, etc., mais il existe une autre dimension moins visible et qui paraît moins rationnelle qui concerne le tellurisme, les émanations de radon, la présence de pollutions très diverses (champs électromagnétiques, etc.), les cours d'eau souterrains, les failles géologiques, la mémoire des sols et des murs, les effets climatiques, etc. 

    Le simple fait de savoir qu'un produit est bon nous donne un bénéfice au niveau de nos cellules.

    Les éléments évoqués ci-dessus sont l'une des raisons pour lesquelles Picbleu a créé une plateforme d'information à cet effet. Elle est dotée de toutes les qualités informatives inhérentes à l'encyclopédie Picbleu. Elle présente concomitamment l'information concernant tous les domaines de l'habitat (construction, énergies, chauffage, etc.) ainsi que des données métaphysiques trop souvent absentes tout en constituant un mix entre les données scientifiques, techniques et d'actualité.

    Nous vivons sur une planète vivante créée pour la vie qui, grâce à toute une série de « coïncidences » heureuses et extraordinaires, nous offre les conditions idéales pour notre passage sur Terre.

    Dans certains cas, un radiesthésiste compétent pourra même collaborer utilement, avec une grande précision, à l'élaboration d'un check-up complet associant tous les paramètres indispensables à la finalité d'un projet.

     

    La transition énergétique et les améliorations de l'habitat

     

     

     

     

     

     

     

    La nécessité d'étudier un lieu dans son ensemble (humain et habitat) est essentielle pour Picbleu : Connaître la transition énergétique : décider pour agir

     

     

     

    Tous les savants, scientifiques, sociologues, ingénieurs sont confrontés à la même problématique : celle d’étudier un élément aux propriétés observables définies et donc limitées. La loupe et le microscope font donc perdre de vue qu'un objet s'insère dans un ensemble de relations et de processus.

     

    Afin de pouvoir saisir le réel, il est indispensable de sortir de tous les cadres, il faut étudier des savoirs portant sur des objets très éloignés du sujet traité et explorer ce qui se cache derrière les formes observables du monde. En faisant référence au célèbre aphorisme d'Abraham Maslow « Si le seul outil que vous avez est un marteau, vous tendez à voir tout problème comme un clou » (The Psychology of Science, 1966).

    L'hyper spécialisation dans le fonctionnement de la société humaine occidentale ne donne qu’une vue partielle de la complexité du Monde et de sa beauté.

     Aphorisme d'Abraham Maslow


    Le généticien pensera que la génétique sauvera l’humanité, l'architecte s’imaginera que ses réalisations ne sont pas simplement des moyens physiques, mais qu’ils possèdent une portée philosophique supérieure. L’humain, qu’il soit scientifique, religieux ou créateur est un animal social qui partage ses idées, ses conceptions de la vérité, ses valeurs nobles ou celles qu'il attribue à la beauté si bien que par la loi universelle de la convergence, les individus finissent par suivre les mêmes voies. Les informations sont dispersées et semblent sans relations dans le mode dans lequel nous vivons.

     

    Dans certains cas, il y a des interdépendances, mais qu’on ne doit pas confondre avec l’interdépendance quantique qui repose sur des superpositions d’états, des complexités extrêmes, des apories à large échelle et nul doute, des processus de calcul quantique. Des intrications incluant des informations en relation avec un ensemble de « constituants quantiques ».

     

    Nos convictions et nos certitudes sont parfois trompeuses : « Ce qui nous paraît être de la matière solide n'est constitué en réalité que de particules vibratoires tournoyant dans un grand vide à une telle vitesse qu'elle nous donne une impression de solidité. Si le mouvement de ces particules cessait tout à coup comme un ventilateur qui s'arrête, il n'y aurait plus que du vide. Nous sommes en réalité de l'énergie informatisée en action ».

     

    Source CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire Genève), Travaux sur les anneaux d'accélération des particules.

     

    Afin de contribuer au respect de l'environnement, merci de n'imprimer cette page qu'en cas de nécessité. Pourquoi éviter d'utiliser du papier et de l'encre ?

     

     

    u, vous tendez à voir tout problème comme un clou » (The Psychology of Science, 1966).

    L'hyper spécialisation dans le fonctionnement de la société humaine occidentale ne donne qu’une vue partielle de la complexité du Monde.

     Aphorisme d'Abraham Maslow


    Le généticien pensera que la génétique sauvera l’humanité, l'architecte s’imaginera que ses réalisations ne sont pas simplement des moyens physiques, mais qu’ils possèdent une portée philosophique supérieure. L’humain, qu’il soit scientifique, religieux ou créateur est un animal social qui partage ses idées, ses conceptions de la vérité, ses valeurs nobles ou celles qu'il attribue à la beauté si bien que par la loi universelle de la convergence, les individus finissent par suivre les mêmes voies. Les informations sont dispersées et semblent sans relations dans le mode dans lequel nous vivons.

     

    Dans certains cas, il y a des interdépendances, mais qu’on ne doit pas confondre avec l’interdépendance quantique qui repose sur des superpositions d’états, des complexités extrêmes, des apories à large échelle et nul doute, des processus de calcul quantique. Des intrications incluant des informations en relation avec un ensemble de « constituants quantiques ».

     

    Nos convictions et nos certitudes sont parfois trompeuses : « Ce qui nous paraît être de la matière solide n'est constitué en réalité que de particules vibratoires tournoyant dans un grand vide à une telle vitesse qu'elle nous donne une impression de solidité.

     

    Si le mouvement de ces particules cessait tout à coup comme un ventilateur qui s'arrête, il n'y aurait plus que du vide. Nous sommes en réalité de l'énergie informatisée en action ».

     

    Source CERN (Centre Européen de Recherche Nucléaire Genève), Travaux sur les anneaux d'accélération des particules.

     

    Afin de contribuer au respect de l'environnement, merci de n'imprimer cette page qu'en cas de nécessité. Pourquoi éviter d'utiliser du papier et de l'encre ?

     

  • Il existe 7 bonnes raisons d'agir pour améliorer l'efficacité énergétique :

    Il existe 7 bonnes raisons d'agir pour améliorer l'efficacité énergétique, Changer sa chaudière, poser des fenêtres à double vitrage, isoler les murs et la toiture font partie des travaux d'amélioration de votre logement importants. Cette démarche éco responsable est primordiale pour votre avenir :

     

     Pour faire baisser votre facture d'énergie

     

     

    En rénovant votre logement, vous diminuez votre consommation d’énergie et réalisez des économies importantes sur vos factures. En isolant, vous faites une première économie sur le prix de la chaudière ou du système de chauffage, car plus le bâtiment est isolé et plus la puissance donc le prix de la chaudière ou de l'équipement baisse.

    Pour s'affranchir du prix des énergies

     

     


    L’approvisionnement en énergies fossiles dépend de conditions géopolitiques complexes sur lesquelles aucun pays n'a de prises. La rénovation d'un logement en bâtiment basse consommation d’énergie permet de diminuer les besoins et de vous rendre ainsi beaucoup plus indépendant des incertitudes liées au marché de l’énergie.

    Les énergies renouvelables (eau, soleil, vent) sont disponibles gratuitement. Les énergies classiques bois, gaz, pétrole, électricité utilisent des ressources limitées qu'il faut économiser. Aucune énergie n'est à l'abri, même le bois contrairement aux idées reçues. Une forêt doit être gérée durablement, car les excès actuels dans la biomasse peuvent rendre ce combustible bois énergie non écologique.

    En maîtrisant votre consommation grâce à des équipements performants et adaptés, vous consommez moins et vous êtes beaucoup moins tributaires des fluctuations des prix de l'énergie. Investir dans l'amélioration du bâtiment, vous permet d'accroitre votre indépendance.

     Pour bénéficier d'un crédit d'impôt

     

     

    Pour bénéficier d'un crédit d'impôt renforcé appelé CITE (Crédit d'Impôt pour la Transition Énergétique).

    Pour bénéficier d'aides et de primes

     

     

    Les prêts aidés sont une solution pour financer une rénovation ou une construction écologique

    2 prêts aidés permettent de financer avantageusement des travaux de rénovation, d’achat ou de construction. Il s’agit de l’Eco prêt à taux zéro et du PTZ +.

    L’éco PTZ est un prêt réservé aux travaux de rénovation énergétiques et ne peut pas être utilisé pour les travaux de construction. Pour bénéficier de l’éco prêt à taux zéro, il faut soit réaliser des travaux aboutissant à une amélioration de la performance énergétique globale du bâtiment.


    Le PTZ+ sert à financer l’achat d’une première résidence principale, neuve ou existante.


    Les certificats d’économie d’énergie CEE permettent d’obtenir une aide pour vos travaux d'amélioration énergétique du logement.

    Les fournisseurs et les distributeurs d’énergie appelés « obligés » sont tenus par ce dispositif d’inciter leurs clients à adopter des technologies efficaces et à s’équiper de matériels performants leur permettant de réduire leurs consommations (électroménager performant, isolation, matériel de régulation du chauffage, chauffe-eau solaires, pompes à chaleur, etc.). Les grandes surfaces et supermarchés parce qu'ils distribuent du fioul domestique et du gazole entrent également dans ces obligations.

    Les marques Auchan, Carrefour, E.Leclerc et d’autres ont mis en place un système permettant de récupérer des chèques-cadeaux jusqu’à un montant de 1500 euros contre l’achat de certains équipements (isolation, chauffage ou énergie renouvelables.)

    Tous les énergéticiens comme Antargaz, Butagaz, Finagaz ex Totalgaz, Primagaz, Sogasud ex Repsol et Vitogaz (distribution par citernes) EDF (pour l'électricité), Engie ex GDF Suez (pour le gaz naturel), Total (pour le fioul domestique),etc. octroient des primes pour chaque installation d'équipement de chauffage performant (Exemple chaudière à condensation ou hybride, etc.) ou de travaux d'isolation, etc.

     

     Pour améliorer votre confort et votre bien-être

     

     

    Beaucoup de logements anciens et même récents (construits avant le 1er janvier 2013 date de mise en application de la RT 2012) sont mal isolés (Courants d’air, perte de chaleur, bruits, humidité, manque d'aération, etc.).

    Grâce à une rénovation basse consommation d’énergie menée dans les règles de l’art par un professionnel RGE, le confort est notablement amélioré :


    — l’air du logement n’est ni trop sec, ni trop humide grâce à une ventilation adaptée
    — les mouvements d’air froid désagréables en hiver disparaissent, car les entrées d’air parasites sont supprimées
    — L'effet de « paroi froide » disparaît grâce à une isolation très efficace due à l’usage de matériaux performants
    — Il devient inutile de surchauffer pour avoir une impression globale de chaleur dans les pièces 

    Eco-rénover votre logement et installer des équipements plus performants (une chaudière à condensation, une chaudière hybride, une pompe à chaleur, des fenêtres mieux isolées…), permet d'améliorer le confort de vie.

     Pour augmenter la valeur de votre bien immobilier

     

     

    L'affichage de la performance énergétique (« Classe DPE », Diagnostic de performance énergétique) pour vendre un logement est obligatoire. En améliorant la performance énergétique de votre bien, vous augmentez sa valeur immobilière

    Un logement qui consomme peu d’énergie va devenir un argument convaincant lors de sa vente. Les agents immobiliers parlent d'amélioration de la valeur marchande d'un logement.

     Pour faire un geste pour l'environnement

     

     

    Isoler, rendre étanche à l'air et améliorer l'efficacité énergétique des logements permet d'économiser les ressources, les matières premières et ainsi contribuer à la lutte contre les gaz à effet de serre et le réchauffement climatique.

     

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page