Tout ce qu'il faut savoir sur les énergies de chauffage

Dernière modification :

Tableau des différents prix en cts/kWh comparés de toutes les principales énergies de chauffage et de production d'eau chaude sanitaire en France.

Comparatif du prix des énergies de chauffage fossiles et renouvelables, granulé de bois, bûche, électricité, pellets, fioul, gaz naturel/propane, géothermie.

 

Tous les prix des énergies

Picbleu diffuse ses indices de prix des énergies sous forme de courbes d'évolution du prix des énergies.

Ces prix sont exprimés en centimes d'euros TTC par kWh pour chaque énergie.

Les prix les plus récents figurant sur le tableau ci-dessous sont ceux relevés au cours du mois précédent.

 

Principales énergies d'avril 2002 à ce jour

  • Pourquoi choisir une énergie uniquement à partir de son coût est un mauvais calcul.

    Gardez toujours à l'esprit qu'il n'existe pas d'énergie vertueuse ou à zéro impact sur l'environnement. De même, la prise en compte du seul critère du prix exprimé en centimes kWh d'une énergie n'est pas suffisante pour effectuer un choix judicieux, car de nombreux critères influent sur le coût global annualisé.

    L'investissement, l'amortissement, le prix du combustible, les abonnements, la maintenance, etc.

     Modes de chauffage dans l’habitat individuel Source ADEME Picbleu

     

     

     

    L'efficience du système de chauffage joue un rôle capital entre les résultats obtenus et les ressources utilisées. Prenons comme exemple l'électricité qui est l'énergie la plus chère, mais qui obtient un résultat honorable avec une pompe à chaleur.

     

    Paradoxalement, lorsque l'on tient compte de tous ces facteurs, les convecteurs électriques à effet joule type grille-pains (heureusement interdits aujourd'hui dans la construction) qui ont équipé de nombreuses maisons neuves jusqu'au 31 décembre 2012 avaient quand même l'avantage d'avoir un prix unitaire faible favorisant le coût global annualisé sur 15 ans.

    (Voir ci-dessous le tableau comparatif « Règle N°1 : ne vous limitez pas à la seule prise en compte du coût de l'énergie en Cts/kWh »).

     

     Remarques sur le tableau des différentes énergies de chauffage en centimes/kWh 

    Tableau d'évolution des principaux prix de l'énergie : Électricité, bois, gaz propane, fioul, gaz naturel, granulés de bois (ou pellets) conditionnés en sacs de 15 kg ou livrés en vrac.

    Les tarifs sont exprimés en kWh (pour 100 kWh) de l'énergie la plus chère à la moins chère. Les prix indiqués en centimes d'euro (PCI) intègrent l'abonnement éventuel pour une consommation donnée précisée en légende.

    Après examen de chaque énergie, vous serez amenés à en supprimer certaines et à vous intéresser de plus près à d'autres, faites alors appel à ACQUALYS, vous pourrez choisir la solution technique et le matériel adapté, en toute connaissance de cause.

    Gardez toujours à l'esprit qu'il n'existe pas d'énergie vertueuse ou à zéro impact sur l'environnement. La meilleure énergie est celle que l'on ne produit pas et l'on ne consomme pas : il faut toujours se rappeler cet adage plein de bon sens et investir dans l'isolation du bâti, sans doute le meilleur investissement pour l'avenir.

  • Règle N°1 : ne vous limitez pas à la seule prise en compte du coût de l'énergie en Cts/kWh

    Vous devez intégrer dans votre calcul financier d'autres coûts tels que l'investissement, l'amortissement, les abonnements, le rendement de l'appareil de chauffage, les frais de maintenance, le coût de l'entretien, le confort (automatisme, maintenance, bruit, odeurs, etc.) et l'impact sur l'environnement (consommation et pollution de l'eau, du sol, de l'air, rejet de particules, production de déchets, rejets acides, etc.). 

    Il ne faut donc pas se limiter à la seule prise en compte du coût d'utilisation en centimes/kWh pour bien choisir votre énergie.

    Un exemple facile à comprendre est celui du kWh électrique dont les taxes représentent le tiers de la facture : L'électricité : l'énergie la plus taxée pour un ménage.

    L'efficacité des appareils et l'efficience thermique (l'isolation) et énergétique (systèmes efficaces de production de chauffage) sont les seules solutions, la raréfaction et l'augmentation des énergies à venir, les prochaines règlementations RT 2020 puis RT 2025 vont obliger les intervenants à apporter un maximum de soin à l'enveloppe du bâti et à son efficience.

    Les maisons devront devenir vertueuses et peu consommatrices. Actuellement, grâce à la transition énergétique les particuliers et professionnels vont pouvoir bénéficier de nombreuses aides des pouvoirs publics.

     Coût global annualisé du chauffage et de production d'eau chaude sanitaire sur 15 ans pour une maison neuve :

    Modes de chauffage dans l’habitat individuel Source ADEME Picbleu

     

  • Règle N°2 : prenez comme exemple le logement de demain (2020-2025)

    Le prochain type de bâtiment devra normalement produire davantage d’énergie qu’il n’en consommera, ce sera un bâtiment passif, c'est-à-dire un bâtiment à très faible consommation avec une production locale d’électricité photovoltaïque en auto-consommation.

     Il devra présenter une consommation de chauffage inférieure à 12 kWhep/m²/an (contre 50 kWhep/m²/an en moyenne actuellement, ainsi qu’une consommation totale d’énergie primaire limitée (tous usages confondus, soit les 5 usages de la réglementation actuelle : le chauffage, la production d'ECS (Eau Chaude Sanitaire), le refroidissement, l'éclairage, les appareils électriques auxiliaires (pompes, ventilateurs, etc.), auxquels s’ajouteront les équipements mobiliers et certains équipements immobiliers (par exemple les ascenseurs ou l'alimentation des voitures électriques qui vont fort heureusement se systématiser et éliminer progressivement nos polluants moteurs diesel).

    La question se posant sera liée à la prise en compte ou non de l’énergie grise, la RT 2020 fixera ce niveau comme seuil réglementaire. Il est souhaitable que la santé (exemple l'absence d'émission de polluants intérieurs) et le bien-être des occupants (exemple acoustique) soient également pris en compte par ces nouvelles dispositions.

  • Règle N°3 : prenez conscience que l'efficience énergétique du logement est primordiale

    Avant de penser énergie, des améliorations de l'efficience thermique doivent porter sur tous les postes comme la suppression des ponts thermiques, l'isolation des combles et des murs, le remplacement des portes et fenêtres, la ventilation, les appareils de production de chauffage et d'eau chaude. Les industriels et l’ensemble des professionnels du bâtiment développent de manière continue de nouvelles technologies pour l’amélioration des performances thermiques des logements.

    Le coût parfois élevé de ces solutions techniques dans la première phase de leur développement, fait qu’elles répondent souvent mal aux préoccupations de certains ménages exposés à un pouvoir d'achat réduit ou à la précarité énergétique. Il est toutefois inutile de s’en priver systématiquement, car les économies générées par des travaux d'amélioration thermiques peuvent générer un temps de retour sur investissement raisonnable.

    Lorsque ces solutions peuvent être financées par un tiers dans une proportion proche de la totalité du coût, l'intérêt est accru. En raison de la technicité de certains travaux, leur mise en oeuvre doit être parfaitement maîtrisée pour des professionnels qualifiés RGE c'est le principe même de l'éco-conditionnalité.

     

     

  • Règle N°4 : prenez en compte le prix de l'énergie qui n'est pas une donnée constante

    Vous constaterez dans le graphique Picbleu ci-dessus que le prix de l'énergie n'est pas une donnée constante : même le bois de chauffage subit les variations du cours du pétrole, car son prix de revient tient compte du prix du carburant, de l'huile pour les tronçonneuses, du coût du transport, etc.  Il est donc impératif de bien réfléchir pour vos projets de constructions ou de rénovations afin de les envisager sur le long terme.

    Triangle Portail habitat Picbleu Votre logement doit consommer le moins d'énergie possible : c'est la clé de votre dépendance énergétique.

     

    Il est en effet préférable d'investir dans l'isolation de votre logement lors de vos travaux plutôt que de payer des factures d'énergie élevées chaque année ou de consommer beaucoup de bûches de bois même si le mètre cube apparent de bois (appelé anciennement stère) est relativement abordable car dans ce cas, c'est le niveau de pollution atmosphérique (notamment l'émission de particules fines) qui n'est pas acceptable.

    le chauffage ne doit pas compenser un manque ou une absence d'isolation Picbleu

     

     

     

     

     

     

    Les travaux d'isolation coûtent 3 fois moins cher en termes financiers et environnementaux que les futures dépenses en énergie.

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page

Tous les articles

Actualités

Dossiers

Conseils

Trucs et Astuces

Normes

Publireportages