Débit maximal de ventillation

Bonjour,
Résidant dans un immeuble d'habitation collectif et dispose d'un appartement T1, je trouve que le débit d'air extrait par la VMC est très important (je n'ai pas les valeurs exactes) mais cela crée un sifflement lorsque la poignée d'une fenêtre n'est pas fermé correctement par exemple.
Je connais les débits réglementaires minimaux à respecter mais je me pose la question suivante :
Existe-t'il un débit maximal à ne pas dépasser ?
En vous remerciant,
Maxime
Publiée le 06/10/2017 par Picbleu
Réponse approuvée par Picbleu

Débit d'extraction de l'air dans le résidentiel fixé pour la France par l'arrêté du 24 mars 1982

Le débit d'extraction de l'air dans le résidentiel est fixé pour la France métropolitaine par l'arrêté du 24 mars 1982, modifié le 28 octobre 1983. Le débit volumique est calculé suivant le nombre de pièces de vie et le nombre de pièces d'eau


L'aération des logements doit être générale et permanente pendant la période où la température extérieure oblige à maintenir les fenêtres fermées. Une ventilation passive est autorisée, dans la mesure ou le renouvellement d'air est continu et dans la mesure où les fenêtres sont utilisées pour ventiler.


La circulation de l’air est effectuée par balayage grâce à des entrées d’air (orifices en façades, des conduits à fonctionnement naturel ou des dispositifs mécaniques) dans les pièces principales (salon, chambres) et des sorties dans les pièces de service (cuisine, salle de bains, WC). La circulation d'air des pièces de vie vers les pièces d'eau doit être effective soit par des détalonnages sous les portes (2 cm de jour) soit par des grilles d'aérations.

Le taux de renouvellement d'air doit être basé sur la période hivernale. Le chiffre retenu est de 0.6 volume/heures (le volume étant la partie chauffée du bâtiment).

Il ne faut pas ventiler en dessous de 0.3 volume/heure, car un faible débit affecte la qualité de l'air (saturation de gaz carbonique, polluants, humidité, présence d'odeurs, etc.)
A contrario, il ne faut pas surventiler en hiver au-delà de volume/heure. Outre la perte des coûteuses calories, l'assèchement de l'air, notamment dans les régions froides abaisse le taux d'humidité relatif à environ 30 %.
Est ce que cette réponse vous a été utile ?
Proposer une réponse