Champs magnétiques pollution électromagnétique un mal invisible

Dernière modification :

téléphones-portables-smartphones-iphone-samsung.jpg

La pollution électromagnétique est un mal invisible. Nous sommes tous des êtres palpitants dans un univers en vibration. Itzhak Bentov. Ouvrage : Univers vibratoire et conscience.

Sommaire

  1. Pollution électromagnétique
  2. Les risques liés à l'exposition
  3. Organisation Mondiale Santé
  4. Sources et liens intéressants

1. Pollution électromagnétique 

Les rayonnements électromagnétiques sont un mal insidieux et invisible et constituent un risque potentiel. Pourtant, l'existence de signaux d'alerte observables dans les études de cas ainsi que les enquêtes citoyennes et les témoignages émanant du monde entier démontrent qu'il y a un risque potentiel. Des pays comme le Canada ou les États-Unis sont les témoins de maladies émergentes liées à des hypersensibilités environnementales.

Les personnes souffrant d’électrosensibilité (également appelée hypersensibilité électromagnétique), lorsqu'elles sont exposées aux ondes, décrivent souvent les mêmes symptômes :

  • d'ordre dermatologique : rougeurs, inflammation de la peau, irritations, picotements et sensations de brûlure, réactions cutanées.
  • d'ordre neurasthénique : fatigue, lassitude, étourdissements, maux de tête, difficultés de concentration, d'endormissement, insomnies, tachycardie.
  • d'ordre végétatif : nausées, palpitations cardiaques, troubles digestifs.

Radar de contrôle vitesse par tronçon en Gironde Portail habitat Picbleu

Tous les dispositifs de contrôles et de répression utilisent des systèmes qui exposent les populations à des rayonnements. Photo radar de tronçon autoroutier destiné au contrôle automatisé de vitesse et transmissions de données par ondes. Photo Picbleu

2. Les risques liés à l'exposition 

L'Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail), dans sa mission de mise à jour de l'expertise scientifique, en a fait des risques liés à une exposition aux ondes électromagnétiques une question prioritaire.

D'après l'Académie de médecine qui s'est basée sur une citation du rapport de l'Affset 2009 (Rapport ANSES 2009) il n'existerait aucun argument pour retenir d'autre hypothèse que l'origine psychologique de cette hypersensibilité. Elle soutient un seul traitement symptomatique et soutien psychothérapique alors que des travaux d'objectivation des troubles ont été initiés.

Dans le cas des hypersensibilités environnementales, plus la mise à l'abri et la prise en charge globale sont rapides, plus les chances d'amélioration de l'état des personnes sensibles sont élevées. Plusieurs associations appellent à témoigner dans le cadre de leur opération Visibilité, toute personne qui expérimente des troubles, légers ou graves, en relation avec les champs électromagnétiques : hypersensibles, riverains d'antennes, de radars de contrôle, de lignes électriques, usagers de technologie sans fil (voir liens vers les sites Internet traitant les thèmes du rayonnement électromagnétique ci-dessous).

3. Organisation Mondiale Santé 

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui reconnaît la réalité de ces manifestations et leur aspect invalidant, précise qu’il « n’existe ni critères ni diagnostics clairs pour ce problème sanitaire, ni de base scientifique qui permettrait de relier les symptômes à une exposition aux sources de champ électromagnétique. »

Une décision de justice qui va faire jurisprudence et alimenter le débat entre le lobbying de la téléphonie et ses détracteurs.
Le Tribunal du Contentieux de l’Incapacité de Toulouse à donné raison à une plaignante Marine Richard « souffrant d’une hypersensibilité aux ondes électromagnétiques ». La justice française a donc rendu un jugement reconnaissant l’électrosensibilité comme un handicap. Malgré le fait que les autorités sanitaires n’ont pas établi de lien de cause à effet entre l’exposition aux ondes et les différents symptômes décrits, les juges ont accordé le droit à Marine Richard de percevoir une allocation pour adulte handicapé. Ils ont estimé la déficience fonctionnelle de la plaignante à 85 % et jugé qu'elle ne pouvait plus travailler. « Avec restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi ». Même si cette allocation n'est valable que pour trois ans (éventuellement renouvelable en fonction de l’évolution de ce handicap).
Selon Étienne Cendrier, le porte-parole de l’association Robin des Toits qui milite pour la sécurité sanitaire des technologies sans fil, Marine Richard est « atteinte d’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques depuis 2010, elle a dû renoncer à toute activité sociale et vit retirée à l’abri des champs électromagnétiques artificiels dans les montagnes ariégeoises ». « Il s’agit d’un grand pas en avant pour la reconnaissance de ce Syndrome d’électrohypersensibilité, la justice – comme souvent – est en avance sur les politiques. ». « Souvent la justice est plus humaine que les politiques, qui protègent les industriels »

3. Sources et liens intéressants 

Site RES (sur l'article consacré à l'hypersensibilité aux ondes).

L'Académie nationale de médecine, par la voix du professeur André Aurengo, apporte son soutien aux orientations de l'étude Cochin.

 Electrosensibles de France

 Site sur le collectif des électrosensibles de France

Site PRIARtèm

Site PRIARtèm (pour une règlementation de l'implantation des antennes relais de téléphones mobiles).

Prise en charge de l'hypersensibilité électromagnétique, lancée par l'AP-HP (Assistance publique - Hôpitaux de Paris) et pilotée par le professeur Choudat dans le Quotidien du médecin du 27 mars 2012.

Association le lien

L'association le lien s'occupe de l'accompagnement des victimes, des infections nosocomiales (contractées lors de séjours dans des établissement de soin), de la sécurité des patients.

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page
Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion