Poêle à granulés de bois : le guide d'achat pour tout savoir

Dernière modification :

Découvrez en 12 conseils et 1 avis avec retour d'expérience ce que vous devez absolument savoir sur les poêles à granulés de bois pour faire le bon choix.
Le poêle à granulés de bois silencieux est inégalable pour son confort d’utilisation, son autonomie, son alimentation automatique, la régulation de la température et les possibilités de programmation. Il existe même des poêles qui fonctionnent sans électricité.

 

SOMMAIRE

 

Guide-d'achat-de-poêles-à-granulés-de-bois.png

 

Intérêt du poêle à granulés

Les poêles à granulés sont plus intéressants que les appareils à bois bûche dont le combustible est un peu moins cher, mais dont les fumées sont plus polluantes. Grâce à ce guide, si l'on devait résumer en 4 mots les 4 qualités d'un poêle à granulés de bois, ce serait :

  •  Simplicité d'utilisation
  •  Efficacité énergétique
  •  Economies
  •  Respect de l'environnement

 

Guide d'achat pour tout savoir

Ces 12 conseils et avis de Picbleu simples et utiles permettent de choisir le bon poêle à granulés de bois sans se tromper : puissance, prix, bruit, rendement et autonomie. 

L’alimentation d'un poêle est automatique, les granulés de bois s’écoulent dans la chambre de combustion en fonction du réglage de l'appareil.

Un système électronique d’allumage et de contrôle automatisé permet de gérer et de programmer la puissance de votre appareil, les heures de fonctionnement ainsi que la température dans la pièce à vivre de référence (salon, séjour, etc.). L’utilisation d’un poêle à granulés de bois permet de réaliser des économies d’énergie significatives et de bénéficier d’un mode de chauffage plus écologique et durable.

Grâce aux différents progrès technologiques réalisés, les poêles à granulés de bois sont de plus en plus performants (étanches, silencieux et équipés de ventouses) ils consomment moins d’énergie, leur rendement (selon les données des constructeurs) peut atteindre jusqu’à 95 %.

 

Trouver les bons conseils pour baisser vos factures de gaz en citerne

 

1. La puissance 

La puissance d'un poêle à bûche ou à granulés de bois doit être calculée en fonction de la pièce dans laquelle il sera installé et non pas en fonction de la surface chauffée du logement. Il est indispensable que l'appareil fonctionne toujours à pleine puissance afin que son rendement soit optimal.

Adaptez la puissance à la pièce dans laquelle il est installé.

Un appareil trop puissant coûtera plus cher, fonctionnera au ralenti, s'encrassera tout en favorisant la formation de bistre dans le conduit d'évacuation. De plus, il demandera plus de maintenance et d'entretien. Au final, son coût d'exploitation augmentera. Ne jamais écouter un commercial qui vous dira que qui peut le plus peut le moins, c'est une erreur pour vous. Le seul avantage de la vente d'un appareil plus cher est lié à la commission plus importante pour le vendeur.

 

2. L'emplacement 

Un poêle doit être placé en position centrale. N'étant pas un chauffage central avec transmission de la chaleur dans toutes les pièces par des radiateurs, le poêle à granulés de bois doit être positionné de préférence en position centrale (au rez-de-chaussée si l'habitation possède un étage). Le but étant que la chaleur se diffuse de façon satisfaisante vers les autres pièces de l’habitation.

 

3. L'évacuation de fumée 

Un poêle à granulés doit être raccordé à un conduit d’évacuation de fumées de type ventouse qui doit répondre à certains critères techniques définis par le fabricant : diamètre, tirage, températures supportées, étanchéité. Les appareils étanches possèdent un tuyau d'aspiration de l'air qui évite d'utiliser l'air du logement : le rendement est bien supérieur.

 

4. L'autonomie 

Les poêles à granulés de bois se chargent avec des sacs de 15 kg. En raison de son réservoir de granulés intégré et de son rendement, le poêle à granulés offre plusieurs jours d'autonomie. Il faut éviter les poêles à granulés bas de gamme que l'on trouve dans les magasins de grande distribution lorsqu'ils ne sont pas livrés avec un dispositif électronique de programmation.

En son absence, la consommation peut être d'un sac de 15 kg par jour, ce qui peut être coûteux et entraîner des frais supplémentaires d'entretien.

Les modèles du marché ont un réservoir de 15 à 40 kg, plus de stockage, c'est plus d'autonomie. Privilégiez donc les grandes capacités. La trémie du poêle à granulés de bois permet pour les meilleurs poêles de stocker jusqu'à 30 ou 40 kg de granulés. Ce stockage offre, selon la puissance et les conditions de températures intérieures et extérieures, une autonomie variant de 1 à 5 jours environ, un confort impossible à obtenir avec un appareil classique à bois bûche.

À noter : pour garder leur pouvoir calorifique intact, les granulés de bois doivent être stockés dans un endroit sec, à l’abri de toute forme d’humidité. Le poêle à granulés de bois offre le confort et les avantages du chauffage au bois sans avoir à en subir les contraintes.

Bon à savoir : Les poêles à granulés doivent comporter le marquage CE et être conformes à la norme NF EN 14785. Cet appareil a été conçu pour utiliser des granulés de bois et ne peut pas brûler d’autres formes de combustibles. Un réservoir permet de contenir 15 à 25 kg de granulés de bois et vous assure une autonomie énergétique de 3 jours en moyenne, la fréquence de remplissage dépend des conditions d’utilisation du poêle et de sa puissance.

 

5. L'électricité 

Un poêle à granulés doit être branché sur une prise électrique pour alimenter ses différents moteurs. Si le prix de fonctionnement n'est pas très élevé pour une saison de chauffe (environ 25 €). Le problème est lié aux coupures de secteurs dans certaines régions soit par la fragilité du réseau électrique soit par les aléas climatiques.

Un groupe électrogène ou mieux des panneaux photovoltaïques à condition que la région soit suffisamment ensoleillée. Dans le cas contraire, des batteries de stockage seront indispensables. La mise en place d'un onduleur comme sur les ordinateurs peut se révéler un choix intéressant, car l'allumage et l'extinction sont des moments cruciaux.

Lorsque l'appareil est brûlant et en phase d'extinction, un processus de passage d'air refroidit le corps de chauffe et c'est à ce moment-là, la phase critique, qu'il faut absolument éviter d'interrompre l'arrivée électrique.

Certains appareils fonctionnent sans électricité par un système gravitaire mécanique fiable. Nous avons sélectionné un modèle robuste du fabricant de chaudières Laminox idro bénéficiant du label Flamme verte.

Photo Modèle Laminox idro Jessica Natural 2550 € HT

 Poêle-à-granulés-de-bois-sans-électricité-Laminox-Jessica-natural-Picbleu.jpg

 

La solution ?

Il existe un poêle à granulés de bois indépendant fonctionnant sans électricité fabriqué par Laminox idro.

Ce type de poêle fonctionnant sans électricité est entièrement autonome.

Il est donc utilisable comme un poêle à bois bûche classique que l'on allume lorsque le besoin s'en fait sentir. L'allumage se fait avec un simple allume-feu (sans produits pétroliers).
Pour les usagers qui s'absentent et veulent régler les horaires d'allumage, un poêle classique à dispositif électronique régule le temps de fonctionnement, mais il utilise une prise de courant :

il faut donc faire un choix !

 

 

6. La consommation 

Au prix du sac de 15 kg, le prix de revient de la période de chauffe est très intéressant.

La consommation annuelle moyenne d'un poêle est de 1 tonne soit environ une palette de 66 sacs. Au-delà, il faut se poser la question de savoir si l'isolation n'est pas à revoir ! Et se demander si une chaudière à granulés n'est pas plus intéressante en raison du fait qu'elles sont devenues beaucoup plus abordables et dotées d'automatismes qui les rangent à côté des chaudières à gaz pour leur facilité d'utilisation et leur fiabilité.

Rappelons que rien n'égale le vecteur eau chaude (radiateurs ou plancher chauffant) à très basse température. Le confort n'est absolument pas comparable. Rappelons également qu'il faut considérer le poêle comme un moyen de chauffage, mais limité en raison de son autonomie relative (impossible de partir 15 jours en hiver en maintenant une température douce), de son mode de diffusion de chaleur destiné à un logement de 100 m2 au maximum.

 

7. Le type de convection 

Le type de convection, naturelle ou forcée.

Les poêles à bois fonctionnent sur le principe de la convection naturelle, l'air s'échauffe au contact des parois chaudes de l'appareil et monte dans la pièce. La chaleur est plus ou moins bien diffusée dans la pièce par les sorties d’air du poêle et généralement stagne au plafond. L'avantage est lié à l'absence de bruit.

Pratiquement tous les poêles à granulés de bois fonctionnement en chaleur pulsée.

Un ou deux ventilateurs électriques soufflent de l'air qui se réchauffe au contact du corps de chauffe de l'appareil. Il en résulte un bruit de fond régulier, mais qui peut entraîner une gêne pour les personnes sensibles, car souvent le niveau sonore d'un téléviseur est augmenté constituant parfois une atteinte au seuil de niveaux sonores atteints souvent supérieurs à la limite réglementaire que supporte notre tympan.

 

8. Le niveau sonore 

Conseil : attention au bruit ! Un poêle à granulés de bois est équipé de ventilateurs électriques et d'une vis sans fin qui occasionnent du bruit. Le niveau sonore peut devenir un inconvénient lorsque l'appareil est trop bruyant !
Les périodes hivernales avec des températures basses impliquent de faire fonctionner l'appareil à puissance élevée.

La vitesse du ventilateur génère alors un niveau sonore plus élevé que lorsqu'il fonctionne à allure réduite. Le bruit est l'un des principaux inconvénients, il faut donc choisir un appareil silencieux, cela existe, mais la qualité coûte toujours un peu plus cher.

Il n'existe pas de normes précises pour les poêles à granulés de bois. Sachez toutefois que pour un appareil, le niveau sonore double tous les 3 décibels.
Ainsi, un modèle de 57 décibels est 2 fois plus bruyant qu'un autre qui affiche 54 décibels !

Voir l'article sur le meilleur poêle à bois pour son silence et sa qualité.

 

9. Le brassage de l'air 

Conseil : attention au brassage de l'air ! Les pièces d'un logement polluées par de nombreux facteurs deviennent vite insalubres. Les poussières que vous ramenez sous vos semelles (fientes animales, pollens, particules, etc.) les COV (Composés Organiques Volatils) contenus dans les meubles, tissus, peintures, etc.), les moisissures (pièces mal ventilées, etc.), les animaux (acariens, poils, etc.), sont en suspension dans l'air ou sont sur le sol.

Lorsqu'un ventilateur brasse ces éléments, ils finissent dans vos broches profondes. Et lorsque l'on sait que certaines molécules sont potentiellement cancérigènes, il faut être prudent lorsque l'on achète des produits qui iront dans votre intérieur.

 

10. Le réglage du poêle 

Un bon spécialiste de la pose de poêles à granulés a reçu une formation afin de régler le fonctionnement du poêle et respecter les consignes de réglages préconisées par le fabricant.

Fuyez les installateurs improvisés. Un bon professionnel doit savoir poser, dépanner, entretenir la marque qu'il vous propose et surtout assurer le suivi. Un réglage optimal réduit la consommation de combustible.

 

11. La programmation 

Les meilleurs appareils sont équipés d'une programmation électronique qui optimise leur fonctionnement. Grâce à la programmation journalière et hebdomadaire, ils peuvent s'allumer ou s'éteindre :

      • Soit à la demande,
      • Soit avant le réveil,
      • Soit avant le retour au domicile.
Les poêles à granulés de bois de qualité équipés de sondes de température et d'électronique de pointe permettent une régulation très précise. Ils assurent ainsi une économie de combustible inférieure de 40 % par rapport à des modèles bon marché d'entrée de gamme.

 

12. Le label flamme verte 

Le label Flamme verte classe les appareils suivant leur niveau de performance et leurs émissions de polluants. Plus un appareil possède d'étoiles et plus il est efficace.

Les poêles à granulés classés 5 étoiles ont un rendement minimum de 85 %, des émissions de CO de 0,04 % maximum et une limite de 90 mg/m3 pour les particules fines.
Les poêles à granulés classés 6 étoiles ont un rendement minimum de 87 %, des émissions de CO de 0,03 % maximum et une limite de 40 mg/m3 pour les particules fines.
Les poêles à granulés classés 7 étoiles ont un rendement minimum de 90 %, des émissions de CO de 0,02 % maximum et une limite de 30 mg/m3 pour les particules fines.

Ce label Flamme verte développé par les fabricants d’appareils de chauffage au bois et l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a le mérite d'exister. Il donne une idée des performances d'un appareil, mais en pratique les conditions de fonctionnement chez un particulier sont rarement réunies pour égaler les conditions idéales créées en laboratoire. L'actualité automobile a démontré que des consommations et émissions peuvent être optimisées artificiellement lors des tests.

 

Témoignage et avis

Il est toujours intéressant d'avoir des informations provenant des utilisateurs eux-mêmes. Ce témoignage donne l'avis et le retour d'expérience d'un utilisateur d'un poêle à granulés de bois :

« J'ai acheté en 2011 une maison de 90 m2 qui était équipée tout électrique. Les normes d'isolation pour l'époque (1996) étaient poussées, car elle était classée « Vivrelec ». L'installation du chauffage électrique comprenait des « grilles pains » c'est-à-dire de convecteurs et un ballon d'eau chaude électrique. En faisant attention et sans avoir une qualité de chauffage satisfaisante, je dépensais environ 100 € par mois d'électricité y compris les abonnements.

J'ai donc acheté un poêle italien de la marque RED. Au début je consommais 1 sac de 15 kg par jour en limitant les heures ce qui me paraissait élevé. J'ai donc acheté et fait poser une régulation assez chère (500 €) qui m'a permis de régler automatiquement avec une horloge l'allumage et extinction afin de ne le faire fonctionner qu'aux heures de présence.

La consommation a été nettement réduite. Le gros reproche que je lui faisais était le bruit du ventilateur : regarder la télévision impliquait de hausser le son, mais on s'y habitue à la longue. Tout a changé le jour ou j'ai déplacé le poêle à granulés de bois pour peindre derrière : cela a entrainé un bruit anormal du ventilateur horizontal et une venue du technicien SAV pour remplacer la pièce (coût 150 €) qui m'a expliqué une certaine fragilité de l'appareil qui doit rester parfaitement plan.

En 2015, j'ai changé de marque, car ce modèle de poêle était malgré tout trop bruyant. Le nouveau modèle de qualité est super silencieux, il marche sans électricitéet là il n'y a pas photo ! Non seulement moins bruyant, il consomme beaucoup moins (200 euros pour l'année) environ 600 grammes à l'heure au lieu d'un kilo par le passé. Par contre, il coûtait 1000 ou 1500 euros de moins qu'un de ses concurrents (en fait les deux devis incluaient de la main-d'oeuvre, mais je n'ai pas vraiment pu faire le comparatif exact) : j'ai fait le pas, j'ai fait confiance au professionnel qui me l'a vendu et je ne regrette pas.

Évidemment, cela ne vaut pas le confort d'un chauffage avec des radiateurs à eau chaude comme chez mes parents, mais je n'ai toujours pas les moyens d'installer un chauffage central ».

 

Crédit d'impôt et aides

Dans la forêt des aides et primes pour les travaux d'amélioration de l'habitat, il y a de quoi s'y perdre !

Le crédit d’impôt

C'est une disposition fiscale qui vous permet de déduire de vos impôts sur le revenu une partie de vos dépenses réalisées pour certains travaux d’amélioration énergétique portant uniquement sur votre résidence principale (les résidences secondaires sont donc exclues du dispositif).

Le crédit d’impôt est un dispositif fiscal permettant aux personnes résidant en France de déduire de leurs impôts une partie des dépenses qu’ils ont engagées pour la réalisation de certains éco travaux d'amélioration énergétique.

La prime CEE

Une prime CEE (Certificat d'Économie d'Énergie) donnée par tous les énergéticiens.

Le Compte CO2

La société Le Compte CO2 transforme vos économies de CO2 en euros et vous les reverse. L'opération est gratuite et soutenue par des partenaires privés et publics. Le Compte CO2® est une solution originale qui permet avec pédagogie de préserver la planète en prenant conscience de ses émissions de CO2.

Les primes de l'ANAH

L'ANAH, l'Agence Nationale de l'Habitat est un établissement public de l'État qui propose aux propriétaires dits « occupants » et « bailleurs » ainsi qu'aux Syndicats de Copropriétaires une aide pour les travaux de rénovation thermique.

 

Que-choisir-chauffage-gaz-fioul-granulés-bois-pompe-à-chaleur

Commentaires
Cet article a été commenté 2 fois.
Installateur RGE élément indispensable pour assurer une installation dans le respect des normes
Faire appel à un installateur RGE est l'élément indispensable pour assurer une installation dans le strict respect des normes et notamment de sécurité. Il faut toutefois s'assurer que ce professionnel possède le certificat valide et à jour. Notez également que l'obtention du certificat après quelques jours de stage n'est pas la garantie absolue d'un bon travail, car il y a les bons et les autres. Concernant le passage des tuyaux en parois bois, des règles sont à observer même si les gaz de combustion passent dans un tuyau à double paroi à des températures très inférieures à celles d'un appareil à bois bûche.
Risque d'incendie dans une maison à ossature bois
bonjour, J'envisage de faire installer un poële à pellets à vantouse par un installeur agréé RGE. Ma maison est à ossature bois. La sortie des fumées est prévue par un des murs, Cela peut-il multiplier les risques, notamment d'incendie puisque maison ossature bois et laine de verre dans les parois que la conduite doit traverser ? merci pour votre réponse Yves
Commenter cette page