La ventilation est-elle obligatoire dans l'habitat ?

Dernière modification :

Dans les maisons anciennes, l’air circulait naturellement dans des habitations qui étaient mal isolées et peu étanches aux courants d’air. Depuis le choc pétrolier de 1973, la nécessité d’isoler les logements a amélioré les dépenses d'énergie, mais a malheureusement créé un environnement trop hermétique et peu favorable au renouvellement de l’air. Ce renouvellement de l’air est pourtant essentiel et indispensable pour la santé et le bien-être de l'occupant, mais aussi celle des murs et de l'ensemble du bâti. L'extraction de l'air vicié par la respiration (gaz carbonique, vapeur d'eau), les usages ménagers (vaisselle, bains), les produits d'entretien (solvants, détergents, etc.), la cuisine (gaz brûlés), les appareils de chauffage (exemple poêle à bois) les Composés Organiques Volatils (COV contenus dans les meubles, les objets, exemple formaldéhydes) est indispensable. Le renouvellement de l'air dans l'habitat est indispensable à l’obtention d’un air ambiant de bonne qualité. Le renouvellement de l’air répond à trois besoins fondamentaux : le confort et l’hygiène, la longévité de la maison, la sécurité liée aux appareils de combustion.

Sommaire

  1. La réglementation sur l'obligation de ventiler
  2. Que dit la réglementation sur la ventilation ?
  3. La ventilation est indispensable pour un air intérieur sain et à température constante
  4. Le renouvellement de l’air assure le bon fonctionnement des appareils à combustion
  5. Les solutions de ventilation performantes limitent les déperditions énergétiques
  6. La ventilation élimine l’excès d’humidité
  7. La ventilation élimine les pollutions intérieures
  8. Les différents polluants
  9. L'entretien de la ventilation

1. La réglementation sur l'obligation de ventiler

Le décret du 22 octobre 1955 et l’arrêté du 14 novembre 1958 (relatif à l’aération des logements neufs) ont tous deux introduit le principe d’aération par pièce qui peut être réalisée soit par ouverture des fenêtres, soit de façon permanente par la mise en place de grilles d’aération hautes et basses ou d’un système de ventilation mécanique (VMC). L’arrêté du 22 octobre 1969 (relatif à l’aération des logements neufs) a fixé le principe de la ventilation générale et permanente des logements. La ventilation générale et permanente est une obligation légale depuis 1969 pour tous les logements construits à partir de cette date, qu’ils soient collectifs ou individuels. Cette ventilation peut être soit naturelle par conduits à tirage naturel ou soit par un dispositif de ventilation mécanique (VMC). Dans ces deux cas, les pièces principales doivent comporter des entrées d’air, l’évacuation de l’air s'effectue dans les pièces de service (cuisine, salles de bains, toilettes). L’air doit pouvoir circuler librement des pièces principales vers les pièces de service.

2. Que dit la réglementation sur la ventilation ?

  •  Elle doit être générale et permanente.
  •  Elle doit se faire depuis des entrées d’air situées dans les pièces principales jusqu’à des sorties situées dans les pièces de service.
  •  Elle doit respecter les débits réglementaires (les arrêtés des 24 mars 1982 et 28 octobre 1983 précisent les débits d’air entrant à mettre en oeuvre pour renouveler suffisamment l’air des locaux). L’obligation d’aération permanente est limitée à certaines pièces dans le cas des maisons individuelles situées dans certaines zones climatiques. Compte tenu des spécificités des départements d’outre-mer, une réglementation concernant l'aération des locaux adaptée aux conditions climatiques, aux techniques constructives et aux pratiques d’aération locales a été élaborée pour les bâtiments d’habitation neufs dans les DOM TOM.

3. La ventilation est indispensable pour un air intérieur sain et à température constante

L’aération, qu’elle soit réalisée de façon naturelle ou mécanique a pour priorité de satisfaire les besoins d’hygiène et de confort. Elle vise en particulier à :

  •  évacuer l’air vicié par divers polluants.
  •  apporter de l’air neuf, afin notamment d’éviter les situations de confinement et permettre le bon fonctionnement des appareils à combustion (type plaque de cuisson ou appareil de chauffage).
  •  lutter contre l’humidité et les condensations génératrices de pathologies (moisissures, salpêtre, champignons, etc.).

Il faut noter que si l’aération des locaux permet de réduire la concentration de certains polluants spécifiques, par l'apport d’air frais extérieur et l'évacuation de l’air pollué, elle ne doit pas être considérée comme suffisante : seule la réduction des émissions de polluants à la source permet en effet d’agir de façon durable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 Portail habitat Picbleu Au-dessus de chaque fenêtre, une entrée auto régulée laisse entrer un volume d'air.

2 Portail habitat Picbleu Dans chaque pièce technique (w.c., salle de bain, cuisine) une bouche aspire de l'air en permanence.

3 Portail habitat Picbleu L'air vicié extrait de la maison s'évacue par une sortie située sur le toit.

4 Portail habitat Picbleu Un groupe extracteur situé dans les combles récupère l'air de la maison par un réseau de gaines.

4. Le renouvellement de l’air assure le bon fonctionnement des appareils à combustion

Les appareils de chauffage d'appoint ont besoin d'oxygène (poêles à bois non étanches, à pétrole, à gaz) et libèrent du monoxyde de carbone, de l'humidité, du gaz carbonique, de l'oxyde d'azote et des poussières.

5. Les solutions de ventilation performantes limitent les déperditions énergétiques

Il s’agit d’opter pour de bonnes techniques de ventilation maîtrisée qui permettent de réguler les débits d’air selon les besoins, tout en limitant les déperditions énergétiques.

6. La ventilation élimine l’excès d’humidité

Si l’excès d’humidité provoque une dégradation esthétique et physique de votre habitat, elle peut également menacer la santé de tous ses occupants. En effet, les conséquences de l’humidité (moisissures, champignons, condensations, etc.) produisent certaines pathologies, certains allergènes favorisent l'asthme et autres problèmes respiratoires. La présence de buée sur les vitres, les moisissures dans les coins des murs ou des plafonds, les tapisseries qui se décollent, les odeurs désagréables persistantes, la dégradation des châssis de fenêtre en bois sont autant de signes qui indiquent une ventilation insuffisante.

  •  Lors de la respiration, nous consommons de l’oxygène et rejetons de l’humidité, ainsi une famille de 4 personnes produit jusqu’à 10 litres de vapeur d’eau par jour.
  •  Buanderie : les appareils de lavage (linge et vaisselle) les appareils de séchage (sèche-linge) qui apportent de l'humidité.

7. La ventilation élimine les pollutions intérieures

Certaines particules respirables et certains composés semi-volatils comme les particules vivantes (bactéries, virus, champignons microscopiques), les particules minérales (embruns marins, corrosion de roches, érosion des sols), des biocides, tous les pesticides sont susceptibles de provoquer des pathologies.

8. Les différents polluants

La fumée de tabac

La fumée de tabac véritable fléau pour l'humain et l'environnement (mégots jetés par la vitre de la maison ou de la voiture) est un poison pour les fumeurs et les non-fumeurs. La fumée favorise l’apparition de l’asthme, de maladies cardio-vasculaires et d’autres maladies respiratoires chez les fumeurs et pour leur entourage.

Les polluants extérieurs

Les allergènes naturels que l'on transporte sur nos vêtements ou sous nos chaussures, en provenance du sol, de la végétation, des animaux (pollen, pesticides, fientes et déjections animales déshydratées, spores, etc.) et des moisissures extérieures. La pollution atmosphérique due à la combinaison de la pollution industrielle et des conditions naturelles particulières, tous les polluants imputables au trafic routier, aérien, au chauffage, à l'activité industrielle, aux activités artisanales, aux catastrophes industrielles et humaines (NOx, CO, So4, particules, etc.).

Pollutions externes : fibres minérales, micro-organismes, poussières, particules fines.

Les polluants intérieurs

Dans un logement il est possible de recenser de nombreuses sources de pollution. Tous les produits d’entretien, les bougies parfumées, l'encens, les parfums à brancher sur des prises électriques, les neutraliseurs d'odeurs, les bombes insecticides, vos meubles neufs, les tentures, les tapis, les tissus traités sont également des sources de pollutions de l'air intérieur. Ces divers polluants peuvent générer un risque toxicologique et sont même susceptibles de provoquer des maladies neurologiques.

  •  Salle de bains : cosmétiques et textiles (fibres, poussières).
  •  Sanitaires : odeurs.
  •  Chambres : certains produits allergènes (spores de champignons, pollens, acariens).

Les polluants biologiques

Les chiens, chats, hamsters, rats et autres animaux de compagnie exposent les habitants à des allergènes à l’origine de l’asthme, des allergies et de pathologies nuisibles à la santé.

Le radon

Ce polluant cancérogène est le plus dangereux, il s'agit d'un gaz radioactif d’origine naturelle, inodore et incolore, émanant de certaines roches du sous-sol ou de matériaux de construction constitués de pierres naturelles.

Le bricolage

Le bricolage est une pratique à risque en raison des produits employés qui sont souvent dangereux dans des locaux mal ou peu ventilés (solvants, colles, peintures, résines, mastics, bombes de polyuréthane, matériaux isolants, plastiques, vernis, décapants, etc.) et par les poussières produites lors de travaux (ciment, ponçage, découpe de bois, etc.).

Le garage

Le garage ou le sous-sol, surtout s'il existe une communication avec l'habitat (vapeurs d'hydrocarbures, poussières, COV, produits toxiques, solvants, huiles, pneus, plastiques, produits d'entretien ammoniaque, eau de javel, polluants chimiques, etc.) sont des sources de pollution.

9. L'entretien de la ventilation

Dans la cuisine, salle de bain et w.c. il faut nettoyer une fois par trimestre les bouches d’extraction encrassées par des poussières souvent grasses. Les entrées d’air des chambres et séjours doivent être démontées avec soin, nettoyées à l'eau savonneuse, rincées, séchées et remises en place. Concernant les entrées d’air hygroréglables, elles doivent être dépoussiérées, car l'eau peut les dégrader. Les filtres d’insufflation et d’extraction d’une VMC double flux doivent être remplacés tous les ans.

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page
Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion