Faut-il boire l'eau en bouteille ou celle du robinet ?

Dernière modification :

Eprouvette-l'eau-du-robinet-meilleure-que-l'eau-bouteille

 

Faut-il boire de l'eau en bouteille ou celle du robinet ? L'eau en bouteille est-elle meilleure ? Celle-ci coûte 200 à 300 fois plus cher que l’eau du robinet, à 2 ou 3 centimes le litre. Il est possible de vérifier la qualité de l'eau potable distribuée dans votre commune et dans ses alentours sur la carte interactive de l'organisme UFC Que Choisir qui synthétise le niveau de conformité pour 50 contaminants et paramètres physico-chimiques spécifiés par la réglementation qui définit des critères mesurables (arrêté du 11 janvier 2007 relatif aux limites et références de qualité des eaux brutes et des eaux destinées à la consommation humaine mentionnées aux articles R. 1321-2, R. 1321-3, R. 1321-7 et R. 1321-38 du code de la santé publique).

Sommaire

  1. Eau en bouteille = eau minérale ?
  2. L’eau en bouteille n’est pas meilleure que celle du robinet
  3. L’eau en bouteille coûte cher
  4. Des impuretés présentes
  5. La carte de l'eau de Que Choisir
  6. La dose et la durée font le poison
  7. Conseils d'utilisation des plastiques alimentaires
  8. Vidéo sur l'histoire de la bouteille d'eau plastique

L’eau est essentielle à la vie, notre organisme est composé à 70 % de ce liquide indispensable qui, de plus, possède une mémoire infinie. Saviez-vous que 18 grammes d'eau contiennent l'équivalent de toutes les informations contenues dans 1 an et 2 mois d'équivalent vidéo HD (professeur Pierre Henri).

1. Eau en bouteille = eau minérale ?

Toutes les eaux vendues en bouteille ne sont pas minéralisées.

Certaines eaux minérales contiennent souvent trop de calcium et de minéraux. Selon les régions, les eaux de ville sont plus ou moins naturellement minéralisées.

Initialement, les eaux minérales étaient conditionnées en bouteilles de verre consignées. Désormais, elles ont fait place à des bouteilles en matière plastique. Elles étaient vendues en pharmacie, le lobbying minéralier à fait en sorte de les diffuser massivement à grand renfort de publicité dont chacun a mémorisé les slogans : buvez éliminez, buvez 1 litre et demi par jour, etc. Les termes associés ont été soigneusement choisis : la pureté, l'eau pour les bébés, etc. Le but était de développer fortement la consommation de l'eau en bouteille. Le marketing a tout inventé : la taille, les usages, les bouchons suceurs, les bouteilles recyclables, les bouteilles en plastique partiellement d'origine végétale, PET, en matériau plastique 100 % recyclable, en plastique recyclé (rPET), etc.

Le sommet a été atteint lorsqu'une marque d'une eau non minérale a créé un slogan : « Qui prétend que l’eau du robinet a toujours bon goût ne doit pas en boire souvent ». La marque Cristaline s’est attirée de violentes critiques justifiées, car tenter de dénigrer l'eau du robinet en faisant peur au consommateur est inqualifiable. Elle déclarait « l'eau du robinet comporte des substances qui peuvent être nocives et dont les consommateurs ne sont pas toujours informés ». L’eau du robinet est un aliment parmi les plus surveillés par les autorités sanitaires. 40 contrôles sont effectués pour l'eau du robinet et seulement 10 pour les eaux minérales. Le BVP (Bureau de vérification de la publicité) a émis un avis défavorable sur la campagne d’affichage de Cristaline.

Méthodes de vente pour créer un marché

2. L’eau en bouteille n’est pas meilleure que celle du robinet.

  •  Le transport de bouteilles d’eau d’un bout à l’autre de l’Europe (Italie à Grande-Bretagne par exemple) ou le transfert d'eau minérale des Alpes aux États-Unis est une catastrophe écologique.
  •  La fabrication, le transport et le retraitement des 140 000 tonnes de bouteilles plastiques demandent de l'énergie fossile.
  •  Les bouteilles en plastique entrainent des déchets que l'on trouve partout sur la planète (terres, océans) et pèsent sur l’environnement.

3. L’eau en bouteille coûte cher

L’eau en bouteille coûte 2000 à 3000 fois plus cher que l’eau du robinet filtrée par un filtre à cartouche de charbon actif changé chaque mois et qui ne vous revient qu’à 2 ou 3 centimes le litre.

Certaines marques d’eau valent plus d’un euro le litre et c'est la publicité qui augmente le prix, pas la qualité.

4. Des impuretés présentes

Les impuretés éventuelles sont facilement éliminées par les filtres vendus dans le commerce, à condition de remplacer les filtres régulièrement (1 à 3 mois).

La résistivité électrique de l’eau de pluie est de 40000 ohms, celle de l’eau de Contrex ville de 300 ohms seulement. Le PVC (Poly-Chlorure de Vinyl) devient instable en contact avec des eaux très minéralisées. Lorsque l’eau ne contient que des traces de minéraux, il ne se produit pas d’hydrolyse et le PVC reste stable. Les eaux très minéralisées type Contrexeville, Evian, Hépar, Vittel, Vichy, etc. contiennent jusqu’à 4 grammes de sels bicarbonatés sodiques.

Regardez sur les étiquettes les mentions importantes :

  •  résidu à sec à 180 ° suivant les marques, la valeur va de 30 à 3000 mg/litre (plus la valeur est faible meilleure est la qualité de l'eau).
  •  Le pH idéal est inférieur à 7.5.

5. La carte de l'eau de Que Choisir

On y apprend que certaines eaux minérales ne sont pas adaptées à un usage quotidien, que l'eau en bouteille coûte 0.26 centime d'euros le litre contre 0.004 centime d'euros le litre pour l'eau du robinet et que la production de bouteilles plastiques entraine une pollution de 150 000 tonnes par an en France.

Grâce à la carte interactive de la qualité de l’eau créée par l'association de consommateurs UFC Que Choisir, découvrez la qualité de l’eau du robinet de votre commune qui analyse :

  •  la qualité bactériologique.
  •  les polluants agricoles que l'on retrouve dans de nombreuses régions.
  •  la radioactivité non détectée sur un territoire qui compte 58 réacteurs nucléaires.
  •  les paramètres physico-chimiques (présence de plomb, de cuivre, etc.).

logo association consommateurs UFC Que Choisir

6. La dose et la durée font le poison

Les organismes de santé publique fixent des pratiques et des limites de doses admissibles souvent avec peu de recul. Elles se basent sur des études de toxicité en laboratoire sur des animaux. L'argument de l'élimination rapide n'est acceptable que si le produit n'est pas réabsorbé quotidiennement comme c'est souvent le cas, lorsque l'on consomme des canettes en aluminium ou des bouteilles en verre contenant des sodas très sucrés (dont la molécule altère le centre décisionnel du cerveau). C'est toujours la dose et la durée qui font le poison.

Même une toxicité faible et une exposition minime, mais concomitante à des cocktails de dizaines de composés chimiques différents, entraine parfois des conséquences fatales. La prise de conscience, le raisonnement et le changement de comportement atténuent sensiblement le risque.

7. Conseils d'utilisation des plastiques alimentaires

Règle numéro 1 : utilisez autant que possible des emballages alternatifs au plastique et surtout pas d'aluminium en rouleau (vous ferez des économies). Gardez à l'esprit que le verre est inaltérable et est le seul matériau indéfiniment recyclable.

  •  Évitez de réchauffer des récipients en plastique au micro-ondes (les mentions « micro-ondes » sont parfois non vérifiées).
  •  Évitez de les mettre au lave-vaisselle.
  •  Évitez d'utiliser les films plastiques fins pour la cuisson au four surtout lorsqu'ils entrent en contact avec les aliments.
  •  Évitez d'utiliser les films plastiques fins au micro-ondes.
  •  Les bouteilles d'eau fabriquées en PET (catégorie 1) ne sont pas concernées par le bisphénol, et seraient non dangereuses. Évitez-les.
  •  Les bouteilles marquées de la catégorie 1 et 2 sont destinées à une utilisation unique. Recyclez celles qui sont abimées (décolorées, présence de rayures, etc.).
  •  Les bouteilles d'eau fabriquées en polycarbonate (catégorie 7) ne supportent pas d'être chauffées.
  •  Évitez de mettre des aliments gras dans des récipients en plastique, car ils accroissent la libération de BPA. Pour les bébés, uniquement des bouteilles et biberons en verre !
  •  Réchauffez de préférence les aliments ou les liquides dans des récipients en verre.
  •  N'utilisez pas de détergents pour les laver (libération de BPA).

 8. Vidéo sur l'histoire de la bouteille d'eau plastique

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page
Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion