Energie

Le granulé de bois est-il un combustible écologique ?

Le granulé de bois (ou pellet en anglais) est obtenu par compression de sciures et de copeaux broyés et séchés. Les petits cylindres de 6 mm de diamètre et de 0.5 à 3 cm de longueur permettent l’automatisation complète des systèmes de chauffage. Leur taux d’humidité est inférieur à 8 % assurant ainsi une meilleure combustion que le bois bûche dont les fumées sont particulièrement polluantes. Le granulé de bois est-il toutefois un combustible écologique ? La chaîne démontre le contraire. 

  1. Le bilan écologique du granulé
  2. Le granulé en vrac
  3. Les ressources nationales
  4. Les émissions de polluants

Il faudrait que pour que le bois soit véritablement renouvelable que pour chaque arbre coupé, plusieurs soient replantés ce qui est loin d'être le cas (1). Le « reboisement » ne remplace pas la « reforestation ». Le reboisement consiste à ne planter que quelques essences d’arbres dont l'intérêt est souvent économique. Une forêt primaire présente une richesse incomparable en termes de biodiversité. Une forêt replantée ne remplace pas une forêt primaire.

1. Le bilan écologique du granulé

Pour être qualifiés « d'écologiques », terme trop souvent utilisé pour vendre et détourné systématiquement de son idée originelle par des systèmes d'optimisation industriels toujours plus prédateurs, les granulés doivent être issus de la biomasse normalement constituée de résidus valorisables (taille d'éclaircie de forêts durablement gérées, branchages, etc.). Le bilan « écologique » n'est favorable que dans ces conditions.

Dès que l'on décapite et que l'on abat des arbres (les termes sont choisis) pour faire du granulé, c'est un non-sens : le bois doit jouer principalement un rôle autre que celui de la combustion. Chacun devrait assister au moment où un arbre meurt et s'abat sous l'action d'une tronçonneuse dans un vacarme mêlé de grincements et de plaintes. Lorsque l'on abat un arbre, c'est tout un écosystème qui disparaît avec lui. La forêt nécessite une gestion intelligente, respectueuse et durable. On parle de récolte et non pas de prélèvement.

Le cycle non vertueux du bois

  • Un arbre n'est pas utilisé en totalité ses racines et ses feuilles sont laissées sur place pour se décomposer. De l'humus apparaîtra ainsi que du gaz carbonique : si l'on considère l’empreinte carbone le bilan pour cette phase ne sera pas neutre.
  • Pour la production du granulé de bois, le pétrole est indispensable pour le fonctionnement des tronçonneuses et autres engins de chantier.
  • L'essence et l'huile employées pour ces outils étant particulièrement polluants.
  • Des engins de sciage à bras motorisés hydrauliques équipés d'une tronçonneuse puissante fonctionnant au fioul remplacent de plus en plus les bûcherons et donnent un rendement élevé.
  • Les véhicules de débardage et de transport fonctionnent aux moteurs à explosion diesel.
  • Les scieries fonctionnent souvent à l'aide de moteurs électriques dont l'origine est nucléaire à 74%.
  • Les chariots de manutention et les camions de distribution contribuent également à la chaîne production/fabrication/commercialisation/distribution.
  • Votre voiture se situera à la fin de la chaîne de consommation.
  • Se chauffer aux granulés ou pellets de bois à défaut d'être écologique reste toutefois une solution économique et évite l'importation et l'emploi du pétrole très polluant. À condition que le granulé de bois n'ait pas fait des centaines voire des milliers de kilomètres !

 

Le granulé provient normalement de la taille d'éclaircie de forêts durablement gérées, branchages, etc. Mais tous les fabricants français ne sont pas vertueux. 

Granulés de bois en vrac pour le chauffage Doc.Picbleu

2. Le granulé en vrac

  • Nous préférons le granulé en vrac qui évite l'usage du plastique trop présent dans notre vie qualifiée de moderne.
  • Les sacs en papier sont préférables pour le conditionnement afin d'éviter l'usage de sacs en plastique (et donc leur élimination). Les granulés de bois sont fragiles, il est important d'éviter tout contact avec l'humidité et tout choc, car les granulés de bois perdent une part de leur capacité calorifique : un sac en papier permet de vérifier immédiatement les conditions de stockage. Nous citons par exemple les Ets Servary à Saint Vincent de Tyrosse pour ce détail, car ils sont situés dans notre secteur, il existe toutefois d'autres fabricants en France qui proposent des sacs en papier.
  • Un site dont il n'est pas utile de donner le nom a répondu à cet article en indiquant que le plastique est moins polluant que le papier !
  • J'invite le rédacteur de cette information à aller visiter une papeterie et une raffinerie de pétrole, 2 lieux où il n'a certainement jamais mis les pieds pour se rendre compte de l'énormité de son propos, surtout lorsqu'il fait référence à une « étude » réalisée par un lobbying (terme anglais qui devrait être traduit par corruption).
  • Je l'invite également à rester 1/4 d'heure dans son garage avec le moteur de son véhicule à moteur à explosion allumé pour vérifier l'innocuité de la combustion du pétrole. (S'il en sort vivant).

 

Le granulé de bois, oui, mais local

Rappelons que l'importation de granulés de bois sur de très longues distances est une aberration, de même que l'industrialisation des forêts. Picbleu reçoit des propositions de sociétés des pays de l'Est ou du Brésil pour proposer du granulé de bois et figurer dans le tableau comparatif. Ces sociétés opportunistes n'ont certainement pas lu les articles Picbleu à ce sujet.

La biomasse qui est l'ensemble des matières organiques d'origine animale, végétale ou fongique peut, après méthanisation ou transformation chimique et combustion, devenir une source intéressante de chaleur, mais à la juste échelle.

Depuis que l'homme a été invité sur la planète Terre, il a détruit la moitié des arbres (il en reste 3400 milliards) et continue à foncer droit dans le mur en rasant 15 millions d'hectares de forêt par an (2). Il détruit son propre poumon de dioxygène qui permet aux 7 milliards de terriens de respirer. Des terriens qui utilisent de façon inconsidérée les transports terrestres, maritimes et aériens (12 000 avions en permanence qui brûlent notre air). Souvent pour du tourisme parfaitement inutile. Notre planète n'a plus les moyens de satisfaire des usages énergivores (4x4, avions, etc.). Rappelons que la planète s'est débarrassée de 9 millions d'espèces et que bientôt 11 millions de poumons vont devoir se partager l'air déjà fortement pollué. Replanter massivement des arbres serait une partie de la solution (4). 

La déforestation en Europe

L'Europe n'est malheureusement pas épargnée par l'abattage des arbres. Le courrier international reprend dans un article l'étude de la revue britannique NATURE une revue scientifique incontestée qui après plusieurs mois de vérifications offre à ses lecteurs des comptes rendus d'innovations majeures dans de nombreux domaines : sciences humaines, astronomie, chimie, pharmacie, cancérologie, biotechnologie, immunologie, biologie, physique, etc.(5)

3. Les ressources nationales

Le postulat de départ qui indiquait que la ressource bois est renouvelable et abondante, car 30 % du territoire métropolitain est couvert de forêt* peut être remis en cause dans certains cas (3).

Un dispositif savant fonctionnant avec les aides publiques conduit à l'industrialisation des forêts et à la mise en place de centrales énergivores de production d'électricité. L'accaparement et le développement de la filière bois énergie par de grandes puissances (agrocarburants, concentration industrielle, méga-unités de production électrique, utilisation des terres destinées aux boisements ou à l'agriculture, importation de granulés de bois provenant des USA et Canada) peuvent indiquer la fin du bois écologique. Exemple à Cadarache.

En effet, le bois nécessite une gestion raisonnée. Une forêt ne s'exploite pas comme un puits de pétrole ou une mine de charbon, car une pression accrue sur la ressource forestière peut remettre en cause sa pérennité.

Le bois énergie est acceptable, mais à une échelle adaptée : locale, mesurée et citoyenne, même si la fumée de combustion émet des particules. La biomasse doit être utilisée uniquement pour faire de la chaleur et non pas pour produire de l'électricité.

*Inventaire Institut géographique National

4. Les émissions de polluants

Les polluants issus de l'utilisation de chaque énergie, réunis dans un tableau comparatif des émissions de polluants de chaque énergie, montrent que, mis à part les vraies énergies renouvelables (dont les plus faciles à mettre en oeuvre sont le solaire et dans une moindre mesure l'éolien), toutes les énergies y compris l'électricité (hors énergie verte issue de l'hydraulique, du solaire et de l'éolien) émettent des polluants et des gaz à effet de serre.

Vous avez une question
Vous avez une question
Nous avons la réponse
Je m'informe
Sans Engagement

Bibliographie

(1) Chiffres de la FAO sur les forêts mondiales :  http://www.fao.org/newsroom/fr/news/2005/1000127/index.html
(2) https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/la-deforestation-des-forets-tropicales-se-poursuit-a-un-rythme-eleve-1014398
https://www.notre-planete.info/actualites/3889-carte-deforestation-monde

(3) Cinotti B., Évolution des surfaces boisées en France : proposition de reconstitution depuis le début du XIXe siècle, Revue forestière française, Vol. XLVIII (6), 1996, p. 547-562.
https://www.lafranceagricole.fr/actualites/foncier-en-50-ans-l-espace-agricole-francais-a-diminue-de-20-safer-1,0,17191683.html
(4) https://ecotree.green/blog/planter-1200-milliards-d-arbres-sur-la-planete
(5) https://www.courrierinternational.com/article/deforestation-labattage-des-arbres-bondi-en-europe-depuis-2015

Donnez-nous votre avis
Cet article a été commenté 2 fois.
Le chauffage au bois
Le chauffage au bois est plus adapté à l’économie rurale qu’urbaine. En ville la concentration des particules fines est un problème grave. Comme le déclarait le célèbre créateur du réseau social qui disait qu'il fallait tuer un animal pour le manger, il faudrait couper, scier et fendre un arbre pour prendre conscience de la façon dont on obtient les ressources nécessaires pour se chauffer.
La combustion du bois génère des cendres
Que deviennent les cendres de combustion qui devraient constituer un point de l’analyse de cycle de vie ???. Lorsque l'on est à la campagne avec du terrain aucun problème pour s'en débarrasser. De nombreux éléments chimiques sont oxydés lors de la combustion du bois qui émet des hydrocarbures aromatique polycycliques dans ses fumées. Ces résidus ne sont pas assimilables par les micro-organismes du sol. L’analyse du caractère écologique du granulé de bois ou pas doit intégrer ces données