Règle norme réglementation des conduits fumée de cheminée

Dernière modification :

Une cheminée, quel que soit le combustible utilisé (charbon, bois, fioul, gaz, etc.), doit dépasser le faîtage de 40 centimètres*

Normes de tubage d'une chaudière gaz ou poêle bois, conduit de fumée, installation. Les orifices extérieurs des conduits à tirages naturels, individuels ou collectifs doivent être situés à 0,40 mètre au moins au-dessus de toute partie de construction distante de moins de 8 mètres sauf si, du fait de la faible dimension de cette partie de construction, il n'y a pas de risque que l'orifice extérieur du conduit se trouve dans une zone de surpression.

cheminee-conduit-d-evacuation-de-gaz-brules-encyclopedie-habitat-picbleu.jpg

Sommaire

  1. Pente ≥ à 15°
  2. Pente ≤ à 15°
  3. L'acrotère 
  4. VMC et chaudière 
  5. Chaudière à tirage
  6. Normes en vigueur
  7. Document officiel PDF

L'Article 18 : une exception à la règle

* Par exception à cette règle, dans le cas d'une toiture à pente supérieure à 15 °, s'il n'existe aucune partie de construction dépassant le faîtage et distante de moins de 8 mètres et si l'orifice du conduit est surmonté d'un dispositif antirefouleur, cet orifice peut être placé au niveau du faîtage.
En outre, dans le cas de toiture-terrasse ou de toit à pente inférieure à 15 °, ces orifices doivent être situés à 1,20 mètre au moins au-dessus du point de sortie et à 1,30 mètre en présence d'acrotère dépassant 0.20 mètre.

1. Pente ≥ à 15°

Cas d'une toiture de pente supérieure ou égale à 15°

 

2. Pente ≤ à 15°

Cas d'une toiture de pente inférieure ou égale à 15°

3. L'acrotère

Qu'est-ce qu'une acrotère ?

Acrotère : nom féminin. L'acrotère possède 3 sens distincts :

  1. Dans l'antiquité : chacun des socles situés au-dessus de la corniche d'un fronton, au faîte et aux extrémités des rampants, ces socles servaient de support à des ornements en amortissement tel que statues ou vases, dits en acrotère.
  2. En architecture classique : dans une balustrade par exemple, chacun des murets en maçonnerie pleine disposés de place en place. Synonyme : dé, dosseret.
  3. En architecture moderne : élément d'une façade situé au-dessus du niveau de la toiture ou de la terrasse, à la périphérie du bâtiment, et constituant des rebords ou garde-corps, pleins ou à claire-voie. Petit mur en maçonnerie situé tout autour des toitures-terrasses d'immeuble (généralement 1,20 m de hauteur comme garde-fou). Synonyme : Attique.

4. VMC et chaudière

Une VMC et une chaudière sont-elles compatibles ?

Dans une habitation, peut-on installer une chaudière à gaz raccordée à un conduit à tirage naturel dans un local équipé d'une bouche d’extraction VMC ?


Non. L’arrêté du 24 mars 1982 indique que lorsque l’évacuation de l’air d’un logement s’effectue par un dispositif mécanique (VMC), les conduits de fumée fonctionnant par tirage naturel et se trouvant dans le même logement peuvent être utilisés à condition que la dépression créée par la ventilation mécanique ne puisse entraîner d’inversion de tirage.

Toutefois, le DTU 68.1 « Installation de Ventilation Mécanique Contrôlée » indique les configurations admises en cas de coexistence d’une installation de VMC et d’un conduit d’évacuation des produits de combustion :

  1. L’utilisation d’un conduit de fumée collectif type « Alsace » ou type « Shunt » est interdite dans un logement muni d’une ventilation mécanique contrôlée.
  2. L’utilisation d’un conduit de fumée individuel n’est possible dans un logement doté d’une ventilation mécanique contrôlée, que si l’appareil raccordé est situé dans un local séparé par une porte non perméable des locaux ventilés par VMC. Ce local doit posséder sa propre entrée d’air conformément aux dispositions de l’arrêté du 2 août 1977.

Remarque : L’une des solutions consiste donc à installer la chaudière dans un placard étanche muni d’une amenée d’air indépendante.
Extrait du DTU 68.1 Troisième Édition – Décembre 2005 2/ 2

5. Chaudière à tirage

Les chaudières à évacuation naturelle

Une chaudière à gaz à évacuation naturelle (photo ci-dessus) ne peut pas être installée dans la même pièce dans laquelle une hotte d'aspiration pour la cuisine est placée. Lorsque la hotte fonctionne, une grande quantité d'air est aspirée et évacuée à l'extérieur. Le risque est que les gaz brûlés de la chaudière soient refoulés dans la pièce. Photo Picbleu

Extrait du DTU 68.1

La combustion du gaz demande une grande quantité d'air, il faut donc veiller soigneusement à la ventilation des locaux.

 

6. Normes en vigueur

Règles de conception dans un immeuble équipé d'appareils à gaz et de ventilation mécanique contrôlée  (cas des conduits individuels avec des appareils à gaz autres que ceux mentionnés au n°2) :

NOTE : Le paragraphe 9,412 du cahier des charges de la norme NF P 45-204 (Référence DTU 61.1) s'applique :

  1.  Lorsqu'un immeuble est équipé d'une installation de ventilation mécanique non prévue pour l'extraction mécanique des produits de la combustion des générateurs à gaz, le raccordement de ceux-ci sur l'installation est interdit.
  2. Lorsqu'un immeuble est équipé d'une VMC - Gaz (qui assure simultanément l'extraction mécanique des produits de la combustion des générateurs à gaz, et la ventilation mécanique des logements), les appareils à gaz raccordés placés à l'intérieur des logements sont normalement raccordés à cette installation.
  3. Pour les autres cas, on doit s'assurer que la dépression créée dans le logement par l'évacuation mécanique de l'air ne puisse entraîner le refoulement des produits de combustion.

Les configurations admises sont les suivantes (Extrait du DTU 68.1) :

  • Les appareils étanches à gaz peuvent coexister avec une installation de ventilation mécanique contrôlée (VMC).
  • Les appareils non étanches à gaz raccordés à un conduit de fumée à tirage naturel peuvent coexister avec une installation de ventilation mécanique contrôlée (VMC) si l'appareil est situé dans un local séparé par une porte non perméable des locaux ventilés par VMC et muni d'une entrée d'air.

7. Document officiel

Pour télécharger les textes officiels concernant l'arrêté du 22 octobre 1969 :

Arrêté du 22 octobre 1969 cheminées conduits d'évacuation 

Responsabilité service Picbleu

La responsabilité du service est limitée au cadre strict du présent rapport et ne saurait être engagée pour tout préjudice, corporel ou matériel causé par suite d’omission, de négligence, d’erreur, de manquement à une loi ou un règlement ou à l’inobservation des prescriptions éditées par le constructeur. De la même façon, le service ne saurait être tenu pour responsable de tout défaut ou dysfonctionnement inhérent aux matériels et/ou systèmes implantés ainsi qu’à leurs performances économiques et/ou énergétiques.

Commentaires
Cet article a été commenté 2 fois.
Faut-il tuber une cheminée d'évacuation de gaz de chaudière
En 2012, j'ai installé ' une chaudière ELM LE BLANC Acleis NGLM24-5H dans mon appartement. Elle est connectée à mon conduit de fumée privatif et étanche (en maçon). Le Syndic vient de me dire que l'installation était mal faite et que même en 2012, selon les normes et la loi pour l'évacuation des gaz brûles, la chaudière devait être installée avec un tubage dans la cheminée. Est-ce c'est correct que l'installation de ma chaudière nécessite un tubage et ne peut donc pas être reliée à une cheminée privative traditionnelle. Merci d'avance
NF DTU 24.1 P1 Raccordement d’un appareil de combustion
Extrait de la NF DTU 24.1 P1 La NF DTU 24.1 P1 indique qu’avant tout raccordement d’un appareil de combustion sur un conduit de fumée, il doit être procédé à la vérification de la compatibilité du conduit avec son utilisation. Notamment en termes - d’étanchéité, - de dimensionnement (diamètre du conduit compatible avec les caractéristiques de l’appareil de combustion) - de distance par rapport aux matériaux combustibles. Dans le cas d’un conduit non compatible, il est nécessaire de procéder à l’une des dispositions suivantes : - tubage du conduit - chemisage du conduit - à la mise en oeuvre d’un conduit neuf adapté. Le tubage n’est pas obligatoire si le conduit existant est étanche, bien dimensionné pour recevoir l’appareil de combustion, et que la distance par rapport aux matériaux combustibles est règlementaire. 5.3.3 Compatibilité de l’appareil avec l’ouvrage Avant tout raccordement d’un appareil de combustion sur un conduit de fumée, il doit être procédé à la vérification de la compatibilité du conduit avec son utilisation. Dans le cas d’un conduit non compatible, il est nécessaire de procéder à l’une des dispositions suivantes : - au tubage du conduit dans les conditions définies à l’article 15 ; - au chemisage du conduit dans les conditions définies à l’article 14 ; - à la mise en oeuvre d’un conduit neuf adapté. Dans le cas d’un conduit de fumée existant, un diagnostic doit être effectué dans les conditions définies dans l’annexe C.
Commenter cette page