Ventilation mécanique contrôlée VMC VMI VMR puits canadien

Dernière modification :
  • • L'indispensable ventilation.

    • La ventilation des locaux.

    • L'historique de la ventilation.

    • La ventilation naturelle.

    • La crise pétrolière de 1970.

    • La ventilation mécanique contrôlée (VMC et VMC gaz).

    • La VMC à simple flux.

    • La VMR.

    • La VMC hygroréglable Type A et Type B.

    • La VMC double flux.

    • Le puits canadien,ardéchois ou provençal.

    • La VMC par insufflation.

    • La variation du débit d'air en fonction de la qualité de l'air.

    • Les bouches d'air et entrées d'air insonorisées.

    • Le site sur la qualité de l'air.

    • Les guides sur la ventilation.

    • Les aérations obligatoires pour le gaz.

    • Les conseils pratiques de Picbleu.

    • L'aide de Picbleu.

    Chaque occupant d'un logement (humain ou animal) produit de la vapeur d'eau par sa respiration et par évapotranspiration (environ 1 à 1.5 litre d'eau par jour). Au cours de la combustion du gaz de cuisson, des bains, de douches, lors du séchage du linge, etc. de la vapeur d'eau se répand également dans le logement. L’eau contenue dans l'air se condense sur les surfaces froides (vitres et murs), ce phénomène est amplifié par des parois mal isolées.

    Cette humidité favorise le développement de germes et de moisissures pouvant générer des pathologies et avoir un impact négatif sur la santé. voir articles sur les Polluants de l'air risques et menaces dans les logements

    Afin de conserver un taux d'humidité idéal dans l'atmosphère intérieure (entre 40 et 60 %), il est impératif de renouveler l'air ambiant par une ventilation efficace et contrôlée. La ventilation mécanique contrôlée assure également l'élimination des polluants intérieurs.

    Grille statique de ventilation

    La ventilation L'indispensable aération.

    Une maison ne peut être saine que si elle est bien aérée. Si la ventilation naturelle reste la plus satisfaisante du point de vue écologique, une ventilation mécanique contrôlée (VMC) bien conçue, bien réalisée et bien entretenue est la meilleure solution, notamment dans les maisons dont les murs ne respirent pas, ce qui est le cas des maisons modernes. Sa conception et son installation doivent être particulièrement soignées, car la VMC risque elle-même de contribuer à la pollution de l'air intérieur au lieu de la réduire.

    La ventilation La ventilation des locaux :

    • Assure un apport d'air neuf favorable au confort, au bien-être et à la santé des occupants (température et hygrométrie appropriées)

    • L'apport d'air neuf : La ventilation des locaux doit se faire par un apport continu « d'air neuf » qui, par définition, doit être le plus pur possible

    • Contribue à l'hygiène de vie des occupants en évacuant (ou en diluant) les odeurs 
    • Evacue les contaminants biologiques que les occupants génèrent (bactéries, virus, CO2 et vapeur d'eau)
    • Evacue les polluants chimiques et les particules émises par les matériaux et les produits de combustion.
    • Évite les désordres dus aux condensations et à une humidité intérieure trop élevée.
    Bouche d'extraction à détection de présence

    Photo ci-dessus : dans les habitations non équipées de systèmes de VMC, des bouches d'aspiration à détecteur de présence assurent l'aération d'un local, WC, salle de bain, etc.

     La ventilation  Historique

    1937 : les premières normes d'aération font leur apparition et la notion de ventilation permanente par pièce voit le jour, le règlement sanitaire de la ville de Paris fixe des conditions minimales de ventilation et leur application.
    22 octobre 1955 : un décret généralise la notion de ventilation permanente par pièce.
    14 novembre 1958 : un arrêté du fixe les dispositions de l'aération.
    14 juin 1969, décret de la construction.
    22 octobre 1969 : un arrêté est pris en application du décret du 14 juin 1969. La ventilation devient obligatoire  et permanente avec circulation de l'air des pièces principales vers les pièces de services. La ventilation naturelle reste toujours possible, mais la V.M.C. devient réglementaire.
    30 mai 1989 : arrêté relatif modifié relatif à la sécurité collective des installations nouvelles de ventilation mécanique contrôlée auxquelles sont raccordés des appareils utilisant le gaz combustible ou les hydrocarbures liquéfiés
    Décision du 15 avril 1991 relative à la sécurité collective des installations nouvelles de ventilation mécanique contrôlée gaz (VMC gaz)
    29 novembre 2000 : Les exigences de la règlementation thermique (RT 2000) s'appliquent à tous les projets dont le dépôt de permis de construire est postérieur au 1er juin 2001.
    1er septembre 2006 : La RT 2005 en 5 points est applicable à toutes les constructions neuves dont le permis de construire a été déposé à partir du 1er septembre 2006 (Journal officiel du 25 mai 2006, décret nº 2006-592 du 24 mai 2006 et arrêté du 24 mai 2006).
    25 avril 2006 : signature du protocole instituant le programme de recherche dénommé PREBAT. Il prévoit de mobiliser des financements à hauteur de 62 millions d'euros sur 3 ans. Les recherches viseront à développer des solutions techniques permettant la réalisation de bâtiments neufs consommant moins de 50 kWh/m², la rénovation banalisée de bâtiments avec une performance énergétique aussi proche que possible de celle des bâtiments neufs, la réalisation de bâtiments à énergie positive.
    2011 : mise en application des nouvelles exigences thermiques dans le bâtiment
    (RT 2012). Pour les bâtiments à usage d'habitation situés en dehors des périmètres de rénovation urbaine.

    1er janvier 2013 : obligation de construire les bâtiments suivant les normes RT 2012 (voir article ci-dessous)

    Construction neuve RT 2012 basse consommation

     Lanterne de toiture

    Cette poterie appelée lanterne ou tuile à douille que l'on retrouve sur chaque toit est la sortie de l'air pollué du logement (la partie terminale de la VMC).

    La ventilation La ventilation naturelle

    Dans le passé, l'aération était assurée naturellement par les fenêtres et les portes que l'on ouvrait.
    Le manque d'étanchéité des huisseries, l'absence d'isolation et les différentes infiltrations d'air extérieur qui se faisaient par les jonctions imparfaites des structures du bâtiment complétaient ce renouvellement d'air.

    La ventilation naturelle consiste à créer des courants d’air dans le logement par le biais de grilles statiques d’entrée d’air en partie basse des murs des pièces principales et des bouches de sortie en partie haute des pièces humides.

    L'inconvénient de ce système passif est le débit non contrôlé dépendant essentiellement du vent, des conditions climatiques et de la saison. Il peut conduire à certains moments à une sur ou sous ventilation néfaste, conduisant ainsi à d’inutiles besoins de chauffage. La ventilation naturelle présente cependant quelques inconvénients : courants d'air incontrôlés, hygrométrie et température variables, déperdition de chaleur. Suivant les saisons et les conditions météorologiques, la ventilation peut être excessive ou insuffisante, et la distribution de l'air neuf ne se fait pas nécessairement aux bons endroits.

    La ventilation La crise pétrolière de 1970
    Depuis la première crise pétrolière des années 1970, le renchérissement des prix de l'énergie a amené les propriétaires à isoler leurs habitations. Des problèmes jusqu'alors inconnus sont apparus, dus en grande partie à une trop grande isolation des maisons et à leur mauvaise aération.

    La qualité de l’air intérieur est liée à l’humidité. Les activités d'une famille moyenne produisent environ 12 litres d’eau par jour (combustion du gaz, cuisson, bains, douches, séchage du linge, etc. Cette eau se diffuse dans le logement sous forme de vapeur. Un couple par exemple, libère en une nuit par transpiration et respiration environ 2 litres d'eau,  une grande quantité de vapeur d’eau est générée et si la ventilation de la chambre est insuffisante, l'apparition de condensats, de moisissures et de mauvaises odeurs est inévitable.


    Cette eau contenue dans l’air se condense sur toutes les surfaces froides, comme les vitres et les murs, surtout s’ils sont mal isolés (ce phénomène peut se remarquer sur la paroi des miroirs de la salle de bain après une douche)
    Cette humidité relative favorise notamment le développement des moisissures, facteurs de pathologies diverses qui peuvent avoir un impact très négatif sur la santé. Pour conserver un taux d’humidité idéal dans l’atmosphère intérieure (entre 40 et 60 %), il convient de renouveler l’air par une ventilation suffisante. 

    Polluants de l'air risques et menaces dans les logements

    La ventilation mécanique (VMC) contrôlée n'enlève pas les polluants

     La fumée de tabac environnementale est-elle un polluant de l'air ?

    La ventilation La ventilation mécanique contrôlée (VMC)

    La VMC est un ensemble de dispositifs destinés à assurer le renouvellement de l’air à l’intérieur des pièces d’une maison, notamment pour les pièces dites humides : salles de bains, toilettes, cuisines.

    La ventilation participe aussi à l’élimination des polluants intérieurs. La ventilation mécanique désigne tous les dispositifs motorisés d’évacuation ou d’insufflation d’air frais, elle a pour vocation d’évacuer l’air vicié des logements en le renouvelant par de l’air frais. Le débit minimum (en m3/h) est imposé par les arrêtés du 24/03/1982 et 28/10/1983 comme indiqué dans le tableau suivant :

     

    Fig 1- Le tableau ci-dessus indique le débit d'air à extraire du logement, le nombre de m3/h est fonction du nombre de pièces.

    Pour des raisons d'économie d'énergie et de confort, la ventilation naturelle a été remplacée par des systèmes de ventilation mécanique contrôlée (ou VMC). Ces systèmes présentent l'avantage d'assurer une aération permanente et contrôlée en partie indépendante des conditions atmosphériques.

    Le principe consiste à mettre les locaux en dépression pour alimenter en « air neuf » les pièces dites à pollution non spécifique : séjour, chambres et bureau, et à évacuer l'air vicié des pièces dites à pollution spécifique : cuisine, salle de bains et toilettes. En principe, une bouche d'aspiration est placée dans le plafond de la cuisine, de la salle de bain et des toilettes, elles sont toutes reliées par un réseau de gaines à un groupe d’extraction motorisé, l'air pénètre dans la maison par des entrées d'air autorégulées (c'est-à-dire qu'elles ne laissent passer qu'une quantité d'air calculée).

    Ces ouvertures sont visibles sur les huisseries ou dans les coffres des volets roulants, elles ne doivent pas être obturées et doivent être régulièrement nettoyées.

    Tuile à douille et lanterne de toit. Doc Acqualys

    Dessin ci-dessus : les deux éléments (la tuile à douille et la lanterne) sont placés sur la toiture, la gaine du groupe d'extraction VMC simple flux y est raccordée.

    Banner gauche Portail habitat Picbleu  La VMC gaz (Ventilation Mécanique Controlée Gaz)

    Une Ventilation Mécanique Controlée gaz (VMC-gaz) permet d'extraire en même temps l'air vicié et les produits de combustion d'une chaudière gaz. La VMC-gaz est généralement installée dans des logements collectifs.

    L'installation d'une VMC-gaz nécessite des bouches d'extraction des gaz brulés assurant le surcroît de débit à extraire lorsque la chaudière fonctionne ainsi qu'un dispositif de sécurité appelé DSC (dispositif de sécurité collective) comprend les éléments suivants :

    Triangle Portail habitat Picbleu  Un détecteur de défaut d'extraction

    Triangle Portail habitat Picbleu  Un système de transmission d'ordre

    Triangle Portail habitat Picbleu  Un dispositif assurant la mise à l'arrêt de chaque chaudière

    Triangle Portail habitat Picbleu  Un dispositif de signalisation de cet arrêt

    (la chaudière est branchée sur une alimentation électrique reliée au coffret électrique par le biais d'un relais interrupteur thermique pour les chaudières classiques ou pressostatiques pour les chaudières à condensation).

    La ventilation  Réglementation sur la VMC gaz (Ventilation Controlée gaz) 

    Les chaudières à gaz raccordées à une VMC gaz doivent s'arrêter de fonctionner en cas d'arrêt de l'extracteur. Elles doivent répondre à deux exigences de sécurité :

    Triangle Portail habitat Picbleu Une sécurité individuelle prévue par le constructeur et faisant partie intégrante de l'appareil (ex chaudière).

    Elle garantit le risque individuel de refoulement des produits de combustion dans le local où est installé l'appareil.

    Le dispositif le plus utilisé pour les générateurs classiques (chaudières et chauffe-bains) s'appelle le klixon (détecteur thermique) mettant le générateur en sécurité lorsqu'il y a refoulement des produits de combustion dans le logement. Ce dispositif est placé dans le coupe-tirage, généralement en partie haute.

    Triangle Portail habitat Picbleu Une sécurité collective liée au risque engendré par un tirage naturel

    Ce dispositif vient en complément de la sécurité individuelle. Lorsque l'extracteur (un moteur électrique placé dans la colonne montante de l'immeuble) est arrêté suite à un incident.

    EN LOGEMENT COLLECTIF : ce dispositif de sécurité est à prévoir afin d'éviter un refoulement aux étages supérieurs, car il existe un risque de remise en fonctionnement des chaudières gaz proportionnel à la hauteur de l'immeuble. Plus celle-ci est importante, et plus la différence de température entre l'intérieur et l'extérieur du logement est grande (tirage thermique important). La mise en place du DSC (dispositif de sécurité collective) est obligatoire pour toutes les installations de VMC gaz postérieures au 31 juillet 1989 (arrêté du 30 mai 1989). Les installations antérieures à cette date doivent être soumises à un test vérifiant l'arrêt des chaudières en cas d'arrêt de l'extracteur. Si le test est négatif, il est obligatoire d'équiper la VMC gaz du DSC. Depuis le 1° janvier 2011, il est demandé à ce que tous les bâtiments équipés de chaudières VMC soient installés des DSC. Il est également obligatoire pour les syndics qui gèrent la copropriété de faire installer ce système DSC. Selon les textes réglementaires, il est impossible de changer la chaudière d'un logement dont l'immeuble n'est pas équipé de ce dispositif.

    La ventilationIl existe différents systèmes de VMC :

    La ventilation La VMC à simple flux

    La Ventilation à simple flux est le système le plus simple, le plus coûteux en termes de pertes de calories et le plus couramment installé dans les maisons individuelles en raison de son prix extrêmement modique (environ 60 €), ce système de ventilation mécanique permet de renouveler l'air par simple aspiration de l'air vicié, mettant les pièces de la maison en légère dépression. L’air extérieur « neuf » est ainsi aspiré tout d’abord vers les pièces sèches puis vers les pièces humides puis vers les bouches d’extraction.


    Le débit de l’extraction de l’air ainsi que le débit de l’air neuf distribué sont assurés de façon automatique, quelles que soient les conditions atmosphériques et climatiques extérieures et quel que soit le nombre d’occupants de la pièce. L'air vicié est évacué par des bouches d'extraction situées dans les pièces de service (cuisine, salle de bain, WC…) et adaptées aux besoins de ces pièces (voir tableau ci-dessus Fig 1).

    Le débit est constant et autorégulé et il est possible de passer en grande vitesse par un interrupteur à 2 positions pour une aspiration plus importante après une forte production de vapeur d’eau (douche ou bain par exemple) ou pour évacuer des mauvaises odeurs (cuisson ou de fumée de tabac), le modèle à minuterie est le plus intéressant, car il bascule automatiquement en petite vitesse au bout de 30 minutes, une temporisation utile pour les gens distraits.

    Schéma de principe d'une VMC simple flux
    La ventilation  Une VMC à simple flux comprend :

    • Des entrées d'air neuf calibrées situées en partie haute des murs ou des huisseries (fenêtres ou portes-fenêtres) dans les pièces principales : chambres et séjour.
    • Pour que le passage de l’air puisse se faire  portes fermées, les normes imposent de raboter le dessous des portes intérieures pour laisser un passage d'air de 2cm (on parle de « détalonnage »).
    • Des bouches d'extraction de l'air vicié situées en partie haute des plafonds ou des murs des pièces de service : cuisine, salle de bains et toilettes.
    • Un réseau de gaines généralement souples, reliant les bouches d'extraction, calibrées pour un débit précis, à un groupe d'extraction motorisé généralement situé dans les combles ou le grenier et éventuellement à l'extérieur en cas de toit plat ou de toiture-terrasse.
    • L'air vicié aspiré par le groupe est rejeté à l'extérieur par une bouche de sortie reliée à ce groupe par une gaine principale d'un diamètre de 150 mm au minimum. Cette sortie de l'air vicié doit se faire impérativement à l'extérieur de la construction, en toiture généralement.

    La ventilation  Qu'est-ce que le détalonnage ?

    Lorsque la ventilation du logement est générale, c'est-à-dire lorsque l’air extérieur est introduit par le séjour et les chambres (pièces sèches), puis est évacué par la cuisine, salle de bains et WC (pièces humides), le détalonnage des portes est obligatoire que soit d'une façon naturelle (grilles aération) ou mécanique (ventilation Mécanique contrôlée). 

    Detalonnage-porte pour une VMC Documentation Picbleu

    Lorsque la ventilation dans le logement se fait « par pièces séparées » par un appareil individuel ou par grilles d'amenée d'air, le détalonnage n'est pas nécessaire. Pour une VMC, les portes intérieures sont détalonnées, c’est-à-dire que l'on pratique un « jour » sous les portes d'une hauteur variable afin de favoriser la libre circulation de l’air. (De 1 à 2 centimètres sous la porte).

    Le groupe d'extraction

    Groupe extracteur de VMC simple flux
    Le réseau de gaines reliant les bouches d'extraction, calibrées pour un débit précis, est relié à un groupe d'extraction (photo ci-dessus) qui est situé généralement dans les combles. Il faut veiller à ce que le bruit de cet appareil qui fonctionne en permanence ne constitue pas une gêne sonore pour les occupants d'une chambre par exemple.
     
    Pour le système à simple flux, point à vérifier :
     
    Entrées
    d'air neuf
    Elles ne doivent pas être situées dans des zones polluées. (sortie sur une rue fréquentée, circulation automobile, proximité d'une ventouse de gaz brulés d'une chaudière, vapeurs issues d'un pressing, etc.)
    Entrées d'air
    autorégulées
    Elles sont obligatoirement installées dans la partie haute des fenêtres ou des murs des pièces principales : séjour, chambres, bureau, etc.,
     
    Elles sont en nombre suffisant pour assurer les débits requis.
    Conduit
    reliant la
    bouche d'extraction 
    de la cuisine
    au groupe extracteur
    N.B. Son diamètre doit être suffisant (diamètre 150 mm).
    Conduit
    d'évacuation de l'air vicié reliant la sortie du groupe extracteur
    à la sortie extérieure
     
      N.B. Son diamètre doit être suffisant (diamètre 150 mm)
    Grilles de ventilation
    Aucune autre entrée d'air ne doit exister, si une grille de ventilation classique se situe dans la maison, elle va contrarier le fonctionnement de la VMC. Exemple : une grille statique à été placée dans le mur d'une cuisine, tout l'air non régulé va pénétrer par cet endroit et empêcher que le balayage d'air frais arrivant des autres pièces s'effectue.
    Entrées d’air autorégulées
    Aucune entrée d'air autorégulée ne doit être installée dans les pièces de service : cuisine, salle de bains, toilettes.
    Lanterne
    (Il s'agit du chapeau céramique de sortie en toiture)
    Cet accessoire ne doit pas réduire le diamètre des gaines.
    Sortie d’air vicié
    L'air vicié est refoulé à l'extérieur et non dans le grenier ou dans les combles. Cet air se déposant dans les combles sur l'isolant par exemple va entrainer une humidité et une pollution importante.
    Grilles de ventilation
    basses de cheminées
    Ces grilles d’amenée d’air frais sont obligatoires pour assurer un fonctionnement correct en comburant de la cheminée, du poêle à bois ou de l’insert. Elles doivent être soigneusement placées sous le foyer de façon à ne pas empêcher le fonctionnement correct de la VMC qui met la maison en dépression.
     
     
     
     
    La ventilation Avantages et inconvénients de la VMC simple flux
                                           AVANTAGES DE LA VMC SIMPLE FLUX
    Prix modique : coût de l'ensemble : environ 400 à 600 euros main d'oeuvre incluse.
    Permets l’évacuation des odeurs et des fumées
    Assure un intérieur sain et protégé de l’humidité et de la condensation
    Gain de place : seules les entrées et les sorties d’air sont visibles
    Gamme d’équipements très variée
    Les appareils possèdent la marque NF ou l’obtention d’un Avis Technique favorable du CSTB qui vous garantit la qualité et les performances des composants de votre système de ventilation.
                                    INCONVENIENTS DE LA VMC SIMPLE FLUX
    Obligation de nettoyage des bouches d’aération et les filtres en début et en fin de saison de chauffage.
    Aération permanente ne tenant pas compte des variations d’humidité et de chaleur : le même flux traverse la maison, qu’elle soit très humide ou très sèche, que l’air extérieur soit à 0° ou à 35°, la VMC simple flux va refroidit la maison en hiver et la réchauffe en été.
    Bruit engendré par les flux d’air sur les bouches d’aspiration.
    Perte de chauffage de l'ordre de 8 à 10% (environ 2000kWh par an pour une maison de 5 pièces sous nos climats, soit l'équivalent de la consommation annuelle de 9 sèche-linges).
    Grilles de ventilation statiques

    Il faut bien s'assurer que dans une maison équipée d'une ventilation mécanique contrôlée, des grilles statiques n'ont pas déjà été placées sur des murs. Elles empêchent le fonctionnement correct de la VMC.

     
    La ventilation La VMR ou VMC répartie : une solution de rénovation méconnue
    Il n'est pas toujours facile de tirer de nouvelles gaines dans un bâtiment existant. La VMR ou VMC répartie apporte des solutions concrètes en rétablissant le principe de débits règlementaires tout en assurant une ventilation permanente par balayage. Les appareils de VMR sont autonomes et se basent sur des débits d'air définis par l'arrété du 24 mars 1982.  Ils fonctionnent horizontalement, de façon permanente pour extraire l'air dans les pièces de service (cuisine, salle de bains, salles d'eau, toilettes, wc, etc). Leur principe de ventilation est un simple flux dont l'air neuf entre dans le local par des ouvertures calibrées placées sur les ouvrants. L'air circule dans les habitations grâce au détalonnage des portes (2 cm de passage sous les portes intérieures). Une grille de transfert est également possible.
    La ventilation La VMC hygroréglable

    Une alternative développée en France dans les années 80 vise à limiter les besoins de chauffage en réduisant les débits d’air extrait. C’est la ventilation hygroréglable. Le principe de la ventilation hygroréglable est le suivant :
    Les débits d’air extraits dépendent de l’humidité relative des pièces où l’air est extrait. Ce sont les bouches d’extraction qui permettent de faire varier le débit. Celles-ci font varier le débit d’air extrait en fonction de l’humidité des pièces humides où elles se trouvent, cuisine, salle de bain, toilettes. Lorsque l'hygrométrie de l'air intérieur est faible, les membranes des modules d'entrée et de l'extraction sont fermées. Le débit de renouvellement d'air est donc réduit, il y a une réduction des déperditions par renouvellement d'air ce qui induit une diminution des besoins de chauffage.Le débit de l’air est régulé automatiquement en fonction du besoin. Plusieurs solutions sont possibles :
    Les caissons hygrovariables. Variante de la VMC simple flux classique avec une automatisation par capteur d’humidité du basculement entre petite vitesse et grande vitesse. Le débit minimum demeure cependant le débit nominal.
    Les bouches hygroréglables : c’est une VMC simple flux dont les bouches d’extraction modulent le débit de ventilation en fonction de l’hygrométrie. Le débit d’air varie en fonction des besoins réels, d’où des économies de chauffage. Elles peuvent être passives ou motorisées Photo Fig 2.

    VMC hygroréglable
    Fig 2 : Groupe de ventilation hygroréglable avec 3 bouches à placer en cuisine, salle de bain et WC.
     
    La ventilation La VMC hygroréglable Type A et Type B

    Il existe 2 type de ventilation hygroréglable : seul le type d'entrée varie :

    TYPE A : les ouvertures des entrées d'air en façade sont fixes.

    TYPE B : les ouvertures des entrées d'air en façade s'ouvrent en fonction de l'humidité intérieure.

    La consommation du ventilateur n'est pas à négliger. Dans une optique d'économie d'énergie les consommations électriques ne doivent pas dépasser 0.25 Wh/m3.

                                       AVANTAGES DE LA VMC HYGROREGLABLE
    Débit de renouvellement d’air variable par une partie active située dans les bouches d’aspiration. Tresse de nylon dont l’allongement est fonction de l’humidité relative de la pièce. Elle actionne un volet qui, en faisant varier la perte de charge du réseau, permet de contrôler le débit d’air extrait.
    Elle permet l’évacuation des odeurs et des fumées
    Économie de chauffage réalisée grâce à la réduction des débits d’air extrait.
    Assure un intérieur sain et protégé de l’humidité et de la condensation
    Gain de place : seules les entrées et les sorties d’air sont visibles
    Gamme d’équipements très variée
    Les appareils possèdent la marque NF ou l’obtention d’un Avis Technique favorable du CSTB qui vous garantit la qualité et les performances des composants de votre système de ventilation.
                                    INCONVENIENTS DE LA VMC HYGROREGLABLE
    Obligation de nettoyage des bouches d’aération et les filtres en début et en fin de saison de chauffage. Des particules graisseuses issues du logement peuvent être un facteur de propagation rapide d’incendie.
    Prix relativement élevé de ce système (environ 600 à 1000 €)
    Bruit engendré par les flux d’air sur les bouches d’aspiration.
    Le faible renouvellement d’air hygiénique permet de faire des économies d’énergie, mais la qualité de l’air diminue par rapport à une ventilation auto réglable.
    La ventilation La ventilation mécanique double flux

    Son principe est de réchauffer l’air neuf introduit dans le logement en récupérant la chaleur de l’air évacué. L’économie sur les pertes d’énergie est de 70%. Toutefois, le coût du système (1500 € à 3000 € contre 400 € pour une VMC simple flux), son installation qui nécessite une isolation des gaines et une évacuation des condensats (liaison du caisson au réseau d’eaux usées) et sa nécessité d’entretien font que la VMC double flux est un équipement peu diffusé dans les installations de maisons individuelles.

    La ventilation Le principe de la ventilation double-flux est le suivant :

    L’air neuf pénètre dans les locaux par l’intermédiaire d’un réseau d’air soufflé. Un échangeur de chaleur permet à l'air extrait de transmettre la chaleur à l'air neuf. Les pertes de chaleur sont ainsi limitées tout en conservant un débit de ventilation élevé et éventuellement modulable par l'utilisateur. Le confort est optimal grâce à un renouvellement d'air important et la température de soufflage qui est proche de l'air ambiant.
    En contrepartie, l'inconvénient majeur de la ventilation double flux est l'utilisation de deux ventilateurs au lieu d'un seul pour les autres systèmes de ventilation. Les consommations électriques des ventilateurs sont plus que doublées par rapport à une ventilation simple flux.
    Dans certains cas, notamment dans les climats doux, la ventilation double flux peut ne pas être intéressante au niveau énergétique vis-à-vis de l'hygroréglable car le gain du à la récupération de chaleur n'est pas assez important par rapport à la consommation du ventilateur supplémentaire. Lorsque le climat est très froid, la ventilation double flux s'impose incontestablement. Économiquement, la ventilation double flux est rentable par rapport à la ventilation de type simple flux autoréglable.En logement, face à l'hygroréglable, la ventilation double flux est plus difficilement rentable en raison du surcoût d’investissement, mais aussi à l'entretien nécessaire par la suite pour assurer un bon fonctionnement de l'installation : changement des filtres, nettoyage des réseaux d’air soufflé. La consommation des ventilateurs n’est pas à négliger. Dans une optique d’économie d’énergie, les consommations électriques ne doivent pas dépasser 0,5 Wh/m3.

    Schéma de principe de fonctionnement d'une VMC double flux

    Le système dit de double flux est doublé par un échangeur thermique permettant la récupération des calories contenues dans l'air expulsé du logement. L’air chaud et vicié extrait des pièces humides traverse un échangeur de chaleur avant d’être rejeté vers l’extérieur. L’air froid neuf provenant de l’extérieur traverse cet échangeur et par une plaque d'échange récupère environ 60 à 65 % de la chaleur de l’air aspiré avant d’être redistribué dans les pièces du logement. L’air vicié et l’air neuf sont contrôlés par 2 ventilateurs indépendants au lieu de 1 dans une VMC classique.

    Le système de double flux permet une économie de chauffage d’environ 15 % par rapport à une VMC simple flux classique, et environ 8 % par rapport à une VMC simple flux hygrorégulée.
    Dans le cas d’un logement existant, il est plus difficile d’installer le système V.M.C. Il est alors possible d’installer un système de ventilation mécanique répartie. Dans ce cas, un ventilateur de petite taille est installé dans la cuisine, la salle de bains et les toilettes.

     Groupe extracteur de VMC double flux

    Photo ci-dessus, le caisson du groupe d'une ventilation double flux permet par le passage de l'air extrait sur une plaque d'échangeur étanche de récupérer les calories pour les réinsuffler.

     
    Pour le système à double flux, point à vérifier :
     
    Entrées
    d'air neuf
    La prise d'air neuf, une seule, est située à l'extérieur et non dans le grenier ou dans les combles, sinon l'air insufflé dans le logement risque d'être pollué par les particules de laine de roche ou de laine de verre de l'isolation, par les poussières et par les émanations de la charpente traitée.
     
    Cette prise d'air neuf ne doit pas être située près d'une source de pollution, elle doit se situer dans un mur de pignon. Dans le cas où cette prise est placée en toiture ou dans son débord, l'air aspiré risque d'être pollué par les émanations provenant de la charpente, notamment en été par temps chaud.
    Bouches d'insufflation
    Elles doivent être suffisamment éloignées des bouches d'extraction
    Groupe de ventilation
    Une partie de l'air neuf aspiré ne doit pas provenir du local dans lequel ce groupe est installé.
    Blocs d'insonorisation
    Ces blocs situés sur les gaines de ventilation ne doivent pas contenir de laine de verre ou de laine de roche.
     
    Grilles de ventilation
    Aucune autre entrée d'air ne doit exister, si une grille de ventilation classique se situe dans la maison, elle va contrarier le fonctionnement de la VMC. Exemple : une grille statique à été placée dans le mur d'une cuisine, tout l'air non régulé va pénétrer par cet endroit et empêcher que le balayage d'air frais arrivant des autres pièces s'effectue.
     
     
     
     
    La ventilation Avantages et inconvénients de la VMC double flux
                                AVANTAGES DE LA VMC DOUBLE FLUX
    Récupération des calories
    La VMC double flux permet l’évacuation des odeurs et des fumées
    Assure un intérieur sain et protégé de l’humidité et de la condensation
    Gain de place : seules les entrées et les sorties d’air sont visibles
    Technique satisfaisante par rapport aux économies d'énergie.
    Les appareils possèdent la marque NF ou l’obtention d’un Avis Technique favorable du CSTB qui vous garantit la qualité et les performances des composants de votre système de ventilation.
                                  INCONVENIENTS DE LA VMC DOUBLE FLUX
    Dans certaines régions, la VMC double flux peut ne pas être intéressante d'un point de vue énergétique vis-à-vis de l'hygro réglable, car le gain dû grâce à la récupération de chaleur n'est pas assez important par rapport à la consommation de ventilateur supplémentaire.
    Obligation de nettoyage des bouches d’aération et les filtres en début et en fin de saison de chauffage (parfois tous les 3 mois si l'atmosphère est pollué par la circulation automobile). 
    Des particules graisseuses issues du logement se logeant dans les gaines techniques peuvent être un facteur de propagation rapide d’incendie.
    Prix élevé de ce système (environ 1500 € à 6000 € pour les modèles les plus sophistiqués). Plusieurs années sont nécessaires (environ 4 à 7 ans par rapport au prix actuel du pétrole) pour rentabiliser cet investissement, mais avec le renchérissement du prix des énergies, le bilan reste très positif.
    La VMC double flux ne convient pas aux climats doux (voir article plus haut)
    Bruit engendré par les flux d’air sur les bouches d’aspiration. Les deux ventilateurs sont une source de consommation supplémentaire
    Les appareils doivent être commandés, car leur diffusion est confidentielle.
     

     Pollution des tuiles par la sortie de la VMC

    Sur ce toit, l'air extrait de l'habitation chargé d'humidité et de polluants noircit le pourtour de la tuile à douille et de la lanterne en terre cuite. Une parfaite démonstration de l'intérêt de bien aérer.

    La ventilation Le puits canadien, ardéchois ou provençal.

     Ferme restaurée avec puits canadien

    Photo Picbleu ci-dessus. Une ferme rénovée équipée d'un astucieux système de ventilation :Puits Canadien ou Provençal : aération des bâtiments d'habitation

    Le puits canadien, ardéchois ou provençal consiste à enterrer des tuyaux dans le sol, à une profondeur de l’ordre de 1 à 2 mètres.
    L'air neuf circule dans le sol avant de pénétrer dans la maison, à la différence d'une ventilation mécanique classique (dans laquelle l’air aspiré par la VMC est prélevé directement de l’extérieur). En hiver, la température du sol à cette profondeur est plus élevée que la température extérieure : l’air froid est donc préchauffé gratuitement lors de son passage dans les tuyaux d’où une économie de chauffage. Inversement, en été, le sol est plus froid que la température extérieure : ce principe ancestral et astucieux va donc utiliser la fraîcheur relative du sol pour tempérer l’air entrant dans le logement.

    La ventilation La VMC par insufflation la VMI

    De nombreux pays ont adopté un système par insufflation et ont abandonné le système de ventilation par extraction. La raison pratique est due au climat obligeant les occupants des logements à maintenir portes et fenêtres constamment fermées pendant 9 à 10 mois de l’année.
    Le procédé consiste à insuffler de l'air préalablement filtré et préchauffé dans le logement. L'évacuation de l'air vicié s'effectuant naturellement par les ventilations hautes des pièces humides (cuisine, salle d'eau et WC) et par les bouches d'aération des menuiseries des pièces sèches (séjour, salon et chambres) en fonction de la pression et la quantité d'air insufflé dans le logement par le groupe motorisé. Ce renouvellement d'air s'effectue toutes les 90 minutes.

    Lorsqu'une VMC simple flux ne réduit pas suffisamment le taux d'humidité, la solution réside dans la Ventilation Mécanique par Insufflation une technologie permettant de résoudre les problèmes liés à l’humidité comme la condensation, les moisissures, les mauvaises odeurs, les pollutions intérieures tout en évitant les pollutions extérieures de pénétrer dans le logement grâce à un système de Ventilation Mécanique par Insufflation® (VMI®). Un dispositif insuffle de l’air extérieur préalablement filtré et préchauffé en un seul point du logement créant une légère surpression permettant de faire évacuer vers l’extérieur l’air vicié. Équipée de capteur et d'un programme logiciel incorporé, la VMI détermine le besoin de chauffage ou de rafraîchissement et choisit d'activer automatiquement les fonctions nécessaires pour répondre à la demande. En période froide, une fonction « Turbochauffe » permet à la VMI d'augmenter son débit de ventilation si la température de l'air neuf est suffisamment importante pour permettre le préchauffage. En période chaude, la fonction « Surventilation » permet à la VMI d'augmenter son débit de ventilation lorsque la température de l'air neuf prélevè à l'extérieur diminue suffisamment afin d'apporter un rafraîchissement.

    La ventilation Ventilairsec propose un kit VMI

    Le fabricant français Ventilairsec propose un kit composé d'un caisson en acier équipé d'un ventilateur centrifuge, de résistances à pierres céramiques, d'un filtre à poussières, d'une gestion microprocesseur et de différents accessoires d'insufflation et d'aspiration.A la différence de la VMC, la VMI insuffle de l’air filtré de toute pollution extérieure, poussières, pollens, particules fines, ce système permet d’obtenir une circulation de l’air complète dans le logement. La VMI permet ainsi d’obtenir une bonne qualité de l’air intérieur préservant la santé des occupants et celle du logement. Tous les problèmes d’humidité, de moisissures, d'acariens sont éliminés, par un balayage évacuant tous les polluants intérieurs que sont la fumée de cigarette, le CO², les composés organiques volatils (COV), le radon. 
     
                       AVANTAGES DE LA VMC PAR INSUFFLATION
    Son fonctionnement sans bouches d'aspiration est silencieux.
    La filtration de l'air insufflé est assurée par un jeu de filtres d'un prix modique.
    La réduction du coût du chauffage central (préchauffage de l'air insufflé à + 15°).
    Gain de place : seules les entrées et les sorties d’air sont visibles
    Régulation électronique, gérée par un programme informatique télécommandé.
    La suppression des mauvaises odeurs
    Pas de création de flux d'air froid.
    L'opposition aux allergènes
    L'habitation n'étant pas en dépression, il n’existe aucun risque d'aspirer du radon.
    L'insufflation ne crée pas de gêne pour le tirage des cheminées.
    Le contrôle de la production d'humidité dans l'habitation
    Les appareils possèdent la marque NF ou l’obtention d’un Avis Technique favorable du CSTB qui vous garantit la qualité et les performances des composants de votre système de ventilation.
                    INCONVENIENTS DE LA VMC PAR INSUFFLATION
    Les consommables (filtres) doivent être remplacés une fois par an.
    Peu de choix parmi les constructeurs en France.
    Diffusion restreinte en France.
    Coût plus élevé que des installations classiques (simple flux, hygro réglable...)
     
    La ventilation La variation du débit d’air en fonction de la qualité de l’air

    Que ce soit en ventilation simple flux ou en double flux le débit d’air échangé peut être asservi à divers capteurs qui permettent de le faire varier, et donc de limiter les consommations d’énergie. Les différentes solutions techniques sont les suivantes : Hygroréglable : réservé à la ventilation simple-flux.

    Capteur de présence : Un capteur optique permet de détecter que le local est occupé et d’enclencher la ventilation du local.

    Sonde de CO2 : Un capteur permet de mesurer la concentration en CO2 des locaux ; cette sonde peut contrôler directement un ventilateur ou des régulateurs de débit d’air. Ces sondes sont particulièrement adaptées aux locaux où la principale source de pollution provient des occupants.

    Sonde de qualité de l’air :

    Ce type de sonde détermine la concentration en COV (Quels sont les principaux polluants dans l'air de votre maison ?).

    Ces polluants proviennent par exemple d’odeurs d'origine humaine, d'origine animale, de la fumée de cigarette :

    La fumée de tabac environnementale est-elle un polluant de l'air ? d’émissions provenant des matériaux d'ameublement et de décoration, des produits d'entretien ménager. Cette sonde est adaptée aux locaux où les polluants sont variés et pas forcément d’origine humaine. Sa concurrente directe est la sonde CO2 plus fiable pour détecter le nombre de personnes présentes dans un local, par exemple.

    La ventilation Les bouches et entrées d'air insonorisées

    Lorsque les conditions d'installation ne permettent pas d'avoir un niveau de bruit satisfaisant dans une pièce (rue bruyante, circulation, etc.) il est possible de placer des entrés d'air insonorisées qui permettront d'abaisser significativement le niveau sonore.

    Grilles d'entrée d'air insonorisées 
    Le dispositif ci-dessus permet de filtrer le niveau sonore : gain 40 à 45 db suivant le type de montage choisi (silencieux de traversée de mur)
    Grilles de ventilation insonorisées
    Le dispositif ci-dessus permet de filtrer le niveau sonore : gain 30 db (silencieux de traversée de fenêtre hygroréglable).
     

    La ventilation Le site sur la qualité de l'air.

    Logo de l'observatoire de la qualité de l'air intérieur

    Missionné par les Pouvoirs publics, l'Observatoire de la qualité de l'air intérieur a pour but d'apporter des solutions adaptées à la prévention et à son contrôle : sensibilisation des professionnels, information du grand public, évolution de la réglementation, etc.il a également pour enjeu de mieux faire connaître la pollution intérieure, ses origines et ses dangers, grâce à des campagnes de mesures.

    La ventilation Les guides de l'ADEME :

    Guide pratique de l'ADEME sur la ventilation de l'habitat individuel. (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie. L'ADEME assure un rôle de conseil pour orienter les choix des acteurs socio-économiques. Ses domaines d'intervention sont l'énergie, l'air, le bruit les déchets, les sols, le management environnemental (sites et produits).

    La ventilation Les guides de l'ANAH :

    L'Anah* publie le guide des aides pour les propriétaires occupants d'une maison individuelle et de nombreux documents très intéressants. 

    Fiche technique N° 36 de l'ANAH sur l'aération des locaux.

    * L’Agence nationale de l’habitat est un établissement public de l’Etat, financé par des ressources budgétaires et fiscales. Elle a pour mission de promouvoir le développement et l'amélioration de la qualité du parc de logements privés existants. article L 321-1 du code de la construction et de l’habitation.

    La ventilation Les aérations obligatoires pour le gaz :

    Il est interdit d’installer une VMC ou tous systèmes de ventilation par extraction dans des logements équipés de moyens de chauffage individuels à foyer ouvert : le risque est un mauvais tirage avec des risques d’asphyxie dans des locaux insuffisamment aérés. Le logement étant en dépression, l'évacuation des gaz de combustion ne s'opèrera pas de façon satisfaisante : les fumées seront refoulées par manque de tirage.

    Accéder à la page règles de ventilation pour le gaz
    •Voir page consacrée à la ventilation et à l'aération pour le gaz.
    Pourquoi ventiler une maison avec une ventilation mécanique contrôlée ?
     
    La ventilation Les conseils pratiques de Picbleu :
     
                                         Les conseils pratiques de Picbleu
    SOCOTEC
    APAVE
    VERITAS
    Dès l'installation de la VMC ou en cas de doute quant à son efficacité vous pouvez faire contrôler les débits d'air par l'un de ces organismes agréés. Un système de ventilation peut manquer d'efficacité si les flux d'air sont mal répartis ou mal contrôlés. En cas d'installation par une personne non compétente, des risques de pollution intérieure existent : diffusion de particules de laines minérales, aspiration de polluants atmosphériques etc.
    Bouches 
    Il ne faut jamais boucher les entrées d'air.
    Bouches
    de ventilation
     
    Installer des entrées d'air auto réglables si l'on ressent des courants d'air désagréables.
    Ventilation
    Lorsqu’une installation est correctement réalisée, les flux d’air ne doivent jamais constituer une gêne pour l’usager.
    Zones bruyantes
    Des entrées d'air insonorisées sont prévues pour lutter contre cet inconvénient.
    Grilles
    de ventilation
    Nettoyer régulièrement les entrées et les sorties d'air, ainsi que les filtres. (Il faudrait le faire au moins 2 fois par an !). Insuffisamment entretenue, une VMC devient très vite une source de pollution supplémentaire, notamment en dispersant les contaminants biologiques (bactéries, moisissures, lésionnelles) qui se développent dans les différents circuits.
    Gaines
    Il faut vérifier l'absence de poussières, de fibres, de saletés et de moisissures dans tous les conduits.
    Consommations
     La consommation des ventilateurs électriques n'est pas à négliger : les consommations électriques ne doivent pas dépasser 0.5 watts/heure par mètre cube.
     
     

    astuce.gif Bon à savoirastuce.jpeg

    Précision utile pour un choix judicieux : un fabricant français est tenu d’assurer la fourniture des différentes pièces détachées entrant dans le cadre du service après-vente, après arrêt d’un modèle, pendant une durée de 10 ans au minimum. Cela n’est pas le cas pour un matériel étranger. Ne jamais obturer les bouches de ventilation, en cas de désordres liés aux dégradations humides une assurance peut refuser toute indemnisation.

    La ventilation L'aide de Picbleu :
     

    Polluants de l'air risques et menaces dans les logements

    Aération bâtiments, VMC ventilation mécanique naturelle

    Puits Canadien ou Provençal : aération des bâtiments d'habitation

     
     
Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page
Veuillez vous créer un compte ou vous connecter pour participer à la discussion