Comparer gaz propane énergies fossiles et renouvelables

Dernière modification :

Le bois énergie (bois bûche, plaquettes forestières, granulés de bois, biomasse, etc.) est la première source d’énergie renouvelable utilisée en France. Sur un strict bilan de gaz à effet de serre, le bois parce qu'il fixe le carbone émet peu de CO2. La forêt française couvre environ 16,3 millions d'hectares, cette surface place la France au 3e rang européen pour sa surface ou au 4e rang européen pour son volume de bois estimé. Chaque année, les forêts Françaises offrent 85 millions de mètres cubes de bois, dont la moitié est exploitée. L'ONF (Office National des Forêts) assure la gestion de 11 millions d'hectares de forêts publiques appartenant à l'État ou aux collectivités publiques, soit 40 % du bois commercialisé en France.

Sommaire

  1. Un rapport sénatorial
  2. Les énergies émettrices de CO2
  3. Du gaz renouvelable
  4. Les prix des énergies
  5. Définition des énergies fossiles et énergies renouvelables
  6. Les raisons pour lesquelles les 5 types d'énergies renouvelables ne se développent pas

1. Un rapport sénatorial

D'après le travail des sénateurs Alain Houpert (Côte-d'Or) et Yannick Botrel (Côtes-d'Armor), co rapporteurs d'un rapport sévère sur la filière bois basé sur une enquête réalisée à la fin de 2013 par la Cour des comptes « La politique forestière française est sans stratégie, sans pilote, sans résultats ».

Ce rapport sénatorial dénonce l'absence de stratégie coordonnée entre les différents acteurs de la filière bois. Les pouvoirs publics soutiennent pourtant massivement la filière bois en attribuant annuellement un milliard d'euros. Malgré cette perfusion financière, la filière forêt-bois présente un déficit commercial six fois plus élevé.

La raison est liée à un déséquilibre entre l'exportation de bois brut et l'importation de produits transformés qui déplace toute la valeur ajoutée à l'étranger.

Energie schéma évolution Portail habitat Picbleu

2. Les énergies émettrices de CO2

Toutes les énergies émettent du CO2 à chaque phase de leur cycle de vie. Les énergies fossiles produisent l'essentiel de leur contenu en CO2 et autres gaz à effet de serre lors de leur utilisation et très peu lors des phases amont. Pour le bois, la taille des arbres, le transport en vrac puis le transport au détail entrainent une consommation énergie essentiellement fossile.

La combustion du bois émet 33 g CO2/kWh pour une chaudière à bûches ou plaquettes et 41 g à 42 g CO2/kWh pour un poêle à bûches ou à granulés.

En comparaison, les énergies fossiles sont plus émettrices de CO2, avec 205 à 234 g* CO2/kWh pour le gaz naturel, 266 à 274 g* CO2/kWh pour le gaz propane, 250 à 300 g* CO2/kWh pour le fioul domestique. Il faut noter que pour le gaz naturel, ces émissions peuvent varier en fonction du taux d’incorporation de gaz renouvelable (issu de la biomasse ou de la méthanisation de déchets organiques) dans le réseau.

*Les valeurs varient suivant les sources, le deuxième chiffre est celui fourni par l'ADEME

3. Du gaz renouvelable

Pour le gaz propane, une étude publiée dans le journal scientifique Nature Communications le 2 septembre 2014 démontre qu'il est possible de fabriquer du propane renouvelable. Le but des scientifiques était de développer un processus renouvelable peu coûteux, facile à fabriquer et durable d’un point de vue économique. Les chercheurs ont utilisé des enzymes pour interrompre un processus biologique qui transforme les acides gras en membranes cellulaires afin que la bactérie fabrique du propane renouvelable plutôt que des membranes cellulaires.

4. Les prix des énergies

Dossier complet sur les différentes énergies.
Dossier complet sur les différentes énergies.

Cette étude constituée de 31 pages descriptives actualisée en août 2017 compare les différents prix des énergies. Courbe de l'évolution des tarifs

9.90 € TTC

Plus d'infos

  • 5. Définition des énergies fossiles et énergies renouvelables

    Toutes les énergies fossiles (pétrole, gaz, houille et charbon) sont issues de roches formées par la fossilisation et la compression de végétaux enfouis et stockés dans le sous-sol durant plusieurs millions d'années. Ces combustibles sont riches en carbone, qui est libéré lors de leur combustion sous forme de CO2. Ces énergies fossiles sont présentes en quantité limitée et ne sont pas renouvelables, leur utilisation entraîne des gaz à effet de serre.

    Les énergies renouvelables vertueuses

    Les énergies renouvelables n’engendrent pas ou peu de déchets ou d’émissions polluantes.

    Fournies par le soleil, le vent, la chaleur de la terre, les chutes d’eau, les marées ou encore la croissance des végétaux elles participent à la lutte contre l’effet de serre et les rejets de CO2 dans l’atmosphère, facilitent la gestion raisonnée des ressources locales et génèrent des emplois.

    Le solaire (solaire photovoltaïque, solaire thermique), l’hydroélectricité, l’éolien, la biomasse, la géothermie sont des énergies flux inépuisables par rapport aux « énergies stock » tirées des gisements de combustibles fossiles aux ressources limitées et en voie de raréfaction : pétrole, charbon, lignite, méthane (gaz naturel et gaz propane et butane). 

  • 6. Les raisons pour lesquelles les 5 types d'énergies renouvelables ne se développent pas

    Il existe 2 énormes problèmes pour les énergies renouvelables (hydraulique, éolien, solaire) : elles sont inépuisables et le prix de leur technologie a baissé si vite qu'elles se sont retrouvées en concurrence directe avec les énergies classiques.

    Même si les prix et les impacts environnementaux des énergies fossiles ne cessent d'augmenter, les grandes puissances mondiales qui produisent les énergies conventionnelles comme le charbon, l'électricité, le pétrole, le gaz ou l'uranium ont trouvé un concurrent redoutable : les vraies énergies renouvelable.

    Ainsi, le particulier, la collectivité ou l'agriculteur peuvent produire eux-mêmes leur propre énergie, devenir ainsi auto producteurs et indépendants.

    Les actions des grandes puissances mondiales contre les ENR

    En réaction, de nombreuses actions de lobbying sont déployées afin de contrer ce risque de manque à gagner :
    Tenter d'influencer les politiques publiques afin de conserver les subventions aux combustibles fossiles : 550 milliards versés en 2012 (Source AIEA Agence Internationale de l'Énergie). La consommation d'électricité a diminué avec la crise économique et a fortement réduit l'activité des centrales thermiques : d'après les « experts », les énergies renouvelables en seraient responsables.

    Créer une association anti éolienne pour saisir le conseil d'État afin de considérer que le mécanisme de rachat préférentiel de l'électricité photovoltaïque est en fait une subvention.
    Demander des subventions à la commission européenne pour favoriser le nucléaire.
    Communiquer auprès des médias afin de démontrer que les énergies renouvelables seront très coûteuses pour moderniser les réseaux et qu'elles feront augmenter les factures d'électricité.
    L'État espagnol est revenu sur les conditions des contrats de rachat de vente d'électricité conclus sur 20 ans, la République tchèque taxe rétroactivement l'énergie photovoltaïque.
    Les vraies énergies renouvelables Les énergies renouvelables : une question de complémentarité.
    L’application de sources d’énergie renouvelables ne s’envisage pas en termes d’exclusion, mais plutôt de complémentarité. En effet, nous avons besoin d’une combinaison d’applications, même s’il reste cependant d’abord à écarter un certain nombre d’obstacles pratiques, notamment en matière d’aménagement du territoire Francais.
    Chez nous, nous pouvons donc appliquer une palette très large de sources renouvelables.

    La France possède-t-elle assez de ressources renouvelables ?

    Il faut absolument réfuter le mythe selon lequel nous aurions trop peu de soleil, de vent ou d’eau en France.
    La biodiversité et les énergies renouvelables sont intimement liées. En effet, sans réduction de la consommation des énergies et carburants fossiles, sans la limitation des émissions de gaz à effet de serre, il sera vain d'espérer combattre la perte de biodiversité dans les écosystèmes naturels.

    Pour survivre aux changements climatiques et notamment le réchauffement climatique, tous les écosystèmes devront rester équilibrés et surtout en bonne santé à l'avenir.

    Ces écosystèmes sont indispensables à l'homme pour sa survie et toutes les sources d'énergie (y compris les énergies renouvelables) qu'il utilise à plus ou moins bon escient sont susceptibles d'avoir un impact sur la biodiversité.

    Les énergies renouvelables sont-elles compatibles avec la biodiversité ?

Commentaires
Il n'y a pas encore de commentaire pour cette page.
Commenter cette page

Tous les articles

Actualités

Dossiers

Conseils

Trucs et Astuces

Normes

Publireportages